Archives de catégorie : Accueil

Séminaire : Promenade à huis-clos, du Parking Péguy à l’Impasse Duras

7 avril 2021, 14h-16h, salle 3B050 (pour les M2, les membres du LISAA, ou sur inscription obligatoire auprès de philippe.gambette@univ-eiffel.fr) ou en vidéoconférence à l’adresse https://univ-eiffel.zoom.us/j/85853683609 (mot de passe : CitDam2021)

Charles Coustille, maître de conférences à l’université Gustave Eiffel, interviendra pour cette troisième séance du séminaire du projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité, intitulée Promenade à huis-clos, du Parking Péguy à l’Impasse Duras :

  • 14h : réflexion générale sur « Matrimoine et littérature » (présentation et discussion)
  • 15h : Parking Péguy et les « Plaques du matrimoine » (présentation et discussion)

Recrutement d’un ou une ingénieure de recherche en humanités numériques

Le LISAA, Littératures, SAvoirs et Arts, recrute un ingénieur ou une ingénieure de recherche pour un contrat de travail à durée déterminée de treize mois sur le projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité.

Ce projet vise à mettre en lumière les créatrices dans la ville, en proposant notamment des promenades réelles ou virtuelles du matrimoine urbain, notamment à Paris, mais aussi dans des villes de province (partenariat Lyon et Bordeaux) et dans des villes de taille plus réduite comme Fontainebleau ou Nérac.

Il s’intéresse particulièrement au rapport des écrivaines et des villes : l’inscription de leur activité d’écriture dans les villes, la représentation des villes dans leurs textes, la manière dont la sociabilité urbaine est transformée par la vie littéraire.

Dans ce projet pluridisciplinaire et transéculaire, un volet spécifique est consacré aux XVIe-XVIIe siècle et notamment aux Marguerite de Navarre. Des partenariats avec le projet HumanA de Bordeaux piloté par Violaine Giacomotto-Charra et avec le projet Cour de France (Caroline Zum Kolk) ouvrent plus largement sur la place des femmes de l’ancien régime dans la construction des savoirs et des cultures urbaines.

Tous ces projets reposent sur la collecte de données mais aussi sur une réflexion sur la manière de les interpréter et de les valoriser grâce aux outils numériques.

Les missions consisteront à recueillir, structurer et valoriser, à l’aide d’outils numériques, des données relatives à des créatrices de la Renaissance, notamment la bibliothèque et les comptes de Marguerite de Valois.

Il prévoit aussi, sur environ un tiers du temps de travail, d’assurer la coordination du projet Cité des Dames, en particulier l’animation du carnet de recherche Hypotheses et l’organisation d’événements (un colloque à Pau initialement prévu en juin 2021 notamment).

Le profil recherché est celui d’un ou une titulaire de doctorat en littérature ou histoire moderne 16e-17e, éventuellement d’un ou une doctorante en fin de thèse, avec des appétences et compétences sur le traitement des archives et les humanités numériques, et une expérience de travail dans des projets de recherche interdisciplinaires.

Les missions seront menées dans l’équipe FTD (Formes, Théories, Discours) du LISAA, avec Caroline Trotot, en collaboration avec Philippe Gambette du LIGM. Par ailleurs, un encadrement de stagiaires pourra être envisagé.

Prise de poste souhaitée : prévue pour juin 2021, mais pourra être décalée si besoin.

Transmettre le 30 avril 2021 au plus tard, votre CV et votre lettre de motivation pour ce poste.

Contacts :  caroline.trotot@univ-eiffel.fr, philippe.gambette@univ-eiffel.fr

Retrouver cette offre en PDF

Marie de Gournay, une parisianiste du bon usage

Ce billet s’appuie sur l’article de Suzanne Duval (Université Gustave Eiffel), « Le parisianisme de Marie de Gournay », à paraître en 2021 dans la revue des Cahiers d’Humanisme et Renaissance, publication qui a d’abord pris la forme d’une conférence au séminaire Transversales (dir. Delphine Denis et Anne-Pascale Pouey-Mounou, novembre 2020, Sorbonne Université).

Aujourd’hui, le mot de parisianisme est une manière péjorative de désigner l’élitisme parisien. Mais sous l’Ancien Régime, ce terme renvoyait aux traits spécifiques du langage parlé dans la région de Paris, à une époque où la langue française n’était pas unifiée et se divisait en divers dialectes parlés sur le territoire francophone.

On peut alors dire que Marie de Gournay, écrivaine du début du XVIIe siècle surtout connue pour avoir été l’éditrice des Essais de Montaigne malgré son œuvre littéraire prolifique, est parisianiste dans tous les sens du terme : elle affiche volontiers son appartenance à une cité qui, depuis l’installation de la Cour du roi au Louvre, est en train de devenir la première ville de France, et elle considère que le langage des Parisiens est le plus pur de tous les usages du Royaume.

Pourquoi cet attachement à une ville et à son langage ? Que nous apprend-il sur cette autrice et son œuvre littéraire ?

Selon la damoiselle (c’est avec ce titre que Marie de Gournay, qui n’était pas mariée[1], signe la plupart de ses œuvres), Paris est la ville des savoirs, où l’on peut apprendre les « sciences par enseignement [et] par conférence » : ce mot de conference renvoie à l’« art de conférer » cher à Montaigne, c’est-à-dire au dialogue et à la dispute argumentée. C’est  d’ailleurs à Paris que Marie de Gournay rencontra Montaigne, après avoir lu avec passion ses Essais. Dans son autobiographie, elle raconte son enfance en Picardie comme un exil : dès lors, « rester à Paris, [c’est] entretenir sa réputation, faire accepter son nom et sa production d’auteur. » Aussi affiche-t-elle fièrement la parisianité de son œuvre dans la préface de son livre de maturité, recueil d’essais intitulé Les Advis (publiée en 1631, puis en 1634 et 1641 chez T. du Bray) :

Lecteur, voici Les Advis ou Les Presens desquels, selon ma débile puissance je régale ma Patrie : et si pour être nés à Paris et d’une Parisienne zélée à ce berceau, huitième merveille du Monde, tu les veux rebaptiser du nom de Parisiens, je t’en avoue [je t’y autorise].

Comme Malherbe, Marie de Gournay fait du langage des Parisiens la norme du bon usage, mais en ne se référant pas aux mêmes groupes sociaux. En effet ce poète puriste, peut-être par provocation, valorisait l’usage des « crocheteurs du port au foin », c’est-à-dire des travailleurs parisiens les plus humbles. D’une manière bien différente, Marie de Gournay rejette les façons de parler de la « populace », et favorise la langue des instances publiques que sont les conseillers, les parlementaires, les juristes et les avocats, à une époque où ces derniers passent de plus en plus pour des pédants sans élégance. Contre cette tendance, Marie de Gournay rappelle l’autorité de ceux « qui sont la plus solide, prudente et mieux parlante partie de ce corps de la Cour, et dans lesquels sa Majesté même tient lieu comme Chef ». En ce sens, le bon usage de la cour existe bel et bien du point de vue de Marie de Gournay, à condition qu’il réunisse toutes les élites de la ville de Paris :

Mais à propos, qui a dit je vous prie à cette tendre espèce de Seigneurs et de Dames, que Paris et la France se doivent régler à leur langage, pour en dépendre absolument ? Ils font petitement partie de la Cour, et la Cour entière fait part de la France : mais plus précisément et prochainement elle fait part de Paris, puis que cette auguste et Royale Ville est capitale de cette illustre Région. La Cour hors de Paris, se peut dire hors de chez soi.

Les positions fermes assumées par Marie de Gournay sur la langue française et ses normes lui permettent ainsi de définir une identité de femme de lettres pleinement intégrée dans les débats linguistiques de sa cité, à une époque où celle-ci commence à prédominer sur les autres bonnes villes de France.

Maéva DE SOUSA

Étudiante du Master LSCN de l’Université Gustave Eiffel


[1] Au début du XVIIe siècle, « damoiselle » désigne une femme noble qui n’a pas le titre de dame. Voir le Thresor de la langue francoyse (1606) de Jean Nicot.

Séminaire : Women and City-making in Belfast and Derry / Londonderry

Women and City-making in Belfast and Derry / Londonderry: How Women re-invest public space artistically and politically?

18 mars 2021, 14h-16h, sur Zoom : https://univ-eiffel.zoom.us/j/85853683609 (mot de passe : CitDam2021)

Séminaire du projet de recherche Cité des Dames, créatrices dans la cité.

La séance se déroulera en français.

14h ‒ Hélène Alfaro-Hamayon (Université Gustave Eiffel) :
« Picking up the threads from women’s centres in the 1980s to community theatre and « Reclaim the Agenda »: Looking at women’s grassroots involvement in the city of Belfast and beyond. »

15h ‒ Susan Dunne (ENSA Paris-Malaquais) :
« Three female artists’ contributions to City-making in Northern Ireland: Reviews of the works, trajectories, and positions of Sandra Johnston, Susan MacWilliam and Mary McIntyre. »

Femmes engagées dans la cité : la lutte pour le droit de vote aux États-Unis

Vous trouverez ci-dessous des vidéos du colloque How long must women wait for liberty? Woman suffrage and women’s citizenship in the long history of the 19th amendment organisé du 8 au 10 janvier 2020 par l’université de Lille et l’université Gustave Eiffel.


Plénière de Roger Smith – « Long After Suffrage: Gender Differences and the Quest for Equal Citizenship in America » :


Table ronde 2 – Audrey Celestine, Fatma Ramdani, Myriam Cottias, Sam Erman, Mame-Fatou Niang, Judy Tsu-Chun Wu :


Panel 6 – Mame-Fatou Niang, Britney C.Cooper, Tanisha C.Ford, Treva Lindsey :


Panel 7 – Camille Rouquet, Sarah Gordon, Allison Lange, Kate Clarke Lemay :

Marguerite de Valois prisonnière confinée au Louvre en 1576

Pendant la période de confinement, du 16 mars au 11 mai 2020, beaucoup d’événements prévus ont dû être annulés ou reportés. Chacun et chacune d’entre nous a réorienté ses activités vers celles qui pouvaient se faire à distance. C’est dans ce cadre que l’association AWARE a décidé de mettre en ligne une série de podcasts intitulée « Women House », en référence à l’exposition organisée par Camille Morineau et Lucia Pesapane à la Monnaie de Paris en 2017 puis au National Museum of Women in the Arts de Washington en 2018,  à propos de l’espace domestique dans les œuvres de créatrices. Dans ces podcasts mis en ligne depuis avril 2020, des femmes d’aujourd’hui, confinées en raison de la pandémie de covid-19, présentent et lisent les textes d’autrices confinées. 

L’action s’inscrit triplement dans le projet « Cité des Dames ». Il s’agit de lire des textes écrits par des femmes dont une partie évoque des lieux urbains : Berlin occupé par l’armée russe, Paris, pendant les guerres de religion du XVIe siècle. Il s’agit aussi de créer une cité des dames numérique qui donne aux créatrices de nouveaux lieux pour être entendues de publics variés. Enfin, il s’agit d’un réseau professionnel et amical constitué par des lectrices d’aujourd’hui, qui nous permet de poursuivre le partenariat initié avec l’association AWARE dans le programme « Visibilité, invisibilité des savoirs des femmes ». 

Dans ce cadre, Caroline Trotot a choisi de lire deux extraits des Mémoires de Marguerite de Valois. On trouvera ci-dessous le texte de la présentation et les extraits lus.

Texte du podcast : présentation des textes lus

Princesse de la Renaissance, elle est fille d’Henri II et de Catherine de Médicis. Elle raconte sa jeunesse, depuis la mort de son père en 1559, quand elle a six ans, jusqu’à son séjour en Gascogne, en 1581, comme reine de Navarre animant la brillante cour de Nérac. L’histoire de Marguerite de Valois c’est une histoire tragique, celle de la France des guerres de religion, c’est-à-dire des guerres civiles. Son mariage avec son cousin protestant le roi Henri de Navarre en est le symbole puisque les noces qui doivent sceller la réconciliation pacifique des Valois catholiques et des Bourbon protestants sont l’occasion du massacre de la Saint-Barthélemy. Le Louvre, lieu des fêtes et de la magnificence du pouvoir royal se transforme en scène sanglante jusque dans la chambre de Marguerite. 

Portrait anonyme de Marguerite de Valois, vers 1574, conservé au département estampes et photographies de la Bibliothèque national de France

Le passage que j’ai choisi de lire se situe quelques années plus tard, en 1576, toujours au Louvre. Marguerite a 22 ans. 

Après l’évasion de son mari Henri de Navarre hors du Louvre et de Paris en février 1576, elle est retenue comme otage par son frère, le roi Henri III et par sa mère, Catherine de Médicis. Ils craignent qu’elle ne serve contre eux les intérêts du roi de Navarre et de François d’Alençon (le jeune frère de Marguerite et d’Henri III). La jeune femme reste plusieurs mois confinée dans sa chambre au Louvre et reconnaît les bénéfices paradoxaux que cette période charnière a apportés dans sa vie. Elle lit beaucoup, des textes philosophiques en particulier, et elle se livre à la méditation religieuse. 

Ce texte me paraît être l’un des textes charnières des Mémoires de Marguerite. Au milieu de son livre, elle explique le bénéfice de la lecture et, si l’on remonte un peu de quelques paragraphes, on voit qu’elle découvre aussi les bénéfices d’une écriture clandestine. Cette écriture de la lettre familière – et pourtant diplomatique – apparaît comme le modèle de ces Mémoires dont elle invente la forme littéraire. 

Quand Marguerite de Valois écrit ses Mémoires – vers 1594 sans doute – elle est confinée dans le château d’Usson, en Auvergne, où elle est assignée à résidence, de 1585 à 1605. Elle y cultive une société intellectuelle au milieu de laquelle elle brille malgré tout. 

La lecture, l’écriture, l’intelligence sont les ressources qui vont permettre à Marguerite de survivre à l’épreuve de la violence de l’histoire. Les Mémoires racontent un peu cela, comment elle développe les ressources intérieures qui lui permettent de survivre entre Henri III, Catherine de Médicis, Henri de Navarre et François d’Alençon. Et comment à partir de là, elle apprend à construire d’autres rapports avec l’extérieur, grâce à une écriture à la fois dramatisée et souvent drôle, toujours dense, comme si elle était cryptée. 

Les Mémoires fonctionnent de manière subversive : ils semblent reproduire le monde des Valois et ils en dénoncent l’hypocrisie. De la même manière, le confinement est le lieu de l’apprentissage de la liberté par la subversion. J’aime beaucoup ce texte qui montre une subversion féminine par l’activité intellectuelle et créatrice et qui donne une image bien différente de la femme que le public connaît sous le nom de « reine Margot ». Il arrive qu’on fasse encore aujourd’hui rêver le public aux secrets d’histoire dont la chambre de Marguerite a été le lieu. Le texte nous livre le secret d’un plaisir solitaire intellectuel et spirituel. 

J’ai donc choisi de commencer par lire la levée du confinement, pages 111 et 112. Je remonterai ensuite quelques paragraphes plus au haut au récit de l’entrée dans ce qu’elle nomme sa « captivité ». Quand elle dit le roi, il s’agit d’Henri III et quand elle dit mon frère il s’agit de François d’Alençon. 

Extrait 1 : La levée du confinement (p. 111-112)

« Le roi entre sur cela en son cabinet, qui avec une infinité de belles paroles tâche à me rendre satisfaite, me conviant à une amitié, voyant que mes façons ni mes paroles ne démontraient aucun ressentiment de l’injure que j’avais reçue ; ce que je faisais plus pour le mépris de l’offense que pour satisfaction, ayant passé le temps de ma captivité au plaisir de la lecture, où je commençai lors à me plaire, n’ayant cette obligation à la Fortune, mais plutôt à la Providence divine, qui dès lors commença à me produire un si bon remède pour le soulagement des ennuis qui m’étaient préparés à l’avenir. Ce qui m’était aussi un acheminement à la dévotion, lisant en ce beau livre universel de la Nature tant de merveilles de son Créateur, que toute âme bien née, faisant de cette connaissance une échelle de laquelle Dieu est le dernier et le plus haut échelon, ravie, se dresse à l’adoration de cette merveilleuse lumière, splendeur de cette incompréhensible essence, et faisant un cercle parfait ne se plaît plus à autre chose qu’à suivre cette chaîne d’Homère, cette agréable encyclopédie, qui part de Dieu, [et] retourne à Dieu même, principe et fin de toutes choses. Et la tristesse, contraire à la joie qui emporte hors de nous les pensées de nos actions, réveille notre âme en soi-même, qui, rassemblant toutes ses forces pour rejeter le Mal et chercher le Bien, pense et repense sans cesse pour choisir ce souverain bien, auquel pour assurance elle puisse trouver quelque tranquillité. Qui sont de belles dispositions pour venir à la connaissance et amour de Dieu. Je reçus ces deux biens de la tristesse et de la solitude à ma première captivité, de me plaire à l’étude et m’adonner à la dévotion, biens que je n’eusse jamais goûtés entre les vanités et magnificences de ma prospère fortune.

Le roi, comme j’ai dit, ne voyant en moi nulle apparence de mécontentement, me dit que la reine ma mère s’en allait trouver mon frère en Champagne pour traiter une paix, qu’il me priait de l’accompagner et y apporter tous les bons offices que je pourrais, et qu’il savait que mon frère avait plus de créance en moi que [en] tout autre ; que de ce qui viendrait de bien en cela, il m’en donnerait l’honneur et m’en resterait obligé. Je lui promis ce que je voulais faire (car c’était le bien de mon frère et celui de l’État), qui était de m’y employer en sorte qu’il en resterait content. »

Extrait 2 : L’annonce de la captivité par Catherine de Médicis (p. 106-107)

« […] La reine ma mère […] m’était venue trouver en ma chambre que je m’habillais encore, faisant état, bien que je fusse encore mal de mon rhume – mais plus malade en l’âme qu’au corps de l’ennui qui me possédait – de sortir de ce jour-là de ma chambre pour voir un peu le cours du monde sur ces nouveaux accidents, étant toujours en peine de ce qu’on entreprendrait contre mon frère et le roi mon mari.

Elle me dit : “Ma fille, vous n’avez que faire de vous hâter de vous habiller. Ne vous fâchez point, je vous prie, de ce que j’ai à vous dire. Vous avez de l’entendement. Je m’assure que ne trouverez point étrange que le roi se sente offensé contre votre frère et votre mari, et que, sachant l’amitié qui est entre vous, il craint que vous sachiez leur partement, et est résolu de vous tenir pour otage de leurs déportements. Il sait combien votre mari vous aime, et ne peut avoir un meilleur gage de lui que vous. Pour cette cause il a commandé que l’on vous mît des gardes, pour empêcher que vous ne sortiez de votre chambre. Aussi, que ceux de son conseil lui ont représenté que si vous étiez libre parmi nous, vous découvririez tout ce qui se délibérerait contre votre frère et contre votre mari et les en avertiriez. Je vous prie ne le trouver mauvais ; ceci, si Dieu plaît, ne durera guère. Ne vous fâchez point aussi si je n’ose si souvent vous venir voir, car je craindrais d’en donner soupçon au roi ; mais assurez-vous que je ne permettrai point qu’il vous soit fait aucun déplaisir, et que je ferai tout ce que je pourrai pour mettre la paix entre vos frères.”

Je lui représentai combien était grande l’indignité qu’on me faisait en cela. Je ne voulais pas désavouer que mon frère m’avait toujours librement communiqué tous ses justes mécontentements; mais pour le roi mon mari, depuis qu’il m’avait ôté Thorigny, nous n’avions point parlé ensemble; que même il ne m’avait point vue en ma maladie, et ne m’avait point dit adieu. Elle me répond: « Ce sont petites querelles de mari à femme; mais on sait bien qu’avec douces lettres il vous regagnera le cœur, et que, s’il vous mande l’aller trouver, vous y irez, ce que le roi mon fils ne veut pas.»

Elle s’en retournant, je demeure en cet état quelques mois, sans que personne, ni [même] mes plus privés amis, m’osassent venir voir, craignant de se ruiner. À la Cour, l’adversité est toujours seule, comme la prospérité est accompagnée; et la persécution est la coupelle des vrais et entiers amis. Le seul brave Grillon est celui qui, méprisant toutes défenses et toutes défaveurs, vint cinq ou six fois en ma chambre, étonnant tellement de crainte les cerbères que l’on avait mis à ma porte, qu’ils n’osèrent jamais le dire, ni lui refuser le passage.

Durant ce temps-là, le roi mon mari étant arrivé en son gouvernement et ayant joint ses serviteurs et amis, chacun lui remontra le tort qu’il avait d’être parti sans me dire adieu, lui représentant que j’avais de l’entendement pour le pouvoir servir, et qu’il fallait qu’il me regagnât, qu’il retirerait beaucoup d’utilité de mon amitié et de ma présence lorsque, les choses étant pacifiées, il me pourrait avoir auprès de lui. Il fut aisé à persuader en cela, étant éloigné de sa Circé, Madame de Sauve, ses charmes ayant perdu par l’absence leur force, ce qui lui rendait sa raison pour reconnaître clairement les artifices de nos ennemis, et que la division qu’ils avaient trouvée entre nous ne lui procurait moins de ruine qu’à moi. Il m’écrivit une très honnête lettre, où il me priait d’oublier tout ce qui s’était passé entre nous, et croire qu’il me voulait aimer, et me le faire paraître plus qu’il n’avait jamais fait, me commandant aussi le tenir averti de l’état des affaires qui se passaient où j’étais, de mon état, et de celui de mon frère – car ils étaient éloignés, bien qu’unis d’intelligence, mon frère étant vers la Champagne et le roi mon mari en Gascogne. Je reçus cette lettre étant encore captive, qui m’apporta beaucoup de consolation et soulagement, et ne manquai depuis, bien que les gardes eussent charge de ne me laisser écrire, aidée de la nécessité, mère de l’invention, de lui faire souvent tenir de mes lettres. […] »

Références

Visibilité et invisibilité du savoir des femmes

Porteuse du projet : Caroline Trotot, MCF LISAA EA4120, UPEM.

Durée du projet : 2017-2018

URL:  https://femmesavoir.hypotheses.org 

Malgré les obstacles qu’on leur a opposés, dès l’Antiquité, des femmes développent des savoirs spécifiques et universels. Les catalogues de femmes illustres louant la poétesse Sapho ou la mathématicienne Hypatie en faisaient état. Or tout se passe comme s’il fallait perpétuellement redécouvrir ces figures pour dévoiler le rôle qu’elles ont joué, comme si elles étaient effacées. Il semble qu’il faille ainsi rééditer le geste d’invention qui a été le leur pour qu’elles soient en quelque sorte doublement reconnues. Au-delà des nombreux travaux récents et en cours[1] pour écrire une histoire paritaire, nous proposons d’interroger les mécanismes de visibilité et d’invisibilité qui régissent les savoirs des femmes pour que leur mise au jour ne soit pas vouée à une circularité infernale de découverte et d’oubli.

Le projet co-financé par l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et par l’association AWARE réunit au départ des chercheurs et des chercheuses de littérature française, des arts, des hispanistes et des anglicistes ainsi que des informaticiens (EA LISAA 4120 UMR LIGM 8049). Il s’appuie sur des collaborations internationales avec des collègues des universités de Los Angeles (USC), de Bâle (Suisse), de Rimouski (Canada), de Vittoria (Brésil). Il associe des artistes et les étudiants de l’UPEM de plusieurs formations, invités à participer à la diffusion des connaissances produites grâce à des productions multimédia.

Visibilité et invisibilité, jeu de forces

Interdictions, condamnations morales pour inconvenance et indécence, assignations à des domaines spécifiques, déni de valeur ou même d’existence déterminent l’invisibilité : les contributions des savantes sont souvent mal connues, les œuvres des créatrices reléguées dans les réserves des musées ou mêmes désattribuées, la littérature des femmes est singulièrement absente de la culture scolaire partagée, et elle est réduite à l’expression de la sensibilité, la culture politique féministe peine elle-même à se transmettre. Ce mouvement d’occultation se conjugue par ailleurs avec une hyper-visibilité des corps féminins normés et avec la prégnance des stéréotypes de genre. L’image publique des femmes orchestre la promotion de la beauté, de la séduction, des savoir-faire artisanaux et d’une sensibilité déliée de la rationalité, d’un univers limité à son propre périmètre. Les œuvres jouent sur ces interdictions et sur ces incitations. Elles rendent visible ce qui est caché, dans des mouvements dialectiques et ironiques, convertissent les prohibitions en stratégie créative. Au sein de l’espace où l’on enferme les femmes victoriennes, Virginia Woolf réclame une chambre à soi. Grâce au radium, Marie Curie permet d’observer l’intérieur des corps, Maria Sibylla Merian révèle les insectes cachés et les métamorphoses du vivant au cœur des colonies néerlandaises. Nous nous proposons d’interroger des mécanismes fondamentaux à l’intersection de l’invisibilité et de la visibilité, envisagées non pas séparément mais conjointement, dans les stratégies d’inversion, de détournement, de contournement par lesquelles le sujet apparaît en auteur d’une pensée réflexive. Les femmes révèlent ainsi le cœur des processus créatifs et inventifs affrontant non seulement des environnements sociaux, historiques, culturels, mais aussi des fonctionnements anthropologiques.

Médias et médiations

Pour tenter de comprendre comment les obstacles peuvent se transformer en médiation, le projet accorde une attention particulière aux médias de l’invention et de la transmission des savoirs : supports matériels constitués par les livres, les œuvres d’art, la presse ou les supports multimédia, ou encore moyens linguistiques, discursifs, techniques, esthétiques mis en œuvre. Quels supports sont interdits, quels supports sont utilisés, quelle langue, quel langage, quels procédés pour produire ou transmettre quels savoirs ? L’observation des contraintes qui s’imposent et les stratégies pour les révéler ou les déjouer dans des champs spécifiques et divers à travers les siècles, les disciplines et les aires géographiques permettra de faire apparaître constantes, ruptures et diversité. Les chercheurs et chercheuses issu-e-s de différentes disciplines seront attentif-ve-s à construire une réflexion autour de la notion de visibilité qu’il s’agisse de ses aspects concrets ou de ses aspects métaphoriques, dans ses interactions avec les savoirs. Ces recherches interdisciplinaires auront pour ambition de construire une réflexion transdisciplinaire accessible en ligne sur ce carnet puis dans les publications des sites AWARE ou du LISAA.

Corps et connaissance

On s’interrogera particulièrement sur les savoirs et les représentations du corps comme lieu d’échange entre le visible et l’invisible. Il semble souvent, dans le discours de la domination masculine – qui peut être porté par des femmes bien entendu −, que le corps des femmes résiste à l’abstraction de la connaissance et de la subjectivation. Pour cette raison, les disciplines liées aux mathématiques paraissent particulièrement éloignées des femmes dans une vision stéréotypée. L’étude des discours mettant en rapport le corps et la connaissance, ainsi que le corps et l’invention, est un champ riche. Plus généralement, la question du matérialisme et des femmes est un vaste domaine, comme celui de leur rapport à l’occultisme. Le rapport aux diverses disciplines au fil de leur évolution reste marqué par ces problématiques. La place donnée au corps des femmes dans la philosophie nous intéressera donc, comment les femmes réfléchissent leur corps, comment on le leur oppose comme obstacle à une pensée philosophique, comment on y puise de la réflexion. L’étude des savoirs concernant le corps et la santé des femmes depuis la Renaissance, en confrontant textes médicaux et textes littéraires, retiendra toute notre attention. On s’intéressera également aux représentations artistiques du corps des femmes à travers leurs propres créations et notamment au cas particulier de la performance. On réfléchira aussi aux icônes féminines autour desquelles peine à se construire une histoire des femmes et de leurs savoirs. Comment articuler le corps visible et l’abstraction de la pensée et des savoirs ?

Numérique

Le numérique est l’objet d’une attention particulière. Il a une place centrale dans les formations et les recherches de l’UPEM comme dans les activités de l’association AWARE Archives of Women Artists Researchs and Exhibitions, qui développe un site internet ambitieux pour remplir sa mission de diffusion scientifique. Le projet interroge le numérique comme lieu contemporain de tensions entre visibilité et invisibilité des femmes. En effet, le numérique est un média de diffusion d’une culture visuelle renouvelée, il accroît la circulation de l’information et rend possibles des constructions collaboratives, gages d’une appropriation des savoirs. La construction d’archives en ligne et d’une science en open access sont des ressources pour le développement de savoirs nouveaux et pour leur diffusion. Le dictionnaire en ligne des femmes de l’ancienne France réalisé par la SIEFAR ou le site de l’association AWARE en offrent de beaux exemples. Le virtuel apparaît comme une chance pour la circulation des savoirs féminins. Il faut la saisir mais aussi l’interroger. En effet, le monde numérique en France est d’abord un monde majoritairement masculin. La question de la place des femmes y est posée. Elle fait l’objet d’un programme de recherche particulier INSER-NUM pour insérer les femmes dans le numérique. Camille Morineau, conservatrice de musée, présidente d’AWARE avait posé la question en ces termes lors d’un atelier organisé avec des scientifiques et des artistes au google lab de Paris : « Femmes informaticiennes, femmes artistes une même invisibilité ? ». Le parallèle entre deux univers qu’on peut penser éloignés révèle la parenté de mécanismes sociologiques et anthropologiques qui imposent au réel des représentations construites et choisies. Le dialogue entre les différentes disciplines SHS mobilisées et l’informatique permet d’explorer les représentations et les moyens de leur diffusion.

Les nouveaux médias posent la question de leur diffusion et de leur pouvoir transformant sur les représentations et les pratiques. Ils interrogent plus profondément la notion de visibilité dans la médiation des savoirs. Les sites internet mobilisent souvent l’intermédialité, c’est-à-dire que différents médias sont utilisés ensemble pour générer du sens. Ainsi les productions picturales sont-elles diffusées grâce aux photographies, ou aux films ainsi qu’aux textes qui les accompagnent ; des moyens spécifiques propres aux arts numériques créent une dynamique de la connaissance en mettant en rapport différents moyens. Ils posent la question de savoir ce qu’il faut faire apparaître de la connaissance pour qu’elle soit reconnue, comment on utilise les supports et les techniques disponibles, comment on règle le rapport des images, des symboles et des discours verbaux, comment l’œuvre visible s’articule avec le créateur ou la créatrice. Ils impliquent également de nouveaux enjeux socio-économiques liés au financement et à l’organisation de la production. Lieu de création et d’invention, le numérique réactualise des questions anciennes qui traversent le temps. Il en est la caisse de résonance autant qu’un nouvel espace de lutte.

Les outils de fouille textuelle permettent également de disposer de nouvelles données. Ils révèlent de nouveaux réseaux de connaissances et encouragent à un renouvellement des corpus. Ils luttent contre le mouvement qui minore la participation des femmes aux corpus canoniques. Le projet George le deuxième texte extrait ainsi les données du catalogue Gallica et des data.bnf pour proposer aux enseignant-e-s et aux chercheurs ou chercheuses davantage de textes écrits par des femmes. Des travaux pour construire des réseaux de citations des noms de femmes et représenter les relations interpersonnelles entre les femmes ou entre les femmes et les hommes -souvent plus connus qu’elles- sont également envisagés.

Savoirs et créations

Le projet contribuera à la compréhension des enjeux de la diffusion des savoirs des femmes à travers le temps en mettant en avant le lien entre savoir et création, interrogeant la nécessité de la création dans la connaissance et dans sa diffusion. Ces enjeux intéressent particulièrement les formations de l’université qui y seront associées autant que possible, au premier titre les étudiants du master Arts, Lettres et civilisation adossé à l’équipe LISAA, invités à travailler avec des étudiant-e-s d’autres formations complémentaires de l’université, notamment les étudiant-e-s ingénieur-e-s de l’IMAC (Image, Multimédia, Audiovisuel et Communication).

[1] Voir par exemple pour un point de vue historique : http://eurykleia.hypotheses.org/101. « L’état de la question : de l’invisibilité des femmes à leur visibilité » par Violaine Sebillotte. Publication du 12/11/2014, mise à jour 14/11/2016.

Cité des Dames

Ce carnet de recherche accompagnera la programme de recherche éponyme, financé par L’I-SITE Future. Le programme entend contribuer à la connaissance et à la reconnaissance de la part des femmes dans la construction du patrimoine et du matrimoine. Il associe des littéraires, des civilisationnistes et des informaticien·nes. Suivant l’exemple de Christine de Pizan, il s’agit de construire un espace numérique qui relie les textes écrits par des femmes aux lieux urbains dans lesquels ils ont été produits et conservés ou qu’ils mobilisent et représentent. L’espace numérique permettra d’implémenter les représentations cartographiques et iconographiques des lieux et d’associer des contenus explicatifs tirés de la recherche académique menée grâce au projet. La recherche académique nourrira la médiation scientifique grâce à la création de ressources numériques, supports de promenades urbaines à la découverte du matrimoine. Les différentes actions interrogeront l’invisibilité des créatrices et le projet développera un volet épistémologique sur le recueil et la visualisation des données.