Archives par mot-clé : Marie de Gournay

Marie de Gournay, une parisianiste du bon usage

Ce billet s’appuie sur l’article de Suzanne Duval (Université Gustave Eiffel), « Le parisianisme de Marie de Gournay », à paraître en 2021 dans la revue des Cahiers d’Humanisme et Renaissance, publication qui a d’abord pris la forme d’une conférence au séminaire Transversales (dir. Delphine Denis et Anne-Pascale Pouey-Mounou, novembre 2020, Sorbonne Université).

Aujourd’hui, le mot de parisianisme est une manière péjorative de désigner l’élitisme parisien. Mais sous l’Ancien Régime, ce terme renvoyait aux traits spécifiques du langage parlé dans la région de Paris, à une époque où la langue française n’était pas unifiée et se divisait en divers dialectes parlés sur le territoire francophone.

On peut alors dire que Marie de Gournay, écrivaine du début du XVIIe siècle surtout connue pour avoir été l’éditrice des Essais de Montaigne malgré son œuvre littéraire prolifique, est parisianiste dans tous les sens du terme : elle affiche volontiers son appartenance à une cité qui, depuis l’installation de la Cour du roi au Louvre, est en train de devenir la première ville de France, et elle considère que le langage des Parisiens est le plus pur de tous les usages du Royaume.

Pourquoi cet attachement à une ville et à son langage ? Que nous apprend-il sur cette autrice et son œuvre littéraire ?

Selon la damoiselle (c’est avec ce titre que Marie de Gournay, qui n’était pas mariée[1], signe la plupart de ses œuvres), Paris est la ville des savoirs, où l’on peut apprendre les « sciences par enseignement [et] par conférence » : ce mot de conference renvoie à l’« art de conférer » cher à Montaigne, c’est-à-dire au dialogue et à la dispute argumentée. C’est  d’ailleurs à Paris que Marie de Gournay rencontra Montaigne, après avoir lu avec passion ses Essais. Dans son autobiographie, elle raconte son enfance en Picardie comme un exil : dès lors, « rester à Paris, [c’est] entretenir sa réputation, faire accepter son nom et sa production d’auteur. » Aussi affiche-t-elle fièrement la parisianité de son œuvre dans la préface de son livre de maturité, recueil d’essais intitulé Les Advis (publiée en 1631, puis en 1634 et 1641 chez T. du Bray) :

Lecteur, voici Les Advis ou Les Presens desquels, selon ma débile puissance je régale ma Patrie : et si pour être nés à Paris et d’une Parisienne zélée à ce berceau, huitième merveille du Monde, tu les veux rebaptiser du nom de Parisiens, je t’en avoue [je t’y autorise].

Comme Malherbe, Marie de Gournay fait du langage des Parisiens la norme du bon usage, mais en ne se référant pas aux mêmes groupes sociaux. En effet ce poète puriste, peut-être par provocation, valorisait l’usage des « crocheteurs du port au foin », c’est-à-dire des travailleurs parisiens les plus humbles. D’une manière bien différente, Marie de Gournay rejette les façons de parler de la « populace », et favorise la langue des instances publiques que sont les conseillers, les parlementaires, les juristes et les avocats, à une époque où ces derniers passent de plus en plus pour des pédants sans élégance. Contre cette tendance, Marie de Gournay rappelle l’autorité de ceux « qui sont la plus solide, prudente et mieux parlante partie de ce corps de la Cour, et dans lesquels sa Majesté même tient lieu comme Chef ». En ce sens, le bon usage de la cour existe bel et bien du point de vue de Marie de Gournay, à condition qu’il réunisse toutes les élites de la ville de Paris :

Mais à propos, qui a dit je vous prie à cette tendre espèce de Seigneurs et de Dames, que Paris et la France se doivent régler à leur langage, pour en dépendre absolument ? Ils font petitement partie de la Cour, et la Cour entière fait part de la France : mais plus précisément et prochainement elle fait part de Paris, puis que cette auguste et Royale Ville est capitale de cette illustre Région. La Cour hors de Paris, se peut dire hors de chez soi.

Les positions fermes assumées par Marie de Gournay sur la langue française et ses normes lui permettent ainsi de définir une identité de femme de lettres pleinement intégrée dans les débats linguistiques de sa cité, à une époque où celle-ci commence à prédominer sur les autres bonnes villes de France.

Maéva DE SOUSA

Étudiante du Master LSCN de l’Université Gustave Eiffel


[1] Au début du XVIIe siècle, « damoiselle » désigne une femme noble qui n’a pas le titre de dame. Voir le Thresor de la langue francoyse (1606) de Jean Nicot.

Le parisianisme de Marie de Gournay

Marie de Gournay et Paris

Suzanne Duval, maîtresse de conférences à l’Université Gustave Eiffel, membre du projet « Cité des Dames », participe à l’après-midi de recherches croisées entre les équipes de Delphine Denis et d’Anne-Pascale Pouey-Mounou, consacrée à Marie de Gournay. Elle explorera le parisianisme de Marie de Gournay.

Continuer la lecture de Le parisianisme de Marie de Gournay