Séminaire : quelques promenades du matrimoine littéraire

Comment les femmes de lettres ont-elles marqué les villes au fil des siècles ? Des promenades du matrimoine nous permettent de retrouver leur empreinte, ou celle de leur plume, dans les cités qu’elles ont habitées, traversées, décrites. Nous partirons sur leurs traces à l’aide de plusieurs parcours du matrimoine littéraire déjà créés ou en cours de conception dans le cadre du projet de recherche Cité des dames, créatrices dans la cité. Et quand ces traces ont disparu, pour des autrices de la Renaissance ou de l’Âge classique, le numérique peut nous aider à les redécouvrir, en reconstituant les lignes effacées de ce palimpseste urbain.

Cette séance pourra être suivie en ligne à l’adresse https://univ-eiffel.zoom.us/j/86762071261 (mot de passe : CitDam2021)

Le programme sera le suivant :

  • 14h – Accueil
  • 14h05 – Philippe Gambette : Introduction sur les promenades du matrimoine littéraire
  • 14h20 – Léonard Kim : Démonstration de l’application web Histoires d’autrices
  • 14h30 – Maéva De Sousa : Le Paris de Marie de Gournay
  • 14h55 – Ulysse Gravier : Démonstration de l’application Les promenades du matrimoine
  • 15h05 – Caroline Trotot : Marguerite de Valois et les villes de Flandres
  • 15h30 – Alexis Martinet : Démonstration de l’application L’itinéraire des Flandres de Marguerite de Valois
  • 15h40 – Échanges avec le public

Le séminaire sera suivi à 16h de l’assemblée générale de l’association Le deuxième texte puis à 17h de la remise des prix de la seconde édition du défi #JeLaLis, dont le projet de recherche Cité des dames, créatrices dans la cité est partenaire (inscription obligatoire à cette adresse pour recevoir le lien ou connaître le lieu de l’événement, accessible dans la limite des places disponibles).


Visuels :

  • capture d’écran de Matrimoine Renée Vivien 2020 par Marie Gendron (YouTube) ;
  • illustration tirée du manuscrit Ms. 522 de La Coche conservé à la bibliothèque du Château de Chantilly ;
  • capture d’écran de l’application Promenades du matrimoine réalisée par Ulysse Gravier

Colloque « Fortes de corps, d’âme et d’esprit : récits de vie et construction de modèles féminins du XIVe au XVIIIe siècle »

Le projet Cité des dames, créatrices dans la cité a soutenu l’organisation du colloque « Fortes de corps, d’âme et d’esprit : récits de vie et construction de modèles féminins du XIVe au XVIIIe siècle », qui aura lieu les 10 et 11 juin dans la salle de conférences de la maison de l’université, sur le campus Mont-Saint-Aignan de l’université de Rouen Normandie.

Plus de détails sur le programme de ce colloque orgrganisé par
l’Université de Rouen-Normandie, le CÉRÉdI et l’IRIHS dans le cadre du projet de recherche La Force des femmes, hier et aujourd’hui (XVIe-XXIe siècles) : https://forcedesf.hypotheses.org/400.

Le colloque sera retransmis en direct par l’université de Rouen à l’adresse https://webtv.univ-rouen.fr/lives/en-direct-de-la-maison-de-luniversite/.

Allée des dames

À Champs-sur-Marne, seules huit rues portent un nom de femme ; quatre d’entre elles ont une œuvre écrite. L’allée privée Marguerite Duras est fermée par un haut portail noir. En revanche, il est possible de se promener dans les rues Simone de Beauvoir, George Sand et Louise Michel. À première vue, ces sont des voies plutôt ternes, situées dans des lotissements sans intérêt. Nous avons pourtant fait le pari qu’il était possible de trouver des résonances entre ces lieux et les œuvres des autrices. Des captures d’écran issues d’une exploration virtuelle renvoient à des extraits : image et écrits se complètent, se répondent, s’opposent ; le plus souvent, ce sont les décalages qui permettent de méditer sur notre rapport au cadastre et à la littérature.

Cette création de Marguerite Andrieu, Marion Chevillard, Maeva De Sousa, Safietou Dia, Amélie Fezzaï, Eloïse Le Masson, Léa Lukowski et Suzanne Duval, encadrée par Charles Coustille, Allée des Dames, est issue du séminaire FTD pour le master 2 LSCN de l’Université Gustave Eiffel et pour le projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité, le 7 avril 2021.

Lire le recueil sur Calaméo, le télécharger en PDF

Séminaire : Promenade à huis-clos, du Parking Péguy à l’Impasse Duras

7 avril 2021, 14h-16h, salle 3B050 (pour les M2, les membres du LISAA, ou sur inscription obligatoire auprès de philippe.gambette@univ-eiffel.fr) ou en vidéoconférence à l’adresse https://univ-eiffel.zoom.us/j/85853683609 (mot de passe : CitDam2021)

Charles Coustille, maître de conférences à l’université Gustave Eiffel, interviendra pour cette troisième séance du séminaire du projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité, intitulée Promenade à huis-clos, du Parking Péguy à l’Impasse Duras :

  • 14h : réflexion générale sur « Matrimoine et littérature » (présentation et discussion)
  • 15h : Parking Péguy et les « Plaques du matrimoine » (présentation et discussion)

Recrutement d’un ou une ingénieure de recherche en humanités numériques

Le LISAA, Littératures, SAvoirs et Arts, recrute un ingénieur ou une ingénieure de recherche pour un contrat de travail à durée déterminée de treize mois sur le projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité.

Ce projet vise à mettre en lumière les créatrices dans la ville, en proposant notamment des promenades réelles ou virtuelles du matrimoine urbain, notamment à Paris, mais aussi dans des villes de province (partenariat Lyon et Bordeaux) et dans des villes de taille plus réduite comme Fontainebleau ou Nérac.

Il s’intéresse particulièrement au rapport des écrivaines et des villes : l’inscription de leur activité d’écriture dans les villes, la représentation des villes dans leurs textes, la manière dont la sociabilité urbaine est transformée par la vie littéraire.

Dans ce projet pluridisciplinaire et transéculaire, un volet spécifique est consacré aux XVIe-XVIIe siècle et notamment aux Marguerite de Navarre. Des partenariats avec le projet HumanA de Bordeaux piloté par Violaine Giacomotto-Charra et avec le projet Cour de France (Caroline Zum Kolk) ouvrent plus largement sur la place des femmes de l’ancien régime dans la construction des savoirs et des cultures urbaines.

Tous ces projets reposent sur la collecte de données mais aussi sur une réflexion sur la manière de les interpréter et de les valoriser grâce aux outils numériques.

Les missions consisteront à recueillir, structurer et valoriser, à l’aide d’outils numériques, des données relatives à des créatrices de la Renaissance, notamment la bibliothèque et les comptes de Marguerite de Valois.

Il prévoit aussi, sur environ un tiers du temps de travail, d’assurer la coordination du projet Cité des Dames, en particulier l’animation du carnet de recherche Hypotheses et l’organisation d’événements (un colloque à Pau initialement prévu en juin 2021 notamment).

Le profil recherché est celui d’un ou une titulaire de doctorat en littérature ou histoire moderne 16e-17e, éventuellement d’un ou une doctorante en fin de thèse, avec des appétences et compétences sur le traitement des archives et les humanités numériques, et une expérience de travail dans des projets de recherche interdisciplinaires.

Les missions seront menées dans l’équipe FTD (Formes, Théories, Discours) du LISAA, avec Caroline Trotot, en collaboration avec Philippe Gambette du LIGM. Par ailleurs, un encadrement de stagiaires pourra être envisagé.

Prise de poste souhaitée : prévue pour juin 2021, mais pourra être décalée si besoin.

Transmettre le 30 avril 2021 au plus tard, votre CV et votre lettre de motivation pour ce poste.

Contacts :  caroline.trotot@univ-eiffel.fr, philippe.gambette@univ-eiffel.fr

Retrouver cette offre en PDF

Marie de Gournay, une parisianiste du bon usage

Ce billet s’appuie sur l’article de Suzanne Duval (Université Gustave Eiffel), « Le parisianisme de Marie de Gournay », à paraître en 2021 dans la revue des Cahiers d’Humanisme et Renaissance, publication qui a d’abord pris la forme d’une conférence au séminaire Transversales (dir. Delphine Denis et Anne-Pascale Pouey-Mounou, novembre 2020, Sorbonne Université).

Aujourd’hui, le mot de parisianisme est une manière péjorative de désigner l’élitisme parisien. Mais sous l’Ancien Régime, ce terme renvoyait aux traits spécifiques du langage parlé dans la région de Paris, à une époque où la langue française n’était pas unifiée et se divisait en divers dialectes parlés sur le territoire francophone.

On peut alors dire que Marie de Gournay, écrivaine du début du XVIIe siècle surtout connue pour avoir été l’éditrice des Essais de Montaigne malgré son œuvre littéraire prolifique, est parisianiste dans tous les sens du terme : elle affiche volontiers son appartenance à une cité qui, depuis l’installation de la Cour du roi au Louvre, est en train de devenir la première ville de France, et elle considère que le langage des Parisiens est le plus pur de tous les usages du Royaume.

Pourquoi cet attachement à une ville et à son langage ? Que nous apprend-il sur cette autrice et son œuvre littéraire ?

Selon la damoiselle (c’est avec ce titre que Marie de Gournay, qui n’était pas mariée[1], signe la plupart de ses œuvres), Paris est la ville des savoirs, où l’on peut apprendre les « sciences par enseignement [et] par conférence » : ce mot de conference renvoie à l’« art de conférer » cher à Montaigne, c’est-à-dire au dialogue et à la dispute argumentée. C’est  d’ailleurs à Paris que Marie de Gournay rencontra Montaigne, après avoir lu avec passion ses Essais. Dans son autobiographie, elle raconte son enfance en Picardie comme un exil : dès lors, « rester à Paris, [c’est] entretenir sa réputation, faire accepter son nom et sa production d’auteur. » Aussi affiche-t-elle fièrement la parisianité de son œuvre dans la préface de son livre de maturité, recueil d’essais intitulé Les Advis (publiée en 1631, puis en 1634 et 1641 chez T. du Bray) :

Lecteur, voici Les Advis ou Les Presens desquels, selon ma débile puissance je régale ma Patrie : et si pour être nés à Paris et d’une Parisienne zélée à ce berceau, huitième merveille du Monde, tu les veux rebaptiser du nom de Parisiens, je t’en avoue [je t’y autorise].

Comme Malherbe, Marie de Gournay fait du langage des Parisiens la norme du bon usage, mais en ne se référant pas aux mêmes groupes sociaux. En effet ce poète puriste, peut-être par provocation, valorisait l’usage des « crocheteurs du port au foin », c’est-à-dire des travailleurs parisiens les plus humbles. D’une manière bien différente, Marie de Gournay rejette les façons de parler de la « populace », et favorise la langue des instances publiques que sont les conseillers, les parlementaires, les juristes et les avocats, à une époque où ces derniers passent de plus en plus pour des pédants sans élégance. Contre cette tendance, Marie de Gournay rappelle l’autorité de ceux « qui sont la plus solide, prudente et mieux parlante partie de ce corps de la Cour, et dans lesquels sa Majesté même tient lieu comme Chef ». En ce sens, le bon usage de la cour existe bel et bien du point de vue de Marie de Gournay, à condition qu’il réunisse toutes les élites de la ville de Paris :

Mais à propos, qui a dit je vous prie à cette tendre espèce de Seigneurs et de Dames, que Paris et la France se doivent régler à leur langage, pour en dépendre absolument ? Ils font petitement partie de la Cour, et la Cour entière fait part de la France : mais plus précisément et prochainement elle fait part de Paris, puis que cette auguste et Royale Ville est capitale de cette illustre Région. La Cour hors de Paris, se peut dire hors de chez soi.

Les positions fermes assumées par Marie de Gournay sur la langue française et ses normes lui permettent ainsi de définir une identité de femme de lettres pleinement intégrée dans les débats linguistiques de sa cité, à une époque où celle-ci commence à prédominer sur les autres bonnes villes de France.

Maéva DE SOUSA

Étudiante du Master LSCN de l’Université Gustave Eiffel


[1] Au début du XVIIe siècle, « damoiselle » désigne une femme noble qui n’a pas le titre de dame. Voir le Thresor de la langue francoyse (1606) de Jean Nicot.

Publication de Cité modèle de Donna Stonecipher

L’ouvrage Cité Modèle de Donna Stonecipher, traduit par Jérémy Victor Robert, vient de paraître en édition bilingue dans la collection américaine des éditions joca seria. Ce recueil de poèmes en prose a été publié avec le soutien de la Poetry Foundation, de l’Institut Universitaire de France et de l’Université Gustave Eiffel (LISAA), dans le cadre du projet Cité des Dames.

Charlotte Fauve lui consacre un article dans Télérama : « Donna Stonecipher et ses ballades dans la ville ».

L’édition originale du recueil, en anglais des États-Unis, avait fait l’objet l’an dernier d’une chronique enthousiaste dans le Frank Skinner’s Poetry Podcast. Donna Stonecipher a également été distinguée en 2018 par le New York Times pour son recueil de poèmes Transaction Histories : The Best Poetry of 2018.

Ateliers du défi #JeLaLis

L’association Le deuxième texte organise des ateliers de présentation du défi et du concours #JeLaLis, dont le projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité est partenaire, ce samedi 20 février de 10h à 11h et jeudi prochain de 17h à 18h.

Inscrivez-vous à cette adresse pour obtenir le lien de connexion à cette séance en vidéoconférence, ou signaler votre intérêt pour une séance à un autre horaire !

Séminaire : Women and City-making in Belfast and Derry / Londonderry

Women and City-making in Belfast and Derry / Londonderry: How Women re-invest public space artistically and politically?

18 mars 2021, 14h-16h, sur Zoom : https://univ-eiffel.zoom.us/j/85853683609 (mot de passe : CitDam2021)

Séminaire du projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité.

La séance se déroulera en français.

14h ‒ Hélène Alfaro-Hamayon (Université Gustave Eiffel) :
« Picking up the threads from women’s centres in the 1980s to community theatre and « Reclaim the Agenda »: Looking at women’s grassroots involvement in the city of Belfast and beyond. »

15h ‒ Susan Dunne (ENSA Paris-Malaquais) :
« Three female artists’ contributions to City-making in Northern Ireland: Reviews of the works, trajectories, and positions of Sandra Johnston, Susan MacWilliam and Mary McIntyre. »

Femmes engagées dans la cité : la lutte pour le droit de vote aux États-Unis

Vous trouverez ci-dessous des vidéos du colloque How long must women wait for liberty? Woman suffrage and women’s citizenship in the long history of the 19th amendment organisé du 8 au 10 janvier 2020 par l’université de Lille et l’université Gustave Eiffel.


Plénière de Roger Smith – « Long After Suffrage: Gender Differences and the Quest for Equal Citizenship in America » :


Table ronde 2 – Audrey Celestine, Fatma Ramdani, Myriam Cottias, Sam Erman, Mame-Fatou Niang, Judy Tsu-Chun Wu :


Panel 6 – Mame-Fatou Niang, Britney C.Cooper, Tanisha C.Ford, Treva Lindsey :


Panel 7 – Camille Rouquet, Sarah Gordon, Allison Lange, Kate Clarke Lemay :

Reconnaissance d’entités nommées géographiques dans les textes littéraires

Dans le cadre de son postdoc à l’université Gustave Eiffel pour le projet Cité des Dames, Eleni Kogkitsidou a développé l’outil libre GeoNER pour la reconnaissance d’entités nommées géographiques.

GeoNER est un comparateur qui utilise cinq outils (CasEN, CoreNLP, Perdido, SEM, spaCy), en harmonisant le format de sortie, pour repérer les noms propres correspondant aux toponymes. Chacun de ces outils utilise différentes approches fondées sur l’apprentissage automatique ou les règles. Après observation sur les premiers résultats obtenus favorisant les approches à base des règles, une approche supplémentaire appelée CasEN+R(repair) a été implémentée. CasEN+R est une approche qui combine la sortie de CasEN en utilisant des règles supplémentaires, des ressources linguistiques et certains graphes existants fournis par CasEN.

Ces approches ont été évaluées grâce au script eval.sh qui fournit des informations en terme de précision, rappel et f-mesure sur les performances des différentes approches appliquées sur des textes anciens :

Ce travail a fait l’objet d’une communication à la quatrième édition du colloque international ACM SIGSPATIAL GeoHumanities 2020 :
Eleni Kogkitsidou & Philippe Gambette, “Normalisation of 16th and 17th century texts in French and geographical named entity recognition”. ACM SIGSPATIAL GeoHumanities’20, p. 28-34, DOI : 10.1145/3423337.3429437.

Voici la vidéo de présentation à l’événement qui s’est tenu en ligne le 5 novembre 2020 :

Eleni Kogkitsidou a également encadré le stage de Jonathan Poinhos, étudiant du master 1 d’informatique de l’université Gustave Eiffel, co-encadré par Philippe Gambette, intitulé « Approches automatiques pour la modernisation des textes du XVe au XVIIIe siècle ». L’outil ABA développé par Jonathan lors de ce stage fera l’objet d’une publication, actuellement en cours de rédaction.

Nous remercions l’université Gustave Eiffel pour le prolongement d’un mois du contrat d’Eleni suite aux difficultés rencontrées pendant la crise sanitaire du printemps 2020.

Le parisianisme de Marie de Gournay

Marie de Gournay et Paris

Suzanne Duval, maîtresse de conférences à l’Université Gustave Eiffel, membre du projet « Cité des Dames », participe à l’après-midi de recherches croisées entre les équipes de Delphine Denis et d’Anne-Pascale Pouey-Mounou, consacrée à Marie de Gournay. Elle explorera le parisianisme de Marie de Gournay.

Continuer la lecture de Le parisianisme de Marie de Gournay

Marguerite de Valois prisonnière confinée au Louvre en 1576

Pendant la période de confinement, du 16 mars au 11 mai 2020, beaucoup d’événements prévus ont dû être annulés ou reportés. Chacun et chacune d’entre nous a réorienté ses activités vers celles qui pouvaient se faire à distance. C’est dans ce cadre que l’association AWARE a décidé de mettre en ligne une série de podcasts intitulée « Women House », en référence à l’exposition organisée par Camille Morineau et Lucia Pesapane à la Monnaie de Paris en 2017 puis au National Museum of Women in the Arts de Washington en 2018,  à propos de l’espace domestique dans les œuvres de créatrices. Dans ces podcasts mis en ligne depuis avril 2020, des femmes d’aujourd’hui, confinées en raison de la pandémie de covid-19, présentent et lisent les textes d’autrices confinées. 

L’action s’inscrit triplement dans le projet « Cité des Dames ». Il s’agit de lire des textes écrits par des femmes dont une partie évoque des lieux urbains : Berlin occupé par l’armée russe, Paris, pendant les guerres de religion du XVIe siècle. Il s’agit aussi de créer une cité des dames numérique qui donne aux créatrices de nouveaux lieux pour être entendues de publics variés. Enfin, il s’agit d’un réseau professionnel et amical constitué par des lectrices d’aujourd’hui, qui nous permet de poursuivre le partenariat initié avec l’association AWARE dans le programme « Visibilité, invisibilité des savoirs des femmes ». 

Dans ce cadre, Caroline Trotot a choisi de lire deux extraits des Mémoires de Marguerite de Valois. On trouvera ci-dessous le texte de la présentation et les extraits lus.

Texte du podcast : présentation des textes lus

Princesse de la Renaissance, elle est fille d’Henri II et de Catherine de Médicis. Elle raconte sa jeunesse, depuis la mort de son père en 1559, quand elle a six ans, jusqu’à son séjour en Gascogne, en 1581, comme reine de Navarre animant la brillante cour de Nérac. L’histoire de Marguerite de Valois c’est une histoire tragique, celle de la France des guerres de religion, c’est-à-dire des guerres civiles. Son mariage avec son cousin protestant le roi Henri de Navarre en est le symbole puisque les noces qui doivent sceller la réconciliation pacifique des Valois catholiques et des Bourbon protestants sont l’occasion du massacre de la Saint-Barthélemy. Le Louvre, lieu des fêtes et de la magnificence du pouvoir royal se transforme en scène sanglante jusque dans la chambre de Marguerite. 

Portrait anonyme de Marguerite de Valois, vers 1574, conservé au département estampes et photographies de la Bibliothèque national de France

Le passage que j’ai choisi de lire se situe quelques années plus tard, en 1576, toujours au Louvre. Marguerite a 22 ans. 

Après l’évasion de son mari Henri de Navarre hors du Louvre et de Paris en février 1576, elle est retenue comme otage par son frère, le roi Henri III et par sa mère, Catherine de Médicis. Ils craignent qu’elle ne serve contre eux les intérêts du roi de Navarre et de François d’Alençon (le jeune frère de Marguerite et d’Henri III). La jeune femme reste plusieurs mois confinée dans sa chambre au Louvre et reconnaît les bénéfices paradoxaux que cette période charnière a apportés dans sa vie. Elle lit beaucoup, des textes philosophiques en particulier, et elle se livre à la méditation religieuse. 

Ce texte me paraît être l’un des textes charnières des Mémoires de Marguerite. Au milieu de son livre, elle explique le bénéfice de la lecture et, si l’on remonte un peu de quelques paragraphes, on voit qu’elle découvre aussi les bénéfices d’une écriture clandestine. Cette écriture de la lettre familière – et pourtant diplomatique – apparaît comme le modèle de ces Mémoires dont elle invente la forme littéraire. 

Quand Marguerite de Valois écrit ses Mémoires – vers 1594 sans doute – elle est confinée dans le château d’Usson, en Auvergne, où elle est assignée à résidence, de 1585 à 1605. Elle y cultive une société intellectuelle au milieu de laquelle elle brille malgré tout. 

La lecture, l’écriture, l’intelligence sont les ressources qui vont permettre à Marguerite de survivre à l’épreuve de la violence de l’histoire. Les Mémoires racontent un peu cela, comment elle développe les ressources intérieures qui lui permettent de survivre entre Henri III, Catherine de Médicis, Henri de Navarre et François d’Alençon. Et comment à partir de là, elle apprend à construire d’autres rapports avec l’extérieur, grâce à une écriture à la fois dramatisée et souvent drôle, toujours dense, comme si elle était cryptée. 

Les Mémoires fonctionnent de manière subversive : ils semblent reproduire le monde des Valois et ils en dénoncent l’hypocrisie. De la même manière, le confinement est le lieu de l’apprentissage de la liberté par la subversion. J’aime beaucoup ce texte qui montre une subversion féminine par l’activité intellectuelle et créatrice et qui donne une image bien différente de la femme que le public connaît sous le nom de « reine Margot ». Il arrive qu’on fasse encore aujourd’hui rêver le public aux secrets d’histoire dont la chambre de Marguerite a été le lieu. Le texte nous livre le secret d’un plaisir solitaire intellectuel et spirituel. 

J’ai donc choisi de commencer par lire la levée du confinement, pages 111 et 112. Je remonterai ensuite quelques paragraphes plus au haut au récit de l’entrée dans ce qu’elle nomme sa « captivité ». Quand elle dit le roi, il s’agit d’Henri III et quand elle dit mon frère il s’agit de François d’Alençon. 

Extrait 1 : La levée du confinement (p. 111-112)

« Le roi entre sur cela en son cabinet, qui avec une infinité de belles paroles tâche à me rendre satisfaite, me conviant à une amitié, voyant que mes façons ni mes paroles ne démontraient aucun ressentiment de l’injure que j’avais reçue ; ce que je faisais plus pour le mépris de l’offense que pour satisfaction, ayant passé le temps de ma captivité au plaisir de la lecture, où je commençai lors à me plaire, n’ayant cette obligation à la Fortune, mais plutôt à la Providence divine, qui dès lors commença à me produire un si bon remède pour le soulagement des ennuis qui m’étaient préparés à l’avenir. Ce qui m’était aussi un acheminement à la dévotion, lisant en ce beau livre universel de la Nature tant de merveilles de son Créateur, que toute âme bien née, faisant de cette connaissance une échelle de laquelle Dieu est le dernier et le plus haut échelon, ravie, se dresse à l’adoration de cette merveilleuse lumière, splendeur de cette incompréhensible essence, et faisant un cercle parfait ne se plaît plus à autre chose qu’à suivre cette chaîne d’Homère, cette agréable encyclopédie, qui part de Dieu, [et] retourne à Dieu même, principe et fin de toutes choses. Et la tristesse, contraire à la joie qui emporte hors de nous les pensées de nos actions, réveille notre âme en soi-même, qui, rassemblant toutes ses forces pour rejeter le Mal et chercher le Bien, pense et repense sans cesse pour choisir ce souverain bien, auquel pour assurance elle puisse trouver quelque tranquillité. Qui sont de belles dispositions pour venir à la connaissance et amour de Dieu. Je reçus ces deux biens de la tristesse et de la solitude à ma première captivité, de me plaire à l’étude et m’adonner à la dévotion, biens que je n’eusse jamais goûtés entre les vanités et magnificences de ma prospère fortune.

Le roi, comme j’ai dit, ne voyant en moi nulle apparence de mécontentement, me dit que la reine ma mère s’en allait trouver mon frère en Champagne pour traiter une paix, qu’il me priait de l’accompagner et y apporter tous les bons offices que je pourrais, et qu’il savait que mon frère avait plus de créance en moi que [en] tout autre ; que de ce qui viendrait de bien en cela, il m’en donnerait l’honneur et m’en resterait obligé. Je lui promis ce que je voulais faire (car c’était le bien de mon frère et celui de l’État), qui était de m’y employer en sorte qu’il en resterait content. »

Extrait 2 : L’annonce de la captivité par Catherine de Médicis (p. 106-107)

« […] La reine ma mère […] m’était venue trouver en ma chambre que je m’habillais encore, faisant état, bien que je fusse encore mal de mon rhume – mais plus malade en l’âme qu’au corps de l’ennui qui me possédait – de sortir de ce jour-là de ma chambre pour voir un peu le cours du monde sur ces nouveaux accidents, étant toujours en peine de ce qu’on entreprendrait contre mon frère et le roi mon mari.

Elle me dit : “Ma fille, vous n’avez que faire de vous hâter de vous habiller. Ne vous fâchez point, je vous prie, de ce que j’ai à vous dire. Vous avez de l’entendement. Je m’assure que ne trouverez point étrange que le roi se sente offensé contre votre frère et votre mari, et que, sachant l’amitié qui est entre vous, il craint que vous sachiez leur partement, et est résolu de vous tenir pour otage de leurs déportements. Il sait combien votre mari vous aime, et ne peut avoir un meilleur gage de lui que vous. Pour cette cause il a commandé que l’on vous mît des gardes, pour empêcher que vous ne sortiez de votre chambre. Aussi, que ceux de son conseil lui ont représenté que si vous étiez libre parmi nous, vous découvririez tout ce qui se délibérerait contre votre frère et contre votre mari et les en avertiriez. Je vous prie ne le trouver mauvais ; ceci, si Dieu plaît, ne durera guère. Ne vous fâchez point aussi si je n’ose si souvent vous venir voir, car je craindrais d’en donner soupçon au roi ; mais assurez-vous que je ne permettrai point qu’il vous soit fait aucun déplaisir, et que je ferai tout ce que je pourrai pour mettre la paix entre vos frères.”

Je lui représentai combien était grande l’indignité qu’on me faisait en cela. Je ne voulais pas désavouer que mon frère m’avait toujours librement communiqué tous ses justes mécontentements; mais pour le roi mon mari, depuis qu’il m’avait ôté Thorigny, nous n’avions point parlé ensemble; que même il ne m’avait point vue en ma maladie, et ne m’avait point dit adieu. Elle me répond: « Ce sont petites querelles de mari à femme; mais on sait bien qu’avec douces lettres il vous regagnera le cœur, et que, s’il vous mande l’aller trouver, vous y irez, ce que le roi mon fils ne veut pas.»

Elle s’en retournant, je demeure en cet état quelques mois, sans que personne, ni [même] mes plus privés amis, m’osassent venir voir, craignant de se ruiner. À la Cour, l’adversité est toujours seule, comme la prospérité est accompagnée; et la persécution est la coupelle des vrais et entiers amis. Le seul brave Grillon est celui qui, méprisant toutes défenses et toutes défaveurs, vint cinq ou six fois en ma chambre, étonnant tellement de crainte les cerbères que l’on avait mis à ma porte, qu’ils n’osèrent jamais le dire, ni lui refuser le passage.

Durant ce temps-là, le roi mon mari étant arrivé en son gouvernement et ayant joint ses serviteurs et amis, chacun lui remontra le tort qu’il avait d’être parti sans me dire adieu, lui représentant que j’avais de l’entendement pour le pouvoir servir, et qu’il fallait qu’il me regagnât, qu’il retirerait beaucoup d’utilité de mon amitié et de ma présence lorsque, les choses étant pacifiées, il me pourrait avoir auprès de lui. Il fut aisé à persuader en cela, étant éloigné de sa Circé, Madame de Sauve, ses charmes ayant perdu par l’absence leur force, ce qui lui rendait sa raison pour reconnaître clairement les artifices de nos ennemis, et que la division qu’ils avaient trouvée entre nous ne lui procurait moins de ruine qu’à moi. Il m’écrivit une très honnête lettre, où il me priait d’oublier tout ce qui s’était passé entre nous, et croire qu’il me voulait aimer, et me le faire paraître plus qu’il n’avait jamais fait, me commandant aussi le tenir averti de l’état des affaires qui se passaient où j’étais, de mon état, et de celui de mon frère – car ils étaient éloignés, bien qu’unis d’intelligence, mon frère étant vers la Champagne et le roi mon mari en Gascogne. Je reçus cette lettre étant encore captive, qui m’apporta beaucoup de consolation et soulagement, et ne manquai depuis, bien que les gardes eussent charge de ne me laisser écrire, aidée de la nécessité, mère de l’invention, de lui faire souvent tenir de mes lettres. […] »

Références

La performance: un espace de visibilité pour les femmes artistes?

Crédit : AWARE – Marion Bungert

Sous la direction de Juliette Bertron, Carole Halimi & Hanna Alkema

Éditions Aware, 2020 – voir sur le site de l’éditeur: AWARE


Cette publication fait suite à la journée d’étude qui s’est tenue au Beaux-Arts de Paris le 14 mai 2018 et s’inscrit dans le programme de recherche interdis­ci­pli­naire « Visibi­lité et invisi­bi­lité des savoirs des femmes : les créations, les savoirs et leur circula­tion, XVIe-XXIe siècles ».

La tragédie Tomyris de Marie-Anne Barbier en livre numérique

Dans le cadre de son module sur le théâtre classique à l’université Gustave-Eiffel, Suzanne Duval a proposé à ses deuxièmes années de licence de lettres modernes de contribuer à la mise en ligne sur Wikisource de la tragédie Tomyris de Marie-Anne Barbier. Cette pièce était absente d’anthologies précédemment publiées d’une part par Perry Gethner en 1993, d’autre part sous la direction d’Aurore Évain, Perry Gethner et Henriette Goldwyn en 2011, qui contenaient d’autres œuvres de Marie-Anne Barbier : Arrie et Pétus et Le Faucon.

Continuer la lecture de La tragédie Tomyris de Marie-Anne Barbier en livre numérique
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search