Recrutement d’un ou une ingénieure de recherche en humanités numériques

Le LISAA, Littératures, SAvoirs et Arts, recrute un ingénieur ou une ingénieure de recherche pour un contrat de travail à durée déterminée de treize mois sur le projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité.

Ce projet vise à mettre en lumière les créatrices dans la ville, en proposant notamment des promenades réelles ou virtuelles du matrimoine urbain, notamment à Paris, mais aussi dans des villes de province (partenariat Lyon et Bordeaux) et dans des villes de taille plus réduite comme Fontainebleau ou Nérac.

Il s’intéresse particulièrement au rapport des écrivaines et des villes : l’inscription de leur activité d’écriture dans les villes, la représentation des villes dans leurs textes, la manière dont la sociabilité urbaine est transformée par la vie littéraire.

Dans ce projet pluridisciplinaire et transéculaire, un volet spécifique est consacré aux XVIe-XVIIe siècle et notamment aux Marguerite de Navarre. Des partenariats avec le projet HumanA de Bordeaux piloté par Violaine Giacomotto-Charra et avec le projet Cour de France (Caroline Zum Kolk) ouvrent plus largement sur la place des femmes de l’ancien régime dans la construction des savoirs et des cultures urbaines.

Tous ces projets reposent sur la collecte de données mais aussi sur une réflexion sur la manière de les interpréter et de les valoriser grâce aux outils numériques.

Les missions consisteront à recueillir, structurer et valoriser, à l’aide d’outils numériques, des données relatives à des créatrices de la Renaissance, notamment la bibliothèque et les comptes de Marguerite de Valois.

Il prévoit aussi, sur environ un tiers du temps de travail, d’assurer la coordination du projet Cité des Dames, en particulier l’animation du carnet de recherche Hypotheses et l’organisation d’événements (un colloque à Pau initialement prévu en juin 2021 notamment).

Le profil recherché est celui d’un ou une titulaire de doctorat en littérature ou histoire moderne 16e-17e, éventuellement d’un ou une doctorante en fin de thèse, avec des appétences et compétences sur le traitement des archives et les humanités numériques, et une expérience de travail dans des projets de recherche interdisciplinaires.

Les missions seront menées dans l’équipe FTD (Formes, Théories, Discours) du LISAA, avec Caroline Trotot, en collaboration avec Philippe Gambette du LIGM. Par ailleurs, un encadrement de stagiaires pourra être envisagé.

Prise de poste souhaitée : prévue pour juin 2021, mais pourra être décalée si besoin.

Transmettre le 30 avril 2021 au plus tard, votre CV et votre lettre de motivation pour ce poste.

Contacts :  caroline.trotot@univ-eiffel.fr, philippe.gambette@univ-eiffel.fr

Retrouver cette offre en PDF

Marie de Gournay, une parisianiste du bon usage

Ce billet s’appuie sur l’article de Suzanne Duval (Université Gustave Eiffel), « Le parisianisme de Marie de Gournay », à paraître en 2021 dans la revue des Cahiers d’Humanisme et Renaissance, publication qui a d’abord pris la forme d’une conférence au séminaire Transversales (dir. Delphine Denis et Anne-Pascale Pouey-Mounou, novembre 2020, Sorbonne Université).

Aujourd’hui, le mot de parisianisme est une manière péjorative de désigner l’élitisme parisien. Mais sous l’Ancien Régime, ce terme renvoyait aux traits spécifiques du langage parlé dans la région de Paris, à une époque où la langue française n’était pas unifiée et se divisait en divers dialectes parlés sur le territoire francophone.

On peut alors dire que Marie de Gournay, écrivaine du début du XVIIe siècle surtout connue pour avoir été l’éditrice des Essais de Montaigne malgré son œuvre littéraire prolifique, est parisianiste dans tous les sens du terme : elle affiche volontiers son appartenance à une cité qui, depuis l’installation de la Cour du roi au Louvre, est en train de devenir la première ville de France, et elle considère que le langage des Parisiens est le plus pur de tous les usages du Royaume.

Pourquoi cet attachement à une ville et à son langage ? Que nous apprend-il sur cette autrice et son œuvre littéraire ?

Selon la damoiselle (c’est avec ce titre que Marie de Gournay, qui n’était pas mariée[1], signe la plupart de ses œuvres), Paris est la ville des savoirs, où l’on peut apprendre les « sciences par enseignement [et] par conférence » : ce mot de conference renvoie à l’« art de conférer » cher à Montaigne, c’est-à-dire au dialogue et à la dispute argumentée. C’est  d’ailleurs à Paris que Marie de Gournay rencontra Montaigne, après avoir lu avec passion ses Essais. Dans son autobiographie, elle raconte son enfance en Picardie comme un exil : dès lors, « rester à Paris, [c’est] entretenir sa réputation, faire accepter son nom et sa production d’auteur. » Aussi affiche-t-elle fièrement la parisianité de son œuvre dans la préface de son livre de maturité, recueil d’essais intitulé Les Advis (publiée en 1631, puis en 1634 et 1641 chez T. du Bray) :

Lecteur, voici Les Advis ou Les Presens desquels, selon ma débile puissance je régale ma Patrie : et si pour être nés à Paris et d’une Parisienne zélée à ce berceau, huitième merveille du Monde, tu les veux rebaptiser du nom de Parisiens, je t’en avoue [je t’y autorise].

Comme Malherbe, Marie de Gournay fait du langage des Parisiens la norme du bon usage, mais en ne se référant pas aux mêmes groupes sociaux. En effet ce poète puriste, peut-être par provocation, valorisait l’usage des « crocheteurs du port au foin », c’est-à-dire des travailleurs parisiens les plus humbles. D’une manière bien différente, Marie de Gournay rejette les façons de parler de la « populace », et favorise la langue des instances publiques que sont les conseillers, les parlementaires, les juristes et les avocats, à une époque où ces derniers passent de plus en plus pour des pédants sans élégance. Contre cette tendance, Marie de Gournay rappelle l’autorité de ceux « qui sont la plus solide, prudente et mieux parlante partie de ce corps de la Cour, et dans lesquels sa Majesté même tient lieu comme Chef ». En ce sens, le bon usage de la cour existe bel et bien du point de vue de Marie de Gournay, à condition qu’il réunisse toutes les élites de la ville de Paris :

Mais à propos, qui a dit je vous prie à cette tendre espèce de Seigneurs et de Dames, que Paris et la France se doivent régler à leur langage, pour en dépendre absolument ? Ils font petitement partie de la Cour, et la Cour entière fait part de la France : mais plus précisément et prochainement elle fait part de Paris, puis que cette auguste et Royale Ville est capitale de cette illustre Région. La Cour hors de Paris, se peut dire hors de chez soi.

Les positions fermes assumées par Marie de Gournay sur la langue française et ses normes lui permettent ainsi de définir une identité de femme de lettres pleinement intégrée dans les débats linguistiques de sa cité, à une époque où celle-ci commence à prédominer sur les autres bonnes villes de France.

Maéva DE SOUSA

Étudiante du Master LSCN de l’Université Gustave Eiffel


[1] Au début du XVIIe siècle, « damoiselle » désigne une femme noble qui n’a pas le titre de dame. Voir le Thresor de la langue francoyse (1606) de Jean Nicot.

Publication de Cité modèle de Donna Stonecipher

L’ouvrage Cité Modèle de Donna Stonecipher, traduit par Jérémy Victor Robert, vient de paraître en édition bilingue dans la collection américaine des éditions joca seria. Ce recueil de poèmes en prose a été publié avec le soutien de la Poetry Foundation, de l’Institut Universitaire de France et de l’Université Gustave Eiffel (LISAA), dans le cadre du projet Cité des Dames.

Charlotte Fauve lui consacre un article dans Télérama : « Donna Stonecipher et ses ballades dans la ville ».

L’édition originale du recueil, en anglais des États-Unis, avait fait l’objet l’an dernier d’une chronique enthousiaste dans le Frank Skinner’s Poetry Podcast. Donna Stonecipher a également été distinguée en 2018 par le New York Times pour son recueil de poèmes Transaction Histories : The Best Poetry of 2018.