Archives de catégorie : Billets

Marie de Gournay, une parisianiste du bon usage

Ce billet s’appuie sur l’article de Suzanne Duval (Université Gustave Eiffel), « Le parisianisme de Marie de Gournay », à paraître en 2021 dans la revue des Cahiers d’Humanisme et Renaissance, publication qui a d’abord pris la forme d’une conférence au séminaire Transversales (dir. Delphine Denis et Anne-Pascale Pouey-Mounou, novembre 2020, Sorbonne Université).

Aujourd’hui, le mot de parisianisme est une manière péjorative de désigner l’élitisme parisien. Mais sous l’Ancien Régime, ce terme renvoyait aux traits spécifiques du langage parlé dans la région de Paris, à une époque où la langue française n’était pas unifiée et se divisait en divers dialectes parlés sur le territoire francophone.

On peut alors dire que Marie de Gournay, écrivaine du début du XVIIe siècle surtout connue pour avoir été l’éditrice des Essais de Montaigne malgré son œuvre littéraire prolifique, est parisianiste dans tous les sens du terme : elle affiche volontiers son appartenance à une cité qui, depuis l’installation de la Cour du roi au Louvre, est en train de devenir la première ville de France, et elle considère que le langage des Parisiens est le plus pur de tous les usages du Royaume.

Pourquoi cet attachement à une ville et à son langage ? Que nous apprend-il sur cette autrice et son œuvre littéraire ?

Selon la damoiselle (c’est avec ce titre que Marie de Gournay, qui n’était pas mariée[1], signe la plupart de ses œuvres), Paris est la ville des savoirs, où l’on peut apprendre les « sciences par enseignement [et] par conférence » : ce mot de conference renvoie à l’« art de conférer » cher à Montaigne, c’est-à-dire au dialogue et à la dispute argumentée. C’est  d’ailleurs à Paris que Marie de Gournay rencontra Montaigne, après avoir lu avec passion ses Essais. Dans son autobiographie, elle raconte son enfance en Picardie comme un exil : dès lors, « rester à Paris, [c’est] entretenir sa réputation, faire accepter son nom et sa production d’auteur. » Aussi affiche-t-elle fièrement la parisianité de son œuvre dans la préface de son livre de maturité, recueil d’essais intitulé Les Advis (publiée en 1631, puis en 1634 et 1641 chez T. du Bray) :

Lecteur, voici Les Advis ou Les Presens desquels, selon ma débile puissance je régale ma Patrie : et si pour être nés à Paris et d’une Parisienne zélée à ce berceau, huitième merveille du Monde, tu les veux rebaptiser du nom de Parisiens, je t’en avoue [je t’y autorise].

Comme Malherbe, Marie de Gournay fait du langage des Parisiens la norme du bon usage, mais en ne se référant pas aux mêmes groupes sociaux. En effet ce poète puriste, peut-être par provocation, valorisait l’usage des « crocheteurs du port au foin », c’est-à-dire des travailleurs parisiens les plus humbles. D’une manière bien différente, Marie de Gournay rejette les façons de parler de la « populace », et favorise la langue des instances publiques que sont les conseillers, les parlementaires, les juristes et les avocats, à une époque où ces derniers passent de plus en plus pour des pédants sans élégance. Contre cette tendance, Marie de Gournay rappelle l’autorité de ceux « qui sont la plus solide, prudente et mieux parlante partie de ce corps de la Cour, et dans lesquels sa Majesté même tient lieu comme Chef ». En ce sens, le bon usage de la cour existe bel et bien du point de vue de Marie de Gournay, à condition qu’il réunisse toutes les élites de la ville de Paris :

Mais à propos, qui a dit je vous prie à cette tendre espèce de Seigneurs et de Dames, que Paris et la France se doivent régler à leur langage, pour en dépendre absolument ? Ils font petitement partie de la Cour, et la Cour entière fait part de la France : mais plus précisément et prochainement elle fait part de Paris, puis que cette auguste et Royale Ville est capitale de cette illustre Région. La Cour hors de Paris, se peut dire hors de chez soi.

Les positions fermes assumées par Marie de Gournay sur la langue française et ses normes lui permettent ainsi de définir une identité de femme de lettres pleinement intégrée dans les débats linguistiques de sa cité, à une époque où celle-ci commence à prédominer sur les autres bonnes villes de France.

Maéva DE SOUSA

Étudiante du Master LSCN de l’Université Gustave Eiffel


[1] Au début du XVIIe siècle, « damoiselle » désigne une femme noble qui n’a pas le titre de dame. Voir le Thresor de la langue francoyse (1606) de Jean Nicot.

Marguerite de Valois prisonnière confinée au Louvre en 1576

Pendant la période de confinement, du 16 mars au 11 mai 2020, beaucoup d’événements prévus ont dû être annulés ou reportés. Chacun et chacune d’entre nous a réorienté ses activités vers celles qui pouvaient se faire à distance. C’est dans ce cadre que l’association AWARE a décidé de mettre en ligne une série de podcasts intitulée « Women House », en référence à l’exposition organisée par Camille Morineau et Lucia Pesapane à la Monnaie de Paris en 2017 puis au National Museum of Women in the Arts de Washington en 2018,  à propos de l’espace domestique dans les œuvres de créatrices. Dans ces podcasts mis en ligne depuis avril 2020, des femmes d’aujourd’hui, confinées en raison de la pandémie de covid-19, présentent et lisent les textes d’autrices confinées. 

L’action s’inscrit triplement dans le projet « Cité des Dames ». Il s’agit de lire des textes écrits par des femmes dont une partie évoque des lieux urbains : Berlin occupé par l’armée russe, Paris, pendant les guerres de religion du XVIe siècle. Il s’agit aussi de créer une cité des dames numérique qui donne aux créatrices de nouveaux lieux pour être entendues de publics variés. Enfin, il s’agit d’un réseau professionnel et amical constitué par des lectrices d’aujourd’hui, qui nous permet de poursuivre le partenariat initié avec l’association AWARE dans le programme « Visibilité, invisibilité des savoirs des femmes ». 

Dans ce cadre, Caroline Trotot a choisi de lire deux extraits des Mémoires de Marguerite de Valois. On trouvera ci-dessous le texte de la présentation et les extraits lus.

Texte du podcast : présentation des textes lus

Princesse de la Renaissance, elle est fille d’Henri II et de Catherine de Médicis. Elle raconte sa jeunesse, depuis la mort de son père en 1559, quand elle a six ans, jusqu’à son séjour en Gascogne, en 1581, comme reine de Navarre animant la brillante cour de Nérac. L’histoire de Marguerite de Valois c’est une histoire tragique, celle de la France des guerres de religion, c’est-à-dire des guerres civiles. Son mariage avec son cousin protestant le roi Henri de Navarre en est le symbole puisque les noces qui doivent sceller la réconciliation pacifique des Valois catholiques et des Bourbon protestants sont l’occasion du massacre de la Saint-Barthélemy. Le Louvre, lieu des fêtes et de la magnificence du pouvoir royal se transforme en scène sanglante jusque dans la chambre de Marguerite. 

Portrait anonyme de Marguerite de Valois, vers 1574, conservé au département estampes et photographies de la Bibliothèque national de France

Le passage que j’ai choisi de lire se situe quelques années plus tard, en 1576, toujours au Louvre. Marguerite a 22 ans. 

Après l’évasion de son mari Henri de Navarre hors du Louvre et de Paris en février 1576, elle est retenue comme otage par son frère, le roi Henri III et par sa mère, Catherine de Médicis. Ils craignent qu’elle ne serve contre eux les intérêts du roi de Navarre et de François d’Alençon (le jeune frère de Marguerite et d’Henri III). La jeune femme reste plusieurs mois confinée dans sa chambre au Louvre et reconnaît les bénéfices paradoxaux que cette période charnière a apportés dans sa vie. Elle lit beaucoup, des textes philosophiques en particulier, et elle se livre à la méditation religieuse. 

Ce texte me paraît être l’un des textes charnières des Mémoires de Marguerite. Au milieu de son livre, elle explique le bénéfice de la lecture et, si l’on remonte un peu de quelques paragraphes, on voit qu’elle découvre aussi les bénéfices d’une écriture clandestine. Cette écriture de la lettre familière – et pourtant diplomatique – apparaît comme le modèle de ces Mémoires dont elle invente la forme littéraire. 

Quand Marguerite de Valois écrit ses Mémoires – vers 1594 sans doute – elle est confinée dans le château d’Usson, en Auvergne, où elle est assignée à résidence, de 1585 à 1605. Elle y cultive une société intellectuelle au milieu de laquelle elle brille malgré tout. 

La lecture, l’écriture, l’intelligence sont les ressources qui vont permettre à Marguerite de survivre à l’épreuve de la violence de l’histoire. Les Mémoires racontent un peu cela, comment elle développe les ressources intérieures qui lui permettent de survivre entre Henri III, Catherine de Médicis, Henri de Navarre et François d’Alençon. Et comment à partir de là, elle apprend à construire d’autres rapports avec l’extérieur, grâce à une écriture à la fois dramatisée et souvent drôle, toujours dense, comme si elle était cryptée. 

Les Mémoires fonctionnent de manière subversive : ils semblent reproduire le monde des Valois et ils en dénoncent l’hypocrisie. De la même manière, le confinement est le lieu de l’apprentissage de la liberté par la subversion. J’aime beaucoup ce texte qui montre une subversion féminine par l’activité intellectuelle et créatrice et qui donne une image bien différente de la femme que le public connaît sous le nom de « reine Margot ». Il arrive qu’on fasse encore aujourd’hui rêver le public aux secrets d’histoire dont la chambre de Marguerite a été le lieu. Le texte nous livre le secret d’un plaisir solitaire intellectuel et spirituel. 

J’ai donc choisi de commencer par lire la levée du confinement, pages 111 et 112. Je remonterai ensuite quelques paragraphes plus au haut au récit de l’entrée dans ce qu’elle nomme sa « captivité ». Quand elle dit le roi, il s’agit d’Henri III et quand elle dit mon frère il s’agit de François d’Alençon. 

Extrait 1 : La levée du confinement (p. 111-112)

« Le roi entre sur cela en son cabinet, qui avec une infinité de belles paroles tâche à me rendre satisfaite, me conviant à une amitié, voyant que mes façons ni mes paroles ne démontraient aucun ressentiment de l’injure que j’avais reçue ; ce que je faisais plus pour le mépris de l’offense que pour satisfaction, ayant passé le temps de ma captivité au plaisir de la lecture, où je commençai lors à me plaire, n’ayant cette obligation à la Fortune, mais plutôt à la Providence divine, qui dès lors commença à me produire un si bon remède pour le soulagement des ennuis qui m’étaient préparés à l’avenir. Ce qui m’était aussi un acheminement à la dévotion, lisant en ce beau livre universel de la Nature tant de merveilles de son Créateur, que toute âme bien née, faisant de cette connaissance une échelle de laquelle Dieu est le dernier et le plus haut échelon, ravie, se dresse à l’adoration de cette merveilleuse lumière, splendeur de cette incompréhensible essence, et faisant un cercle parfait ne se plaît plus à autre chose qu’à suivre cette chaîne d’Homère, cette agréable encyclopédie, qui part de Dieu, [et] retourne à Dieu même, principe et fin de toutes choses. Et la tristesse, contraire à la joie qui emporte hors de nous les pensées de nos actions, réveille notre âme en soi-même, qui, rassemblant toutes ses forces pour rejeter le Mal et chercher le Bien, pense et repense sans cesse pour choisir ce souverain bien, auquel pour assurance elle puisse trouver quelque tranquillité. Qui sont de belles dispositions pour venir à la connaissance et amour de Dieu. Je reçus ces deux biens de la tristesse et de la solitude à ma première captivité, de me plaire à l’étude et m’adonner à la dévotion, biens que je n’eusse jamais goûtés entre les vanités et magnificences de ma prospère fortune.

Le roi, comme j’ai dit, ne voyant en moi nulle apparence de mécontentement, me dit que la reine ma mère s’en allait trouver mon frère en Champagne pour traiter une paix, qu’il me priait de l’accompagner et y apporter tous les bons offices que je pourrais, et qu’il savait que mon frère avait plus de créance en moi que [en] tout autre ; que de ce qui viendrait de bien en cela, il m’en donnerait l’honneur et m’en resterait obligé. Je lui promis ce que je voulais faire (car c’était le bien de mon frère et celui de l’État), qui était de m’y employer en sorte qu’il en resterait content. »

Extrait 2 : L’annonce de la captivité par Catherine de Médicis (p. 106-107)

« […] La reine ma mère […] m’était venue trouver en ma chambre que je m’habillais encore, faisant état, bien que je fusse encore mal de mon rhume – mais plus malade en l’âme qu’au corps de l’ennui qui me possédait – de sortir de ce jour-là de ma chambre pour voir un peu le cours du monde sur ces nouveaux accidents, étant toujours en peine de ce qu’on entreprendrait contre mon frère et le roi mon mari.

Elle me dit : “Ma fille, vous n’avez que faire de vous hâter de vous habiller. Ne vous fâchez point, je vous prie, de ce que j’ai à vous dire. Vous avez de l’entendement. Je m’assure que ne trouverez point étrange que le roi se sente offensé contre votre frère et votre mari, et que, sachant l’amitié qui est entre vous, il craint que vous sachiez leur partement, et est résolu de vous tenir pour otage de leurs déportements. Il sait combien votre mari vous aime, et ne peut avoir un meilleur gage de lui que vous. Pour cette cause il a commandé que l’on vous mît des gardes, pour empêcher que vous ne sortiez de votre chambre. Aussi, que ceux de son conseil lui ont représenté que si vous étiez libre parmi nous, vous découvririez tout ce qui se délibérerait contre votre frère et contre votre mari et les en avertiriez. Je vous prie ne le trouver mauvais ; ceci, si Dieu plaît, ne durera guère. Ne vous fâchez point aussi si je n’ose si souvent vous venir voir, car je craindrais d’en donner soupçon au roi ; mais assurez-vous que je ne permettrai point qu’il vous soit fait aucun déplaisir, et que je ferai tout ce que je pourrai pour mettre la paix entre vos frères.”

Je lui représentai combien était grande l’indignité qu’on me faisait en cela. Je ne voulais pas désavouer que mon frère m’avait toujours librement communiqué tous ses justes mécontentements; mais pour le roi mon mari, depuis qu’il m’avait ôté Thorigny, nous n’avions point parlé ensemble; que même il ne m’avait point vue en ma maladie, et ne m’avait point dit adieu. Elle me répond: « Ce sont petites querelles de mari à femme; mais on sait bien qu’avec douces lettres il vous regagnera le cœur, et que, s’il vous mande l’aller trouver, vous y irez, ce que le roi mon fils ne veut pas.»

Elle s’en retournant, je demeure en cet état quelques mois, sans que personne, ni [même] mes plus privés amis, m’osassent venir voir, craignant de se ruiner. À la Cour, l’adversité est toujours seule, comme la prospérité est accompagnée; et la persécution est la coupelle des vrais et entiers amis. Le seul brave Grillon est celui qui, méprisant toutes défenses et toutes défaveurs, vint cinq ou six fois en ma chambre, étonnant tellement de crainte les cerbères que l’on avait mis à ma porte, qu’ils n’osèrent jamais le dire, ni lui refuser le passage.

Durant ce temps-là, le roi mon mari étant arrivé en son gouvernement et ayant joint ses serviteurs et amis, chacun lui remontra le tort qu’il avait d’être parti sans me dire adieu, lui représentant que j’avais de l’entendement pour le pouvoir servir, et qu’il fallait qu’il me regagnât, qu’il retirerait beaucoup d’utilité de mon amitié et de ma présence lorsque, les choses étant pacifiées, il me pourrait avoir auprès de lui. Il fut aisé à persuader en cela, étant éloigné de sa Circé, Madame de Sauve, ses charmes ayant perdu par l’absence leur force, ce qui lui rendait sa raison pour reconnaître clairement les artifices de nos ennemis, et que la division qu’ils avaient trouvée entre nous ne lui procurait moins de ruine qu’à moi. Il m’écrivit une très honnête lettre, où il me priait d’oublier tout ce qui s’était passé entre nous, et croire qu’il me voulait aimer, et me le faire paraître plus qu’il n’avait jamais fait, me commandant aussi le tenir averti de l’état des affaires qui se passaient où j’étais, de mon état, et de celui de mon frère – car ils étaient éloignés, bien qu’unis d’intelligence, mon frère étant vers la Champagne et le roi mon mari en Gascogne. Je reçus cette lettre étant encore captive, qui m’apporta beaucoup de consolation et soulagement, et ne manquai depuis, bien que les gardes eussent charge de ne me laisser écrire, aidée de la nécessité, mère de l’invention, de lui faire souvent tenir de mes lettres. […] »

Références

La tragédie Tomyris de Marie-Anne Barbier en livre numérique

Dans le cadre de son module sur le théâtre classique à l’université Gustave-Eiffel, Suzanne Duval a proposé à ses deuxièmes années de licence de lettres modernes de contribuer à la mise en ligne sur Wikisource de la tragédie Tomyris de Marie-Anne Barbier. Cette pièce était absente d’anthologies précédemment publiées d’une part par Perry Gethner en 1993, d’autre part sous la direction d’Aurore Évain, Perry Gethner et Henriette Goldwyn en 2011, qui contenaient d’autres œuvres de Marie-Anne Barbier : Arrie et Pétus et Le Faucon.

Continuer la lecture de La tragédie Tomyris de Marie-Anne Barbier en livre numérique