Cécile Poisson

Lundi 20 mars 2023, Cécile Hussherr-Poisson, notre collègue et amie décédait brutalement, victime d’un féminicide.

Nous réunissons sur cette page plusieurs textes en sa mémoire.


Site de l’Université Gustave Eiffel, 27 mars 2023

Cécile Hussherr-Poisson a rejoint notre Université en 1999. Normalienne de l’ENS-Ulm et agrégée de Lettres classiques, elle a réalisé une thèse de doctorat sous la direction d’Annick Bouillaguet, sur le mythe de Caïn et Abel de la Bible à la littérature.

Élue maîtresse de conférences en 2003, elle a dispensé de nombreux enseignements de littérature comparée et de littérature française, en licence mais aussi dans les formations pour l’enseignement du premier et du second degré. À travers l’étude des humanités classiques, elle a partagé avec ses classes des réflexions fondamentales sur les valeurs et les conduites humaines. Brillante, méthodique et sensible, Cécile Hussherr-Poisson était très appréciée des étudiantes et étudiants pour qui elle mettait en place un cadre solide et très humain qui leur donnait confiance. Latiniste, helléniste initiée à l’hébreu, elle s’est aussi intéressée aux nouvelles technologies et les a pratiquées pour transmettre les savoirs fondamentaux des humanités classiques.

Conjuguant efficacité et écoute attentive, elle a également mis à plusieurs reprises ses grandes qualités au service de la communauté. Responsable de la partie de la formation MEEF 1er degré en lettres assurée à l’Université Gustave Eiffel depuis 2018, elle a travaillé avec l’INSPE de Créteil. Elle dirigeait le département des Lettres depuis 2022, fonction qu’elle avait déjà remplie de 2004 à 2006. A l’écoute des étudiantes, des étudiants comme des collègues pour organiser en interne la formation au mieux, elle avait à cœur de faire reconnaître à l’extérieur la valeur de notre travail et la qualité des études littéraires.

Enseignante-chercheuse reconnue en littérature comparée, Cécile Hussherr-Poisson a constamment interrogé les mythes qui façonnent les représentations humaines. Elle a consacré les travaux de la première partie de sa carrière à une réflexion sur la violence à travers les mythes. De retour à l’université en 2018 après plusieurs années de mise en disponibilité, elle a orienté sa réflexion vers l’écriture féminine et créé, en 2021, un cours en anglais consacré à la création littéraire comme moyen de briser le confinement domestique pour les autrices anglaises des 19e et 20e siècles, ouvert à l’ensemble du public étudiant de l’Université.

Cet engagement dans la construction et la transmission des savoirs pour faire diminuer la violence sous ses formes universelles et sous les formes qui s’exercent spécifiquement sur les femmes a conduit Cécile Hussherr-Poisson à s’investir également dans le déploiement de la politique d’égalité de l’Université. Sentinelle égalité au sein de l’UFR LACT, elle a participé à de nombreuses formations à la prévention des violences et elle a aidé plusieurs jeunes femmes à trouver de l’aide face à des situations de violences sexuelles ou sexistes. Sa connaissance des difficultés liées à différents handicaps lui a également permis de proposer des solutions pour favoriser l’apprentissage et l’évaluation de nos étudiantes et étudiants.

L’assassinat de Cécile Hussherr-Poisson a profondément bouleversé celles et ceux qui l’ont connue et au-delà l’ensemble de la communauté universitaire. Il nous frappe en plein cœur et nous confronte à l’ultime degré du continuum des violences faites aux femmes. Il nous rappelle de manière tragique que nous devons continuer de lutter dans toutes nos missions, comme Cécile Hussherr-Poisson l’a fait, pour ne tolérer aucune des violences.

Nous n’oublierons pas Cécile, la femme qu’elle était, rayonnante, généreuse et émancipée, les combats qu’elle a menés, les valeurs de droiture, de tolérance et de justice qu’elle défendait et pour lesquelles notre Université continuera de se battre.

Caroline Trotot

Discours prononcés lors de la cérémonie de femmage à Cécile Hussherr-Poisson sur le parvis intérieur de la Bibliothèque universitaire Georges Perec à l’Université Gustave Eiffel, le 30 mars 2023

Discours de Gilles Roussel, président de l’Université Gustave Eiffel

« Chères et chers collègues, étudiantes et étudiants,

Madame la Rectrice, Madame et Monsieur les représentants du Ministère de l’enseignement supérieur de la recherche,

Je vous propose de commencer ce moment par une minute de silence en mémoire de notre collègue Cécile Hussherr-Poisson. Cette minute de silence se déroule sur tous nos campus et également à l’ENS Ulm et à Sorbonne Université, où Cécile a étudié.

Minute de silence

Notre collègue Cécile Hussherr-Poisson est décédée brutalement, victime d’un féminicide, lundi 20 mars. Ce fut un choc. Aujourd’hui, 10 jours après, notre stupeur et notre tristesse sont toujours présentes. Les soutiens et condoléances que nous avons reçus de l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur et en particulier de la Conférence Permanente Egalité Diversité, sont trop nombreuses pour pouvoir toutes les citer et nous disent à quel point cet événement résonne, bien au-delà de notre établissement.

Car la perte de Cécile nous bouleverse, humainement mais aussi d’un point de vue sociétal.

Sur le plan humain, nous perdons une collègue, une enseignante, une chercheuse, une amie. Cécile était une personne formidable. Elle restera dans nos mémoires. Cécile était rayonnante, généreuse et appréciée. Normalienne de l’ENS-Ulm et agrégée de Lettres classiques, elle a rejoint notre université en 1999, puis a été élue maîtresse de conférences en 2003.

Enseignante-chercheuse reconnue en littérature comparée, elle a constamment interrogé les mythes qui façonnent les représentations humaines. Elle était aussi très investie dans la vie de notre établissement. Elle dirigeait le département de lettres et était impliquée, avec l’INSPE de Créteil, dans la formation des futurs professeurs des écoles. Elle apportait une attention toujours particulière à ses étudiantes, étudiants et collègues. Elle était sentinelle égalité au sein de l’UFR LACT, et a accompagné, avec une écoute bienveillante, celles et ceux qui en avaient besoin.

Cet engagement de Cécile sur les questions d’égalité a aujourd’hui une résonance singulière. Un féminicide nous confronte à la violence extrême contre les femmes. La situation personnelle de Cécile, son combat individuel, son engagement pour notre établissement, ses valeurs, proposent des figures exemplaires pour l’action indispensable que nous devons mener, poursuivre, avec vaillance et constance.

Aujourd’hui, les politiques publiques, les associations, les établissements d’enseignement supérieur et de recherche sont engagés pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes. Avoir un soutien à tous les niveaux est capital mais c’est avec toute la société que nous devons, toutes et tous, individuellement et collectivement, agir solidement et à toutes les échelles. Les établissements d’enseignement supérieur et de recherche y ont un rôle particulier. Ils doivent constamment interroger leur rôle dans la transmission des stéréotypes, pour mieux les contrer.

Nous n’oublierons pas Cécile, et nous continuerons à nous battre contre toutes les violences : par la formation, la sensibilisation, l’accompagnement, la recherche.

Je vais maintenant donner la parole à ses collègues, ses étudiantes et ses étudiants, qui vont témoigner de leur quotidien avec Cécile et du vide qu’elle laisse. »

Discours prononcé par Caroline Trotot et Laurence Vigier

« Alors que nous sommes toujours dans l’effroi, que nous échappons avec difficulté à la sidération et que chaque pas nous coûte désormais, que nous sommes à peine nous-mêmes tant le chagrin et la colère nous hantent jour et nuit, nous avons choisi de nous réunir avec la communauté de nos étudiantes et de nos étudiants, avec nos collègues, avec celles et ceux qui ont travaillé avec Cécile et ont eu envie de retrouver un peu d’elle dans cette université de Marne qui nous relie.

Plusieurs d’entre nous ont connu Cécile dans cette Université il y a plus de vingt ans. La maîtresse de conférences que nous avons perdue a d’abord été une doctorante de notre établissement, dirigée par Annick Bouillaguet. Nous avons partagé, dans les locaux exigus d’un demi-étage de Camus nos enthousiasmes et nos révoltes de jeunes enseignantes, nos difficultés de jeunes femmes devant conjuguer enseignement, recherche, tâches administratives et vie familiale. Ensemble nous avons réfléchi dans le cadre du séminaire d’une jeune équipe de recherche. Normalienne, Cécile avait comme on dit la tête bien faite ; elle analysait vite –y compris les chiffres- et elle en dégageait avec sagacité et une rapidité saisissante une idée pertinente. Dès 2003, elle a été élue maîtresse de conférences. Dès 2005, elle a publié un livre issu de sa thèse sous le titre L’ange et la bête, Caïn et Abel dans la littérature, sous le nom de Cécile Hussherr, nom sous lequel elle s’est présentée jusqu’à il y a deux ans et qui reste le nom affiché sur ses publications, avant qu’elle ne souhaite reprendre son nom de naissance.

Elle était déjà une enseignante attentive qui aimait particulièrement transmettre aux futures enseignantes et enseignants de lettres la rigueur de la dissertation et la richesse de la culture classique fondée sur les humanités gréco-latines et sur la culture biblique. Elle avait choisi la littérature comparée dont la méthode invite à dégager des idées transversales, à travailler des notions qui traversent les siècles et les frontières, notamment, on le sait, celle du mal et de la violence à travers le mythe de Caïn et Abel.

Nous reparlions bien des années après des étudiantes et étudiants qui avaient suivi nos formations dans les années 2000. Elle aimait rappeler les parcours de réussites brillantes d’étudiantes et étudiants dont les parents n’avaient pas eu la chance de faire d’études supérieures. Elle rappelait aussi les situations pénibles que nous avions bien ou mal gérées, source d’une culture commune patiemment construite et d’une complicité certaine, occasion de rires répétés.

Comme elle était solide et rassurante, qu’elle savait aussi écouter et qu’il fallait bien qu’un des cinq ou six titulaires non PRAG s’y consacre, elle a dirigé le département de lettres de 2004 à 2006, palliant les carences de secrétariat, récurrentes dans ces années-là, s’adaptant aux mutations des Professeurs, gérant le bénéfique déménagement à Copernic. Remarquablement efficace, elle traitait vite les pensums et réfléchissait aux stratégies pédagogiques efficaces pour mieux faire reconnaître les formations de lettres. On sait qu’elle a été autrice de livres sur le numérique dès les années 2000. Elle a aussi participé aux projets de professionnalisation consistant à faire créer une entreprise aux étudiantes de lettres et comme elle l’explique dans une vidéo : il n’y a rien d’étonnant à cela, les compétences des littéraires sont aisément transférables. De fait, elle incarnait elle-même cette capacité.

Devenue au fil des ans mère d’une famille nombreuse, Cécile s’est éloignée de l’université de 2012 à 2018 pour suivre sa famille, notamment aux États-Unis. Quand elle a repris son poste, l’université avait beaucoup évolué et elle aussi. Elle s’est réadaptée très facilement aux tâches d’enseignement d’abord, puis aux responsabilités collectives. Elle s’est chargée de la responsabilité de l’option recherche en lettres du master enseignement 1er degré de l’INSPE. Elle a ouvert de nouveaux chantiers de cours autour de la littérature de jeunesse et de l’écriture féminine.

Malgré les charges qui pesaient sur elle, Cécile a donné du temps bénévole à des causes qui nous concernent. L’association Dyspraxie France Dys rend hommage à son œuvre d’administratrice. On découvre au passage la discrétion de Cécile Poisson qui séparait les différents aspects de sa vie pour protéger sa modestie, notre laïcité et sa famille. 

On sait qu’elle s’est engagée également comme relais de la mission égalité et a su aider de nombreuses jeunes femmes à trouver de l’aide face à des situations inacceptables. Elle a suivi de nombreuses formations et actions de prévention des violences. Le cours qu’elle a donné en anglais sur l’écriture littéraire comme moyen de déconfinement des autrices anglaises du 19e siècle la mettait sur de nouvelles pistes de recherche qu’elle comptait exploiter pour les publications du projet Cité des Dames. Elle partageait l’idée qu’il fallait changer les savoirs pour faire reculer la violence patriarcale et que les cours de littérature sont un bon lieu pour interroger les stéréotypes néfastes et construire une pensée émancipée. Dans son cours, elle signale que les autrices du XIXe siècle n’avaient pas de maison à elles. On sait que l’absence de lieu à soi dénoncée par Virginia Woolf, c’est d’abord l’exclusion des universités, qui a duré si longtemps. Au contraire, notre salle des enseignants a été un refuge et un lieu convivial, une safe place, où Cécile a pu développer ses forces pour mener les combats que l’on devine. 

Toujours innovante et joyeuse malgré les difficultés, rayonnante et drôle dans les derniers mois écoulés, Cécile a pris en charge notre licence de lettres. Elle a organisé la formation en se souciant du travail de chaque personne, n’oubliant jamais les secrétaires dans la chaîne des tâches. Les réunions qu’elle conduisait étaient des moments d’un professionnalisme irréprochable, mais aussi des moments de convivialité, où le travail n’excluait ni le ton de la conversation ni un humour discret mais toujours présent. Durant les jurys de licence, elle s’arrêtait longuement à chaque nom de nos étudiantes et étudiants, veillant à recueillir les paroles de chaque membre de notre équipe pédagogique à leur propos. Elle donnait toujours des avis attentifs et éclairés sur leur progression et leur orientation. Nous garderons en mémoire une certaine fermeté, une efficacité indiscutable, qu’elle savait lier à sa douceur et à sa générosité, qui rassurait et donnait des forces à toutes et tous. Cécile a eu à cœur de favoriser la réussite de nos étudiantes et étudiants : celles et ceux qui sont excellents, celles et ceux qui rencontrent des difficultés diverses, handicap ou difficultés sociales. La perte que nous avons faite est immense. Elle appellera d’autres discours et actions en d’autres temps. Nos étudiantes et étudiants, qui comptaient tant pour Cécile, ont fait preuve d’une gentillesse et d’un soutien qui nous aide chaque jour. C’est à vous, chères étudiantes et chers étudiants, que nous laisserons la parole en vous remerciant encore de la présence qui a été la vôtre ces derniers jours, après la lecture d’un poème que notre collègue Virginie Tahar a écrit en l’honneur de Cécile Poisson.

Le poème que je vais lire est un beau présent, c’est-à-dire un texte écrit en l’honneur de quelqu’un, uniquement avec les lettres de son nom et de son prénom. Une sorte d’extension de l’anagramme si vous voulez. C’est une contrainte littéraire inventée par Georges Perec, qui a donné son nom à cette Bibliothèque où nous sommes réuni.es. Habituellement, j’écris des beaux présents pour les départs à la retraite, mais comme c’était devenu une perspective trop lointaine, Cécile n’a pas voulu attendre.

En l’occurrence, je n’ai gardé que les lettres de Cécile Poisson, c’est-à-dire 3 voyelles (EIO) et 5 consonnes (CLPSN). On sait que pour Georges Perec, écrire avec une lettre en moins, dans La Disparition notamment, c’est une façon d’exprimer la perte, de faire l’expérience du vide. Et de fait, depuis 10 jours, continuer à avancer, c’est un peu comme écrire avec un alphabet amputé de 18 lettres. On fait de notre mieux, mais c’est laborieux. »

« Beau présent pour une belle absente », par Virginie Tahar

éclipse inopinée        ellipse insensée      conscience sciée                     

                                                 plic ploc

cocon pilonné            copines sonnées       école inconsolée

                                                plic ploc

liesse spoliée                 lésion léonine             peine enclose

                                                  plic ploc

                                             elle ensoleille

                                                 il l’enlise

                                                 elle ose

                                             il l’ensilence

                                                   on nie   

                                                 on oscille

                                               on l’épelle

poésie éclopée épopée pipée consonnes occises

                                           spleen solennel

Virginie Tahar

Texte lu par Léonie Le Gall étudiante de Licence 3 de Lettres modernes

« Madame Cécile Poisson était notre enseignante durant ces trois années d’études. Nous étions face à une professeure dévouée et pleine de vie. Sa passion était sans égale. Il est rare de voir à quel point une personne est autant passionnée par ce qu’elle transmet. Certains diront que c’était un “puits de culture” si je reprends leurs mots exacts. Elle donnait cours avec une telle ardeur qu’il était impossible de ne pas remarquer à quel point cette femme nous offrait sa culture en cadeau.

Nous ne pouvons pas oublier à quel point elle tenait à son micro en 3b081 avec lequel il est vrai nous aurions bien fait un karaoké plutôt que d’étudier Shakespeare. Néanmoins nous n’oublierons jamais à quel point elle fut une enseignante formidable pour cette formation de Lettres Modernes dans laquelle nous l’avons connue.

Désormais, vous faites partie de ce que Victor Hugo dans La Légende des siècles appelle “Les astres qui émaillent le ciel profond et sombre” vous faites partie du “croissant fin et clair parmi ces fleurs de l’ombre qui brille à l’occident” mais vous continuerez de briller dans nos cœurs et nos pensées puisque votre passion pour la littérature nous a inspirée, marquée. Vous êtes et vous resterez une professeure passionnante, nous vous remercions pour votre enseignement et puissiez vous trouver la paix et le repos. »

Textes lus par Lucille Viau et Anaïs Perrin pour les L3 LCN

« Noémie Sola : “On dit que les gens sont uniques, comme des flocons de neige. Pour moi, ils ressemblent plutôt à des ciels : certains nuageux, d’autres encore dégagés, mais il n’y en a jamais deux pareils.” La vie invisible d’Addie Larue, Victoria Schwab.

Aurélie Schulé : “Les bons professeurs sont des perles qui n’ont pas de prix.” Salem, Stephen King

Anaïs Perrin : “- Je ne suis pas sûr de tout bien saisir mais, en tout cas, ça me fait penser à toi. T’es peut-être le chaos, mais plus sombre est le chaos, plus belle sera l’étoile.” La nuit où les étoiles se sont éteintes, Nine Gorman et Marie Alhinho

Antonin Marionneau : “C’est toujours ainsi que m’est apparu le chagrin, comme un temps où l’on attend, non que la souffrance s’efface, mais que l’on s’y habitue.” L’Assassin Royal, Robin Hobb

Alexandre Chopin : “J’ai perdu des gens qui étaient pour moi sources de soleil. Ce soleil a été mis en terre. Moi je continue à en recevoir les rayons.” Christian Bobin

Lucille Viau : “- Tu reviendras quand ?
– Il y a deux réponses à cette question. Comme à toutes les questions, tu le sais bien. Je commence par laquelle ?
– Celle du savant.
– Je ne reviendrai peut-être jamais ma princesse.
– Elle est nulle cette réponse. Donne moi celle du poète.
– Je serai toujours là avec toi. Où que tu te trouves, quoi que tu fasses, je serai là. Toujours.
– Dans mon cœur ?
– Oui.
– D’accord.” Ellana, Pierre Bottero.

Jluce Ibouanga Moussounda : “Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants.” Jean d’Ormesson

Morgane Gibily : “Force lumineuse et bienveillante
Gratitude infinie pour celui qui guide
Respect.” Ellana, Pierre Bottero

Maëlys Le Guen : “Il y a un acacia, je sais qu’il ne produit que des épines et des ombres coupantes, mais il est vivant, tu seras à côté de quelque chose de vivant. Il te donnera à boire de sa sève, tu t’échapperas par ses racines et tu fleuriras en plein ciel.” Mathias Malzieu

Camille Dixit : “Je peux m’autoriser à croire qu’un jour ça sera moins douloureux de penser à elle. Je pense presque accepter l’idée que le manque se transformera en bonheur qu’elle ait existé.” Et pourtant nous sommes vivants, Birdie Milano

Ornella Biota : “La vie est passée avant qu’on ait pu vivre.” Victor Hugo, La Légende des siècles »

Texte lu par Capucine Turban, L2 Lettres Modernes

« Je me souviens d’une professeure qui était toujours présente pour ses étudiants, une directrice de licence à l’écoute et appréciée de tous. Elle restera à jamais dans nos cœurs.

Je me souviens que vos cours ont été pour moi une réelle renaissance.

Je me souviens de votre bienveillance, de votre empathie et surtout de votre générosité. Toutes ces qualités faisaient de vous une personne au grand coeur toujours prête à aider ses élèves avec le sourire.

Je me souviens de la passion que vous mettiez dans vos cours, et à quel point vous aimiez parler de ces sujets avec nous et échanger. Vous m’avez aidée à continuer les cours quand j’en avais le plus besoin, et votre passion pour vos cours m’a donné envie de travailler et m’a fait aimer mes études encore un peu plus. Je vous en serai toujours reconnaissante, et jamais je ne vous oublierai.

Je me souviens d’une femme très disponible, si disponible que je ne me doutais pas de l’ampleur de sa mission au sein de l’université. Tout ça parce qu’elle était altruiste, sincère, attentive au bien-être de tous.

Nous vous souhaitons un repos paisible et la tranquillité éternelle madame, nos cœurs sont secoués car vous n’êtes plus parmi nous.

Je me souviens d’une femme engagée à tous points de vue, d’une femme prête à écouter même les histoires les plus tordues… »

Poème lu par Line Sanz Master MEEF second degré

Poème de clôture

« Des silences, des larmes, puis des mots…
Votre amour pour la liberté et pour les lettres libère nos paroles et allège nos cœurs.
C’est parce qu’on a voulu vous réduire au silence qu’aujourd’hui s’élèvent nos voix.
Elles s’élèvent jusqu’à vous dans l’espoir de faire échos à la vôtre ;
Cette voix qui résonne toujours en nous ;
Cette voix qui restera à jamais dans nos mémoires… »

Discours de Caroline Trotot en introduction du colloque « Cité des dames, créatrices dans la cité. Penser la ville avec les femmes, de la Cité des Dames aux promenades du matrimoine »

Le discours ci-dessous a été prononcé en ouverture du colloque « Cité des dames, créatrices dans la cité. Penser la ville avec les femmes, de la Cité des Dames aux promenades du matrimoine », le 12 juin 2023, à l’amphithéâtre Stourdzé du ministère chargé de la recherche. Le colloque était dédié à la mémoire de Cécile Hussherr-Poisson.

« Avant d’évoquer l’horizon scientifique dans lequel s’inscrit la réflexion que nous allons mener dans le colloque qui s’ouvre, il nous a semblé nécessaire de donner une place à la mémoire de notre collègue Cécile Hussherr-Poisson assassinée par son ex-conjoint le 20 mars dernier. Comme vous pouvez l’imaginer, son souvenir ne nous quitte pas vraiment depuis lors. Elle aurait été présente aujourd’hui dans cet amphithéâtre. Le 10 mars elle m’avait envoyé le message suivant :

“Peux-tu me renvoyer ton appel à communication ? Je ne parviens pas encore à me décider pour un sujet : Genève, de Rousseau à Mary Shelley ; Errance et confinement dans la Londres du XIXe (siècle), Du gothique à l’horreur véritable de la ville…
Je reste plongée dans mes lectures préparatoires avant de me décider.”

Cécile Hussherr-Poisson avait donc des choses à dire sur les villes, les femmes et la littérature et nous avons souhaité dire quelques mots de la place des villes dans son travail et dans sa vie d’enseignante-chercheuse pour penser la ville avec elle.

Cécile aurait eu plaisir, comme nous, à se retrouver sur la montagne Sainte-Geneviève sur laquelle elle avait fait ses études, du Lycée Louis-le-Grand à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm (1995), devenue mixte depuis 1986, et à la Sorbonne, où elle avait travaillé d’abord en études grecques et hébraïques sur la figure de Jacob et Esaü puis sous la houlette de Pierre Brunel en littérature comparée. Agrégée de Lettres classique, elle aurait pu choisir la figure de Minerve qui ornait le vitrail de mon propre lycée parisien, figure des savoirs et de l’intelligence, également protectrice de la ville d’Athènes qu’elle place sous le signe de l’olivier pacifique. Mais le rapport des femmes avec les savoirs ne semblait plus problématique dans les dernières décennies du XXe siècle. Cécile dans sa brillante réussite incarnait les promesses de carrières désormais égales, indépendantes du genre. Les femmes semblaient professionnellement des hommes comme les autres -avec un grand ou un petit h – et pouvaient être des femmes dans leur vie privée. La cité leur faisait place et celles qui pouvaient penser qu’il fallait encore des forteresses comme celle de Christine de Pizan paraissaient enragées. Bien sûr, il fallait quand même faire attention dans l’espace public ; il valait mieux, le soir, être accompagnée – d’un homme avec un petit h, évidemment. On pouvait passer tous les jours devant le Panthéon en s’interrogeant davantage sur la nature d’église laïque que sur la place des femmes dans les modèles culturels.

Passionnée de culture biblique, habitée par une vie spirituelle intense, Cécile fit un séjour à Jérusalem, ville de tolérance des trois religions monothéistes qui nous renvoie également au monde gréco-romain. Dans cette ville dans laquelle souffle l’esprit, et où les savoirs semblent se révéler dans le palimpseste archéologique omniprésent, elle pratiqua l’hébreu et s’initia à l’exégèse des dominicains.

Après avoir séjourné dans ce cœur battant à l’orient de l’ancien monde, elle traversa l’Atlantique pour rallier Boston et profiter d’une année à Harvard (1997-98).

Nourrie par ces expériences et forte de sa connaissance de plusieurs langues et de plusieurs cultures, à son retour, elle s’engagea dans la voie de la littérature comparée et consacra ses travaux à la figure biblique de Caïn. Meurtrier de son frère, Caïn est aussi un bâtisseur de ville, la première qui soit mentionnée dans la Genèse. Caïn, comme beaucoup de figures mythiques est une figure paradoxale dont les différentes versions des mythes et les commentaires multiplient les facettes. Cécile aimait marcher dans les rues ou dans les sentiers et elle aimait suivre les chemins de l’interprétation.

En 1999, la poursuite d’une allocation doctorale la mena à l’Université de Marne-la-Vallée où elle commença sa thèse sous la direction d’Annick Bouillaguet (1999-2003). La Parisienne cosmopolite trouva vite sa place dans cette jeune université créée dans les années 1990, comme trois autres universités, dans les villes nouvelles de la région parisienne. Les lettres occupaient un demi-étage d’un bâtiment situé à la sortie de la station de RER Noisy-Champs, côté Noisy-le-Grand. Car à Noisy-Champs, il y a le côté Noisy, dalle de béton, cités, supermarché et le côté Champs-sur-Marne, campus arboré et start-up. Deux facettes de la ville nouvelle dont nous avons pu voir les transformations à partir du moment où en 2005, les lettres ont déménagé et rejoint le côté Champs. Auparavant, notre lieu de travail était une sorte d’extension du RER, d’où Cécile, comme toutes les jeunes chercheuses, souvent mères de famille comme elle, repartaient dès les cours finis. Dans cette marge du campus, une vie intense germait cependant dans les rencontres avec les étudiantes et étudiants disciplinés, curieux et reconnaissants, ainsi qu’avec les collègues, dans les séminaires notamment.

Cécile, naviguait entre Paris et Marne et elle eut beaucoup de plaisir à organiser un séminaire rue d’Ulm avec Déborah Levy-Bertherat. Elle a publié un livre issu de sa thèse aux éditions du Cerf qui sont installées dans le 13e arrondissement, près de son domicile de l’époque situé dans les tours de la place d’Italie. Dans un post linkedin, Raphaël Taïeb co-fondateur de l’entreprise lelivrescolaire.fr (2009) a évoqué les séances de travail chez Cécile, elle-même co-fondatrice de l’entreprise et directrice de collection.

Cécile s’installa ensuite à Scarsdale (2012) près de New York pour suivre son conjoint dans une aventure qu’elle pensait bénéfique pour ses enfants. La vie ne devait pas être toujours facile. Dans ses rares messages, pour indiquer qu’elle prolongeait sa mise en disponibilité, elle indiquait les difficultés des enfants transplantés. De retour à Paris au bout de deux ou trois ans, elle se consacra encore à sa famille, des problèmes médicaux demandant de nombreux déplacements à travers la capitale, depuis son domicile désormais situé dans le 15e arrondissement.

Cécile s’est aussi lancée dans un cours en anglais sur la littérature comme moyen de déconfinement des autrices anglaises du 19e et du 20e siècle, s’appuyant sur un ouvrage critique paru avant la pandémie. Elle était très sensible à la question de la propriété de l’espace privé, elle qui était à la porte de son domicile conjugal.

Mais, de fait, elle agissait aussi beaucoup dans des espaces publics, puisqu’elle était très active dans l’association DFd Dyspraxie France Dys qu’elle avait aussi co-fondée. Elle était également membre du séminaire Emouna-L’amphi des religions, de Sciences Po Paris, formation créée pour favoriser le dialogue des religions et elle donna dans ce cadre des conférences à Science Po et à l’Opéra de Paris. Elle ne manquait pas une occasion d’aller au théâtre, à la Cartoucherie par exemple où nous avons passé un beau moment avec sa fille en assistant à la formidable pièce d’Aurore Evain Mary Sidney alias Shakespeare.

Enfin, les enfants prenaient de l’autonomie et des forces et elle emménagea dans un appartement qui lui plaisait beaucoup, rue de Prague. Elle était proche de Marne et de ses parents, dans un quartier qu’elle aimait, avec son marché d’Aligre, la librairie La Terrasse de Gutenberg, la coulée verte pour faire son jogging et un restaurant italien pour dîner avec ses amies.

Alors qu’elle venait faire cours, c’est dans le hall de cet immeuble que son assassin l’a poignardée à mort, pour qu’elle ne parcoure plus l’espace public, que sa parole ne s’y déploie plus et pour qu’elle ne régisse plus, non plus, l’espace domestique.

Cécile venait faire cours, elle avançait vers une vie nouvelle dans laquelle la ville offrirait culture, savoir, soins médicaux, action militante, pratique religieuse, vie sociale, pratique sportive et sécurité du foyer. Dans son bureau, nous avons retrouvé deux livres empruntés à notre bibliothèque universitaire, Caliban et la Sorcière (Silvia Federici) et Urban realism and the Cosmopolitan Imagination in the Nineteenth Century. Visible City, Invisible World (Tanya Agathocleous). Ils disent le chemin que Cécile était en train de parcourir. La question de la violence faite aux femmes et aux populations minorées, aux personnes vulnérables, était devenue centrale dans sa réflexion ; ces violences spécifiques l’occupaient davantage que le Caïn source d’une violence universelle et d’un mal originellement lié à l’humanité. A-t-elle eu le temps de lire l’analyse de Federici sur le lien entre accumulation des richesses et violence faite aux femmes ? Le livre résonne en tout cas tragiquement avec le crime de propriétaire qu’est le féminicide.

Le rapport de la ville visible et invisible, réaliste et imaginaire, de la ville vécue à la ville monde, cadre du second livre ouvre des horizons plus positifs sur lesquels nous terminerons cette évocation.

Cécile, désormais invisible habite maintenant le cœur de ses proches. Elle reste aussi présente dans la ville et est devenue une partie de la mémoire inscrite sur nos murs grâce aux colleuses. L’évocation cavalière de sa vie de ville en ville nous a invités à penser les villes comme des lieux parcourus et connectés à différentes échelles spatiales et temporelles. Les déplacements humains relient les lieux entre eux, à l’intérieur d’une ville, mais aussi avec l’extérieur périurbain ou non urbain, et avec les autres villes. Pas de villes sans transports, ni parcours. La ville parcourue est celle qui est décrite par les écrivains et les écrivaines. Michel de Certeau a invité à penser la nature double, concrète et métaphorique de la ville : les déambulations dépendent de nos représentations et les constituent en retour en supports herméneutiques. Cécile, savait bien que métaphore signifie étymologiquement transport. Penser la ville avec elle, c’est peut-être accepter de penser la pluralité des interprétations comme elle l’a fait pour Caïn. L’assassinat de Cécile nous oblige à reconnaître la violence extrême faite aux femmes au cœur des villes. Il appartient aux pouvoirs publics de la faire cesser et à tout le monde de s’interroger sur ce que signifie cet assassinat quant à la place faite aux femmes intellectuelles dans notre cité, dans l’histoire des savoirs enseignés et surtout dans leur production. De notre côté, nous tenterons dans les jours qui viennent de construire de nouveaux savoirs en rendant visibles les activités créatives des femmes dans les villes. Nous espérons que cela contribue à leur donner une place accrue dans la ville réelle et que les villes deviennent des espaces sûrs et émancipateurs pour toutes les personnes qui y vivent ou y cherchent asile. Ce sera une manière d’être fidèles à notre travail commun avec Cécile et à notre amitié. »

20 mars 2024 – Un an après le féminicide de Cécile Poisson, mémoire et réflexion

Le discours ci-dessous a été prononcé à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, par Caroline Trotot, maîtresse de conférences en littérature française et vice-présidente Égalité de l’Université Gustave Eiffel le 20 mars 2024, pendant l’événement Un an après le féminicide de Cécile Poisson, mémoire et réflexion. Cet événement a fait l’objet d’un article dans Libération.

« Bonjour à tous et à toutes,

Il est très émouvant pour moi de prendre la parole un an après, dans ce lieu solennel et surtout devant non seulement les ami.es de Cécile mais surtout sa famille. Merci à toutes les personnes qui ont pensé qu’il valait mieux être ensemble en cette journée et qui ont réussi à venir. J’ai déjà écrit plusieurs portraits de Cécile pour la garder vive parmi nous et je le ferai à nouveau le 4 avril lors de la cérémonie organisée à l’Université Gustave Eiffel pour donner le nom de Cécile Poisson à l’auditorium de la Bibliothèque. Je ne vais donc pas parler longtemps d’autant que je me sens plus à l’aise dans mon université que dans cette école, mais je voudrais tout de même expliquer pourquoi j’ai choisi d’organiser l’événement d’aujourd’hui avec Déborah Levy-Bertherat et Sylvie Parizet à l’ENS Ulm.

La raison principale est que Cécile évoquait très souvent le séminaire qu’elle avait organisé avec Déborah Levy-Bertherat et Sylvie Parizet, ici à l’ENS, avant d’interrompre sa carrière pour se consacrer à plein temps à sa famille pendant plusieurs années. Au-delà du plaisir de se retrouver dans « son » école ce qui jouait peut-être, au-delà de la très grande admiration et de l’affection qu’elle avait pour Deborah Levy-Bertherat et pour Sylvie Parizet, elle aimait au plus haut point la réflexion partagée autour des textes littéraires. Ainsi nous avons choisi toutes les trois d’organiser la matinée de manière à évoquer des souvenirs de Cécile mais aussi à proposer des lectures littéraires qui rappellent que la littérature était pour Cécile un moyen de penser et de transmettre aux étudiants et étudiantes des réflexions et des méthodes pour construire du sens.

Il y a quelques jours, notre collègue professeuse d’anglais Laurence Vigier a retrouvé l’enregistrement vidéo d’un exercice réalisé par Cécile lors d’une formation à l’enseignement en langue anglaise en 2019. Cécile expose dans un anglais impeccable, mais surtout avec un enthousiasme et une joie visible, pourquoi elle a choisi d’enseigner la littérature. Alors qu’elle aimait aussi les sciences dit-elle, elle a découvert une étude établissant que moins on a de vocabulaire plus on a recours à la violence. La violence des élites fait évidemment douter de cette conclusion et Cécile, qui avait longuement médité sur Caïn, savait bien que la réalité était plus complexe. Pourtant ce qu’elle signifiait c’est qu’en choisissant d’être enseignante-chercheuse en littérature comparée, elle s’engageait autant qu’elle le pouvait pour faire advenir un monde de réflexion qui fasse reculer la violence. Cécile Poisson s’est battue pour ses valeurs non seulement dans ses activités intellectuelles, mais aussi dans l’ensemble de sa vie professionnelle et personnelle.

À ce titre elle s’était engagée depuis 2020 dans le réseau des sentinelles égalité de l’Université Gustave Eiffel, réseau que j’anime comme vice-présidente égalité avec Maeva Ballon, notre cheffe de projet ici présente. Les sentinelles viennent de toutes les catégories de personnel et elles suivent au moins une à deux journées de formation sur la lutte contre les Violences sexuelles sexistes et discriminatoires ainsi que d’autres formations notamment à l’égalité professionnelle par exemple. Cécile a détecté des situations de violence subies par des étudiantes de nos formations et elle a aidé à recueillir la parole des victimes, à assurer leur mise en sécurité et leur accompagnement. Elle a également commencé à faire cours sur la littérature comme moyen de déconfinement des autrices anglaises du 19e et du 20e siècle, s’appuyant sur un ouvrage critique paru avant la pandémie. Elle était très sensible à la question de la propriété de l’espace privé, elle qui était à la porte de son domicile conjugal. Dans le bureau qu’elle partageait avec Charles Coustille, nous avons retrouvé les livres qu’elle avait empruntés à la bibliothèque pour préparer une intervention au colloque « Penser la ville avec les femmes » : il s’agissait de Caliban et la Sorcière (Silvia Federici) et Urban realism and the Cosmopolitan Imagination in the Nineteenth Century. Visible City, Invisible World (Tanya Agathocleous). Ces livres disent le chemin que Cécile était en train de parcourir. La question de la violence faite aux femmes et aux populations minorées, aux personnes vulnérables, était devenue centrale dans sa réflexion ; ces violences spécifiques l’occupaient désormais davantage, que le Caïn source d’une violence universelle et d’un mal originellement lié à l’humanité.

Il me semble donc que c’est être fidèle à la mémoire de Cécile et non pas l’instrumentaliser que de poursuivre la réflexion sur ce que nous pouvons faire dans les établissements d’enseignement supérieur pour lutter contre les violences faites aux femmes. Le féminicide de Cécile nous a tragiquement mis face à ce que la recherche nomme le continuum des violences faites aux femmes. Cela signifie non seulement qu’il y a souvent un enchaînement de comportements depuis l’isolement ou l’emprise jusqu’aux violences économiques et physiques, mais cela signifie aussi que la culture peut légitimer la violence ou au contraire tenter de la diminuer. C’est pourquoi il faut lutter à tous les niveaux contre la dépréciation et la négation des femmes et plus largement des personnes discriminées. Or dans les instances d’enseignement supérieur qui ont exclu les femmes et les non-chrétiens de certaines professions, puisque de fait la diplomation en a réservé l’exercice à des hommes chrétiens, il nous reste beaucoup à faire pour donner une place égale aux femmes et aux hommes. La lutte contre les violences sexuelles et sexistes est l’urgence absolue, mais la lutte pour des carrières égales est également indispensable, et elles ne peuvent réussir sans la construction d’une culture de l’égalité. Je rappelle que la violence est non seulement présente dans tous les milieux mais il semble qu’il y ait une prévalence de la violence sur les femmes diplômées. Il faut faire place à ces sujets au cœur de nos institutions et inviter à questionner la nature et les usages des hiérarchies. Pour commencer, il faudrait donner aux deux genres la même visibilité dans le discours en renonçant à l’universel masculin et donner une place majeure aux autrices, artistes, femmes politiques et à toutes les anonymes recouvertes par le silence de l’histoire. Le souvenir de la femme combative, intelligente, généreuse et drôle que Cécile a été, nous soutient pour mettre en œuvre la transformation que nous avons entamée. Avec Cécile, nous avons affronté les difficultés que nous rencontrons pour maintenir nos formations littéraires dans une petite université périphérique, pour faire reconnaître la qualité de notre formation et l’aptitude de nos diplomé.es à mener des carrières diverses. Nous partagions aussi, fréquemment, nos inquiétudes pour nos enfants ainsi que nos difficultés familiales. Et nous avons eu beaucoup de plaisir à travailler ensemble dans une université à laquelle Cécile était très attachée et dans laquelle elle était visiblement heureuse en mars 2023. Outre les personnes encore en poste à Marne, beaucoup de personnes ici présentes ont enseigné à Marne et étaient chères à Cécile : Jean-Paul Honoré, Nathalie Froloff, Aurélie Foglia, Nathalie Koble, Dominique Demartini, Elisabeth Le Corre, Elsa Kammerer, Jean-Yves Guérin, par exemple. Ensemble, avec d’autres amies de Cécile, nous allons donc évoquer le souvenir de Cécile depuis sa jeunesse jusqu’à sa vie et son œuvre de maîtresse de conférences, puis, grâce à des interventions mêlant la voix de collègues avec celles d’étudiants et étudiantes nous réfléchirons à ce que la littérature, le théâtre et la philosophie peuvent nous apprendre de la violence à travers les violences faites aux femmes. Les voix de l’émotion et de la raison résonneront donc dans cette salle Beatrix Dussane pour poursuivre l’œuvre de Cécile Poisson. »

4 avril 2024 – L’Université Gustave Eiffel donne le nom de Cécile Poisson à l’auditorium de la bibliothèque universitaire Georges Perec

Un an après le féminicide de Cécile Poisson, enseignante-chercheuse en littérature, le 20 mars 2023, l’Université Gustave Eiffel honore sa mémoire en donnant son nom à l’auditorium de la Bibliothèque Perec. Plus d’informations…

Discours prononcé par Caroline Trotot

« Il y a un an nous avions choisi ce parvis de la bibliothèque Georges Perec pour rassembler les personnels et les étudiants et étudiantes qui souhaitaient témoigner de leur peine et de leur colère devant le féminicide dont venait d’être victime Cécile Poisson. Nous voulions un lieu ouvert car nous ne savions pas combien de personnes se déplaceraient. Les collègues proches, dont je fais partie, puisque Cécile était déjà à Marne comme doctorante quand je suis arrivée en 2002 au département des Lettres, n’étaient pas sûrs non plus de pouvoir tenir bien longtemps assis. La bibliothèque nous parut le lieu le plus adapté. C’était un lieu qui faisait signe vers la culture littéraire à laquelle Cécile Poisson tenait tant. Ajoutons que pour nous, Georges Perec, c’est aussi l’auteur d’une œuvre qui dit la violence de l’histoire dans l’écriture d’un roman qui se passe de la voyelle E La Disparition ainsi que dans W ou le souvenir d’enfance et aussi dans les Récits d’Ellis Island.

Nous avons été plusieurs à rappeler dans les portraits que nous avons dressés d’elle que Cécile Poisson avait choisi la littérature parce qu’elle trouvait dans l’interprétation des textes le terrain d’une construction des valeurs qui la guidaient ainsi que celui d’interrogations répétées sur le mal et la violence. Après avoir travaillé sur Jacob et Esaü, elle consacra le livre issu de sa thèse à Caïn et Abel, livre dont le sous-titre “L’Ange et la bête” et surtout les réflexions multiples sur la violence ont semblé nous faire signe après sa disparition. Mais à côté des livres sur lesquels elle faisait cours et parmi lesquels figurait La Légende des siècles, nous avons aussi retrouvé des livres bien différents empruntés à notre bibliothèque :  Caliban et la Sorcière (Silvia Federici) et Urban realism and the Cosmopolitan Imagination in the Nineteenth Century. Visible City, Invisible World (Tanya Agathocleous) ; ils témoignent de ses recherches sur le féminisme et sur les villes qui ont donné matière au cours de l’UE d’ouverture qu’elle a donné sur la littérature des autrices anglaises du 19e siècle comme moyen de déconfinement de l’espace domestique.

Sans retracer en détail le parcours de Cécile Poisson comme je l’ai fait lors de l’ouverture du colloque « Penser la ville avec les femmes » placé sous le marrainage de sa mémoire en juin dernier, je vais essayer de souligner la cohérence de la vie de cette femme à la fois remarquable et à la fois semblable aussi à beaucoup d’autres. Cécile avait choisi d’enseigner ses recherches parce qu’elle pensait que les contenus et les méthodes qu’elle enseignait aidaient à choisir sa voie d’être humain. Dans une vidéo retrouvée il y a peu par Laurence Vigier, tournée lors d’un stage pour enseigner en anglais, Cécile explique dans une performance qu’elle mène avec conviction et humour qu’elle a été encouragée dans la voie de l’enseignement par une étude indiquant que “plus on a de vocabulaire, de maîtrise de la langue, moins on a recours à la violence”. La violence des élites dément évidemment cela, mais l’argument montre la cohérence des choix de Cécile Poisson et son volontarisme. Comme beaucoup d’entre nous, ce n’est pas par vocation que Cécile avait choisi ce métier, ni parce qu’il laisse le temps de mener les tâches qui incombent aujourd’hui encore davantage aux femmes ; elle l’avait choisi pour employer son intelligence et ses nombreuses qualités à des tâches d’une utilité sociale évidente. Malheureusement, la dévalorisation financière de cette carrière a donné un argument pour la couper plusieurs années de sa vie professionnelle et servir les ambitions entrepreneuriales de son conjoint.

Cécile Poisson avait pu croire, comme ma génération, que l’égalité femmes/hommes était faite, ou du moins qu’elle avançait d’un mouvement continu. Mais au fil des années, elle a dû reconnaître la dissymétrie structurelle qui pèse sur les femmes et la manière dont cette dernière sert la stratégie des agresseurs. Son histoire est terriblement exemplaire du continuum des violences qui mène de l’emprise, la dévalorisation, l’isolement loin de sa famille et de ses proches aux violences de diverses sortes. Pourtant, confrontée à ses difficultés familiales, Cécile Poisson s’est à nouveau appuyée sur l’expérience acquise dans sa vie personnelle pour de nouveaux engagements collectifs, à l’Université comme sentinelle égalité depuis 2020, et dans une association œuvrant en faveur d’une meilleure prise en compte sociale et éducative de handicaps. Elle s’est ainsi battue sur tous les fronts, familiaux et professionnels, et a répondu au continuum des violences par un continuum d’actions. Ces combats nous ont amenées à recueillir la parole de nos étudiantes victimes de violences graves dans leur vie personnelle ou de harcèlement sexiste.

Donner le nom de Cécile Poisson à l’auditorium de la Bibliothèque, c’est donc, comme le dit Gilles Roussel, perpétuer la mémoire de cette femme aux qualités et aux combats exemplaires. Cette mémoire c’est à nous de l’entretenir car on se souvient que les premiers articles de presse faisaient la part belle au CV de son ex-conjoint mettant sur le même pied des parcours qui sont pourtant distincts tant dans le niveau d’excellence que dans les valeurs qu’ils servent comme le signalaient les 23 millions (d’argent public) récoltés par la société que ce dernier avait créée pour mettre l’intelligence artificielle au service de l’éducation nationale. Pour ces raisons, parce que je crois à l’intelligence vive et humaine de Cécile, à son engagement cohérent dans tous les domaines de la vie universitaire, à sa lutte pour les personnes que l’on dit vulnérables, j’ai prononcé des discours à plusieurs reprises et nous avons créé un onglet dédié à sa mémoire sur le site internet du projet “Cité des Dames, créatrices dans la cité”. L’Université Gustave Eiffel fait un geste très important en donnant le nom de Cécile Poisson à cet auditorium, un geste féministe d’inscription bien visible du nom d’une femme remarquable dans l’espace universitaire. Elle agit conformément à ses valeurs qui revendiquent d’être une actrice de la transformation sociale et des espaces urbains. En choisissant Perec l’orphelin victime de l’antisémitisme et l’enseignante-chercheuse victime de féminicide, elle prend pour modèle des personnes qui n’auraient pas pu s’inscrire à l’université il y a quelques siècles, et donc que le système universitaire a contribué pendant des siècles à assigner à des places sociales inférieures et à rendre cibles d’une violence légitimée.

Le geste de nommage répond à l’émotion de la communauté universitaire qui remplissait le parvis il y a un an, réunissant rectrice, responsables du ministère, collègues de toutes les catégories de personnel, étudiants et étudiantes. Dans cette communauté, beaucoup d’entre nous ont été amenés à se souvenir de violences oubliées qui les ont ébranlés. Une prise de conscience collective concernant la réalité des violences a eu lieu. C’est à l’ensemble de cette communauté de porter désormais la mémoire de Cécile Poisson pour contribuer à la construction d’une société plus juste, qui éduque mieux, protège réellement et sanctionne efficacement. Ainsi, j’espère que chacune et chacun nommera bien l’auditorium Cécile Poisson, pas auditorium de la BU ou auditorium Perec, comme le bâtiment Ada Lovelace est souvent nommé “La centrif” et le bâtiment Alexandra David Neel “ADN”. Cet auditorium est un beau lieu de notre université, lieu d’échanges fructueux comme l’a dit notre président, lieu de création artistique aussi dans lequel l’artiste Nicolas Raccah a fait entendre sa colère d’homme féministe face aux violences imposées aux femmes à travers les siècles. J’espère que cet auditorium résonnera de nombreux discours en faveur d’une égalité réelle, qu’il donnera aux femmes le courage d’être elles-mêmes et aux hommes celui d’être féministes. Quand Cécile Poisson ne les écoutera pas, je l’imagine en conversation animée avec Georges Perec, ou découvrant de nouveaux livres dans la bibliothèque ou encore rêvant à la Bretagne en regardant les moutons d’Ouessant. Inscrite dans l’espace de la bibliothèque et dans nos cœurs, elle restera ainsi parmi nous vive, intelligente et drôle comme elle l’était. »


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search