Marguerite de Valois prisonnière confinée au Louvre en 1576

Pendant la période de confinement, du 16 mars au 11 mai 2020, beaucoup d’événements prévus ont dû être annulés ou reportés. Chacun et chacune d’entre nous a réorienté ses activités vers celles qui pouvaient se faire à distance. C’est dans ce cadre que l’association AWARE a décidé de mettre en ligne une série de podcasts intitulée « Women House », en référence à l’exposition organisée par Camille Morineau et Lucia Pesapane à la Monnaie de Paris en 2017 puis au National Museum of Women in the Arts de Washington en 2018,  à propos de l’espace domestique dans les œuvres de créatrices. Dans ces podcasts mis en ligne depuis avril 2020, des femmes d’aujourd’hui, confinées en raison de la pandémie de covid-19, présentent et lisent les textes d’autrices confinées. 

L’action s’inscrit triplement dans le projet « Cité des Dames ». Il s’agit de lire des textes écrits par des femmes dont une partie évoque des lieux urbains : Berlin occupé par l’armée russe, Paris, pendant les guerres de religion du XVIe siècle. Il s’agit aussi de créer une cité des dames numérique qui donne aux créatrices de nouveaux lieux pour être entendues de publics variés. Enfin, il s’agit d’un réseau professionnel et amical constitué par des lectrices d’aujourd’hui, qui nous permet de poursuivre le partenariat initié avec l’association AWARE dans le programme « Visibilité, invisibilité des savoirs des femmes ». 

Dans ce cadre, Caroline Trotot a choisi de lire deux extraits des Mémoires de Marguerite de Valois. On trouvera ci-dessous le texte de la présentation et les extraits lus.

Texte du podcast : présentation des textes lus

Princesse de la Renaissance, elle est fille d’Henri II et de Catherine de Médicis. Elle raconte sa jeunesse, depuis la mort de son père en 1559, quand elle a six ans, jusqu’à son séjour en Gascogne, en 1581, comme reine de Navarre animant la brillante cour de Nérac. L’histoire de Marguerite de Valois c’est une histoire tragique, celle de la France des guerres de religion, c’est-à-dire des guerres civiles. Son mariage avec son cousin protestant le roi Henri de Navarre en est le symbole puisque les noces qui doivent sceller la réconciliation pacifique des Valois catholiques et des Bourbon protestants sont l’occasion du massacre de la Saint-Barthélemy. Le Louvre, lieu des fêtes et de la magnificence du pouvoir royal se transforme en scène sanglante jusque dans la chambre de Marguerite. 

Portrait anonyme de Marguerite de Valois, vers 1574, conservé au département estampes et photographies de la Bibliothèque national de France

Le passage que j’ai choisi de lire se situe quelques années plus tard, en 1576, toujours au Louvre. Marguerite a 22 ans. 

Après l’évasion de son mari Henri de Navarre hors du Louvre et de Paris en février 1576, elle est retenue comme otage par son frère, le roi Henri III et par sa mère, Catherine de Médicis. Ils craignent qu’elle ne serve contre eux les intérêts du roi de Navarre et de François d’Alençon (le jeune frère de Marguerite et d’Henri III). La jeune femme reste plusieurs mois confinée dans sa chambre au Louvre et reconnaît les bénéfices paradoxaux que cette période charnière a apportés dans sa vie. Elle lit beaucoup, des textes philosophiques en particulier, et elle se livre à la méditation religieuse. 

Ce texte me paraît être l’un des textes charnières des Mémoires de Marguerite. Au milieu de son livre, elle explique le bénéfice de la lecture et, si l’on remonte un peu de quelques paragraphes, on voit qu’elle découvre aussi les bénéfices d’une écriture clandestine. Cette écriture de la lettre familière – et pourtant diplomatique – apparaît comme le modèle de ces Mémoires dont elle invente la forme littéraire. 

Quand Marguerite de Valois écrit ses Mémoires – vers 1594 sans doute – elle est confinée dans le château d’Usson, en Auvergne, où elle est assignée à résidence, de 1585 à 1605. Elle y cultive une société intellectuelle au milieu de laquelle elle brille malgré tout. 

La lecture, l’écriture, l’intelligence sont les ressources qui vont permettre à Marguerite de survivre à l’épreuve de la violence de l’histoire. Les Mémoires racontent un peu cela, comment elle développe les ressources intérieures qui lui permettent de survivre entre Henri III, Catherine de Médicis, Henri de Navarre et François d’Alençon. Et comment à partir de là, elle apprend à construire d’autres rapports avec l’extérieur, grâce à une écriture à la fois dramatisée et souvent drôle, toujours dense, comme si elle était cryptée. 

Les Mémoires fonctionnent de manière subversive : ils semblent reproduire le monde des Valois et ils en dénoncent l’hypocrisie. De la même manière, le confinement est le lieu de l’apprentissage de la liberté par la subversion. J’aime beaucoup ce texte qui montre une subversion féminine par l’activité intellectuelle et créatrice et qui donne une image bien différente de la femme que le public connaît sous le nom de « reine Margot ». Il arrive qu’on fasse encore aujourd’hui rêver le public aux secrets d’histoire dont la chambre de Marguerite a été le lieu. Le texte nous livre le secret d’un plaisir solitaire intellectuel et spirituel. 

J’ai donc choisi de commencer par lire la levée du confinement, pages 111 et 112. Je remonterai ensuite quelques paragraphes plus au haut au récit de l’entrée dans ce qu’elle nomme sa « captivité ». Quand elle dit le roi, il s’agit d’Henri III et quand elle dit mon frère il s’agit de François d’Alençon. 

Extrait 1 : La levée du confinement (p. 111-112)

« Le roi entre sur cela en son cabinet, qui avec une infinité de belles paroles tâche à me rendre satisfaite, me conviant à une amitié, voyant que mes façons ni mes paroles ne démontraient aucun ressentiment de l’injure que j’avais reçue ; ce que je faisais plus pour le mépris de l’offense que pour satisfaction, ayant passé le temps de ma captivité au plaisir de la lecture, où je commençai lors à me plaire, n’ayant cette obligation à la Fortune, mais plutôt à la Providence divine, qui dès lors commença à me produire un si bon remède pour le soulagement des ennuis qui m’étaient préparés à l’avenir. Ce qui m’était aussi un acheminement à la dévotion, lisant en ce beau livre universel de la Nature tant de merveilles de son Créateur, que toute âme bien née, faisant de cette connaissance une échelle de laquelle Dieu est le dernier et le plus haut échelon, ravie, se dresse à l’adoration de cette merveilleuse lumière, splendeur de cette incompréhensible essence, et faisant un cercle parfait ne se plaît plus à autre chose qu’à suivre cette chaîne d’Homère, cette agréable encyclopédie, qui part de Dieu, [et] retourne à Dieu même, principe et fin de toutes choses. Et la tristesse, contraire à la joie qui emporte hors de nous les pensées de nos actions, réveille notre âme en soi-même, qui, rassemblant toutes ses forces pour rejeter le Mal et chercher le Bien, pense et repense sans cesse pour choisir ce souverain bien, auquel pour assurance elle puisse trouver quelque tranquillité. Qui sont de belles dispositions pour venir à la connaissance et amour de Dieu. Je reçus ces deux biens de la tristesse et de la solitude à ma première captivité, de me plaire à l’étude et m’adonner à la dévotion, biens que je n’eusse jamais goûtés entre les vanités et magnificences de ma prospère fortune.

Le roi, comme j’ai dit, ne voyant en moi nulle apparence de mécontentement, me dit que la reine ma mère s’en allait trouver mon frère en Champagne pour traiter une paix, qu’il me priait de l’accompagner et y apporter tous les bons offices que je pourrais, et qu’il savait que mon frère avait plus de créance en moi que [en] tout autre ; que de ce qui viendrait de bien en cela, il m’en donnerait l’honneur et m’en resterait obligé. Je lui promis ce que je voulais faire (car c’était le bien de mon frère et celui de l’État), qui était de m’y employer en sorte qu’il en resterait content. »

Extrait 2 : L’annonce de la captivité par Catherine de Médicis (p. 106-107)

« […] La reine ma mère […] m’était venue trouver en ma chambre que je m’habillais encore, faisant état, bien que je fusse encore mal de mon rhume – mais plus malade en l’âme qu’au corps de l’ennui qui me possédait – de sortir de ce jour-là de ma chambre pour voir un peu le cours du monde sur ces nouveaux accidents, étant toujours en peine de ce qu’on entreprendrait contre mon frère et le roi mon mari.

Elle me dit : “Ma fille, vous n’avez que faire de vous hâter de vous habiller. Ne vous fâchez point, je vous prie, de ce que j’ai à vous dire. Vous avez de l’entendement. Je m’assure que ne trouverez point étrange que le roi se sente offensé contre votre frère et votre mari, et que, sachant l’amitié qui est entre vous, il craint que vous sachiez leur partement, et est résolu de vous tenir pour otage de leurs déportements. Il sait combien votre mari vous aime, et ne peut avoir un meilleur gage de lui que vous. Pour cette cause il a commandé que l’on vous mît des gardes, pour empêcher que vous ne sortiez de votre chambre. Aussi, que ceux de son conseil lui ont représenté que si vous étiez libre parmi nous, vous découvririez tout ce qui se délibérerait contre votre frère et contre votre mari et les en avertiriez. Je vous prie ne le trouver mauvais ; ceci, si Dieu plaît, ne durera guère. Ne vous fâchez point aussi si je n’ose si souvent vous venir voir, car je craindrais d’en donner soupçon au roi ; mais assurez-vous que je ne permettrai point qu’il vous soit fait aucun déplaisir, et que je ferai tout ce que je pourrai pour mettre la paix entre vos frères.”

Je lui représentai combien était grande l’indignité qu’on me faisait en cela. Je ne voulais pas désavouer que mon frère m’avait toujours librement communiqué tous ses justes mécontentements; mais pour le roi mon mari, depuis qu’il m’avait ôté Thorigny, nous n’avions point parlé ensemble; que même il ne m’avait point vue en ma maladie, et ne m’avait point dit adieu. Elle me répond: « Ce sont petites querelles de mari à femme; mais on sait bien qu’avec douces lettres il vous regagnera le cœur, et que, s’il vous mande l’aller trouver, vous y irez, ce que le roi mon fils ne veut pas.»

Elle s’en retournant, je demeure en cet état quelques mois, sans que personne, ni [même] mes plus privés amis, m’osassent venir voir, craignant de se ruiner. À la Cour, l’adversité est toujours seule, comme la prospérité est accompagnée; et la persécution est la coupelle des vrais et entiers amis. Le seul brave Grillon est celui qui, méprisant toutes défenses et toutes défaveurs, vint cinq ou six fois en ma chambre, étonnant tellement de crainte les cerbères que l’on avait mis à ma porte, qu’ils n’osèrent jamais le dire, ni lui refuser le passage.

Durant ce temps-là, le roi mon mari étant arrivé en son gouvernement et ayant joint ses serviteurs et amis, chacun lui remontra le tort qu’il avait d’être parti sans me dire adieu, lui représentant que j’avais de l’entendement pour le pouvoir servir, et qu’il fallait qu’il me regagnât, qu’il retirerait beaucoup d’utilité de mon amitié et de ma présence lorsque, les choses étant pacifiées, il me pourrait avoir auprès de lui. Il fut aisé à persuader en cela, étant éloigné de sa Circé, Madame de Sauve, ses charmes ayant perdu par l’absence leur force, ce qui lui rendait sa raison pour reconnaître clairement les artifices de nos ennemis, et que la division qu’ils avaient trouvée entre nous ne lui procurait moins de ruine qu’à moi. Il m’écrivit une très honnête lettre, où il me priait d’oublier tout ce qui s’était passé entre nous, et croire qu’il me voulait aimer, et me le faire paraître plus qu’il n’avait jamais fait, me commandant aussi le tenir averti de l’état des affaires qui se passaient où j’étais, de mon état, et de celui de mon frère – car ils étaient éloignés, bien qu’unis d’intelligence, mon frère étant vers la Champagne et le roi mon mari en Gascogne. Je reçus cette lettre étant encore captive, qui m’apporta beaucoup de consolation et soulagement, et ne manquai depuis, bien que les gardes eussent charge de ne me laisser écrire, aidée de la nécessité, mère de l’invention, de lui faire souvent tenir de mes lettres. […] »

Références

La performance: un espace de visibilité pour les femmes artistes?

Crédit : AWARE – Marion Bungert

Sous la direction de Juliette Bertron, Carole Halimi & Hanna Alkema

Éditions Aware, 2020 – voir sur le site de l’éditeur: AWARE


Cette publication fait suite à la journée d’étude qui s’est tenue au Beaux-Arts de Paris le 14 mai 2018 et s’inscrit dans le programme de recherche interdis­ci­pli­naire « Visibi­lité et invisi­bi­lité des savoirs des femmes : les créations, les savoirs et leur circula­tion, XVIe-XXIe siècles ».

La tragédie Tomyris de Marie-Anne Barbier en livre numérique

Dans le cadre de son module sur le théâtre classique à l’université Gustave-Eiffel, Suzanne Duval a proposé à ses deuxièmes années de licence de lettres modernes de contribuer à la mise en ligne sur Wikisource de la tragédie Tomyris de Marie-Anne Barbier. Cette pièce était absente d’anthologies précédemment publiées d’une part par Perry Gethner en 1993, d’autre part sous la direction d’Aurore Évain, Perry Gethner et Henriette Goldwyn en 2011, qui contenaient d’autres œuvres de Marie-Anne Barbier : Arrie et Pétus et Le Faucon.

Continuer la lecture de La tragédie Tomyris de Marie-Anne Barbier en livre numérique

Des tutoriels en vidéo pour aider à mettre en ligne des écrits de femmes sur Wikisource

Suite au confinement, les ateliers Wikisource Autrices organisés mensuellement au siège de Wikimedia France à Paris avec l’association Le deuxième texte ont eu lieu en vidéoconférence.

Nous en avons profité, lors de l’atelier du 16 mai, pour préparer quelques vidéos illustrant comment mettre en ligne des écrits de femmes sur Wikisource, qui enrichiront le corpus de textes du projet de recherche Cité des dames, créatrices dans la cité.

Exemple de relecture et mise en forme d’une page de poésie et d’une page de roman

Chargement d’un ouvrage dans Wikisource

Séminaire reporté : Women and City-making in Belfast and Derry / Londonderry

Women and City-making in Belfast and Derry / Londonderry: How Women re-invest public space artistically and politically?

Vendredi 20 mars 2020 de 14h30 à 17h00.  Suite aux mesures de lutte contre le coronavirus, ce séminaire est reporté à une date ultérieure, qui sera annoncée sur cette page.
Bâtiment Copernic, salle 3B013.

Séminaire du projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité.

La séance sera modérée par Anne Jarrigeon (Université Gustave Eiffel) et se déroulera en français.

14h30 ‒ Hélène Alfaro-Hamayon (Université Gustave Eiffel) : « Picking up the threads from women’s centres in the 1980s to community theatre and « Reclaim the Agenda »: Looking at women’s grassroots involvement in the city of Belfast and beyond. »

15h30 ‒ Susan Dunne (ENSA Paris-Malaquais) :
« Three female artists’ contributions to City-making in Northern Ireland: Reviews of the works, trajectories, and positions of Rita Duffy, Sandra Johnston, and Susan MacWilliam. »

Vient de paraître: Femmes à l’œuvre dans la construction des savoirs

Femmes à l’œuvre dans la construction
des savoirs

Paradoxes de la visibilité et de l’invisibilité

Sous la direction de Caroline Trotot, Claire Delahaye, Isabelle Mornat (2020)

Continuer la lecture de Vient de paraître: Femmes à l’œuvre dans la construction des savoirs

Séminaire : Textes de femmes, langage et villes

Quel vocabulaire, quelle syntaxe, pour reconnaître la place des femmes dans les villes ? Ce séminaire introductif du projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité a pour objectif de partager la démarche de recherche des chercheuses et chercheurs en littérature et en informatique engagés dans le projet.

Ce projet, développé dans le cadre de l’I-Site FUTURE consacré aux villes de demain, vise à faire mieux apparaître la contribution des femmes à la construction de la culture commune en montrant la présence des lieux urbains dans les œuvres et la présence des créatrices dans les lieux urbains.

Cette première séance se concentrera sur des aspects liés au langage, tant syntaxiques que lexicaux. Les deux premières interventions montreront comment un corpus d’écrits de femmes peut être analysé, soit par une démarche littéraire, soit avec des outils numériques. La troisième interrogera la présence des noms de femmes dans la ville, à partir de collectes de données ouvertes. Il s’agira de partager des méthodes, mais aussi des interrogations sur la vision de la ville construite par ces différentes approches. Cette première séance initie un cycle de séminaires pluridisciplinaires qui permettront de mieux connaître les rapports des femmes avec les villes à travers l’espace et le temps.

Ce programme de recherche interdisciplinaire de l’université Gustave Eiffel a à cœur de développer des collaborations avec le monde socio-économique. Ce séminaire sera accueilli à l’Espace des Femmes, au 35 rue Jacob à Paris, par les éditions des femmes – Antoinette Fouque. Il sera suivi de la remise des prix du concours #JeLaLis, dont le principe est de redonner de la visibilité à une femme de lettres francophone de la manière la plus inventive possible.

Programme

14h30-17h30 Séminaire « Textes de femmes, langage et villes »

Modératrices : Caroline Trotot et Lucie Gournay

Séance organisée par Caroline Trotot et Philippe Gambette

14h30 – Olivier Brossard : « Reconfigurer les corps dans la ville : quatre poètes américaines »

À travers quatre publications récentes, Le Jardin de M. de Marcella Durand (trad. Brossard, joca seria 2016), La Grammaire des os de Tonya Foster (trad. Brossard, Trotignon, joca seria, 2016), Discipline de Dawn Lundy Martin (trad. Berthelier, De Quatrebarbes et Guesdon, joca seria, 2019) et The Riot GRRRL Thing de Sara Larsen (Roof Books, 2019), cette présentation mettra en lumière les enjeux et stratégies d’une nouvelle syntaxe et géographie de la ville pour les femmes poètes des États-Unis. La zone à contrôler, défendre et affranchir est celle du corps féminin que les quatre autrices reconfigurent dans leurs textes. 

16h00 –  Eleni Kogkitsidou : « Extraction automatique d’entités toponymiques et noms communs liés à la ville »

Le projet Cité des Dames prévoit d’extraire les lieux urbains cités dans des textes anciens écrits par des femmes. Ceci permettra de faire le lien entre les autrices et les lieux qu’elles ont décrits. Cette présentation définira les diverses entités nommées toponymiques recherchées, en présentant les approches classiques d’une annotation automatique de ces entités. Elle montrera aussi les pistes d’étude du lexique lié à la ville en s’appuyant sur des textes de diverses périodes et genres littéraires.

17h00 – Philippe Gambette : « Vers l’automatisation d’une visualisation des hommages aux femmes dans la ville »

Odonymes, noms d’établissement scolaires, de bibliothèques ou d’arrêts de transports en commun, plaques commémoratives et statues constituent dans les villes une trace d’un passé souvent très masculin. Plusieurs démarches ont été lancées pendant les dernières années pour renforcer la visibilité du matrimoine, et des femmes qui l’ont construit, dans l’espace urbain en général et les noms de lieux en particulier. Nous montrerons comment diverses données ouvertes peuvent être interrogées et analysées automatiquement pour visualiser la présence des femmes dans la ville.

18h : Remise des prix du des prix du concours #JeLaLis

Événement organisé par l’association Le deuxième texte et ses partenaires les éditions des femmes – Antoinette Fouque, le Festival International des Ecrits de Femmes, HF Île-de-France, Le Salon Des Dames, la Société Internationale pour l’Etude des Femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR), Talents Hauts et le projet de recherche VisiAutrices, avec le soutien du projet Cité des dames, créatrices dans la cité. Inscription gratuite mais obligatoire à cette adresse.

Compte-rendu ici…

Adresse

Espace des Femmes, 35 rue Jacob, 75006 Paris

Ateliers Wikisource autrices

Le projet Cité des dames, créatrices dans la cité est partenaire des ateliers Wikisource autrices organisés par l’association Le deuxième texte. Ces ateliers visent à mettre en ligne des écrits de femmes dans le domaine public, en corrigeant et en mettant en forme les textes obtenus par reconnaissance optique de caractères. On obtient ainsi des livres électroniques téléchargeables gratuitement, qui peuvent aussi faire l’objet d’analyses assistées par ordinateur.

Atelier à venir :

  • dimanche 20 septembre 2020, séances d’une heure à 10h, 11h, 14h, 15h et 16h, Délivrons les livrets des femmes de l’Opéra Comique !, un atelier pour les Journées du matrimoine d’HF Île-de-France, à l’Opéra Comique à Paris : contribution à un livret de Marie-Jeanne Riccoboni.

Vous trouverez sur cette page la liste des ouvrages mis en ligne suite aux contributions du projet Wikisource autrices.

Précédents ateliers soutenus par Cité des Dames :

Zoë Skoulding, Jean Portante, atelier Michael Woolworth, Paris

Zoë Skoulding, Jean Portante, atelier Michael Woolworth, Paris : https://www.youtube.com/watch?v=tmrfVT0meVg

Zoé Skoulding et son traducteur Jean Portante lisent des extraits du recueil, For the Bièvre,  Pour la Bièvre, à l’atelier Michael Woolworth le 13 septembre 2019. La lecture a été organisée par Olivier Brossard et l’association Double Change dans le cadre du colloque : « Représenter la ville, les mots, les gestes et l’esprit », organisé par le LISAA avec le soutien de l’IUF et du projet Cité des Dames.Zoé Skoulding suit la Bièvre à travers la ville et à travers les textes pour créer son chemin. Elle partageait la séance de lecture avec Jacques Roubaud, célébrissime poète de la ville. Deux manières poétiques d’habiter la ville et de faire entendre sa puissance créatrice. Celle de Zoé Skoulding invite à penser le chemin des mots comme une résurgence. La trace souterraine du passé urbain et littéraire s’écoule dans la parole de la poétesse soumise au flux de sa diction.

MatrimoineGo, un jeu pour découvrir le matrimoine parisien

Edith Vallée, autrice de l’ouvrage Le Matrimoine de Paris : 20 itinéraires, 20 arrondissements, publié aux éditions Bonneton en 2018, a collaboré avec le projet Cité des Dames pour la réalisation d’un jeu gratuit de découverte du matrimoine parisien, Matrimoine Go : matrimoinedeparis.com/matrimoineGo.

Depuis 2016, Edith Vallée conçoit et anime chaque année, avec Josée Rodrigo, un parcours culturel de découverte des créatrices liées à une certaine thématique à Paris, dans le cadre des Journées du Matrimoine d’HF Île-de-France. Cette année, à l’occasion du Forum féministe de Paris, le 9 mars, elle a proposé une initiative plus interactive, un jeu de piste consistant à associer des lieux dans Paris à des femmes qui les ont marqués, en participant à la conquête d’une émancipation. Cette expérience l’a conduite à imaginer une version numérique du jeu, afin d’y jouer de chez soi ou sur place, éventuellement en équipe, chacune partant d’une extrémité de l’itinéraire thématique proposé.

Gilles Avraam, un étudiant de fin de première année du DUT Métiers du multimédia et internet de l’IUT de Marne-la-Vallée a développé cette application en PHP/MySQL et Javascript, lors d’un stage de quatre semaines dirigé par Philippe Gambette dans le cadre du projet Cité des dames. Cela a permis d’obtenir un moteur de jeu mis à disposition sous licence libre, qui a été complété par les contenus proposés par Edith Vallée pour obtenir deux parcours de jeu, l’un dans le premier arrondissement de Paris aux alentours de la Comédie française, l’autre dans le troisième arrondissement de Paris, près de la place des Vosges.

L’application, appelée Matrimoine Go, est disponible à l’adresse matrimoinedeparis.com/matrimoineGo.

Mise à jour du 19/08/2020 : l’application Matrimoine Go ! présentée par Edith Vallée dans l’émission Le débat de midi sur France Inter, à 40’59

coordination

Caroline Trotot

Enseignante-chercheuse, maîtresse de conférences à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée : Littérature française de la Renaissance depuis 2002.

Vice-présidente adjointe recherche à l’UPEM depuis 2012.

Co-référente parité-égalité femmes hommes UPEM depuis 2015.

Directrice adjointe de l’unité de recherche LISAA EA 4120 (Laboratoire Littérature Savoirs et Arts UPEM) depuis 2016.

https://lisaa.u-pem.fr/membres/caroline-trotot/

Axes de recherche

Poésie du XVIe siècle, stylistique, poétique et rhétorique, littérature et savoirs, femmes autrices, écriture de soi. Ronsard, Du Bellay, Marguerite de Valois, Charlotte Duplessis-Mornay, Jean de Léry, Jérôme Cardan.

Publications

Autoportraits, autofictions des femmes à l’époque moderne : savoirs et fabrique de l’identité, éd. Caroline Trotot, Paris, Garnier, coll. Masculin/Féminin, 2018.

Women’s portraits of the self. Representing knowledge and making identity in early modernityArts et savoirs 6 | 2016, mis en ligne le 06 juillet 2016, URL : https://aes.revues.org/696 ; DOI : 10.4000/aes.714, (Autoportraits, autofictions des femmes à l’époque moderne: savoirs et fabrique de l’identité), éd. Caroline Trotot et Natania Meeker.

Métaphore, savoirs et arts au début des temps modernes, éd. Bruno Petey-Girard et Caroline Trotot, Paris, Garnier, 2015.

Ronsard Les Amours, éd. C. Trotot et Agnes Rees, Neuilly, Atlande, 2015, p. 15-169 (« Repères » et « Problématiques).

Vivre l’histoire, éd. Michael Soubbotnik et Caroline Trotot, Strasbsourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2013, édition de 18 articles avec introduction p. 7-11. (compte-rendu www.fabula.org/acta/document9192.php).

Coordination

2013-2014: Savoirs, identités et représentations des femmes à l’époque moderne. Autoportraits, Autofictions et représentation des savoirs des femmes XVIe-XVIIIe siècles.

2017-2018: Visibilité et invisibilité des savoirs des femmes: les créations, les savoirs et leur circulation XVIe-XXIe siècles.  https://femmesavoir.hypotheses.org/

Philippe Gambette

Page Web: http://igm.univ-mlv.fr/~gambette/

Maître de conférences à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée depuis 2011.

Axes de recherche

Algorithmique, bioinformatique, théorie des graphes, informatique linguistique, humanités numériques sur des corpus textuels.

Publications

Christine Barats, Anne Dister, Philippe Gambette, Jean-Marc Leblanc & Marie Peres (2018), Appeler à signer une pétition en ligne : caractéristiques linguistiques des appels, JADT’18 (Proceedings of the 14th International Conference on statistical analysis of textual data), Statistical Analysis of Textual Data, p. 68-75. 

Christine Barats, Anne Dister, Philippe Gambette, Jean-Marc Leblanc & Marie Peres-Leblanc (2016) Analyser des pétitions en ligne : potentialités et limites d’un dispositif d’étude pluridisciplinaire (Analyzing online petitions: potentialities and limitations of a multidisciplinary study device), JADT’16 (Proceedings of the 13th International Conference on statistical analysis of textual data), Statistical Analysis of Textual Data, p. 72.1-72.10. 

Nadège Lechevrel & Philippe Gambette (2016), Une approche textométrique pour étudier la transmission des savoirs biologiques au XIXe siècle (A Textometrical Approach to Study the Transmission of Biological Knowledge in the XIXth Century), Nouvelles perspectives en sciences sociales 12(1), p. 221-253. 

Delphine Amstutz & Philippe Gambette (2010), Utilisation de la visualisation en nuage arboré pour l’analyse littéraire, JADT’10 (Proceedings of the 10th International Conference on statistical analysis of textual data), Statistical Analysis of Textual Data, p. 227-238.

Philippe Gambette & Jean Véronis (2010), Visualising a Text with a Tree Cloud, IFCS’09 (Proceedings of the International Federation of Classification Societies 2009 Conference), Studies in Classification, Data Analysis, and Knowledge Organization 40, p. 561-570.

Coordination

2017-2019: projet de recherche VisiAutrices (Visibilité des femmes de lettres dans l’enseignement secondaire et supérieur), financé par le CNRS et le Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search