Archives de catégorie : Actualités

Séminaire de Jennifer Scappettone « Geopoetics of the Unbounded Metropolis: The City as Circulatory System and Waste Product »

Jennifer Scappettone, poète et professeure de l’Université de Chicago, professeure invitée à l’Université Gustave Eiffel (LISAA EA 4120) dans le cadre de l’I-SITE Future donnera une première communication intitulée « Geopoetics of the Unbounded Metropolis: The City as Circulatory System and Waste Product » dans le programme de recherche Cité des Dames, Créatrices dans la cité, le jeudi 9 décembre de 14h à 17h, salle 3V071 au 3e étage du bâtiment Copernic, campus de Marne-la-Vallée, à l’université Gustave Eiffel. 

Jennifer Scappettone donnera également une lecture de ses textes le jeudi 16 décembre à 19h à l’atelier Michael Woolworth, passage du cheval blanc, 2 rue de la Roquette, 75011 Paris, avec Lisa Robertson (et ses traductrices Claire Finch et Sabrina Soyer) ainsi que Fabienne Raphoz. Informations sur www.doublechange.org ; instructions pour se rendre à l’atelier.

Séminaire « Yourcenar recréatrice de la cité : des villes aux jardins »

Le mardi 30 novembre 2021 de 15h à 17h30, dans le bâtiment Copernic de l’université Gustave Eiffel (salle 3B072), Marie Raulier et Palmyre de La Touanne animeront un séance intitulée « Yourcenar recréatrice de la cité : des villes aux jardins » dans le cadre du projet de recherche Cité des dames, créatrices dans la cité.

Cette séance pourra aussi être suivie sur Zoom à l’adresse https://univ-eiffel.zoom.us/j/88434965853 (mot de passe : B45ghLnt).

« Marguerite Yourcenar, une femme dans la cité », Béatrice Mousli (professeure, Université de Californie du Sud)

L’espace de la ville dans l’œuvre et la vie de Marguerite Yourcenar est aussi le lieu du politique. Dans l’œuvre romanesque, c’est la Rome d’Hadrien, celle du Denier du rêve, où fascistes et révolutionnaires se côtoient, c’est aussi l’anonymat de Vienne où Alexis explore son identité. Mais la ville, qui permet dans le roman l’expression d’un soi politique et social, est, dans la vie, dans la biographie de l’écrivain le locus d’un enfermement. Au quotidien, c’est aux marges qu’elle crée, qu’elle s’engage, citoyenne d’une polis hors les murs.

Pause

« Des villes sans mémoire : Yourcenar, écrivaine et historienne critique de l’espace urbain », Palmyre de La Touanne (doctorante, Sorbonne Université)

L’œuvre de Yourcenar est traversée par une écriture de la ville qui, au fil des textes, s’élabore peu à peu comme un véritable discours critique de l’espace urbain, depuis les Mémoires d’Hadrien jusqu’au dernier tome de la trilogie Le Labyrinthe du monde. En arpentant les villes d’Europe, d’Amérique et d’Asie, Yourcenar recrée avec érudition la mémoire des constructions urbaines où elle place ses personnages. Tout en se faisant l’interprète des traces laissées par l’Histoire dans ces lieux, elle se fait aussi la mémorialiste de villes oublieuses, dont elle dénonce souvent la violence qui les fonde et la disparition des liens entre les hommes et les femmes qui les habitent. Écrire les mémoires des villes consiste alors à mettre au jour les traces qui, de Rome à Bruxelles en passant par Paris et Lille, sont les marques tangibles d’une destruction de l’environnement.

« “Protégé du temps” : le jardin clos de Marguerite Yourcenar », Marie Raulier (doctorante, Université McGill)

Pas de ville sans jardin : lieu de ressourcement au sein de la ville moderne corrompue et corruptrice, le jardin nourrit l’œuvre yourcenarienne. C’est plus précisément le motif du jardin clos, enclave dans la ville, qui traverse ses écrits de fiction et ses essais, qu’il soit zen comme dans Le tour de la prison, monastique dans L’œuvre au noir ou qu’il se manifeste sous une forme insulaire comme dans Un homme obscur. Dans ces jardins, la clôture permet paradoxalement l’ouverture au monde naturel et l’ouverture à soi. Chez Yourcenar, la maxime voltairienne du « cultiver son jardin » s’interprète comme une métaphore de l’écriture, et se pratique comme une solution universelle, proposée afin de contrebalancer les effets du temps.

Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615)

Colloque organisé par Caroline Trotot (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel), Violaine Giacomotto-Charra (projet HumanA Université Bordeaux-Montaigne, Centre Montaigne) et Nicole Dufournaud (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel)

Bordeaux, 29-30 juin 2022, Bibliothèque Municipale de Bordeaux

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau), Philippe Gambette (Université Gustave Eiffel), Dominique Picco (Université Bordeaux-Montaigne), Sandra Provini (Université de Rouen Normandie), François Rouget (Queen’s University, Kingston, Canada), Kathleen Wilson-Chevalier (American University of Paris)

Bien qu’elles aient été exclues de nombreuses institutions savantes de la Renaissance, universités ou collèges royaux, les femmes ont joué un rôle important, dans la construction, la diffusion et la transmission des savoirs et de la culture, dans les réseaux de sociabilité et de clientèle, et ce à différents niveaux de la vie nobiliaire, urbaine et lettrée. En témoigne le grand nombre d’ouvrages qui leur est dédicacé ou l’influence qu’elles ont exercée sur le monde des arts [Wilson-Chevalier 2007][1]. Depuis la remarquable étude d’ensemble d’Evelyne Berriot-Salvadore [1990][2], des travaux essentiels ont été menés, non seulement sur de grandes figures nobiliaires comme les reines de Navarre ou Catherine de Médicis, mais aussi sur des ensembles plus vastes. La grande étude de Linda Timmermans [2005][3] montre ainsi que les femmes sont très nombreuses à participer à la culture au XVIIe siècle. De même, la partie consacrée à la période 1475-1615 par Éliane Viennot dans la récente histoire littéraire réalisée sous la direction de Martine Reid, Femmes et littérature, une histoire culturelle [2020][4], invite à renouveler une vision trop masculinisée de la littérature de la Renaissance et recense près de cent quarante autrices pour le 16e siècle [p. 223].

Ce colloque, au croisement d’un projet qui analyse la place des femmes dans la cité (https://citedesdames.hypotheses.org/ ) et d’un autre qui s’interroge sur les réseaux lettrés bordelais (https://centre-montaigne.huma-num.fr/projets-du-crmt/humana.html ), souhaite se pencher plus précisément sur la présence des femmes et sur les modalités variées de cette présence, parfois discrète ou oubliée, dans la construction et la diffusion des savoirs comme dans la vie intellectuelle et artistique de la Renaissance, en s’interrogeant plus particulièrement sur leur rôle dans l’histoire des villes, qui sont elles-mêmes des foyers intellectuels et politiques, des carrefours, des points de départ et de retour, des lieux de passages, des modèles (ou des contre-modèles), incluant des espaces divers (la cour, l’université, les académies). Il s’agira donc de contribuer également à une réflexion pluridisciplinaire sur l’histoire des villes dans la première modernité, en jetant la lumière sur la manière dont leur évolution est liée à leur nature de lieux de savoir et de culture. On tentera ainsi de poursuivre le travail pionnier mené par Michèle Clément et Janine Incardona [2008][5] pour analyser les liens unissant la ville de Lyon, l’humanisme et les femmes ainsi que celui de Kendall B. Tarte, à propos des Dames des Roches et de la ville de Poitiers, Writing Places, sixteenth Century City Culture and the Des Roches Salon [2007][6].

Les pistes à explorer sont nombreuses et variées, des plus matérielles au plus immatérielles :

– On pourra s’interroger d’abord sur la présence concrète des femmes dans les villes et les traces qu’elles y ont laissées : quel rôle les femmes ont-elles joué dans l’aménagement des villes, leur transformation pour accueillir les activités privilégiées de la culture humaniste et la diffuser ? On peut penser ici, aussi bien aux lieux privés et de représentation que sont les demeures nobles (Catherine de Médicis et l’Hôtel de la Reine, Marguerite de Valois et l’Hôtel de la Reine Marguerite) ou bourgeoises, ainsi qu’à leurs jardins, ou encore à la fondation, à l’aménagement et au développement des lieux d’éducation et de savoir (collèges, académies). Ce dernier point ouvre la piste de leur rôle dans l’éducation, la transmission des savoirs et leur construction, grâce aux lieux urbains aménagés ou investis mais aussi grâce à leur rôle dans l’éducation à domicile, qui reste essentielle pour la noblesse (c’est à une femme qu’est dédié l’essai « De l’institution des enfants »).  Par ailleurs, les modalités de l’éducation des filles, au château ou en milieu urbain, en dehors des collèges réservés aux garçons, sont encore imparfaitement connues. Quels lieux pour cette éducation ? Peut-on considérer les nombreux livres de philosophie dédiés à des dames comme une manière de construire un lieu d’éducation féminin, ou en tout cas accessible aux femmes alors que les collèges sont des lieux urbains et exclusivement masculins. D’une manière générale, on pourra se poser la question de la spécificité de lieux féminins par rapport à ceux construits autour de figures masculines, comme les couvents de femmes, ou encore analyser la manière de nommer des lieux organisés par ou pour les femmes, en saisissant ces phénomènes en diachronie (par exemple, l’émergence du concept de « salon », et la difficulté à nommer les lieux féminins de sociabilité littéraire du 16e siècle).

– Le rôle des femmes peut également être exploré à travers l’analyse des modalités de leur présence dans la ville : rôle social et culturel, en particulier quand elles sont au centre d’une cour ou d’une Académie, modalités de présence dans les milieux du livre (qu’elles soient autrices ou professionnelles du livre, épouse active d’un imprimeur-libraire ou elle-même à la tête d’une boutique de libraire ou d’un atelier d’imprimeur). Il pourra s’agir ici aussi bien de leur présence concrète et de leur rôle dans l’atelier et dans le système général de l’économie du livre, que de l’étude des réseaux au cœur desquels se trouve l’atelier ou encore de leur rôle intellectuel : livres écrits pour les dames ou dédiés aux dames, importance du mécénat et de la protection exercés par des femmes. La question du livre et celle des lieux d’habitation et de vie intellectuelle peuvent également se rejoindre à travers celle des bibliothèques féminines.

– Une autre question posée est celle du rôle des femmes dans les réseaux dont les villes sont des nœuds concrets autant que symboliques, noyaux et modèles d’un tissu de villes plus petites et de châteaux gravitant autour de villes plus importantes. On pourra s’intéresser ici au rôle de passeur de certaines figures féminines, qui après un séjour à la cour se font mécènes en leur domaine (comme Jacquette de Montbron), à celles qui vivent ainsi entre leurs châteaux et les centres urbains, et à tout ce qui rend aujourd’hui encore visibles ces réseaux : les éventuelles traces matérielles (architecture, ornements, jardins) mais aussi les correspondances, les traces archivistiques, les enseignements du péritexte des livres publiés ou la célébration de certaines figures par les poètes.

– Enfin, le colloque s’intéressera à la question de la mémoire et de la préservation de cet héritage : comment nommer et rendre visible aujourd’hui ce rôle, identifier et caractériser ces traces ? Comment les décrire, en parler, les traiter ? Exigent-ils une approche ou une méthode spécifique ? Comment rendre visibles ces problématiques aujourd’hui avec les outils numériques et plus largement penser et valoriser les traces dans les villes contemporaines ?

La période couverte par le colloque va de 1492, naissance de la première Marguerite de Navarre, à 1615, mort de la dernière. Les propositions pourront être centrées sur une figure féminine aussi bien qu’un groupe ou un réseau, mais aussi un milieu urbain particulier, un type de lieu ou tout autre approche pertinente par rapport au sujet, dans diverses disciplines notamment littérature, histoire, histoire des arts, humanités numériques.

Les propositions de 2000 signes ou 300 mots maximun, accompagnées d’une courte bio-bibliographie d’une page maximum sont à adresser à l’adresse générique colloquefemmeshumanisme@gmx.fr pour le 15 décembre 2 janvier 2022.

[1] Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, sous la dir. de Kathleen Wilson-Chevalier avec la collaboration d’Eugénie Pascal, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, coll. “L’école du genre”, Série Nouvelles recherches n°2, 2007.

[2] Evelyne Berriot-Salvadore, Les Femmes dans la Société française de la Renaissance, Genève, Droz, 1990.

[3] Linda Timmermans, L’Accès des Femmes à la culture sous l’ancien régime, Paris, éditions Honoré Champion, Champion classiques, 2005, 1e édition 1993.

[4] Femmes et littérature. Une histoire culturelle, I, sous la direction de Martine Reid, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2020, p. 219-479. On trouvera une bibliographie p. 434-453.

[5] L’émergence littéraire des femmes à Lyon à la Renaissance (1520-1560), sous la direction de Michèle Clément et Janine Incardona, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008.

[6] Kendall B. Tarte, Writing Places, sixteenth Century City Culture and the Des Roches Salon, Newark, University of Delaware Press, 2007.

Parrainage de la Fisier pour le colloque Bordeaux juin 2021
Parrainage de la Fisier
Parrainage de la Siefar

 

Vidéo de la conférence d’Allison Lange et Claire Delahaye, « Suffragists in the City »

Allison Lange (Wentworth Institute of Technology, Boston), professeure invitée à l’Université Gustave Eiffel et Claire Delahaye (LISAA, Université Gustave Eiffel), spécialistes de l’histoire du droit de vote des femmes aux États-Unis, ont donné le jeudi 30 septembre de 15h30 à 17h30 une conférence autour du thème « Suffragists in the City ».

Allison K Lange est professeure invitée par l’Université Gustave Eiffel et le laboratoire LISAA. Elle est spécialiste de l’histoire du droit de vote des femmes aux États-Unis, et spécialiste d’histoire visuelle. Son travail interroge notamment la façon dont les femmes militant pour leurs droits, ainsi que celles et ceux qui s’y opposaient, utilisaient les images pour articuler genre et pouvoir. Elle a publié en 2020 Picturing Political Power: Images in the Women’s Suffrage Movement (The University of Chicago Press). Elle a également été commissaire de plusieurs expositions, à la bibliothèque Schlesinger à Harvard en 2020, ou la Société d’Histoire du Massachusetts en 2019 et consultante sur de très nombreux événements promouvant les savoirs académiques auprès d’un public non spécialiste. Elle a également siégé au sein du comité de spécialistes créé par le Congrès américain pour le centenaire du droit de vote des femmes aux États-Unis.

La vidéo de la conférence :

Des cités de dames, refuges après l’Affaire des Placards (1534/35): le poète Marot entre Nérac (Marguerite de Navarre) et Ferrare (la duchesse Renée)

Le mardi 19 octobre 2021, Patricia Eichel-Lojkine, qui a récemment publié aux éditions Perrin une biographie de Marguerite de Navarre, interviendra dans une séance conjointe de cours du master LSCN de l’université Gustave Eiffel et de séminaire du projet Cité des dames, créatrices dans la cité.

Sa communication aura lieu dans l’auditorium Maurice Gross du bâtiment Copernic, de 15h à 17h30.

Patricia Eichel-Lojkine est intervenue dans l’émission Historiquement vôtre sur Europe 1 le lundi 20 septembre de 16h à 18h, sur le thème « Donne-moi de tes nouvelles », pour parler de son livre sur Marguerite de Navarre :

Séminaire : quelques promenades du matrimoine littéraire

Comment les femmes de lettres ont-elles marqué les villes au fil des siècles ? Des promenades du matrimoine nous permettent de retrouver leur empreinte, ou celle de leur plume, dans les cités qu’elles ont habitées, traversées, décrites. Nous partirons sur leurs traces à l’aide de plusieurs parcours du matrimoine littéraire déjà créés ou en cours de conception dans le cadre du projet de recherche Cité des dames, créatrices dans la cité. Et quand ces traces ont disparu, pour des autrices de la Renaissance ou de l’Âge classique, le numérique peut nous aider à les redécouvrir, en reconstituant les lignes effacées de ce palimpseste urbain.

Cette séance pourra être suivie en ligne à l’adresse https://univ-eiffel.zoom.us/j/86762071261 (mot de passe : CitDam2021)

Le programme sera le suivant :

  • 14h – Accueil
  • 14h05 – Philippe Gambette : Introduction sur les promenades du matrimoine littéraire
  • 14h20 – Léonard Kim : Démonstration de l’application web Histoires d’autrices
  • 14h30 – Maéva De Sousa : Le Paris de Marie de Gournay
  • 14h55 – Ulysse Gravier : Démonstration de l’application Les promenades du matrimoine
  • 15h05 – Caroline Trotot : Marguerite de Valois et les villes de Flandres
  • 15h30 – Alexis Martinet : Démonstration de l’application L’itinéraire des Flandres de Marguerite de Valois
  • 15h40 – Échanges avec le public

Le séminaire sera suivi à 16h de l’assemblée générale de l’association Le deuxième texte puis à 17h de la remise des prix de la seconde édition du défi #JeLaLis, dont le projet de recherche Cité des dames, créatrices dans la cité est partenaire (inscription obligatoire à cette adresse pour recevoir le lien ou connaître le lieu de l’événement, accessible dans la limite des places disponibles).


Visuels :

  • capture d’écran de Matrimoine Renée Vivien 2020 par Marie Gendron (YouTube) ;
  • illustration tirée du manuscrit Ms. 522 de La Coche conservé à la bibliothèque du Château de Chantilly ;
  • capture d’écran de l’application Promenades du matrimoine réalisée par Ulysse Gravier

Colloque « Fortes de corps, d’âme et d’esprit : récits de vie et construction de modèles féminins du XIVe au XVIIIe siècle »

Le projet Cité des dames, créatrices dans la cité a soutenu l’organisation du colloque « Fortes de corps, d’âme et d’esprit : récits de vie et construction de modèles féminins du XIVe au XVIIIe siècle », qui aura lieu les 10 et 11 juin dans la salle de conférences de la maison de l’université, sur le campus Mont-Saint-Aignan de l’université de Rouen Normandie.

Plus de détails sur le programme de ce colloque orgrganisé par
l’Université de Rouen-Normandie, le CÉRÉdI et l’IRIHS dans le cadre du projet de recherche La Force des femmes, hier et aujourd’hui (XVIe-XXIe siècles) : https://forcedesf.hypotheses.org/400.

Le colloque sera retransmis en direct par l’université de Rouen à l’adresse https://webtv.univ-rouen.fr/lives/en-direct-de-la-maison-de-luniversite/.

Allée des dames

À Champs-sur-Marne, seules huit rues portent un nom de femme ; quatre d’entre elles ont une œuvre écrite. L’allée privée Marguerite Duras est fermée par un haut portail noir. En revanche, il est possible de se promener dans les rues Simone de Beauvoir, George Sand et Louise Michel. À première vue, ces sont des voies plutôt ternes, situées dans des lotissements sans intérêt. Nous avons pourtant fait le pari qu’il était possible de trouver des résonances entre ces lieux et les œuvres des autrices. Des captures d’écran issues d’une exploration virtuelle renvoient à des extraits : image et écrits se complètent, se répondent, s’opposent ; le plus souvent, ce sont les décalages qui permettent de méditer sur notre rapport au cadastre et à la littérature.

Cette création de Marguerite Andrieu, Marion Chevillard, Maeva De Sousa, Safietou Dia, Amélie Fezzaï, Eloïse Le Masson, Léa Lukowski et Suzanne Duval, encadrée par Charles Coustille, Allée des Dames, est issue du séminaire FTD pour le master 2 LSCN de l’Université Gustave Eiffel et pour le projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité, le 7 avril 2021.

Lire le recueil sur Calaméo, le télécharger en PDF

Séminaire : Promenade à huis-clos, du Parking Péguy à l’Impasse Duras

7 avril 2021, 14h-16h, salle 3B050 (pour les M2, les membres du LISAA, ou sur inscription obligatoire auprès de philippe.gambette@univ-eiffel.fr) ou en vidéoconférence à l’adresse https://univ-eiffel.zoom.us/j/85853683609 (mot de passe : CitDam2021)

Charles Coustille, maître de conférences à l’université Gustave Eiffel, interviendra pour cette troisième séance du séminaire du projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité, intitulée Promenade à huis-clos, du Parking Péguy à l’Impasse Duras :

  • 14h : réflexion générale sur “Matrimoine et littérature” (présentation et discussion)
  • 15h : Parking Péguy et les “Plaques du matrimoine” (présentation et discussion)

Recrutement d’un ou une ingénieure de recherche en humanités numériques

Le LISAA, Littératures, SAvoirs et Arts, recrute un ingénieur ou une ingénieure de recherche pour un contrat de travail à durée déterminée de treize mois sur le projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité.

Ce projet vise à mettre en lumière les créatrices dans la ville, en proposant notamment des promenades réelles ou virtuelles du matrimoine urbain, notamment à Paris, mais aussi dans des villes de province (partenariat Lyon et Bordeaux) et dans des villes de taille plus réduite comme Fontainebleau ou Nérac.

Il s’intéresse particulièrement au rapport des écrivaines et des villes : l’inscription de leur activité d’écriture dans les villes, la représentation des villes dans leurs textes, la manière dont la sociabilité urbaine est transformée par la vie littéraire.

Dans ce projet pluridisciplinaire et transéculaire, un volet spécifique est consacré aux XVIe-XVIIe siècle et notamment aux Marguerite de Navarre. Des partenariats avec le projet HumanA de Bordeaux piloté par Violaine Giacomotto-Charra et avec le projet Cour de France (Caroline Zum Kolk) ouvrent plus largement sur la place des femmes de l’ancien régime dans la construction des savoirs et des cultures urbaines.

Tous ces projets reposent sur la collecte de données mais aussi sur une réflexion sur la manière de les interpréter et de les valoriser grâce aux outils numériques.

Les missions consisteront à recueillir, structurer et valoriser, à l’aide d’outils numériques, des données relatives à des créatrices de la Renaissance, notamment la bibliothèque et les comptes de Marguerite de Valois.

Il prévoit aussi, sur environ un tiers du temps de travail, d’assurer la coordination du projet Cité des Dames, en particulier l’animation du carnet de recherche Hypotheses et l’organisation d’événements (un colloque à Pau initialement prévu en juin 2021 notamment).

Le profil recherché est celui d’un ou une titulaire de doctorat en littérature ou histoire moderne 16e-17e, éventuellement d’un ou une doctorante en fin de thèse, avec des appétences et compétences sur le traitement des archives et les humanités numériques, et une expérience de travail dans des projets de recherche interdisciplinaires.

Les missions seront menées dans l’équipe FTD (Formes, Théories, Discours) du LISAA, avec Caroline Trotot, en collaboration avec Philippe Gambette du LIGM. Par ailleurs, un encadrement de stagiaires pourra être envisagé.

Prise de poste souhaitée : prévue pour juin 2021, mais pourra être décalée si besoin.

Transmettre le 30 avril 2021 au plus tard, votre CV et votre lettre de motivation pour ce poste.

Contacts :  caroline.trotot@univ-eiffel.fr, philippe.gambette@univ-eiffel.fr

Retrouver cette offre en PDF

Marie de Gournay, une parisianiste du bon usage

Ce billet s’appuie sur l’article de Suzanne Duval (Université Gustave Eiffel), « Le parisianisme de Marie de Gournay », à paraître en 2021 dans la revue des Cahiers d’Humanisme et Renaissance, publication qui a d’abord pris la forme d’une conférence au séminaire Transversales (dir. Delphine Denis et Anne-Pascale Pouey-Mounou, novembre 2020, Sorbonne Université).

Aujourd’hui, le mot de parisianisme est une manière péjorative de désigner l’élitisme parisien. Mais sous l’Ancien Régime, ce terme renvoyait aux traits spécifiques du langage parlé dans la région de Paris, à une époque où la langue française n’était pas unifiée et se divisait en divers dialectes parlés sur le territoire francophone.

Continuer la lecture de Marie de Gournay, une parisianiste du bon usage

Publication de Cité modèle de Donna Stonecipher

L’ouvrage Cité Modèle de Donna Stonecipher, traduit par Jérémy Victor Robert, vient de paraître en édition bilingue dans la collection américaine des éditions joca seria. Ce recueil de poèmes en prose a été publié avec le soutien de la Poetry Foundation, de l’Institut Universitaire de France et de l’Université Gustave Eiffel (LISAA), dans le cadre du projet Cité des Dames.

Charlotte Fauve lui consacre un article dans Télérama : « Donna Stonecipher et ses ballades dans la ville ».

L’édition originale du recueil, en anglais des États-Unis, avait fait l’objet l’an dernier d’une chronique enthousiaste dans le Frank Skinner’s Poetry Podcast. Donna Stonecipher a également été distinguée en 2018 par le New York Times pour son recueil de poèmes Transaction Histories : The Best Poetry of 2018.

Ateliers du défi #JeLaLis

L’association Le deuxième texte organise des ateliers de présentation du défi et du concours #JeLaLis, dont le projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité est partenaire, ce samedi 20 février de 10h à 11h et jeudi prochain de 17h à 18h.

Inscrivez-vous à cette adresse pour obtenir le lien de connexion à cette séance en vidéoconférence, ou signaler votre intérêt pour une séance à un autre horaire !

Séminaire : Women and City-making in Belfast and Derry / Londonderry

Women and City-making in Belfast and Derry / Londonderry: How Women re-invest public space artistically and politically?

18 mars 2021, 14h-16h, sur Zoom : https://univ-eiffel.zoom.us/j/85853683609 (mot de passe : CitDam2021)

Séminaire du projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité.

La séance se déroulera en français.

14h ‒ Hélène Alfaro-Hamayon (Université Gustave Eiffel) :
« Picking up the threads from women’s centres in the 1980s to community theatre and “Reclaim the Agenda”: Looking at women’s grassroots involvement in the city of Belfast and beyond. »

15h ‒ Susan Dunne (ENSA Paris-Malaquais) :
« Three female artists’ contributions to City-making in Northern Ireland: Reviews of the works, trajectories, and positions of Sandra Johnston, Susan MacWilliam and Mary McIntyre. »

Reconnaissance d’entités nommées géographiques dans les textes littéraires

Dans le cadre de son postdoc à l’université Gustave Eiffel pour le projet Cité des Dames, Eleni Kogkitsidou a développé l’outil libre GeoNER pour la reconnaissance d’entités nommées géographiques.

GeoNER est un comparateur qui utilise cinq outils (CasEN, CoreNLP, Perdido, SEM, spaCy), en harmonisant le format de sortie, pour repérer les noms propres correspondant aux toponymes. Chacun de ces outils utilise différentes approches fondées sur l’apprentissage automatique ou les règles. Après observation sur les premiers résultats obtenus favorisant les approches à base des règles, une approche supplémentaire appelée CasEN+R(repair) a été implémentée. CasEN+R est une approche qui combine la sortie de CasEN en utilisant des règles supplémentaires, des ressources linguistiques et certains graphes existants fournis par CasEN.

Ces approches ont été évaluées grâce au script eval.sh qui fournit des informations en terme de précision, rappel et f-mesure sur les performances des différentes approches appliquées sur des textes anciens :

Ce travail a fait l’objet d’une communication à la quatrième édition du colloque international ACM SIGSPATIAL GeoHumanities 2020 :
Eleni Kogkitsidou & Philippe Gambette, “Normalisation of 16th and 17th century texts in French and geographical named entity recognition”. ACM SIGSPATIAL GeoHumanities’20, p. 28-34, DOI : 10.1145/3423337.3429437.

Voici la vidéo de présentation à l’événement qui s’est tenu en ligne le 5 novembre 2020 :

Eleni Kogkitsidou a également encadré le stage de Jonathan Poinhos, étudiant du master 1 d’informatique de l’université Gustave Eiffel, co-encadré par Philippe Gambette, intitulé « Approches automatiques pour la modernisation des textes du XVe au XVIIIe siècle ». L’outil ABA développé par Jonathan lors de ce stage fera l’objet d’une publication, actuellement en cours de rédaction.

Nous remercions l’université Gustave Eiffel pour le prolongement d’un mois du contrat d’Eleni suite aux difficultés rencontrées pendant la crise sanitaire du printemps 2020.