Archives de catégorie : Accueil

Journée d’étude « Sur les traces de voyages et d’itinéraires féminins, du XVIe siècle à nos jours. Honneur à Alexandra David-Neel »

Affiche de la journée d'études

Dans le cadre du mois de l’égalité de l’Université Gustave Eiffel, Marie Mossé et Caroline Trotot organisent le 29 mars 2024 une journée dédiée aux voyages et itinéraires féminins du XVIe siècle à nos jours.

Cet événement constituera l’occasion de célébrer la mémoire d’Alexandra David-Neel dans le bâtiment de l’Université Gustave Eiffel qui porte son nom, sur le campus de Marne-la-Vallée. Communications scientifiques, démonstration d’outil numérique, table-ronde méthodologique interdisciplinaire et présentations des créations d’étudiants et étudiantes des formations d’études visuelles et de Musique de l’UFR LACT alterneront.

Cette journée s’inscrit dans les travaux exploratoires du projet de Fédération Savoirs, urbanité du genre et minorisations

Lieu : Université Gustave Eiffel
Bâtiment Alexandra David-Néel, Amphithéâtre F2
2, allée du Promontoire
93160 Noisy-le-Grand

PROGRAMME

9h-9h30 – Caroline Trotot et Marie Mossé (Université Gustave Eiffel) – Introduction de la journée et présentation d’Alexandra David-Neel.

9h30-10h00 – Véronique Léonard-Roques (Université de Bretagne occidentale) – Voyages choisis, voyages contraints : quelques exemples français et britanniques de mobilité féminine au tournant du XVIIIe siècle.

10h00-10h30 – Caroline Trotot et Philippe Gambette (Université Gustave Eiffel) – Cartographies numériques interactives de voyages féminins du XVIe siècle.

10h30-11h – Déambulation pour entendre Alexandra David-Neel grâce aux étudiant·es d’Arts Numériques de l’Université Gustave Eiffel / Pause café

11h00-12h30 – Table-ronde interdisciplinaire : quelles méthodes pour étudier et valoriser les traces des itinéraires féminins ?
· Claire Delahaye (maîtresse de conférences en Études américaines, Université Gustave Eiffel) ;
· Nicole Dufournaud (docteure en histoire, ingénieure de recherche en humanités numériques, Université Gustave Eiffel) ;
· Mari Oiry-Varacca (maîtresse de conférences en géographie, Université Gustave Eiffel) ;
· Lenka Stransky (docteure habilitée à diriger des recherches en musicologie, Conservatoire à rayonnement départemental Val Maubuée / Université Gustave Eiffel).

12h30-13h00 Alain Guyot (Université de Lorraine) – Sur les traces d’une femme au mont Blanc : des Lettres d’un voyageur de George Sand à Une course à Chamounix d’Adolphe Pictet.

13h00-14h00 – Pause Déjeuner

14h-15h – Présentation par les étudiant·es de Musique (Licence et Master) de l’Université Gustave Eiffel de leurs compositions en l’honneur d’Alexandra-David-Neel.

15h-15h15 – Pause café

15h15-15h45 – Diana Rodova (Université de Bretagne occidentale) – Un détour par l’Exposition Universelle de 1889 à travers les chroniques parisiennes de Františka Gregorová et d’Emilia Pardo Bazán.

15h45-16h15 – Nina Soleymani-Majd (Université Sorbonne Nouvelle) – « Prévoyance » occidentale et « fatalisme » oriental : l’épidémie de choléra dans le Safar Nameh (Persian Pictures) et les Lettres persanes de Gertrude Bell.

16h15-16h45 – Ambre-Aurélie Cordet (Université Gustave Eiffel) – Le voyage en Perse de Jane Dieulafoy (1881-1882) : au miroir de la photographie.

16h-45-17h – Temps d’échanges et conclusion.

Le programme en PDF.

Illustration : Alexandra David-Neel photographiée dans un studio de Calcutta, en 1924, quelques mois après avoir atteint Lhasa. Maison Alexandra David-Neel, Digne-les- Bains, PHDN 110 a.

Alexandra David-Neel au Tibet (1933), Elizabeth Meyer.

Festival des écrivaines à l’université

La semaine prochaine, le FEU, Festival Écrivaines à l’Université, aura lieu à l’Université Paris-Est Créteil, du 26 au 28 mars 2024. Piloté par Stéphanie Genand, Claire Fourquet-Gracieux et Rossana De Angelis, il est organisé dans le sillage du Festival International du Film de Femmes (FIFF) de Créteil.

Suzanne Duval, enseignante-chercheuse à l’université Gustave Eiffel et membre du LISAA, interviendra le 27 mars lors de la session de 9h30 à 11h intitulée « Création et procréation. Créer et donner la vie : expériences, enjeux, récits ». Elle sera ensuite présente lors de la séance de dédicaces pour ses romans L’Agente et Ta grossesse, publiés chez P.O.L en 2018 et 2020.

Un an après le féminicide de Cécile Poisson, mémoire et réflexion

Un an après son décès, l’École normale supérieure honorera la mémoire de son ancienne élève Cécile Poisson, assassinée par son mari le 20 mars 2023 à Paris.

Cet anniversaire est l’occasion d’évoquer le souvenir de la camarade, de l’enseignante et de la chercheuse en Littérature comparée – notamment spécialiste des mythes bibliques et de l’écriture féminine – en donnant voix à ses écrits. L’événement permet aussi de poursuivre la réflexion sur la violence initiée par ses travaux, en explorant la question des violences faites aux femmes au théâtre, en littérature et en philosophie.

Un chant interprété par le chœur de l’ENS conclura la matinée.

Programme de l’événement, qui aura lieu dans la salle Béatrix Dussane de l’ENS, au 45 rue d’Ulm à Paris, de 9h30 à 12h30.

Le jeudi 4 avril  aura lieu une journée en la mémoire de Cécile Poisson à l’Université Gustave Eiffel pour l’inauguration de l’auditorium de la bibliothèque Georges Perec au nom de Cécile Poisson (Université Gustave Eiffel, campus de Marne-la-Vallée, Auditorium de la bibliothèque Georges Perec)

  • De 14h à 16h : Conférence – Féminicides : un phénomène social. Avec la participation de Christelle Taraud, historienne, spécialiste de la question des violences faites aux femmes et des féminicides dans une perspective globale, et de Catherine Le Magueresse, juriste, doctoresse en droit (Université Gustave Eiffel, campus de Marne-la-Vallée, Auditorium Copernic, événement accessible en distanciel)
  • Programme complet et lien d’inscription : https://my.weezevent.com/feminicides-un-phenomene-social

Mise en ligne des registres des finances de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre, de Jehan Frotté

Le projet de mise en ligne des registres des finances de Jehan Frotté sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes (BVH) date de 2008. Il a resurgi en 2018 au moment du colloque sur Marguerite d’Angoulême organisé par Stéphan Geonget, Anne Boutet, Louise Daubigny et Marie-Bénédicte Le Hir. En 2022, il s’est concrétisé grâce à la collaboration entre l’université de Tours et l’université Gustave Eiffel et a fait l’objet d’une convention entre les deux établissements. Au préalable, Nicole Dufournaud avait établi le prototype pour les BVH entre 2008 et 2010 en transcrivant quelques feuillets ; elle avait présenté ses premières analyses lors du colloque de 2018 ; elle a continué ce travail dans le cadre du projet « Cité des Dames : créatrices dans la cité » de l’université Gustave Eiffel.

Le fonds Frotté du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) à l’université de Tours se compose de trois registres des finances, de trois lettres et d’un acte notarié, le contrat de mariage de Jehan Frotté avec Jehanne Le Coustelier ; il a été numérisé par le CESR en 2008 après accord avec la famille de Frotté. Seuls les trois registres des finances sont en ligne sur le site des BVH depuis juillet 2023. Le premier concerne les comptes de septembre 1540 à mars 1544 et de mars 1549 à août 1549 et comprend 76 feuillets ; le deuxième compense la lacune du premier, d’avril 1544 à février 1549 et comprend 112 feuillets. Le troisième est une version préparatoire pour les comptes de septembre 1540 à janvier 1544 et comprend 93 feuillets dont beaucoup sont vierges ; il contient également le registre des ordonnances et des lettres missives, par exemple : Le xxiiiime jour de febvrier l’an mil cinq cens quarente en la ville de Tours depesche les partyes faictes par maistre Jehan gauchery pour ung lict quil a faict faire a Paris pour la royne de Navarre adressantes au tresorier et recepveur de Berry pour payer des deniers de sa recepte qu’il tient en ses mains et que desia il a payez par commandement dudict Gauchery (folio 78). Les deux premiers registres font l’objet d’une mise en ligne des textes encodés en XML/TEI en janvier 2024.

Transcription et encodage des deux premiers registres

Mathieu Duboc (CodeX) et Nicole Dufournaud (Université Gustave Eiffel) se sont partagé le travail de transcription et d’encodage. Mathieu Duboc a encodé la transcription du premier registre établie par Nicole Dufournaud et inversement pour le second, en se contrôlant mutuellement. La transcription respecte les normes éditoriales pour les textes du XVIe siècle :

Continuer la lecture de Mise en ligne des registres des finances de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre, de Jehan Frotté

Genre et cinéma : « Les Femmes sont dans la place ! »

Alice Leroy, chercheuse au LISAA et membre du comité de rédaction des Cahiers du cinéma, a coordonné avec les rédactrices de la revue un numéro spécial « Les femmes sont dans la place ! ». Le numéro 806 paraît mercredi 7 février et reste en kiosques jusqu’à la fin du mois de mars.

À travers un ensemble de témoignages, table ronde, textes théoriques et critiques, ce numéro vise à donner un aperçu de la pluralité des regards, des expériences et des approches de ce que le genre fait (ou ne fait pas) au cinéma, à l’écran comme sur toute la chaîne de production d’un film. Cette réflexion n’est pas un aboutissement, plutôt une promesse, que les Cahiers s’attacheront à honorer en continuant de donner la parole aux professionnelles du cinéma, et en augmentant dans leurs pages la place des textes écrits par des collègues critiques femmes.

Illustrations : couverture, texte d’introduction au dossier et table des matières du numéro 806, de février 2024, des Cahiers du cinéma.

Art and Heritage in a Clic. Designing multilingual web and mobile apps for tourism

Caroline Trotot présentera les applications développées pour le projet Cité des dames, créatrices dans la cité, lors du colloque Art and Heritage in a Clic. Designing multilingual web and mobile apps for tourism.

Université de Bologne le 17 novembre 2023

Programme du colloque

9.00: SALUTI LILEC 

Prof. Maurizio Ascari, Direttore Dipartimento LILEC 

Prof.ssa Ana Pano Alamán, LM Language, Society and Communication 

Prof.ssa Valeria Zotti e Prof. Fabio Vitali, LBC-CeSLiC e Progetto UniVOCIttà 

Web e app per il patrimonio 

9.15-9.45: Comunicare online: la web strategy del Sistema Museale di Ateneo 

Dott.ssa Silvia Matteucci e Dott.ssa Martina Nunes, Comunicazione e valorizzazione del patrimonio del Sistema Museale di Ateneo (SMA – Università di Bologna) 

10.00-10.30: Quando il turismo si fa digital 

Dott.ssa Martina Cavezza, BOLOGNA WELCOME & eXtraBO 

10:30-10:45: Pausa caffé 

10.45-11.15: Le matrimoine urbain. Applications web et mobiles pour transformer les villes en “Cité des Dames” 

Prof.ssa Caroline Trotot (Université Gustave Eiffel) 

11.15-13.00: WORKSHOP – Progetto UniVOCIttà: Voci digitali sull’unicità del patrimonio bolognese 

Unità LBC-CeSLiC, Dipartimento LILEC (Università di Bologna) 

Web e app per il turismo 

14.00-15:30: WORKSHOP – Wikivoyage to…: enhancing transversal skills via editing/translation marathons 

Prof. Francesco Meledandri (Università di Bari) 

15:30-16:30: Restituzione lavori WORKSHOP UniVOCIttà e Wikivoyage 

16:30-16:46: Conclusioni 

Museo della Storia di Bologna 

17:00-19:00: Presentazione a cura di Benedetta Basevi (Collezioni e Digital Humanities) e Visita del Museo della Storia di Bologna (Palazzo Pepoli, via Castiglione 8) 

A cura di Genus Bononiae – Musei 

Programme en PDF

Women’s Stories

Dans le cadre du projet « Cité des Dames. Créatrices dans la cité », Susan Dunne (architecte) et Hélène Alfaro-Hamayon (LISAA-SEA) échangeront avec Sandra Johnston et Susan MacWilliam (visual artists installées à Belfast) au Centre Culturel Irlandais, 5 rue des Irlandais, dans le cinquième arrondissement de Paris, le vendredi 10 novembre 2023.

  • 17h30 : Présentation des vidéos de Susan MacWilliam et de Sandra Johnston
  • 18h30 : Échange avec Sandra Johnston et Susan MacWilliam

Artistes visuelles originaires d’Irlande du Nord, Sandra Johnston et Susan MacWilliam interrogent les histoires non officielles, les pratiques incarnées, les souvenirs personnels, et la manière dont de nombreuses expériences féminines ont été, dans une large mesure, oubliées de l’Histoire.

En première partie de soirée sera projetée une sélection d’extraits d’œuvres vidéo des deux artistes. Sandra Johnston, Hélène Alfaro-Hamayon (chercheuse en études irlandaises à l’Université Gustave Eiffel) et Susan Dunne (architecte) évoqueront ensuite la façon dont elles présentent, ou revisitent et reconstruisent, les récits et vécus des femmes dans leurs travaux. Sandra Johnston et Susan MacWilliam reviendront également sur leur propre trajectoire et pratiques professionnelles en tant qu’artistes contemporaines.

Photographies d’illustration avec l’aimable autorisation de Sandra Johnston et Susan MacWilliam

Colloque Cité des dames. Créatrices dans la cité

Penser la ville avec les femmes, de la
Cité des Dames aux promenades du matrimoine

Colloque dédié à la mémoire de Cécile Hussherr-Poisson

Le programme en PDF

Lien vers le formulaire pour l’inscription, gratuite mais obligatoire.

Lundi 12 juin 2023 après-midi

  • 12h45 – Accueil
  • 13h00 – Pascale Bourrat-Housni (MESR) ; Caroline Trotot et Philippe Gambette (univ. Gustave Eiffel) : Introduction « En mémoire de Cécile Hussherr-Poisson »
  • Bâtir les villes de la fiction médiévale à la réalité contemporaine. Présidence de séance : Mathilde Larrère
    • 13h30 – Anna Loba (Univ. Adam Mickiewicz), Les bâtisseuses de la Cité des Dames : travail des femmes vu par Christine de Pizan
    • 13h55 – Géraldine Djament (Univ. de Strasbourg), La Maladrerie de Renée Gailhoustet, matrimoine architectural et social albertivillarien et laboratoire du scénario du matrimoine et du jardin planétaire
    • 14h20-14h40 – Questions
  • Les normes urbaines au féminin. Présidence de séance : Gisèle Séginger
    • 15h10 – Suzanne Duval (Univ. Gustave Eiffel), L’invention de l’urbanité parisienne dans les recueils épistolaires français publiés au 17e siècle
    • 15h35 – Claude La Charité (Univ. Québec à Rimouski), Québec et Montréal dans The History of Emily Montague (1769) de Frances Brooke
    • 16h – Gdouda Souad Toumi (Musée national du Bardo), La Ghriba et la ville : entre réalité et légende
    • 16h25-16h55 – Questions
  • 17h-18h30 – Sonia Thuillier (Feminists in the City), Promenade des Marguerite
  • 19h – Lecture (Atelier Michael Woolworth) : Nathalie Koble et Donna Stonecipher
  • 20h – Buffet cocktail d’ouverture

Mardi 13 juin 2023

  • 9h00 – Accueil
  • Les artistes dans la fabrique des villeset de leur histoire. Présidence de séance : Claire Hancock
    • 9h15 – Elsa Dos Santos (Univ. Paris Nanterre), Sculptrices et 1% artistique : étude de cas sur les commandes publiques reçues par Alicia Moï Orban
    • 9h40 – Susan Dunne (ENSA Paris Malaquais), Women in City Making: Overlooked Stories and Silenced Voices
    • 10h05-10h25 – Questions
  • S’inscrire dans les villes. Présidence de séance : Claude La Charité
    • 10h45 – Alexandra Mallah (EHESS), Ce que les collages contre les féminicides font à la ville
    • 11h10 – Virginie Tahar (Univ. Gustave Eiffel), La phrase de Karelle Ménine et Ruedi Baur : « Inviter la poésie au sein de l’espace public parce qu’elle s’ennuie dans les livres »
    • 11h35 – Jennifer Scappettone (Univ. de Chicago, professeure invitée I-SITE Univ. Gustave Eiffel) : Oxidizing Radio vs. Fatherland as Cataclysm: A Counterfreedom from the Baroness Among Metropolises
    • 12h-12h30 – Questions
  • 12h30-14h – Déjeuner
  • Cités des Dames, cités du politique. Présidence de séance : Olivier Brossard
    • 14h00 – Hélène Alfaro-Hamayon (Univ. Gustave Eiffel), Présentes dans l’espace public, présentes en politique : comment les femmes occupent la cité pour être entendues
    • 14h25 – Justine Gloesener (Univ. de Liège), Cartographie de mobilisations féminines dans une cité ­moderniste belge : comment habitantes et travailleuses prennent soin de leur quartier
    • 14h50-15h10 – Questions
  • Propriétaires. Présidence de séance : Diane Roussel
    • 15h40 – Matthieu Scherman (Univ. Gustave Eiffel), Des femmes-gestionnaires au 15e siècle : les patrimoines ­immobiliers féminins et leurs impacts sur la ville (Trévise)
    • 16h05 – Sarah Roux (CRIHAM Poitiers-Limoges), De noblesse et de modernité : Mlle de Brettes (1773-1858) instigatrice de bouleversement socio-urbain dans le Limoges du 19e siècle
    • 16h30-16h50 – Questions
  • 19h30 – Dîner

Mercredi 14 juin 2023

  • 9h15 – Accueil
  • Travail des femmes & soin de la ville. Présidence de séance : Hélène Alfaro-Hamayon
    • 9h30 – Myriam Greilsammer (Univ. Bar-Ilan), Subordination et confiscation du savoir des sages-femmes, fonctionnaires des villes des Pays-Bas
    • 9h55 – Brigida Proto (EHESS), Les villes comme laboratoires du welfare international. Quelques remarques sur la valeur politique des espaces d’émancipation des femmes migrantes
    • 10h20-10h40 – Questions
  • Imaginer la ville : pour que les maisons n’empêchent plus de voir les femmes. Présidence de séance : Juliette Azoulai
    • 11h00 – Marie Cabadi (Univ. d’Angers), Quand le féminisme a pignon sur rue : ancrage urbain, visibilité et créativité dans les maisons des femmes belges, britanniques et françaises des années 1970-1980
    • 11h25 – Apolline Vranken (Univ. libre de Bruxelles), Des béguines à Simone ­Guillissen-Hoa : entre recherche fondamentale et ­médiation architecturale
    • 11h50-12h10 – Questions
  • 12h10-13h30 – Déjeuner
  • Des voyageuses et des villes. Présidence de séance : Suzanne Duval
    • 13h30 – Francesca Antonelli (Univ. de Valence), Sortir de la ville. Mobilité, sociabilité et genre dans les carnets de voyage de Marie-Anne Paulze-Lavoisier (1787-1789)
    • 13h55 – Dariusz Krawczyk (Univ. de Varsovie), Espace urbain dans les récits des voyageuses polonaises du 18e siècle
    • 14h20-14h40 – Questions
  • Des fictions pour transformer les villes. Présidence de séance : Philippe Gambette
    • 15h – Capucine Zgraja (Univ. Aix-Marseille), Représentations de villes utopiques et féministes dans les Voyages de milord Céton de Marie-Anne de Roumier Robert
    • 15h25 – Yamina Sehli (Univ. Djillali Liabés Sidi Bel-Abbes), Villes et écriture féminine entre transmission et quête identitaire
    • 15h50 – Marie Raulier (univ. Gustave Eiffel), Les jardins de Marguerite Yourcenar : ensauvager la ville
    • 16h15-16h45 – Questions
  • 16h45-17h – Conclusions

« Merci patronne ! Femme et entrepreneure sous l’Ancien Régime » dans Entendez-vous l’éco ? sur France Culture

Mardi 4 avril 2023, Nicole Dufournaud, ingénieure de recherche dans le cadre du projet « Cité des dames, créatrices dans la cité » intervenait dans l’émission sur l’économie de France Culture, Entendez-vous l’éco ?, avec Camille Dejardin, historienne de formation. La première est spécialiste des XVIe et XVIIe siècles et la seconde du XVIIIe siècle. L’émission, animée par Tiphaine de Rocquigny et préparée avec Emma Taillefer, peut être écoutée sur le site de France Culture.

Parmi les nombreuses questions, une partie d’entre elles concernaient les aspects méthodologiques et principalement les sources.

Aspects méthodologiques

Si les sources peuvent paraître parcellaires, « faire un pas de côté » permet pourtant de trouver les bonnes sources. Par exemple, les femmes sont de bonnes clientes des notaires. Les actes notariés sont donc à privilégier. Parmi ceux-ci, citons les actes de société et les procurations. Pourtant, les actes de société sont souvent oraux jusqu’à la deuxième moitié du XVIIe siècle. Ces sociétés sont cependant connues grâce à d’autres actes qui les mentionnent comme les testaments ou d’autres actes de sociétés qui en font références.

À partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, les archives maritimes sont à retenir.

Le terme « entreprise » n’est pas cité aux XVIe et XVIIe siècles mais les sources mentionnent plutôt des conventions ou des associations (écouter à 24’28).

Questions juridiques

La question juridique est importante. Selon la Coutume du lieu où l’on habite, les pratiques sont différentes. Par exemple, la Coutume de Bretagne est très avantageuse pour les femmes surtout avant la réforme de 1580 (écouter à 7’17). Et le statut des femmes mariées diffère selon les époques et les lieux (écouter à 11’20 et à 21’08). Par exemple en Bretagne, avant la réforme, l’autorisation maritale était donnée le jour du mariage par oral. Plus tard, le nouveau régime de la communauté des biens oblige à une autorisation écrite provisoire qui doit être renouvelée à chaque absence du mari par exemple. La question du mariage est essentielle : les couples ont parfois intérêt à demander une séparation de biens pour préserver leurs activités et leurs biens.

La différence entre le droit écrit et les pratiques est à noter. De plus, devant le vide juridique des Coutumes, les femmes privilégient le droit contractuel qui les protège.

Place des femmes dans la vie économique

Les hommes laissent leur place aux femmes car ils sont pragmatiques : chacun son rôle mais en cas de renversement de rôle en raison d’une absence provisoire (un voyage) ou définitive (la mort), la substitution s’opère. Il s’agit de remettre ses affaires entre les mains d’une personne de confiance, une épouse de préférence.

Par ailleurs, au début du XVIIe siècle, la mutation sociale est également un facteur favorisant l’accès au commerce des femmes : le commerce est indigne pour les hommes qui l’abandonne aux femmes pour accéder à la noblesse de robe (écouter à 34’27, notamment l’exemple de Guy Patin).

La place des femmes dans la vie économique est difficilement chiffrable. Les sociétés sont donc souvent orales et les données fiscales ne rendent pas visibles toutes les femmes, seulement les veuves et les « filles seules ».

Donnons un exemple chiffré : Bernard Michon (Université de Nantes) estime à 18 % le nombre de bateaux des Sables d’Olonne armés par des armatrices pour la pêche vers Terre Neuve qui déchargent leur cargaison à Nantes, au début du XVIIIe siècle.

Dans le commerce, les activités principales dans les ports concernent une variété de produits (écouter à 30’09) : le poisson, le vin, le pastel, l’acier, le fer, le textile, le sel, etc.

Si les femmes ont la même activité que leur mari, elles sont invisibles jusqu’à un éventuel veuvage qui les rend visibles.

Enfin, la séparation des lieux privés et publics a été abordée (à 18’10). Pendant les trois siècles, les deux intervenantes ont précisé que les lieux étaient confondus : boutique, atelier, chambre font partie du même lieu. 

Quelques portraits

Quelques noms de femmes ont été cités et certaines d’entre elles ont fait l’objet d’une description : Marie Darcel dite Madame de Maraise (à 3’22 et à 18’53), Marie Boucher (à 41’35), Rose Bertin (à 36’40), Marguerite Poullain, Marie Agouet et particulièrement Mme Blakey (à 43’40).

Conclusion

Les deux intervenantes ont insisté sur les entreprises familiales transmises par les veuves, sans oublier le rôle des filles célibataires ou celles mariées (à 40’20). Quelques aspects restent obscurs comme l’éducation : domestique pour les femmes au sein de leur famille, elles ne bénéficient pas de formation, à Amsterdam par exemple, comme leurs frères (écouter à 42’02) ; les techniques de la comptabilité seraient encore à explorer pour déterminer si la complexification pendant ces trois siècles a été défavorable ou pas aux femmes.

Les villes-ports maritimes ou fluviales sont un bon terrain de recherche pour y trouver ces femmes d’affaires et devraient connaître un nouvel attrait de la part de la recherche en y apportant un point de vue genré.

Références bibliographiques

Camille Dejardin, Madame Blakey, une femme entrepreneure au XVIIIe siècle, Rennes, PU Rennes, 2019 ; Patronnes au XVIIIe siècle, Paris, Nouveau monde éditions, 2023.

Nicole Dufournaud, « Between parental power and marital authority: How merchant women stood the test of customary laws in Brittany in the sixteenth to seventeenth centuries » dans Anna Bellavitis et Béatrice Zucca Micheletto (eds.), Gender, Law and Economic Well-Being in Europe from the Fifteenth to the Nineteenth Century North versus South?, traduit par Annick Sansoni, London, Routledge, 2018, p. 47-61 ; Rôles et pouvoirs des femmes au XVIe siècle dans la France de l’Ouest, sous la direction d’André Burguière, thèse de doctorat en histoire, EHESS, Paris, 2007 ; « Les femmes au travail dans les villes de Bretagne – XVIe et XVIIe siècles », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2007, vol. 114, no 3, p. 43-66.

Bernard Michon et Nicole Dufournaud, Femmes et négoce dans les ports européens (fin du Moyen Age – XIXe siècle), Berne, Suisse, Peter Lang, 2018 ; « Les femmes et leurs activités liées à la mer : réflexions à partir du littoral atlantique français  à l’époque moderne  », dans Emmanuelle Charpentier et Philippe Hrodej, dans Les femmes et la mer à l’époque moderne, Rennes, PU Rennes, 2018, p. 111-123 ; « Les femmes et l’armement morutier : l’exemple des Sables-d’Olonne pendant la première moitié du XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2003, vol. 110, no 1, p. 93-113 ; « Les femmes et le commerce maritime à Nantes (1660 – 1740) : un rôle largement méconnu », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, mai 2006, Le genre du Sport, no 23, p. 311-330.

Bonnie Smith, Les bourgeoises du Nord 1850-1914, Paris, Perrin, 1989.

Illustration : « Marchande de mode », L’Encyclopédie [38], Arts de l’habillement (source du fichier numérique).

Tutoriels Wikidata : créer ou collecter des données relatives à des créatrices

Plusieurs tutoriels vidéo ont été créés, tout au long du projet Cité des dames, créatrices dans la cité, pour montrer comment contribuer à Wikidata, base de données collaborative associée à Wikipédia, ou y collecter des données.

Créer une page Wikidata après avoir créé une nouvelle page Wikipédia

Comment trouver les personnes présentes à un événement qui n’ont pas encore de photo dans Wikidata ?

Apprendre à créer des requêtes SPARQL sur Wikidata, avec l’exemple des requêtes de l’outil Plaques du matrimoine

Développement Javascript : Comment utiliser Wikidata pour lister sur une page web les lieux touristiques à proximité

Appel à communications : colloque « Créatrices dans la cité : penser la ville avec les femmes, de la Cité des Dames aux promenades du matrimoine »

Appel à communication pour le colloque « Créatrices dans la cité : penser la ville avec les femmes de la Cité des Dames aux promenades du matrimoine » 12-14 juin 2023, Université Gustave Eiffel, campus Cité Descartes

Date limite d’envoi des propositions : 25 janvier 2023

Comité d’organisation : Hélène Alfaro, Olivier Brossard, Nicole Dufournaud, Philippe Gambette, Carmen Husti, Marie Raulier, Caroline Trotot

Comité scientifique : Nathalie Grande (Université de Nantes), Claire Hancock (UPEC), Darius Krawczyk (Université de Varsovie), Mathilde Larrère (Université Gustave Eiffel), Tracie Morris (Iowa Writers Workshop), Béatrice Mousli (Université de Californie du Sud à Los Angeles), Diane Roussel (Université Gustave Eiffel), Jennifer Scappettone (Université de Chicago).

L’Université Gustave Eiffel mène d’ambitieux programmes de recherche pour contribuer à rendre les villes de demain vivables et durables. Le programme « Cité des Dames, créatrices dans la Cité » propose ainsi, dans le cadre de l’ISITE FUTURE, de réfléchir au rôle des femmes dans la construction des villes et des sociétés urbaines depuis le XVe siècle, afin de compléter nos savoirs et d’ouvrir des pistes pour penser l’avenir, dans une perspective pluridisciplinaire, plurilingue et transnationale.

Notre réflexion est née du double constat de l’invisibilisation de l’histoire des femmes dans l’espace urbain et de la minoration de la place des femmes dans l’histoire de la construction des villes et des sociétés urbaines. Or la faible part symbolique laissée aux femmes dans les inscriptions qui font parler la ville dans ses propres espaces est souvent présentée comme la conséquence d’une absence de contribution à la création et à la transformation des villes, de leur organisation et de leurs espaces. De fait, les obstacles opposés à la participation des femmes à part égale à la construction des villes, de leur organisation et des modes de vie ont été et restent bien réels. Les constats de Virginia Woolf[1] concernant l’exclusion des femmes des lieux urbains de savoir, de culture, de fabrique économique ou de pouvoir ne doivent pas être minorés.

Cependant, les femmes n’ont pas pour autant été passives et de nombreuses études montrent leur part dans tous les secteurs d’activité. Bâtisseuses, fondatrices de ville, ouvrières, activistes politiques ou encore artistes, elles ont joué de nombreux rôles autres que celui de la mère bourgeoise enfermée dans son intérieur ou celui de la prostituée arpentant les lieux publics. Les travaux menés dans le programme « Cité des Dames, créatrices dans la cité » ont ainsi pour vocation de mettre en valeur les contributions des femmes aux transformations des villes sur le plan matériel, politique, social ou culturel ainsi qu’à la manière dont leurs créations permettent de comprendre l’évolution des systèmes urbains voire d’imaginer des transformations à venir. On mettra donc l’accent sur ce que les femmes font aux villes plutôt que sur ce que les villes font aux femmes.

Pour cela on s’intéresse à de nombreuses actions menées par les femmes aussi bien dans la conception des villes que dans leur construction, dans l’évolution des systèmes politiques qui les régissent ou encore dans la vie économique, sociale et culturelle des cités. À ce titre sont considérées comme des créatrices aussi bien des autrices ou des artistes que des femmes engagées en politique par exemple et bien d’autres catégories.

Le prisme de l’agentivité féminine invite ainsi à interroger la fabrique des villes, non seulement en faisant de la place aux femmes, mais plus généralement en faisant de la place à différents modes d’agentivité, dont des modes collectifs. En 2004, Jacqueline Coutras en préface au livre issu du colloque « Femmes et villes » proposait en effet de considérer que bien que « les deux sexes [soient] des acteurs placés dans des positions hiérarchiques et qu’ils interviennent inégalement dans la structuration de la ville et de la vie urbaine », il faudrait désormais considérer que « tous les types d’actions individuelles et d’acteurs construisent la ville et, donc, doivent être considérés également par les professionnels de la gestion urbaine et par ceux de la recherche »[2].

Il nous semble que les représentations et les créations doivent également être envisagées comme productrices d’effets et non seulement de reflets. En effet, elles permettent d’approcher les villes invisibles[3] qui informent les pratiques citadines. Comme l’a montré Michel de Certeau ; chaque personne abrite en elle une « ville transhumante et métaphorique » qui informe la manière dont elle peut habiter et parcourir les villes réelles. Ainsi explicitant la manière dont la ville est « un miroir concret des normes actualisées de genre »[4], les représentations sont également un facteur de transformations immédiates ou à venir. La « Cité des Dames » inventée par Christine de Pizan est ainsi un miroir de la ville médiévale et une projection idéale qui nous guide encore[5]. Au XVe siècle, considérant que les femmes étaient exclues des livres de savoir, Christine de Pizan choisissait de bâtir une cité refuge pour les femmes remarquables. Dans les illustrations du manuscrit médiéval, elle se représentait doublement, dans le cabinet de travail devant les livres ouverts et truelle à la main bâtissant la forteresse protectrice : la ville métaphorique prenait ainsi forme dans l’illustration concrète, suggérant les pouvoirs des représentations.

Aujourd’hui, les promenades du matrimoine réelles ou virtuelles apparaissent également comme une manière privilégiée de réfléchir dans un cadre dynamique interrogeant les liens entre l’espace et le temps, et permettant de croiser différentes approches pour créer une herméneutique féconde.

Ces représentations nous rappellent que les villes sont d’abord des systèmes humains, ce que l’on nomme en quelque sorte des « cités ». Envisager les villes à travers le prisme des représentations produites par les femmes, des actions faites par les femmes est ainsi avant tout une invitation à penser le palimpseste urbain[6] comme une manière singulière de se saisir d’une histoire collective que nous continuons d’écrire[7]. L’examen de ce qu’Olivier Mongin désigne comme la « condition urbaine », au prisme de la condition féminine, permet d’interroger les liens entre ville et urbanisme, urbanité, citadinité ou citoyenneté, à des époques diverses et dans des lieux divers. Le colloque permettra d’analyser des cas concrets d’actions des femmes dans les villes aussi bien que des œuvres de femmes représentant les villes et la vie urbaine.

Dans la continuité des travaux menés dans le programme « Cité des Dames, créatrices dans la cité », les communications pourront notamment porter sur :

  • les villes, lieux d’inspiration, de création artistique ; l’effet transformant des créations sur les villes ; villes créatives
  • les villes, lieux d’action politique des créatrices et des pionnières
  • les villes, lieux de mémoire, de conservation et de transmission du matrimoine
  • les représentations des lieux urbains dans les œuvres de femmes, ce que les femmes montrent des rapports des femmes avec les villes à travers l’espace et le temps

Les propositions de 2000 signes ou 300 mots maximum, accompagnées d’une courte biobibliographie d’une page maximum, sont à adresser pour le 25 janvier 2023 à l’adresse suivante :

colloque.citedesdames@u-pem.fr


[1] Virginia Woolf, Un lieu à soi, trad. M. Darrieussecq, éd. Christine Reynier, Paris, Gallimard, 2020, coll. Folio classique.  

[2] Jacqueline Coutras, « Préface », Femmes et villes, dir. Sylvie Denèfle, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2004, p. 11, en ligne sur OpenEdition https://books.openedition.org/pufr/333?lang=fr

[3] L’expression renvoie à Italo Calvino, Les villes invisibles, trad. Martin Rueff, Paris, Gallimard, 2020.

[4] Sylvette Denèfle, « Introduction », Femmes et villes, dir. Sylvette Denèfle, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2004, p. 14, en ligne sur OpenEdition https://books.openedition.org/pufr/333?lang=fr

[5] Encore ou peut-être enfin, car ce texte majeur vient seulement d’être édité en collection de poche Christine de Pizan, La Cité des Dames, éd. Eric Hicks et Thérèse Moreau, Paris, LGF, Le Livre de poche, coll. Classiques, 2021.

[6] Olivier Mongin, La condition urbaine, Paris, Seuil, coll. Points, p. 50-51.

[7] Pour une synthèse de recherches du XXIe siècle sur le sujet voir l’article de Seyed Navid Mashhadi Moghadam et Mojtaba Rafieian, « What Did Urban Studies Do for Women? A Systematic Review of 40 Years of Research », Habitat International, volume 92, 2019, 102047, https://doi.org/10.1016/j.habitatint.2019.102047.

Voir l’Appel à communication en format pdf

Le grand tour de France de Charles IX et Catherine de Médicis (1564-1566)

De 1564 à 1566, Catherine de Médicis et Charles IX ont entrepris le voyage le plus étendu et le plus long effectué par un souverain français. Amenant la cour dans la plupart des provinces du royaume, il fut scandé par des entrées, réceptions et festivités dans les villes de France, qui comptent parmi les plus spectaculaires du siècle. La rencontre festive entre le roi et ses sujets sert les enjeux politiques du voyage, qui se déroule peu après la Première guerre de religion. Le voyage permet de restaurer l’autorité royale en imposant la Paix d’Amboise aux régions récalcitrantes et en organisant des rencontres avec les puissances voisines du royaume.

Le « Grand Tour » a suscité de nombreux témoignages, du récit d’Abel Jouan aux écrits individuels : correspondances, dépêches, mémoires et journaux.

La mise à disposition d’une carte interactive, intégrant des récits contemporains et des documents iconographiques qui illustrent le parcours et les événements marquants du voyage, sont au cœur d’un projet né d’une collaboration entre le programme de recherche « Cité des dames, créatrices dans la cité » (I-SITE FUTURE de l’Université Gustave Eiffel) et l’association Cour de France.fr.

Une cartographie multimédia interactive de l’itinéraire

La conception de l’outil cartographique et l’intégration de l’itinéraire et des lettres de Catherine de Médicis de cette période ainsi que du Recueil et discours du voyage du roy Charles IX d’Abel Jouan constitue le premier volet du projet, réalisé en 2021.

La relecture du recueil sur Wikisource a été menée pendant l’été 2021 par deux stagiaires du master 1 LSCN de l’université Gustave Eiffel, Mélanie Brunet et Alexandre Dupont, qui ont également localisé la plupart des étapes de l’itinéraire en ajoutant des documents iconographiques ou textuels liés aux villes visitées. Philippe Gambette s’est chargé de la deuxième relecture sur Wikisource et travaille depuis septembre 2021, avec Nicole Dufournaud, à la vérification des données cartographiques et bibliographiques.

Quant à l’interface web permettant d’explorer ce voyage, appelée De ville en ville et réutilisable pour d’autres projets de cartographie multimédia interactive d’itinéraires, elle a été réalisée par Ulysse Gravier pendant le printemps et l’été 2021, à l’occasion de son stage de DUT Métiers du multimédia et de l’informatique au LIGM. Le code sous licence libre AGPL-v3.0 est disponible sur GitHub, il a depuis été complété par Philippe Gambette.

Une démarche contributive d’ajout de sources à propos des étapes de l’itinéraire

Dans un deuxième temps, des sources diverses compléteront ce corpus : mémoires, correspondances, dépêches et rapports diplomatiques, documents administratifs (2022-2023). Des documents iconographiques (tableaux, dessins, plans…) seront associés aux documents texte en fonction de leur contenu, de leurs auteurs et destinataires, ainsi que des lieux évoqués.

Le projet est ouvert à des collaborations avec des chercheurs et chercheuses spécialistes de l’époque et/ou des régions traversées qui souhaitent contribuer à la constitution du fonds documentaire. Pour toute information, contactez Philippe Gambette.

Pour en savoir plus

Contact
Philippe Gambette, Université Gustave Eiffel (philippe.gambette@univ-eiffel.fr)

Direction
Philippe Gambette, Université Gustave Eiffel
Caroline Trotot, Université Gustave Eiffel
Caroline zum Kolk, Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Cour de France.fr

Séminaire de Jennifer Scappettone « Geopoetics of the Unbounded Metropolis: The City as Circulatory System and Waste Product »

Jennifer Scappettone, poète et professeure de l’Université de Chicago, professeure invitée à l’Université Gustave Eiffel (LISAA EA 4120) dans le cadre de l’I-SITE Future donnera une première communication intitulée « Geopoetics of the Unbounded Metropolis: The City as Circulatory System and Waste Product » dans le programme de recherche Cité des Dames, Créatrices dans la cité, le jeudi 9 décembre de 14h à 17h, salle 3V071 au 3e étage du bâtiment Copernic, campus de Marne-la-Vallée, à l’université Gustave Eiffel. 

Jennifer Scappettone donnera également une lecture de ses textes le jeudi 16 décembre à 19h à l’atelier Michael Woolworth, passage du cheval blanc, 2 rue de la Roquette, 75011 Paris, avec Lisa Robertson (et ses traductrices Claire Finch et Sabrina Soyer) ainsi que Fabienne Raphoz. Informations sur www.doublechange.org ; instructions pour se rendre à l’atelier.

Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615)

 

Colloque organisé par Caroline Trotot (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel), Violaine Giacomotto-Charra (projet HumanA Université Bordeaux-Montaigne, Centre Montaigne) et Nicole Dufournaud (projet Cité des Dames Université Gustave Eiffel)

Bordeaux, 29-30 juin 2022, Bibliothèque Municipale de Bordeaux

Comité scientifique : Philippe Chareyre (Université de Pau), Philippe Gambette (Université Gustave Eiffel), Dominique Picco (Université Bordeaux-Montaigne), Sandra Provini (Université de Rouen Normandie), François Rouget (Queen’s University, Kingston, Canada), Kathleen Wilson-Chevalier (American University of Paris)

Bien qu’elles aient été exclues de nombreuses institutions savantes de la Renaissance, universités ou collèges royaux, les femmes ont joué un rôle important, dans la construction, la diffusion et la transmission des savoirs et de la culture, dans les réseaux de sociabilité et de clientèle, et ce à différents niveaux de la vie nobiliaire, urbaine et lettrée. En témoigne le grand nombre d’ouvrages qui leur est dédicacé ou l’influence qu’elles ont exercée sur le monde des arts [Wilson-Chevalier 2007][1]. Depuis la remarquable étude d’ensemble d’Evelyne Berriot-Salvadore [1990][2], des travaux essentiels ont été menés, non seulement sur de grandes figures nobiliaires comme les reines de Navarre ou Catherine de Médicis, mais aussi sur des ensembles plus vastes. La grande étude de Linda Timmermans [2005][3] montre ainsi que les femmes sont très nombreuses à participer à la culture au XVIIe siècle. De même, la partie consacrée à la période 1475-1615 par Éliane Viennot dans la récente histoire littéraire réalisée sous la direction de Martine Reid, Femmes et littérature, une histoire culturelle [2020][4], invite à renouveler une vision trop masculinisée de la littérature de la Renaissance et recense près de cent quarante autrices pour le 16e siècle [p. 223].

Ce colloque, au croisement d’un projet qui analyse la place des femmes dans la cité (https://citedesdames.hypotheses.org/ ) et d’un autre qui s’interroge sur les réseaux lettrés bordelais (https://centre-montaigne.huma-num.fr/projets-du-crmt/humana.html ), souhaite se pencher plus précisément sur la présence des femmes et sur les modalités variées de cette présence, parfois discrète ou oubliée, dans la construction et la diffusion des savoirs comme dans la vie intellectuelle et artistique de la Renaissance, en s’interrogeant plus particulièrement sur leur rôle dans l’histoire des villes, qui sont elles-mêmes des foyers intellectuels et politiques, des carrefours, des points de départ et de retour, des lieux de passages, des modèles (ou des contre-modèles), incluant des espaces divers (la cour, l’université, les académies). Il s’agira donc de contribuer également à une réflexion pluridisciplinaire sur l’histoire des villes dans la première modernité, en jetant la lumière sur la manière dont leur évolution est liée à leur nature de lieux de savoir et de culture. On tentera ainsi de poursuivre le travail pionnier mené par Michèle Clément et Janine Incardona [2008][5] pour analyser les liens unissant la ville de Lyon, l’humanisme et les femmes ainsi que celui de Kendall B. Tarte, à propos des Dames des Roches et de la ville de Poitiers, Writing Places, sixteenth Century City Culture and the Des Roches Salon [2007][6].

Les pistes à explorer sont nombreuses et variées, des plus matérielles au plus immatérielles :

– On pourra s’interroger d’abord sur la présence concrète des femmes dans les villes et les traces qu’elles y ont laissées : quel rôle les femmes ont-elles joué dans l’aménagement des villes, leur transformation pour accueillir les activités privilégiées de la culture humaniste et la diffuser ? On peut penser ici, aussi bien aux lieux privés et de représentation que sont les demeures nobles (Catherine de Médicis et l’Hôtel de la Reine, Marguerite de Valois et l’Hôtel de la Reine Marguerite) ou bourgeoises, ainsi qu’à leurs jardins, ou encore à la fondation, à l’aménagement et au développement des lieux d’éducation et de savoir (collèges, académies). Ce dernier point ouvre la piste de leur rôle dans l’éducation, la transmission des savoirs et leur construction, grâce aux lieux urbains aménagés ou investis mais aussi grâce à leur rôle dans l’éducation à domicile, qui reste essentielle pour la noblesse (c’est à une femme qu’est dédié l’essai « De l’institution des enfants »).  Par ailleurs, les modalités de l’éducation des filles, au château ou en milieu urbain, en dehors des collèges réservés aux garçons, sont encore imparfaitement connues. Quels lieux pour cette éducation ? Peut-on considérer les nombreux livres de philosophie dédiés à des dames comme une manière de construire un lieu d’éducation féminin, ou en tout cas accessible aux femmes alors que les collèges sont des lieux urbains et exclusivement masculins. D’une manière générale, on pourra se poser la question de la spécificité de lieux féminins par rapport à ceux construits autour de figures masculines, comme les couvents de femmes, ou encore analyser la manière de nommer des lieux organisés par ou pour les femmes, en saisissant ces phénomènes en diachronie (par exemple, l’émergence du concept de « salon », et la difficulté à nommer les lieux féminins de sociabilité littéraire du 16e siècle).

– Le rôle des femmes peut également être exploré à travers l’analyse des modalités de leur présence dans la ville : rôle social et culturel, en particulier quand elles sont au centre d’une cour ou d’une Académie, modalités de présence dans les milieux du livre (qu’elles soient autrices ou professionnelles du livre, épouse active d’un imprimeur-libraire ou elle-même à la tête d’une boutique de libraire ou d’un atelier d’imprimeur). Il pourra s’agir ici aussi bien de leur présence concrète et de leur rôle dans l’atelier et dans le système général de l’économie du livre, que de l’étude des réseaux au cœur desquels se trouve l’atelier ou encore de leur rôle intellectuel : livres écrits pour les dames ou dédiés aux dames, importance du mécénat et de la protection exercés par des femmes. La question du livre et celle des lieux d’habitation et de vie intellectuelle peuvent également se rejoindre à travers celle des bibliothèques féminines.

– Une autre question posée est celle du rôle des femmes dans les réseaux dont les villes sont des nœuds concrets autant que symboliques, noyaux et modèles d’un tissu de villes plus petites et de châteaux gravitant autour de villes plus importantes. On pourra s’intéresser ici au rôle de passeur de certaines figures féminines, qui après un séjour à la cour se font mécènes en leur domaine (comme Jacquette de Montbron), à celles qui vivent ainsi entre leurs châteaux et les centres urbains, et à tout ce qui rend aujourd’hui encore visibles ces réseaux : les éventuelles traces matérielles (architecture, ornements, jardins) mais aussi les correspondances, les traces archivistiques, les enseignements du péritexte des livres publiés ou la célébration de certaines figures par les poètes.

– Enfin, le colloque s’intéressera à la question de la mémoire et de la préservation de cet héritage : comment nommer et rendre visible aujourd’hui ce rôle, identifier et caractériser ces traces ? Comment les décrire, en parler, les traiter ? Exigent-ils une approche ou une méthode spécifique ? Comment rendre visibles ces problématiques aujourd’hui avec les outils numériques et plus largement penser et valoriser les traces dans les villes contemporaines ?

La période couverte par le colloque va de 1492, naissance de la première Marguerite de Navarre, à 1615, mort de la dernière. Les propositions pourront être centrées sur une figure féminine aussi bien qu’un groupe ou un réseau, mais aussi un milieu urbain particulier, un type de lieu ou tout autre approche pertinente par rapport au sujet, dans diverses disciplines notamment littérature, histoire, histoire des arts, humanités numériques.

Les propositions de 2000 signes ou 300 mots maximun, accompagnées d’une courte bio-bibliographie d’une page maximum sont à adresser à l’adresse générique colloquefemmeshumanisme@gmx.fr pour le 15 décembre 2 janvier 2022.

[1] Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, sous la dir. de Kathleen Wilson-Chevalier avec la collaboration d’Eugénie Pascal, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, coll. “L’école du genre”, Série Nouvelles recherches n°2, 2007.

[2] Evelyne Berriot-Salvadore, Les Femmes dans la Société française de la Renaissance, Genève, Droz, 1990.

[3] Linda Timmermans, L’Accès des Femmes à la culture sous l’ancien régime, Paris, éditions Honoré Champion, Champion classiques, 2005, 1e édition 1993.

[4] Femmes et littérature. Une histoire culturelle, I, sous la direction de Martine Reid, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2020, p. 219-479. On trouvera une bibliographie p. 434-453.

[5] L’émergence littéraire des femmes à Lyon à la Renaissance (1520-1560), sous la direction de Michèle Clément et Janine Incardona, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008.

[6] Kendall B. Tarte, Writing Places, sixteenth Century City Culture and the Des Roches Salon, Newark, University of Delaware Press, 2007.

Parrainage de la Fisier pour le colloque Bordeaux juin 2021
Parrainage de la Fisier
Parrainage de la Siefar
Parrainage de la Sfdes

Vidéo de la conférence d’Allison Lange et Claire Delahaye, « Suffragists in the City »

Allison Lange (Wentworth Institute of Technology, Boston), professeure invitée à l’Université Gustave Eiffel et Claire Delahaye (LISAA, Université Gustave Eiffel), spécialistes de l’histoire du droit de vote des femmes aux États-Unis, ont donné le jeudi 30 septembre de 15h30 à 17h30 une conférence autour du thème « Suffragists in the City ».

Allison K Lange est professeure invitée par l’Université Gustave Eiffel et le laboratoire LISAA. Elle est spécialiste de l’histoire du droit de vote des femmes aux États-Unis, et spécialiste d’histoire visuelle. Son travail interroge notamment la façon dont les femmes militant pour leurs droits, ainsi que celles et ceux qui s’y opposaient, utilisaient les images pour articuler genre et pouvoir. Elle a publié en 2020 Picturing Political Power: Images in the Women’s Suffrage Movement (The University of Chicago Press). Elle a également été commissaire de plusieurs expositions, à la bibliothèque Schlesinger à Harvard en 2020, ou la Société d’Histoire du Massachusetts en 2019 et consultante sur de très nombreux événements promouvant les savoirs académiques auprès d’un public non spécialiste. Elle a également siégé au sein du comité de spécialistes créé par le Congrès américain pour le centenaire du droit de vote des femmes aux États-Unis.

La vidéo de la conférence :