Programme du colloque « Cité des dames (Moyen Âge-XVIIIe siècle) / The City of Women. Women and the City in Medieval and Early Modern Times »

2022-09-02&03, Université de Varsovie / University of Warsaw

Vendredi (2 septembre) / Friday (2 September)

10:00-12:00 – Visite du palais et du parc Natolin / Visit to the Natolin palace and park

13:00-14:30 – Déjeuner / Lunch (rue Dobra 55)

14:45 -15:00 – Ouverture du colloque / Opening of the conference

15:00-15:45 – Conférence plénière / Plenary meeting – Caroline Trotot (Université Gustave Eiffel), Les femmes, le pouvoir et les villes dans le voyage en Flandres de Marguerite de Valois

15:45-16:00 – Discussion

16:00-16:20 – Joanna Augustyn (UW)/UMK), Sainte Radegonde, reine et moniale influente de la région poitevine en Haut Moyen Âge

16:20-16:40 – Anna Loba (UAM), Les bâtisseuses de la Cité des Dames : travail des femmes vu par Christine de Pizan

16:40-17:00 – Victoria Rimbert (Université Sorbonne Nouvelle/Università degli Studi di Padova), Veronica Gambara, comtesse
veuve et lettrée : La plume au service de Corrège

17:00-17:30 – Discussion

19:00 – Diner / Dinner

Samedi (3 septembre) / Saturday (3 September)

9:00-9:45 – Conférence plénière (en anglais) / plenary meeting (in English) – Katharina N. Piechocki (University of British Columbia, Vancouver), Cartography, Colonialism, Construction: The Female Architect from Dido to Deborah Moody

10:00-10:20 – Gina L. Greco (Portland State University, USA), Dismantling the Ladies of the City Antoine de la Sale’s Humiliation of the Creative Autrice

9:45-10:00 – Discussion

10:20-10:40 – Joanna Godlewicz-Adamiec (UW), The Symbolic Cities in Hildegard’s of Bingen Scivias

10:40-11:00 – Anna Nowicka-Struska (UMCS), Nuns and Early Modern Townswomen – Narratives, Testimonies, Literature and Creative Activity in a 17th-18th Century Town Art as Exemplified by Lublin

11:00-11:30 – Discussion

11:30-11:50 – Pause-café / coffee break

11:50-12:10 – Loula Abd-Elrazak (University of Toronto, Canada), Espace urbain et transgression chez Hélisenne de Crenne

12:10-12:30 – Aleksandra Brzóskowska (Université Paris-Sorbonne (IReMus) / Université de Lorraine (CRULH Nancy-Metz), Les couvents féminins comme centres culturels et musicaux urbains dans l’Italie du Nord du XVIIe siècle

12:30-12:50 – Nicole Dufournaud (Université Gustave Eiffel – LISAA), De la pauvre enfermée à l’intendante de l’hôpital général : Le rôle des femmes du Sanitat dans la construction de la fabrique du travail industriel dans la ville de Nantes

12:50-13:20 – Discussion

13:20-14:30 – Déjeuner/lunch (rue Dobra 55)

14:30-14:50 – Maja Pawłowska (UWr), La ville aux yeux d’une salonnière : Artamène ou le Grand Cyrus de Madeleine de Scudéry

14:50-15:10 – Ewa Kulak (UWr), Les femmes et l’espace urbain dans la littérature espagnole (XIIIe-XVIIe siècles)

15:10-15:30 – Agnieszka Kocik (UJ), Le drôle de métier de la « revendeuse à la toilette »

15:30-16:00 – Discussion

16:00-16:20 – Pause-café / coffee break

16:20-16:40 – Małgorzata Sokołowicz (UW), Les femmes dans la cité des hommes : Constantinople d’après Lady Montagu et Salomea Regina Pilsztyn

16:40-17:00 – Tomasz Wysłobocki (UWr), Comédiennes de profession, femmes de théâtre et actrices de la Révolution

17:00-17:30 – Discussion et clôture du colloque / Closing of the conference

17:30 – Cocktail

Programme du colloque « Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615) »

Le colloque Les femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615) se tiendra du 29 juin au 1er juillet 2022 dans l’auditorium de la médiathèque Mériadeck de Bordeaux

Mercredi 29 juin 2022

  • 13h30 – Accueil du public
  • 13h45 – Introduction par Violaine Giacomotto-Charra et Caroline Trotot
  • Villes, textes, réseaux : lieux de savoirs, lieux de pouvoir (présidence : Éliane Viennot)
    • 14h15 – Damien Plantey : « “En de beaux promenoirs” : les princesses de Navarre entre villégiatures humanistes & manières citadines (1492-1615) »
    • 14h45 – Philippe Chareyre : « Les princesses de Navarre législatrices »
    • 15h15 – Discussion et pause
    • 16h00 – Nadine Kuperty-Tsur : « Madame de Mornay entre Montauban et Saumur »
    • 16h30 – Julien Goeury : « Perte d’auréole ? nouvelles perspectives sur la vie de Louise de Coligny »
    • 17h00 – Discussion
  • Soirée – Dîner du colloque

Jeudi 30 juin 2022 

  • Poésie et réseaux de sociabilité (présidence : Sandra Provini)
    • 9h00 – Jean Vignes : Jean-Antoine de Baïf et ses lectrices. Contribution à l’étude du lectorat féminin à la cour de France sous Charles IX »
    • 9h30 – François Rouget : « Les poètes et la reconstitution des réseaux de sociabilité féminine : l’exemple des œuvres poétiques de Siméon-Guillaume de La Roque »
    • 10h00 – Discussion et pause
  • Réseaux aquitains (présidence : Alice Vintenon)
    • 11h00 – Anne Bouscharain : « Diane de Foix et le milieu lettré bordelais des années 1570-1580 »
    • 11h30 – Concetta Cavallini : « “La moitié de moy” : Anne de Perrot / Aimée, femme et muse de Pierre de Brach »
    • 12h00 – Discussion et déjeuner
  • Femmes, villes et réseaux européens (présidence : Nadine Kuperty-Tsur)
    • 14h00 – Caroline Trotot, Philippe Gambette, Nicole Dufournaud : « Identifier, représenter, penser les réseaux urbains de l’humanisme autour de Marguerite de Valois : l’exemple du voyage des Flandres (1577) »
    • 14h30 – Cécile Berger : « Les villes d’Isabella Andreini (1562-1604) : les traces urbaines multiples d’une comédienne “oubliée” »
    • 15h00 – Alessandra Preda : « Isabella Sforza (1503-1561) : force et faiblesse d’une hétérodoxie au féminin »
    • 15h30 – Discussion et pause
  • Lyon au prisme des réseaux et du genre (présidence : Marie-Lise Paoli)
    • 16h30 – Michèle Clément  « Femmes lettrées et sociabilités masculines à Lyon au XVIe siècle »
    • 17h00 – Isabelle Garnier : « Les éditions lyonnaises de Marguerite de Navarre : l’œuvre d’un réseau humaniste ? »
    • 17h30 – Discussion
  • Soirée – Dîner du colloque

Vendredi 1er juillet 2022 

  • Constructions parisiennes (présidence : François Rouget)
    • 9h00 – Valérie Auclair : « Femmes et culture dans les œuvres de Nicolas Houel »
    • 9h30 – Julie Ozcan : « L’Hôtel de la Reine : entre volonté de préservation et oubli (1570-2022) »
    • 10h00 – Discussion et pause
  • Villes et réseaux de savoir (présidence : Isabelle Garnier)
    • 11h00 – Valérie Worth : « Les réseaux féminins autour de la maternité dans la ville de Paris au début du XVIIe siècle »
    • 11h30 – Romain Menini : « La duchesse, le professeur et la faculté : Marguerite de France, Barthélemy Aneau et l’université de Bourges »
  • 12h00 – Discussion
  • 12h30 – Éliane Viennot : Conclusions du colloque
  • 13h00 – Déjeuner
  • 14h00 – 15h30 – Présentation des livres des fonds patrimoniaux par Clotilde Angleys (Fonds patrimoniaux, déléguée à la coopération patrimoniale, Bibliothèque Mériadeck)

Le programme en PDF…

Deux publications de poésie américaine

Le dernier événement poétique organisé par l’association double change et l’atelier Michael Woolworth et animé par Olivier Brossard le 7 juin dernier a permis d’entendre des lectures de quelques extraits des recueils L’Horloge au corps d’Eleni Sikelianos, traduit par Béatrice Trotignon, et de The Happy End / Bienvenue à tous  de Mónica de la Torre, traduit par le collectif Connexion Limitée (Shira Abramovich, Camille Blanc, Lénaïg Cariou, Nadia Wolff) dans la collection nord-américaine des éditions joca seria.

Ces deux ouvrages ont été publiés avec le soutien de la Poetry Foundation et de l’Université Gustave Eiffel, dans le cadre du projet Cité des Dames, créatrices dans la cité.

Vient aussi de paraître L’Insuivant de Lyn Hejinian, traduit et postfacé par Chloé Tomas (mai 2022), dans la même collection des éditions joca seria.

Plus d’informations sur l’événement

Premier Datathon des Autrices

Le projet de recherche Cité des dames, créatrices dans la cité, s’est associé aux associations Le deuxième texte et Missives pour l’organisation d’un premier Datathon Autrices, le samedi 2 avril 2022, dédié à la préparation et à la valorisation de jeux de données sur les autrices.

Des données pour mesurer et visualiser la place des autrices et leurs liens avec des villes

L’association Le deuxième texte avait, dès sa création, publié plusieurs jeux de données sur data.gouv.fr pour sensibiliser au manque d’autrices dans les programmes scolaires, les grandes collections littéraires, les sujets d’examens, les bibliothèques en ligne, etc., à travers la collecte et l’analyse de divers jeux de données sur les écrivaines. Partenaire d’un précédent projet de recherche, VisiAutrices, dédié à la visibilité des femmes de lettres dans l’enseignement secondaire et supérieur en France, cette association avait contribué au développement d’un site web, Histoires d’autrices par Thi Van An Truong lors de son stage, et à la conception de quelques pages d’une brochure Où sont les autrices relative aux femmes de lettres étudiées, jouées, lues, primées ou publiées en France.

Ce partenariat s’est prolongé au sein du projet Cité des dames, créatrices dans la cité, par le développement d’une nouvelle version du site Histoires d’autrices, lors du stage de Léonard Kim en 2021 : https://dongjounkim.github.io/histoires-autrices/. Ce site web permet d’explorer divers jeux de données sur des gens de lettres et d’y mesurer la présence des femmes. Il fournit aussi une représentation des villes de naissance et de décès de ces femmes, en s’appuyant sur les données de Wikidata.

Un datathon pour poursuivre le travail de mise à jour, collecte et valorisation des données

C’est en partenariat avec Missives, association montreuilloise qui a pour objectif de promouvoir la littérature féministe à travers la publication de chroniques littéraires en ligne, par le biais de participation à des festivals et de rencontres en librairie, qu’un datathon a été organisé de 10h à 17h, le 2 avril 2022, à la bibliothèque Robert Desnos de Montreuil.

Ce datathon avait pour objectif de poursuivre ce travail sur les données pour alimenter le site Histoires d’autrices et la brochure Où sont les autrices ?, tout en mettant publiquement à disposition les jeux de données préparés. Malgré le temps radieux en ce samedi, il a réuni une douzaine de personnes sur place à Montreuil et deux en ligne (une au Liban, une à Toulouse).

Le parc de la bibliothèque Desnos pour prendre une pause ensoleillée entre deux créations de pages Wikidata ou mises à jour de jeux de données

Lors du datathon, les actions suivantes ont été réalisées :

Ces jeux de données seront très prochainement mis à jour sur data.gouv.fr et sur le site Histoires d’autrices.

Un fil de tweets a été publié par l’association Le deuxième texte à propos de cet événement : https://twitter.com/Georgele2etexte/status/1510853723479855107

Photos : Le deuxième texte

Colloque « Cité des dames (Moyen Âge-XVIIIe siècle) » à Varsovie

L’Institut d’études romanes et l’Institut de littérature polonaise de l’Université de Varsovie sont heureux de vous inviter à participer au colloque « Cité des dames (Moyen Âge-XVIIIe siècle) » qui se tiendra les 2 et 3 septembre 2022 à Varsovie (Institut d’études romanes, rue
Dobra 55). Le colloque est associé au projet « Cité des dames, créatrices dans la cité » mené par l’Université Gustave Eiffel sous la direction de Caroline Trotot et de Philippe Gambette.

Nous invitons les participants à une réflexion sur le rôle des femmes dans l’histoire, la culture et l’identité urbaine, et sur la place de la ville dans les œuvres des femmes du Moyen Âge jusqu’à l’époque préromantique. Notre objectif est de mettre en relief le rôle actif et créatif des femmes dans les villes anciennes et leur contribution à la richesse de cette vie urbaine. Comme les centres urbains n’étaient pas tous pareils et qu’au fil des siècles ils ont évolué différemment selon les pays ou les régions, la confrontation des représentations de l’espace urbain et des rôles que les femmes y ont joués permettra d’apporter des éclaircissements nouveaux sur l’histoire urbaine largement comprise. Il s’agit ainsi de penser l’histoire des villes dans leur diversité historique, géographique, culturelle en s’intéressant aux femmes qui y ont activement participé et qui, paradoxalement, ont souvent été marginalisées. Le colloque sera l’occasion d’interroger le rôle des femmes en tant que co-autrices de la vie urbaine et de ses représentations.

C’est un détail, mais très significatif : bien que les femmes aient contribué à la richesse et au dynamisme des villes anciennes, il n’est pas facile de trouver du matériel iconographique qui pourrait l’illustrer, c’est ce qui nous a poussé à nous tourner vers la célèbre œuvre allégorique : La Cité des Dames de Christine de Pizan datant de 1405. On chercherait également en vain des femmes parmi les auteurs des mythes urbains littéraires les plus célèbres (le Paris de Mercier et de Balzac, le Saint-Pétersbourg de Dostoïevski, le Dublin de Joyce), alors qu’il suffit de lire l’histoire de n’importe quelle ville pour trouver des noms des femmes, celles qui ont marqué l’histoire de la ville en question, son identité, sa mémoire et qui parfois même sont entrées dans sa légende. Il est vrai que parfois les villes elles-mêmes préservent la mémoire de celles qui ont marqué leur histoire en donnant leur nom à des rues et des places, mais cela concerne surtout les femmes qui ont vécu au cours des cent cinquante dernières années. C’est pourquoi nous encourageons les chercheurs et les chercheuses à se tourner vers des époques plus anciennes afin de découvrir ou redécouvrir les figures et les œuvres de ces femmes qui ont laissé une empreinte. On pourra également réfléchir sur les raisons qui ont rendu ces femmes invisibles et aux moyens de les faire réapparaître, du manuscrit enrichi d’images de Christine de Pisan aux moyens multimédias actuels.

Il serait également intéressant d’examiner du point de vue urbain le travail des autrices, diaristes, éducatrices et épistolières parce que cette perspective urbaine pourrait enrichir nos connaissances de leurs œuvres. Les lieux de production, d’édition le cas échéant, ou encore de diffusion méritent d’être considérés pour mieux comprendre la genèse et l’influence des œuvres. On pourra aussi se demander dans quelle mesure les sujets et les formes choisies sont inspirés par les villes et la vie qui s’y développe. L’étude des lieux urbains mentionnés dans les œuvres et le cas échéant leur représentation ou encore leur signification est également un vaste champ des recherches.

Nous vous invitons donc à réfléchir sur la relation multidimensionnelle entre les femmes et les villes, notamment en présentant la ville sous l’angle de l’activité et de la créativité féminines. La ville étant comprise comme un espace physique, mais aussi comme une collectivité et une
communauté. Cet aspect est crucial pour tenter de comprendre les dynamiques inhérentes à la culture et l’environnement urbains et la manière dont ces dynamiques influencent le processus de la création. Une approche transdisciplinaire sera donc privilégiée. Le recours aux outils anciens et récents des études historiques, culturelles et littéraires permettra de situer notre réflexion dans un contexte social, institutionnel, politique, idéologique, économique et culturel.

Quelques axes sont proposés, mais toute autre piste peut s’avérer prometteuse :

  • la ville comme objet de description et de réflexion des autrices ;
  • le rôle de l’environnement urbain dans l’activité créative des femmes ;
  • les valeurs inhérentes au monde urbain et leurs échos dans l’activité créatrice des femmes également en relation avec les valeurs du monde rural ;
  • les difficultés rencontrées par les chercheurs et chercheuses qui traitent du rôle de la ville dans les œuvres des femmes des siècles passés ou du rôle des femmes dans l’espace urbain ;
  • les similitudes et les différences selon la ville étudiée, ainsi que les évolutions morales, idéologiques et sociales qui se sont répercutées de manière significative sur la place et le rôle des femmes en tant que co-autrices de la vie urbaine ;
  • la ville comme espace d’expression de la créativité des femmes.

Informations pratiques

Notez que le colloque se tiendra en présentiel, le comité d’organisation ne garantit pas la possibilité d’une participation par visioconférence. La première langue de la conférence sera le français, mais les communications en anglais seront également acceptées. La participation aux frais de l’organisation du colloque s’élèvera à 70 euros, les frais de voyage et de logement ne sont pas couverts par les organisateurs. Les détails concernant le paiement seront envoyés uniquement après l’acceptation de la proposition.

Nous vous invitons à envoyer vos propositions de communications (votre affiliation, titre ainsi qu’un bref résumé en français ou en anglais, 500 caractères maximum) assorties de quelques lignes de bio-bibliographie, à l’adresse citedesdames@wn.uw.edu.pl avant le 30 avril 2022.

Le comité d’organisation enverra une réponse au cours du mois de mai 2022.

Une publication est prévue qui couronnera notre effort collectif. Les détails seront communiqués aux participants en juin-juillet 2022. Les consignes aux auteurs concernant la typographie, la mise en page, la bibliographie et les notes seront également envoyées à ce moment-là. Les articles doivent être soumis dans leur intégralité, accompagnés de tous les documents complémentaires requis fin novembre 2022 au plus tard.

Calendrier récapitulatif

  • Fin avril 2022 : Date limite de l’envoi de la proposition
  • Mai 2022 : Réponse du comité d’organisation
  • Juin-juillet 2022 : Information sur la publication et diffusion des consignes typographiques et bibliographiques
  • 2-3 septembre 2022 : Colloque à Varsovie, rue Dobra 55
  • Fin novembre : Date limite de la remise des articles par les auteurs

Équipe d’organisation

  • Monika Kulesza, mmkulesz@uw.edu.pl
  • Marta Wojtkowska-Maksymik, m.wojtkowska-maksymik@uw.edu.pl
  • Dariusz Krawczyk, dariusz.krawczyk@uw.edu.pl

Cet appel en PDF…

Le grand tour de France de Charles IX et Catherine de Médicis (1564-1566)

De 1564 à 1566, Catherine de Médicis et Charles IX ont entrepris le voyage le plus étendu et le plus long effectué par un souverain français. Amenant la cour dans la plupart des provinces du royaume, il fut scandé par des entrées, réceptions et festivités dans les villes de France, qui comptent parmi les plus spectaculaires du siècle. La rencontre festive entre le roi et ses sujets sert les enjeux politiques du voyage, qui se déroule peu après la Première guerre de religion. Le voyage permet de restaurer l’autorité royale en imposant la Paix d’Amboise aux régions récalcitrantes et en organisant des rencontres avec les puissances voisines du royaume.

Le « Grand Tour » a suscité de nombreux témoignages, du récit d’Abel Jouan aux écrits individuels : correspondances, dépêches, mémoires et journaux.

La mise à disposition d’une carte interactive, intégrant des récits contemporains et des documents iconographiques qui illustrent le parcours et les événements marquants du voyage, sont au cœur d’un projet né d’une collaboration entre le programme de recherche « Cité des dames, créatrices dans la cité » (I-SITE FUTURE de l’Université Gustave Eiffel) et l’association Cour de France.fr.

Une cartographie multimédia interactive de l’itinéraire

La conception de l’outil cartographique et l’intégration de l’itinéraire et des lettres de Catherine de Médicis de cette période ainsi que du Recueil et discours du voyage du roy Charles IX d’Abel Jouan constitue le premier volet du projet, réalisé en 2021.

La relecture du recueil sur Wikisource a été menée pendant l’été 2021 par deux stagiaires du master 1 LSCN de l’université Gustave Eiffel, Mélanie Brunet et Alexandre Dupont, qui ont également localisé la plupart des étapes de l’itinéraire en ajoutant des documents iconographiques ou textuels liés aux villes visitées. Philippe Gambette s’est chargé de la deuxième relecture sur Wikisource et travaille depuis septembre 2021, avec Nicole Dufournaud, à la vérification des données cartographiques et bibliographiques.

Quant à l’interface web permettant d’explorer ce voyage, appelée De ville en ville et réutilisable pour d’autres projets de cartographie multimédia interactive d’itinéraires, elle a été réalisée par Ulysse Gravier pendant le printemps et l’été 2021, à l’occasion de son stage de DUT Métiers du multimédia et de l’informatique au LIGM. Le code sous licence libre AGPL-v3.0 est disponible sur GitHub, il a depuis été complété par Philippe Gambette.

Une démarche contributive d’ajout de sources à propos des étapes de l’itinéraire

Dans un deuxième temps, des sources diverses compléteront ce corpus : mémoires, correspondances, dépêches et rapports diplomatiques, documents administratifs (2022-2023). Des documents iconographiques (tableaux, dessins, plans…) seront associés aux documents texte en fonction de leur contenu, de leurs auteurs et destinataires, ainsi que des lieux évoqués.

Le projet est ouvert à des collaborations avec des chercheurs et chercheuses spécialistes de l’époque et/ou des régions traversées qui souhaitent contribuer à la constitution du fonds documentaire. Pour toute information, contactez Philippe Gambette.

Pour en savoir plus

Contact
Philippe Gambette, Université Gustave Eiffel (philippe.gambette@univ-eiffel.fr)

Direction
Philippe Gambette, Université Gustave Eiffel
Caroline Trotot, Université Gustave Eiffel
Caroline zum Kolk, Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Cour de France.fr

Séminaire de Jennifer Scappettone « Geopoetics of the Unbounded Metropolis: The City as Circulatory System and Waste Product »

Jennifer Scappettone, poète et professeure de l’Université de Chicago, professeure invitée à l’Université Gustave Eiffel (LISAA EA 4120) dans le cadre de l’I-SITE Future donnera une première communication intitulée « Geopoetics of the Unbounded Metropolis: The City as Circulatory System and Waste Product » dans le programme de recherche Cité des Dames, Créatrices dans la cité, le jeudi 9 décembre de 14h à 17h, salle 3V071 au 3e étage du bâtiment Copernic, campus de Marne-la-Vallée, à l’université Gustave Eiffel. 

Jennifer Scappettone donnera également une lecture de ses textes le jeudi 16 décembre à 19h à l’atelier Michael Woolworth, passage du cheval blanc, 2 rue de la Roquette, 75011 Paris, avec Lisa Robertson (et ses traductrices Claire Finch et Sabrina Soyer) ainsi que Fabienne Raphoz. Informations sur www.doublechange.org ; instructions pour se rendre à l’atelier.

Séminaire « Yourcenar recréatrice de la cité : des villes aux jardins »

Le mardi 30 novembre 2021 de 15h à 17h30, dans le bâtiment Copernic de l’université Gustave Eiffel (salle 3B072), Marie Raulier et Palmyre de La Touanne animeront un séance intitulée « Yourcenar recréatrice de la cité : des villes aux jardins » dans le cadre du projet de recherche Cité des dames, créatrices dans la cité.

Cette séance pourra aussi être suivie sur Zoom à l’adresse https://univ-eiffel.zoom.us/j/88434965853 (mot de passe : B45ghLnt).

« Marguerite Yourcenar, une femme dans la cité », Béatrice Mousli (professeure, Université de Californie du Sud)

L’espace de la ville dans l’œuvre et la vie de Marguerite Yourcenar est aussi le lieu du politique. Dans l’œuvre romanesque, c’est la Rome d’Hadrien, celle du Denier du rêve, où fascistes et révolutionnaires se côtoient, c’est aussi l’anonymat de Vienne où Alexis explore son identité. Mais la ville, qui permet dans le roman l’expression d’un soi politique et social, est, dans la vie, dans la biographie de l’écrivain le locus d’un enfermement. Au quotidien, c’est aux marges qu’elle crée, qu’elle s’engage, citoyenne d’une polis hors les murs.

Pause

« Des villes sans mémoire : Yourcenar, écrivaine et historienne critique de l’espace urbain », Palmyre de La Touanne (doctorante, Sorbonne Université)

L’œuvre de Yourcenar est traversée par une écriture de la ville qui, au fil des textes, s’élabore peu à peu comme un véritable discours critique de l’espace urbain, depuis les Mémoires d’Hadrien jusqu’au dernier tome de la trilogie Le Labyrinthe du monde. En arpentant les villes d’Europe, d’Amérique et d’Asie, Yourcenar recrée avec érudition la mémoire des constructions urbaines où elle place ses personnages. Tout en se faisant l’interprète des traces laissées par l’Histoire dans ces lieux, elle se fait aussi la mémorialiste de villes oublieuses, dont elle dénonce souvent la violence qui les fonde et la disparition des liens entre les hommes et les femmes qui les habitent. Écrire les mémoires des villes consiste alors à mettre au jour les traces qui, de Rome à Bruxelles en passant par Paris et Lille, sont les marques tangibles d’une destruction de l’environnement.

« “Protégé du temps” : le jardin clos de Marguerite Yourcenar », Marie Raulier (doctorante, Université McGill)

Pas de ville sans jardin : lieu de ressourcement au sein de la ville moderne corrompue et corruptrice, le jardin nourrit l’œuvre yourcenarienne. C’est plus précisément le motif du jardin clos, enclave dans la ville, qui traverse ses écrits de fiction et ses essais, qu’il soit zen comme dans Le tour de la prison, monastique dans L’œuvre au noir ou qu’il se manifeste sous une forme insulaire comme dans Un homme obscur. Dans ces jardins, la clôture permet paradoxalement l’ouverture au monde naturel et l’ouverture à soi. Chez Yourcenar, la maxime voltairienne du « cultiver son jardin » s’interprète comme une métaphore de l’écriture, et se pratique comme une solution universelle, proposée afin de contrebalancer les effets du temps.

Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615)

 

Colloque organisé par Caroline Trotot (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel), Violaine Giacomotto-Charra (projet HumanA Université Bordeaux-Montaigne, Centre Montaigne) et Nicole Dufournaud (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel)

Bordeaux, 29-30 juin 2022, Bibliothèque Municipale de Bordeaux

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau), Philippe Gambette (Université Gustave Eiffel), Dominique Picco (Université Bordeaux-Montaigne), Sandra Provini (Université de Rouen Normandie), François Rouget (Queen’s University, Kingston, Canada), Kathleen Wilson-Chevalier (American University of Paris)

Bien qu’elles aient été exclues de nombreuses institutions savantes de la Renaissance, universités ou collèges royaux, les femmes ont joué un rôle important, dans la construction, la diffusion et la transmission des savoirs et de la culture, dans les réseaux de sociabilité et de clientèle, et ce à différents niveaux de la vie nobiliaire, urbaine et lettrée. En témoigne le grand nombre d’ouvrages qui leur est dédicacé ou l’influence qu’elles ont exercée sur le monde des arts [Wilson-Chevalier 2007][1]. Depuis la remarquable étude d’ensemble d’Evelyne Berriot-Salvadore [1990][2], des travaux essentiels ont été menés, non seulement sur de grandes figures nobiliaires comme les reines de Navarre ou Catherine de Médicis, mais aussi sur des ensembles plus vastes. La grande étude de Linda Timmermans [2005][3] montre ainsi que les femmes sont très nombreuses à participer à la culture au XVIIe siècle. De même, la partie consacrée à la période 1475-1615 par Éliane Viennot dans la récente histoire littéraire réalisée sous la direction de Martine Reid, Femmes et littérature, une histoire culturelle [2020][4], invite à renouveler une vision trop masculinisée de la littérature de la Renaissance et recense près de cent quarante autrices pour le 16e siècle [p. 223].

Ce colloque, au croisement d’un projet qui analyse la place des femmes dans la cité (https://citedesdames.hypotheses.org/ ) et d’un autre qui s’interroge sur les réseaux lettrés bordelais (https://centre-montaigne.huma-num.fr/projets-du-crmt/humana.html ), souhaite se pencher plus précisément sur la présence des femmes et sur les modalités variées de cette présence, parfois discrète ou oubliée, dans la construction et la diffusion des savoirs comme dans la vie intellectuelle et artistique de la Renaissance, en s’interrogeant plus particulièrement sur leur rôle dans l’histoire des villes, qui sont elles-mêmes des foyers intellectuels et politiques, des carrefours, des points de départ et de retour, des lieux de passages, des modèles (ou des contre-modèles), incluant des espaces divers (la cour, l’université, les académies). Il s’agira donc de contribuer également à une réflexion pluridisciplinaire sur l’histoire des villes dans la première modernité, en jetant la lumière sur la manière dont leur évolution est liée à leur nature de lieux de savoir et de culture. On tentera ainsi de poursuivre le travail pionnier mené par Michèle Clément et Janine Incardona [2008][5] pour analyser les liens unissant la ville de Lyon, l’humanisme et les femmes ainsi que celui de Kendall B. Tarte, à propos des Dames des Roches et de la ville de Poitiers, Writing Places, sixteenth Century City Culture and the Des Roches Salon [2007][6].

Les pistes à explorer sont nombreuses et variées, des plus matérielles au plus immatérielles :

– On pourra s’interroger d’abord sur la présence concrète des femmes dans les villes et les traces qu’elles y ont laissées : quel rôle les femmes ont-elles joué dans l’aménagement des villes, leur transformation pour accueillir les activités privilégiées de la culture humaniste et la diffuser ? On peut penser ici, aussi bien aux lieux privés et de représentation que sont les demeures nobles (Catherine de Médicis et l’Hôtel de la Reine, Marguerite de Valois et l’Hôtel de la Reine Marguerite) ou bourgeoises, ainsi qu’à leurs jardins, ou encore à la fondation, à l’aménagement et au développement des lieux d’éducation et de savoir (collèges, académies). Ce dernier point ouvre la piste de leur rôle dans l’éducation, la transmission des savoirs et leur construction, grâce aux lieux urbains aménagés ou investis mais aussi grâce à leur rôle dans l’éducation à domicile, qui reste essentielle pour la noblesse (c’est à une femme qu’est dédié l’essai « De l’institution des enfants »).  Par ailleurs, les modalités de l’éducation des filles, au château ou en milieu urbain, en dehors des collèges réservés aux garçons, sont encore imparfaitement connues. Quels lieux pour cette éducation ? Peut-on considérer les nombreux livres de philosophie dédiés à des dames comme une manière de construire un lieu d’éducation féminin, ou en tout cas accessible aux femmes alors que les collèges sont des lieux urbains et exclusivement masculins. D’une manière générale, on pourra se poser la question de la spécificité de lieux féminins par rapport à ceux construits autour de figures masculines, comme les couvents de femmes, ou encore analyser la manière de nommer des lieux organisés par ou pour les femmes, en saisissant ces phénomènes en diachronie (par exemple, l’émergence du concept de « salon », et la difficulté à nommer les lieux féminins de sociabilité littéraire du 16e siècle).

– Le rôle des femmes peut également être exploré à travers l’analyse des modalités de leur présence dans la ville : rôle social et culturel, en particulier quand elles sont au centre d’une cour ou d’une Académie, modalités de présence dans les milieux du livre (qu’elles soient autrices ou professionnelles du livre, épouse active d’un imprimeur-libraire ou elle-même à la tête d’une boutique de libraire ou d’un atelier d’imprimeur). Il pourra s’agir ici aussi bien de leur présence concrète et de leur rôle dans l’atelier et dans le système général de l’économie du livre, que de l’étude des réseaux au cœur desquels se trouve l’atelier ou encore de leur rôle intellectuel : livres écrits pour les dames ou dédiés aux dames, importance du mécénat et de la protection exercés par des femmes. La question du livre et celle des lieux d’habitation et de vie intellectuelle peuvent également se rejoindre à travers celle des bibliothèques féminines.

– Une autre question posée est celle du rôle des femmes dans les réseaux dont les villes sont des nœuds concrets autant que symboliques, noyaux et modèles d’un tissu de villes plus petites et de châteaux gravitant autour de villes plus importantes. On pourra s’intéresser ici au rôle de passeur de certaines figures féminines, qui après un séjour à la cour se font mécènes en leur domaine (comme Jacquette de Montbron), à celles qui vivent ainsi entre leurs châteaux et les centres urbains, et à tout ce qui rend aujourd’hui encore visibles ces réseaux : les éventuelles traces matérielles (architecture, ornements, jardins) mais aussi les correspondances, les traces archivistiques, les enseignements du péritexte des livres publiés ou la célébration de certaines figures par les poètes.

– Enfin, le colloque s’intéressera à la question de la mémoire et de la préservation de cet héritage : comment nommer et rendre visible aujourd’hui ce rôle, identifier et caractériser ces traces ? Comment les décrire, en parler, les traiter ? Exigent-ils une approche ou une méthode spécifique ? Comment rendre visibles ces problématiques aujourd’hui avec les outils numériques et plus largement penser et valoriser les traces dans les villes contemporaines ?

La période couverte par le colloque va de 1492, naissance de la première Marguerite de Navarre, à 1615, mort de la dernière. Les propositions pourront être centrées sur une figure féminine aussi bien qu’un groupe ou un réseau, mais aussi un milieu urbain particulier, un type de lieu ou tout autre approche pertinente par rapport au sujet, dans diverses disciplines notamment littérature, histoire, histoire des arts, humanités numériques.

Les propositions de 2000 signes ou 300 mots maximun, accompagnées d’une courte bio-bibliographie d’une page maximum sont à adresser à l’adresse générique colloquefemmeshumanisme@gmx.fr pour le 15 décembre 2 janvier 2022.

[1] Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, sous la dir. de Kathleen Wilson-Chevalier avec la collaboration d’Eugénie Pascal, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, coll. “L’école du genre”, Série Nouvelles recherches n°2, 2007.

[2] Evelyne Berriot-Salvadore, Les Femmes dans la Société française de la Renaissance, Genève, Droz, 1990.

[3] Linda Timmermans, L’Accès des Femmes à la culture sous l’ancien régime, Paris, éditions Honoré Champion, Champion classiques, 2005, 1e édition 1993.

[4] Femmes et littérature. Une histoire culturelle, I, sous la direction de Martine Reid, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2020, p. 219-479. On trouvera une bibliographie p. 434-453.

[5] L’émergence littéraire des femmes à Lyon à la Renaissance (1520-1560), sous la direction de Michèle Clément et Janine Incardona, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008.

[6] Kendall B. Tarte, Writing Places, sixteenth Century City Culture and the Des Roches Salon, Newark, University of Delaware Press, 2007.

Parrainage de la Fisier pour le colloque Bordeaux juin 2021
Parrainage de la Fisier
Parrainage de la Siefar
Parrainage de la Sfdes

Vidéo de la conférence d’Allison Lange et Claire Delahaye, « Suffragists in the City »

Allison Lange (Wentworth Institute of Technology, Boston), professeure invitée à l’Université Gustave Eiffel et Claire Delahaye (LISAA, Université Gustave Eiffel), spécialistes de l’histoire du droit de vote des femmes aux États-Unis, ont donné le jeudi 30 septembre de 15h30 à 17h30 une conférence autour du thème « Suffragists in the City ».

Allison K Lange est professeure invitée par l’Université Gustave Eiffel et le laboratoire LISAA. Elle est spécialiste de l’histoire du droit de vote des femmes aux États-Unis, et spécialiste d’histoire visuelle. Son travail interroge notamment la façon dont les femmes militant pour leurs droits, ainsi que celles et ceux qui s’y opposaient, utilisaient les images pour articuler genre et pouvoir. Elle a publié en 2020 Picturing Political Power: Images in the Women’s Suffrage Movement (The University of Chicago Press). Elle a également été commissaire de plusieurs expositions, à la bibliothèque Schlesinger à Harvard en 2020, ou la Société d’Histoire du Massachusetts en 2019 et consultante sur de très nombreux événements promouvant les savoirs académiques auprès d’un public non spécialiste. Elle a également siégé au sein du comité de spécialistes créé par le Congrès américain pour le centenaire du droit de vote des femmes aux États-Unis.

La vidéo de la conférence :

Des cités de dames, refuges après l’Affaire des Placards (1534/35): le poète Marot entre Nérac (Marguerite de Navarre) et Ferrare (la duchesse Renée)

Le mardi 19 octobre 2021, Patricia Eichel-Lojkine, qui a récemment publié aux éditions Perrin une biographie de Marguerite de Navarre, interviendra dans une séance conjointe de cours du master LSCN de l’université Gustave Eiffel et de séminaire du projet Cité des dames, créatrices dans la cité.

Sa communication aura lieu dans l’auditorium Maurice Gross du bâtiment Copernic, de 15h à 17h30.

Patricia Eichel-Lojkine est intervenue dans l’émission Historiquement vôtre sur Europe 1 le lundi 20 septembre de 16h à 18h, sur le thème « Donne-moi de tes nouvelles », pour parler de son livre sur Marguerite de Navarre :

Séminaire : quelques promenades du matrimoine littéraire

Comment les femmes de lettres ont-elles marqué les villes au fil des siècles ? Des promenades du matrimoine nous permettent de retrouver leur empreinte, ou celle de leur plume, dans les cités qu’elles ont habitées, traversées, décrites. Nous partirons sur leurs traces à l’aide de plusieurs parcours du matrimoine littéraire déjà créés ou en cours de conception dans le cadre du projet de recherche Cité des dames, créatrices dans la cité. Et quand ces traces ont disparu, pour des autrices de la Renaissance ou de l’Âge classique, le numérique peut nous aider à les redécouvrir, en reconstituant les lignes effacées de ce palimpseste urbain.

Cette séance pourra être suivie en ligne à l’adresse https://univ-eiffel.zoom.us/j/86762071261 (mot de passe : CitDam2021)

Le programme sera le suivant :

  • 14h – Accueil
  • 14h05 – Philippe Gambette : Introduction sur les promenades du matrimoine littéraire
  • 14h20 – Léonard Kim : Démonstration de l’application web Histoires d’autrices
  • 14h30 – Maéva De Sousa : Le Paris de Marie de Gournay
  • 14h55 – Ulysse Gravier : Démonstration de l’application Les promenades du matrimoine
  • 15h05 – Caroline Trotot : Marguerite de Valois et les villes de Flandres
  • 15h30 – Alexis Martinet : Démonstration de l’application L’itinéraire des Flandres de Marguerite de Valois
  • 15h40 – Échanges avec le public

Le séminaire sera suivi à 16h de l’assemblée générale de l’association Le deuxième texte puis à 17h de la remise des prix de la seconde édition du défi #JeLaLis, dont le projet de recherche Cité des dames, créatrices dans la cité est partenaire (inscription obligatoire à cette adresse pour recevoir le lien ou connaître le lieu de l’événement, accessible dans la limite des places disponibles).


Visuels :

  • capture d’écran de Matrimoine Renée Vivien 2020 par Marie Gendron (YouTube) ;
  • illustration tirée du manuscrit Ms. 522 de La Coche conservé à la bibliothèque du Château de Chantilly ;
  • capture d’écran de l’application Promenades du matrimoine réalisée par Ulysse Gravier

Colloque « Fortes de corps, d’âme et d’esprit : récits de vie et construction de modèles féminins du XIVe au XVIIIe siècle »

Le projet Cité des dames, créatrices dans la cité a soutenu l’organisation du colloque « Fortes de corps, d’âme et d’esprit : récits de vie et construction de modèles féminins du XIVe au XVIIIe siècle », qui aura lieu les 10 et 11 juin dans la salle de conférences de la maison de l’université, sur le campus Mont-Saint-Aignan de l’université de Rouen Normandie.

Plus de détails sur le programme de ce colloque orgrganisé par
l’Université de Rouen-Normandie, le CÉRÉdI et l’IRIHS dans le cadre du projet de recherche La Force des femmes, hier et aujourd’hui (XVIe-XXIe siècles) : https://forcedesf.hypotheses.org/400.

Le colloque sera retransmis en direct par l’université de Rouen à l’adresse https://webtv.univ-rouen.fr/lives/en-direct-de-la-maison-de-luniversite/.

Allée des dames

À Champs-sur-Marne, seules huit rues portent un nom de femme ; quatre d’entre elles ont une œuvre écrite. L’allée privée Marguerite Duras est fermée par un haut portail noir. En revanche, il est possible de se promener dans les rues Simone de Beauvoir, George Sand et Louise Michel. À première vue, ces sont des voies plutôt ternes, situées dans des lotissements sans intérêt. Nous avons pourtant fait le pari qu’il était possible de trouver des résonances entre ces lieux et les œuvres des autrices. Des captures d’écran issues d’une exploration virtuelle renvoient à des extraits : image et écrits se complètent, se répondent, s’opposent ; le plus souvent, ce sont les décalages qui permettent de méditer sur notre rapport au cadastre et à la littérature.

Cette création de Marguerite Andrieu, Marion Chevillard, Maeva De Sousa, Safietou Dia, Amélie Fezzaï, Eloïse Le Masson, Léa Lukowski et Suzanne Duval, encadrée par Charles Coustille, Allée des Dames, est issue du séminaire FTD pour le master 2 LSCN de l’Université Gustave Eiffel et pour le projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité, le 7 avril 2021.

Lire le recueil sur Calaméo, le télécharger en PDF

Séminaire : Promenade à huis-clos, du Parking Péguy à l’Impasse Duras

7 avril 2021, 14h-16h, salle 3B050 (pour les M2, les membres du LISAA, ou sur inscription obligatoire auprès de philippe.gambette@univ-eiffel.fr) ou en vidéoconférence à l’adresse https://univ-eiffel.zoom.us/j/85853683609 (mot de passe : CitDam2021)

Charles Coustille, maître de conférences à l’université Gustave Eiffel, interviendra pour cette troisième séance du séminaire du projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité, intitulée Promenade à huis-clos, du Parking Péguy à l’Impasse Duras :

  • 14h : réflexion générale sur “Matrimoine et littérature” (présentation et discussion)
  • 15h : Parking Péguy et les “Plaques du matrimoine” (présentation et discussion)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search