Tous les articles par citedesdames

Mise en ligne des registres des finances de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre, de Jehan Frotté

Le projet de mise en ligne des registres des finances de Jehan Frotté sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes (BVH) date de 2008. Il a resurgi en 2018 au moment du colloque sur Marguerite d’Angoulême organisé par Stéphan Geonget, Anne Boutet, Louise Daubigny et Marie-Bénédicte Le Hir. En 2022, il s’est concrétisé grâce à la collaboration entre l’université de Tours et l’université Gustave Eiffel et a fait l’objet d’une convention entre les deux établissements. Au préalable, Nicole Dufournaud avait établi le prototype pour les BVH entre 2008 et 2010 en transcrivant quelques feuillets ; elle avait présenté ses premières analyses lors du colloque de 2018 ; elle a continué ce travail dans le cadre du projet « Cité des Dames : créatrices dans la cité » de l’université Gustave Eiffel.

Le fonds Frotté du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) à l’université de Tours se compose de trois registres des finances, de trois lettres et d’un acte notarié, le contrat de mariage de Jehan Frotté avec Jehanne Le Coustelier ; il a été numérisé par le CESR en 2008 après accord avec la famille de Frotté. Seuls les trois registres des finances sont en ligne sur le site des BVH depuis juillet 2023. Le premier concerne les comptes de septembre 1540 à mars 1544 et de mars 1549 à août 1549 et comprend 76 feuillets ; le deuxième compense la lacune du premier, d’avril 1544 à février 1549 et comprend 112 feuillets. Le troisième est une version préparatoire pour les comptes de septembre 1540 à janvier 1544 et comprend 93 feuillets dont beaucoup sont vierges ; il contient également le registre des ordonnances et des lettres missives, par exemple : Le xxiiiime jour de febvrier l’an mil cinq cens quarente en la ville de Tours depesche les partyes faictes par maistre Jehan gauchery pour ung lict quil a faict faire a Paris pour la royne de Navarre adressantes au tresorier et recepveur de Berry pour payer des deniers de sa recepte qu’il tient en ses mains et que desia il a payez par commandement dudict Gauchery (folio 78). Les deux premiers registres font l’objet d’une mise en ligne des textes encodés en XML/TEI en janvier 2024.

Transcription et encodage des deux premiers registres

Mathieu Duboc (CodeX) et Nicole Dufournaud (Université Gustave Eiffel) se sont partagé le travail de transcription et d’encodage. Mathieu Duboc a encodé la transcription du premier registre établie par Nicole Dufournaud et inversement pour le second, en se contrôlant mutuellement. La transcription respecte les normes éditoriales pour les textes du XVIe siècle :

  • sont ajoutés :
    • les numéros de page manquants entre crochets ;
    • les apostrophes ;
  • ne sont pas ajoutés :
    • hormis sur le premier mot, les majuscules ;
    • la ponctuation ;
    • les accents à l’exception de l’accent aigu en fin de mot ;
  • les abréviations graphiques ou « brévigraphes » sont développées selon les normes habituelles et seules « sr » et « me » ont été laissées abrégées ;
  • la césure des mots en fin de ligne respecte l’original en gardant les lignes du texte original.

À partir des transcriptions, Mathieu Duboc et Nicole Dufournaud ont encodé les textes en se recommandant du consortium TEI et du Manuel d’encodage XML-TEI Renaissance et temps modernes (imprimés et manuscrits). Un premier encodage sémantique a été effectué sur les entités nommées les plus connues :

  • les lieux sont alignés avec le référentiel GeoNames ; la typologie des BVH est reprise : ville, pays et région ;
  • les noms de personnes utilisent les référentiels IdRef, Wikidata ou VIAF ; la typologie est choisie : noblesse, marchandise-artisanat, office et religion.

Enfin, les dates sont régularisées.

Analyse succincte des textes transcrits et encodés

Anonyme, Portrait de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre (musée Condé, château de Chantilly)

L’étude du registre de Jehan Frotté montre un effort certain de structuration. À gauche, en marge, apparaît souvent le type de la dépêche : par exemple mandement, bail de garde ; également est cité le lieu : Alençon, Perche, Berry, Vernueil , Baugé, Belesme, Armagnac, Creil, Argentan, etc. Les terres d’où proviennent les revenus de la reine Marguerite et où elle exerce ses droits, sont ici nommées. Le registre ne semble pas être tenu à jour quotidiennement : la preuve en est que des blancs sont laissés sur les noms et les lieux.

Des noms célèbres sont couchés dans le registre, Bonaventure Des Périers, Claude Gouffier, le duc de Saxe (Maurice ?), Guillaume duc de Clèves, ainsi que des évêques. D’autres noms moins célèbres sont à deviner en raison de la graphie : par exemple, la reine participe aux frais d’études de médecine d’un certain René Bertet. Tels des cercles concentriques, se dessine peu à peu l’entourage de la reine : au plus proche, ses serviteurs domestiques, l’entourage noble, puis ses vassales et vassaux, enfin ses gens composés d’artisans comme les tapissiers. Une liste des gens de métier peut être dressée : l’architecte du roi de Navarre se nomme Sebastiano Serrelio et vient de Bologne en Italie ; son tapissier, décédé, Marin Morel, est nommé avec sa veuve Françoise d’Averton.

À partir des registres, une typologie des dépenses peut être dressée :

  • remboursements à ses vassaux pour les travaux effectués dans des « places »
  • travaux et aménagements :
    • entretien des « prisons et conciergeries » relevant de la justice de Marguerite,
      • construction des moulins, entretien des granges à foin à Argentan,
      • pavement au château de Fontainebleau,
      • entretien du château d’Exmes et du château de Creil avec des aménagements (tapisseries, meubles…),
      • aménagements à Nérac ;
  • commandes à des tapissiers et autres artisans, et à des religieuses pour des tissus en soie ;
  • dons :
    • pour la représentation de ses serviteurs,
    • pour les gens du roi de Navarre,
    • pour l’Hostel dieu de Paris.

Portrait de Jehan Frotté, secrétaire de la reine de Navarre, Marguerite d’Angoulême, sœur du roi de France François Ier

Jehan Frotté succède à Victor Brodeau mort en septembre 1540. Déjà serviteur domestique de la reine et intermédiaire avec François Ier depuis plusieurs années, il est nommé en novembre de la même année. Fils de Jacques sieur de Neuvy, maître d’hôtel du connétable Charles de Bourbon, et de Jacquette Seguier, Jehan Frotté devient donc secrétaire des finances de la reine, office anoblissant. Il est chargé des affaires de la reine tant financière que politique ; il reçoit et écrit les dépêches. Sur la base Mérimée du ministère de la Culture, il est qualifié de « poète de cour de Marguerite » : c’était également le cas de Victor Brodeau son prédécesseur. Grand voyageur, il se rend du Béarn à Paris, suivant la cour de château en château. En janvier 1537, à Paris, devant la reine de Navarre, il avait épousé Jehanne Le Coustelier fille de Guillaume Le Coustelier, maître de requêtes de la reine, et de Guyonne Loret ; à partir de 1542, il rénove le château de Couterne dans le duché d’Alençon.

Château de Couterne (Pierre Yves Beaudouin, Wikimedia Commons)

Le projet Cité des Dames est heureux de redonner de la visibilité à cette pièce d’archive qui permet de compléter la connaissance qu’on a de cette grande figure du XVIe siècle.

Nicole Dufournaud

 


Ce texte est partiellement issu d’un volume d’actes de colloque : Nicole Dufournaud, « Les réseaux de parenté et de service de Marguerite d’Angoulême. Une bonne mestresse à la cour de France » dans Stéphan Geonget et al. (dir.), Le réseau de Marguerite de Navarre, Genève, Librairie Droz, 2022, p. 39‑72.

Genre et cinéma : « Les Femmes sont dans la place ! »

Alice Leroy, chercheuse au LISAA et membre du comité de rédaction des Cahiers du cinéma, a coordonné avec les rédactrices de la revue un numéro spécial « Les femmes sont dans la place ! ». Le numéro 806 paraît mercredi 7 février et reste en kiosques jusqu’à la fin du mois de mars.

À travers un ensemble de témoignages, table ronde, textes théoriques et critiques, ce numéro vise à donner un aperçu de la pluralité des regards, des expériences et des approches de ce que le genre fait (ou ne fait pas) au cinéma, à l’écran comme sur toute la chaîne de production d’un film. Cette réflexion n’est pas un aboutissement, plutôt une promesse, que les Cahiers s’attacheront à honorer en continuant de donner la parole aux professionnelles du cinéma, et en augmentant dans leurs pages la place des textes écrits par des collègues critiques femmes.

Illustrations : couverture, texte d’introduction au dossier et table des matières du numéro 806, de février 2024, des Cahiers du cinéma.

Art and Heritage in a Clic. Designing multilingual web and mobile apps for tourism

Caroline Trotot présentera les applications développées pour le projet Cité des dames, créatrices dans la cité, lors du colloque Art and Heritage in a Clic. Designing multilingual web and mobile apps for tourism.

Université de Bologne le 17 novembre 2023

Programme du colloque

9.00: SALUTI LILEC 

Prof. Maurizio Ascari, Direttore Dipartimento LILEC 

Prof.ssa Ana Pano Alamán, LM Language, Society and Communication 

Prof.ssa Valeria Zotti e Prof. Fabio Vitali, LBC-CeSLiC e Progetto UniVOCIttà 

Web e app per il patrimonio 

9.15-9.45: Comunicare online: la web strategy del Sistema Museale di Ateneo 

Dott.ssa Silvia Matteucci e Dott.ssa Martina Nunes, Comunicazione e valorizzazione del patrimonio del Sistema Museale di Ateneo (SMA – Università di Bologna) 

10.00-10.30: Quando il turismo si fa digital 

Dott.ssa Martina Cavezza, BOLOGNA WELCOME & eXtraBO 

10:30-10:45: Pausa caffé 

10.45-11.15: Le matrimoine urbain. Applications web et mobiles pour transformer les villes en “Cité des Dames” 

Prof.ssa Caroline Trotot (Université Gustave Eiffel) 

11.15-13.00: WORKSHOP – Progetto UniVOCIttà: Voci digitali sull’unicità del patrimonio bolognese 

Unità LBC-CeSLiC, Dipartimento LILEC (Università di Bologna) 

Web e app per il turismo 

14.00-15:30: WORKSHOP – Wikivoyage to…: enhancing transversal skills via editing/translation marathons 

Prof. Francesco Meledandri (Università di Bari) 

15:30-16:30: Restituzione lavori WORKSHOP UniVOCIttà e Wikivoyage 

16:30-16:46: Conclusioni 

Museo della Storia di Bologna 

17:00-19:00: Presentazione a cura di Benedetta Basevi (Collezioni e Digital Humanities) e Visita del Museo della Storia di Bologna (Palazzo Pepoli, via Castiglione 8) 

A cura di Genus Bononiae – Musei 

Programme en PDF

Women’s Stories

Dans le cadre du projet « Cité des Dames. Créatrices dans la cité », Susan Dunne (architecte) et Hélène Alfaro-Hamayon (LISAA-SEA) échangeront avec Sandra Johnston et Susan MacWilliam (visual artists installées à Belfast) au Centre Culturel Irlandais, 5 rue des Irlandais, dans le cinquième arrondissement de Paris, le vendredi 10 novembre 2023.

  • 17h30 : Présentation des vidéos de Susan MacWilliam et de Sandra Johnston
  • 18h30 : Échange avec Sandra Johnston et Susan MacWilliam

Artistes visuelles originaires d’Irlande du Nord, Sandra Johnston et Susan MacWilliam interrogent les histoires non officielles, les pratiques incarnées, les souvenirs personnels, et la manière dont de nombreuses expériences féminines ont été, dans une large mesure, oubliées de l’Histoire.

En première partie de soirée sera projetée une sélection d’extraits d’œuvres vidéo des deux artistes. Sandra Johnston, Hélène Alfaro-Hamayon (chercheuse en études irlandaises à l’Université Gustave Eiffel) et Susan Dunne (architecte) évoqueront ensuite la façon dont elles présentent, ou revisitent et reconstruisent, les récits et vécus des femmes dans leurs travaux. Sandra Johnston et Susan MacWilliam reviendront également sur leur propre trajectoire et pratiques professionnelles en tant qu’artistes contemporaines.

Photographies d’illustration avec l’aimable autorisation de Sandra Johnston et Susan MacWilliam

Membres du cortège de Marguerite de Valois, reine de Navarre, lors de son voyage des Flandres (1577)

La communication « Identifier, représenter, penser les réseaux urbains de l’humanisme autour de Marguerite de Valois : l’exemple du voyage des Flandres (1577) » de Nicole Dufournaud, Philippe Gambette et Caroline Trotot lors du colloque Les femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615), à la Bibliothèque Mériadeck à Bordeaux, en juin 2022, a conduit Nicole Dufournaud à s’intéresser à la composition du cortège de Marguerite de Valois pendant son voyage des Flandres en 1577.

Pour citer ce document, aussi téléchargeable au format PDF :

Nicole Dufournaud, « Membres du cortège de Marguerite de Valois, reine de Navarre, lors de son voyage des Flandres (1577) », Cité des dames, créatrices dans la cité [carnet de recherche], 28 septembre 2023. [En ligne] URL : https://citedesdames.hypotheses.org/1741 (consulté le…)

Illustration du billet : Giuseppe Aureli, Margarete von Valois auf der Reise nach Navarra, 1887 (source)

Continuer la lecture de Membres du cortège de Marguerite de Valois, reine de Navarre, lors de son voyage des Flandres (1577)

Colloque Cité des dames. Créatrices dans la cité

Penser la ville avec les femmes, de la
Cité des Dames aux promenades du matrimoine

Colloque dédié à la mémoire de Cécile Hussherr-Poisson

Le programme en PDF

Lien vers le formulaire pour l’inscription, gratuite mais obligatoire.

Lundi 12 juin 2023 après-midi

  • 12h45 – Accueil
  • 13h00 – Pascale Bourrat-Housni (MESR) ; Caroline Trotot et Philippe Gambette (univ. Gustave Eiffel) : Introduction « En mémoire de Cécile Hussherr-Poisson »
  • Bâtir les villes de la fiction médiévale à la réalité contemporaine. Présidence de séance : Mathilde Larrère
    • 13h30 – Anna Loba (Univ. Adam Mickiewicz), Les bâtisseuses de la Cité des Dames : travail des femmes vu par Christine de Pizan
    • 13h55 – Géraldine Djament (Univ. de Strasbourg), La Maladrerie de Renée Gailhoustet, matrimoine architectural et social albertivillarien et laboratoire du scénario du matrimoine et du jardin planétaire
    • 14h20-14h40 – Questions
  • Les normes urbaines au féminin. Présidence de séance : Gisèle Séginger
    • 15h10 – Suzanne Duval (Univ. Gustave Eiffel), L’invention de l’urbanité parisienne dans les recueils épistolaires français publiés au 17e siècle
    • 15h35 – Claude La Charité (Univ. Québec à Rimouski), Québec et Montréal dans The History of Emily Montague (1769) de Frances Brooke
    • 16h – Gdouda Souad Toumi (Musée national du Bardo), La Ghriba et la ville : entre réalité et légende
    • 16h25-16h55 – Questions
  • 17h-18h30 – Sonia Thuillier (Feminists in the City), Promenade des Marguerite
  • 19h – Lecture (Atelier Michael Woolworth) : Nathalie Koble et Donna Stonecipher
  • 20h – Buffet cocktail d’ouverture

Mardi 13 juin 2023

  • 9h00 – Accueil
  • Les artistes dans la fabrique des villeset de leur histoire. Présidence de séance : Claire Hancock
    • 9h15 – Elsa Dos Santos (Univ. Paris Nanterre), Sculptrices et 1% artistique : étude de cas sur les commandes publiques reçues par Alicia Moï Orban
    • 9h40 – Susan Dunne (ENSA Paris Malaquais), Women in City Making: Overlooked Stories and Silenced Voices
    • 10h05-10h25 – Questions
  • S’inscrire dans les villes. Présidence de séance : Claude La Charité
    • 10h45 – Alexandra Mallah (EHESS), Ce que les collages contre les féminicides font à la ville
    • 11h10 – Virginie Tahar (Univ. Gustave Eiffel), La phrase de Karelle Ménine et Ruedi Baur : « Inviter la poésie au sein de l’espace public parce qu’elle s’ennuie dans les livres »
    • 11h35 – Jennifer Scappettone (Univ. de Chicago, professeure invitée I-SITE Univ. Gustave Eiffel) : Oxidizing Radio vs. Fatherland as Cataclysm: A Counterfreedom from the Baroness Among Metropolises
    • 12h-12h30 – Questions
  • 12h30-14h – Déjeuner
  • Cités des Dames, cités du politique. Présidence de séance : Olivier Brossard
    • 14h00 – Hélène Alfaro-Hamayon (Univ. Gustave Eiffel), Présentes dans l’espace public, présentes en politique : comment les femmes occupent la cité pour être entendues
    • 14h25 – Justine Gloesener (Univ. de Liège), Cartographie de mobilisations féminines dans une cité ­moderniste belge : comment habitantes et travailleuses prennent soin de leur quartier
    • 14h50-15h10 – Questions
  • Propriétaires. Présidence de séance : Diane Roussel
    • 15h40 – Matthieu Scherman (Univ. Gustave Eiffel), Des femmes-gestionnaires au 15e siècle : les patrimoines ­immobiliers féminins et leurs impacts sur la ville (Trévise)
    • 16h05 – Sarah Roux (CRIHAM Poitiers-Limoges), De noblesse et de modernité : Mlle de Brettes (1773-1858) instigatrice de bouleversement socio-urbain dans le Limoges du 19e siècle
    • 16h30-16h50 – Questions
  • 19h30 – Dîner

Mercredi 14 juin 2023

  • 9h15 – Accueil
  • Travail des femmes & soin de la ville. Présidence de séance : Hélène Alfaro-Hamayon
    • 9h30 – Myriam Greilsammer (Univ. Bar-Ilan), Subordination et confiscation du savoir des sages-femmes, fonctionnaires des villes des Pays-Bas
    • 9h55 – Brigida Proto (EHESS), Les villes comme laboratoires du welfare international. Quelques remarques sur la valeur politique des espaces d’émancipation des femmes migrantes
    • 10h20-10h40 – Questions
  • Imaginer la ville : pour que les maisons n’empêchent plus de voir les femmes. Présidence de séance : Juliette Azoulai
    • 11h00 – Marie Cabadi (Univ. d’Angers), Quand le féminisme a pignon sur rue : ancrage urbain, visibilité et créativité dans les maisons des femmes belges, britanniques et françaises des années 1970-1980
    • 11h25 – Apolline Vranken (Univ. libre de Bruxelles), Des béguines à Simone ­Guillissen-Hoa : entre recherche fondamentale et ­médiation architecturale
    • 11h50-12h10 – Questions
  • 12h10-13h30 – Déjeuner
  • Des voyageuses et des villes. Présidence de séance : Suzanne Duval
    • 13h30 – Francesca Antonelli (Univ. de Valence), Sortir de la ville. Mobilité, sociabilité et genre dans les carnets de voyage de Marie-Anne Paulze-Lavoisier (1787-1789)
    • 13h55 – Dariusz Krawczyk (Univ. de Varsovie), Espace urbain dans les récits des voyageuses polonaises du 18e siècle
    • 14h20-14h40 – Questions
  • Des fictions pour transformer les villes. Présidence de séance : Philippe Gambette
    • 15h – Capucine Zgraja (Univ. Aix-Marseille), Représentations de villes utopiques et féministes dans les Voyages de milord Céton de Marie-Anne de Roumier Robert
    • 15h25 – Yamina Sehli (Univ. Djillali Liabés Sidi Bel-Abbes), Villes et écriture féminine entre transmission et quête identitaire
    • 15h50 – Marie Raulier (univ. Gustave Eiffel), Les jardins de Marguerite Yourcenar : ensauvager la ville
    • 16h15-16h45 – Questions
  • 16h45-17h – Conclusions

« Merci patronne ! Femme et entrepreneure sous l’Ancien Régime » dans Entendez-vous l’éco ? sur France Culture

Mardi 4 avril 2023, Nicole Dufournaud, ingénieure de recherche dans le cadre du projet « Cité des dames, créatrices dans la cité » intervenait dans l’émission sur l’économie de France Culture, Entendez-vous l’éco ?, avec Camille Dejardin, historienne de formation. La première est spécialiste des XVIe et XVIIe siècles et la seconde du XVIIIe siècle. L’émission, animée par Tiphaine de Rocquigny et préparée avec Emma Taillefer, peut être écoutée sur le site de France Culture.

Parmi les nombreuses questions, une partie d’entre elles concernaient les aspects méthodologiques et principalement les sources.

Aspects méthodologiques

Si les sources peuvent paraître parcellaires, « faire un pas de côté » permet pourtant de trouver les bonnes sources. Par exemple, les femmes sont de bonnes clientes des notaires. Les actes notariés sont donc à privilégier. Parmi ceux-ci, citons les actes de société et les procurations. Pourtant, les actes de société sont souvent oraux jusqu’à la deuxième moitié du XVIIe siècle. Ces sociétés sont cependant connues grâce à d’autres actes qui les mentionnent comme les testaments ou d’autres actes de sociétés qui en font références.

À partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, les archives maritimes sont à retenir.

Le terme « entreprise » n’est pas cité aux XVIe et XVIIe siècles mais les sources mentionnent plutôt des conventions ou des associations (écouter à 24’28).

Questions juridiques

La question juridique est importante. Selon la Coutume du lieu où l’on habite, les pratiques sont différentes. Par exemple, la Coutume de Bretagne est très avantageuse pour les femmes surtout avant la réforme de 1580 (écouter à 7’17). Et le statut des femmes mariées diffère selon les époques et les lieux (écouter à 11’20 et à 21’08). Par exemple en Bretagne, avant la réforme, l’autorisation maritale était donnée le jour du mariage par oral. Plus tard, le nouveau régime de la communauté des biens oblige à une autorisation écrite provisoire qui doit être renouvelée à chaque absence du mari par exemple. La question du mariage est essentielle : les couples ont parfois intérêt à demander une séparation de biens pour préserver leurs activités et leurs biens.

La différence entre le droit écrit et les pratiques est à noter. De plus, devant le vide juridique des Coutumes, les femmes privilégient le droit contractuel qui les protège.

Place des femmes dans la vie économique

Les hommes laissent leur place aux femmes car ils sont pragmatiques : chacun son rôle mais en cas de renversement de rôle en raison d’une absence provisoire (un voyage) ou définitive (la mort), la substitution s’opère. Il s’agit de remettre ses affaires entre les mains d’une personne de confiance, une épouse de préférence.

Par ailleurs, au début du XVIIe siècle, la mutation sociale est également un facteur favorisant l’accès au commerce des femmes : le commerce est indigne pour les hommes qui l’abandonne aux femmes pour accéder à la noblesse de robe (écouter à 34’27, notamment l’exemple de Guy Patin).

La place des femmes dans la vie économique est difficilement chiffrable. Les sociétés sont donc souvent orales et les données fiscales ne rendent pas visibles toutes les femmes, seulement les veuves et les « filles seules ».

Donnons un exemple chiffré : Bernard Michon (Université de Nantes) estime à 18 % le nombre de bateaux des Sables d’Olonne armés par des armatrices pour la pêche vers Terre Neuve qui déchargent leur cargaison à Nantes, au début du XVIIIe siècle.

Dans le commerce, les activités principales dans les ports concernent une variété de produits (écouter à 30’09) : le poisson, le vin, le pastel, l’acier, le fer, le textile, le sel, etc.

Si les femmes ont la même activité que leur mari, elles sont invisibles jusqu’à un éventuel veuvage qui les rend visibles.

Enfin, la séparation des lieux privés et publics a été abordée (à 18’10). Pendant les trois siècles, les deux intervenantes ont précisé que les lieux étaient confondus : boutique, atelier, chambre font partie du même lieu. 

Quelques portraits

Quelques noms de femmes ont été cités et certaines d’entre elles ont fait l’objet d’une description : Marie Darcel dite Madame de Maraise (à 3’22 et à 18’53), Marie Boucher (à 41’35), Rose Bertin (à 36’40), Marguerite Poullain, Marie Agouet et particulièrement Mme Blakey (à 43’40).

Conclusion

Les deux intervenantes ont insisté sur les entreprises familiales transmises par les veuves, sans oublier le rôle des filles célibataires ou celles mariées (à 40’20). Quelques aspects restent obscurs comme l’éducation : domestique pour les femmes au sein de leur famille, elles ne bénéficient pas de formation, à Amsterdam par exemple, comme leurs frères (écouter à 42’02) ; les techniques de la comptabilité seraient encore à explorer pour déterminer si la complexification pendant ces trois siècles a été défavorable ou pas aux femmes.

Les villes-ports maritimes ou fluviales sont un bon terrain de recherche pour y trouver ces femmes d’affaires et devraient connaître un nouvel attrait de la part de la recherche en y apportant un point de vue genré.

Références bibliographiques

Camille Dejardin, Madame Blakey, une femme entrepreneure au XVIIIe siècle, Rennes, PU Rennes, 2019 ; Patronnes au XVIIIe siècle, Paris, Nouveau monde éditions, 2023.

Nicole Dufournaud, « Between parental power and marital authority: How merchant women stood the test of customary laws in Brittany in the sixteenth to seventeenth centuries » dans Anna Bellavitis et Béatrice Zucca Micheletto (eds.), Gender, Law and Economic Well-Being in Europe from the Fifteenth to the Nineteenth Century North versus South?, traduit par Annick Sansoni, London, Routledge, 2018, p. 47-61 ; Rôles et pouvoirs des femmes au XVIe siècle dans la France de l’Ouest, sous la direction d’André Burguière, thèse de doctorat en histoire, EHESS, Paris, 2007 ; « Les femmes au travail dans les villes de Bretagne – XVIe et XVIIe siècles », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2007, vol. 114, no 3, p. 43-66.

Bernard Michon et Nicole Dufournaud, Femmes et négoce dans les ports européens (fin du Moyen Age – XIXe siècle), Berne, Suisse, Peter Lang, 2018 ; « Les femmes et leurs activités liées à la mer : réflexions à partir du littoral atlantique français  à l’époque moderne  », dans Emmanuelle Charpentier et Philippe Hrodej, dans Les femmes et la mer à l’époque moderne, Rennes, PU Rennes, 2018, p. 111-123 ; « Les femmes et l’armement morutier : l’exemple des Sables-d’Olonne pendant la première moitié du XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2003, vol. 110, no 1, p. 93-113 ; « Les femmes et le commerce maritime à Nantes (1660 – 1740) : un rôle largement méconnu », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, mai 2006, Le genre du Sport, no 23, p. 311-330.

Bonnie Smith, Les bourgeoises du Nord 1850-1914, Paris, Perrin, 1989.

Illustration : « Marchande de mode », L’Encyclopédie [38], Arts de l’habillement (source du fichier numérique).

Quelques ressources numériques du projet Cité des dames, créatrices dans la cité

Le livret ci-dessous fournit un panorama de quelques ressources numériques développées dans le cadre du projet Cité des dames, créatrices dans la cité :

Pour connaitre les personnes impliquées dans ces réalisations, dans le cadre du projet Cité des dames, créatrices dans la cité ou de partenariats, consultez les rubriques « À propos » et les mentions légales des divers sites web dont les URL sont fournies.

Tutoriels Wikidata : créer ou collecter des données relatives à des créatrices

Plusieurs tutoriels vidéo ont été créés, tout au long du projet Cité des dames, créatrices dans la cité, pour montrer comment contribuer à Wikidata, base de données collaborative associée à Wikipédia, ou y collecter des données.

Créer une page Wikidata après avoir créé une nouvelle page Wikipédia

Comment trouver les personnes présentes à un événement qui n’ont pas encore de photo dans Wikidata ?

Apprendre à créer des requêtes SPARQL sur Wikidata, avec l’exemple des requêtes de l’outil Plaques du matrimoine

Développement Javascript : Comment utiliser Wikidata pour lister sur une page web les lieux touristiques à proximité

Appel à communications : colloque « Créatrices dans la cité : penser la ville avec les femmes, de la Cité des Dames aux promenades du matrimoine »

Appel à communication pour le colloque « Créatrices dans la cité : penser la ville avec les femmes de la Cité des Dames aux promenades du matrimoine » 12-14 juin 2023, Université Gustave Eiffel, campus Cité Descartes

Date limite d’envoi des propositions : 25 janvier 2023

Comité d’organisation : Hélène Alfaro, Olivier Brossard, Nicole Dufournaud, Philippe Gambette, Carmen Husti, Marie Raulier, Caroline Trotot

Comité scientifique : Nathalie Grande (Université de Nantes), Claire Hancock (UPEC), Darius Krawczyk (Université de Varsovie), Mathilde Larrère (Université Gustave Eiffel), Tracie Morris (Iowa Writers Workshop), Béatrice Mousli (Université de Californie du Sud à Los Angeles), Diane Roussel (Université Gustave Eiffel), Jennifer Scappettone (Université de Chicago).

L’Université Gustave Eiffel mène d’ambitieux programmes de recherche pour contribuer à rendre les villes de demain vivables et durables. Le programme « Cité des Dames, créatrices dans la Cité » propose ainsi, dans le cadre de l’ISITE FUTURE, de réfléchir au rôle des femmes dans la construction des villes et des sociétés urbaines depuis le XVe siècle, afin de compléter nos savoirs et d’ouvrir des pistes pour penser l’avenir, dans une perspective pluridisciplinaire, plurilingue et transnationale.

Notre réflexion est née du double constat de l’invisibilisation de l’histoire des femmes dans l’espace urbain et de la minoration de la place des femmes dans l’histoire de la construction des villes et des sociétés urbaines. Or la faible part symbolique laissée aux femmes dans les inscriptions qui font parler la ville dans ses propres espaces est souvent présentée comme la conséquence d’une absence de contribution à la création et à la transformation des villes, de leur organisation et de leurs espaces. De fait, les obstacles opposés à la participation des femmes à part égale à la construction des villes, de leur organisation et des modes de vie ont été et restent bien réels. Les constats de Virginia Woolf[1] concernant l’exclusion des femmes des lieux urbains de savoir, de culture, de fabrique économique ou de pouvoir ne doivent pas être minorés.

Cependant, les femmes n’ont pas pour autant été passives et de nombreuses études montrent leur part dans tous les secteurs d’activité. Bâtisseuses, fondatrices de ville, ouvrières, activistes politiques ou encore artistes, elles ont joué de nombreux rôles autres que celui de la mère bourgeoise enfermée dans son intérieur ou celui de la prostituée arpentant les lieux publics. Les travaux menés dans le programme « Cité des Dames, créatrices dans la cité » ont ainsi pour vocation de mettre en valeur les contributions des femmes aux transformations des villes sur le plan matériel, politique, social ou culturel ainsi qu’à la manière dont leurs créations permettent de comprendre l’évolution des systèmes urbains voire d’imaginer des transformations à venir. On mettra donc l’accent sur ce que les femmes font aux villes plutôt que sur ce que les villes font aux femmes.

Pour cela on s’intéresse à de nombreuses actions menées par les femmes aussi bien dans la conception des villes que dans leur construction, dans l’évolution des systèmes politiques qui les régissent ou encore dans la vie économique, sociale et culturelle des cités. À ce titre sont considérées comme des créatrices aussi bien des autrices ou des artistes que des femmes engagées en politique par exemple et bien d’autres catégories.

Le prisme de l’agentivité féminine invite ainsi à interroger la fabrique des villes, non seulement en faisant de la place aux femmes, mais plus généralement en faisant de la place à différents modes d’agentivité, dont des modes collectifs. En 2004, Jacqueline Coutras en préface au livre issu du colloque « Femmes et villes » proposait en effet de considérer que bien que « les deux sexes [soient] des acteurs placés dans des positions hiérarchiques et qu’ils interviennent inégalement dans la structuration de la ville et de la vie urbaine », il faudrait désormais considérer que « tous les types d’actions individuelles et d’acteurs construisent la ville et, donc, doivent être considérés également par les professionnels de la gestion urbaine et par ceux de la recherche »[2].

Il nous semble que les représentations et les créations doivent également être envisagées comme productrices d’effets et non seulement de reflets. En effet, elles permettent d’approcher les villes invisibles[3] qui informent les pratiques citadines. Comme l’a montré Michel de Certeau ; chaque personne abrite en elle une « ville transhumante et métaphorique » qui informe la manière dont elle peut habiter et parcourir les villes réelles. Ainsi explicitant la manière dont la ville est « un miroir concret des normes actualisées de genre »[4], les représentations sont également un facteur de transformations immédiates ou à venir. La « Cité des Dames » inventée par Christine de Pizan est ainsi un miroir de la ville médiévale et une projection idéale qui nous guide encore[5]. Au XVe siècle, considérant que les femmes étaient exclues des livres de savoir, Christine de Pizan choisissait de bâtir une cité refuge pour les femmes remarquables. Dans les illustrations du manuscrit médiéval, elle se représentait doublement, dans le cabinet de travail devant les livres ouverts et truelle à la main bâtissant la forteresse protectrice : la ville métaphorique prenait ainsi forme dans l’illustration concrète, suggérant les pouvoirs des représentations.

Aujourd’hui, les promenades du matrimoine réelles ou virtuelles apparaissent également comme une manière privilégiée de réfléchir dans un cadre dynamique interrogeant les liens entre l’espace et le temps, et permettant de croiser différentes approches pour créer une herméneutique féconde.

Ces représentations nous rappellent que les villes sont d’abord des systèmes humains, ce que l’on nomme en quelque sorte des « cités ». Envisager les villes à travers le prisme des représentations produites par les femmes, des actions faites par les femmes est ainsi avant tout une invitation à penser le palimpseste urbain[6] comme une manière singulière de se saisir d’une histoire collective que nous continuons d’écrire[7]. L’examen de ce qu’Olivier Mongin désigne comme la « condition urbaine », au prisme de la condition féminine, permet d’interroger les liens entre ville et urbanisme, urbanité, citadinité ou citoyenneté, à des époques diverses et dans des lieux divers. Le colloque permettra d’analyser des cas concrets d’actions des femmes dans les villes aussi bien que des œuvres de femmes représentant les villes et la vie urbaine.

Dans la continuité des travaux menés dans le programme « Cité des Dames, créatrices dans la cité », les communications pourront notamment porter sur :

  • les villes, lieux d’inspiration, de création artistique ; l’effet transformant des créations sur les villes ; villes créatives
  • les villes, lieux d’action politique des créatrices et des pionnières
  • les villes, lieux de mémoire, de conservation et de transmission du matrimoine
  • les représentations des lieux urbains dans les œuvres de femmes, ce que les femmes montrent des rapports des femmes avec les villes à travers l’espace et le temps

Les propositions de 2000 signes ou 300 mots maximum, accompagnées d’une courte biobibliographie d’une page maximum, sont à adresser pour le 25 janvier 2023 à l’adresse suivante :

colloque.citedesdames@u-pem.fr


[1] Virginia Woolf, Un lieu à soi, trad. M. Darrieussecq, éd. Christine Reynier, Paris, Gallimard, 2020, coll. Folio classique.  

[2] Jacqueline Coutras, « Préface », Femmes et villes, dir. Sylvie Denèfle, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2004, p. 11, en ligne sur OpenEdition https://books.openedition.org/pufr/333?lang=fr

[3] L’expression renvoie à Italo Calvino, Les villes invisibles, trad. Martin Rueff, Paris, Gallimard, 2020.

[4] Sylvette Denèfle, « Introduction », Femmes et villes, dir. Sylvette Denèfle, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2004, p. 14, en ligne sur OpenEdition https://books.openedition.org/pufr/333?lang=fr

[5] Encore ou peut-être enfin, car ce texte majeur vient seulement d’être édité en collection de poche Christine de Pizan, La Cité des Dames, éd. Eric Hicks et Thérèse Moreau, Paris, LGF, Le Livre de poche, coll. Classiques, 2021.

[6] Olivier Mongin, La condition urbaine, Paris, Seuil, coll. Points, p. 50-51.

[7] Pour une synthèse de recherches du XXIe siècle sur le sujet voir l’article de Seyed Navid Mashhadi Moghadam et Mojtaba Rafieian, « What Did Urban Studies Do for Women? A Systematic Review of 40 Years of Research », Habitat International, volume 92, 2019, 102047, https://doi.org/10.1016/j.habitatint.2019.102047.

Voir l’Appel à communication en format pdf

Programme du colloque « Cité des dames (Moyen Âge-XVIIIe siècle) / The City of Women. Women and the City in Medieval and Early Modern Times »

2022-09-02&03, Université de Varsovie / University of Warsaw

Vendredi (2 septembre) / Friday (2 September)

10:00-12:00 – Visite du palais et du parc Natolin / Visit to the Natolin palace and park

13:00-14:30 – Déjeuner / Lunch (rue Dobra 55)

14:45 -15:00 – Ouverture du colloque / Opening of the conference

15:00-15:45 – Conférence plénière / Plenary meeting – Caroline Trotot (Université Gustave Eiffel), Les femmes, le pouvoir et les villes dans le voyage en Flandres de Marguerite de Valois

15:45-16:00 – Discussion

16:00-16:20 – Joanna Augustyn (UW)/UMK), Sainte Radegonde, reine et moniale influente de la région poitevine en Haut Moyen Âge

16:20-16:40 – Anna Loba (UAM), Les bâtisseuses de la Cité des Dames : travail des femmes vu par Christine de Pizan

16:40-17:00 – Victoria Rimbert (Université Sorbonne Nouvelle/Università degli Studi di Padova), Veronica Gambara, comtesse
veuve et lettrée : La plume au service de Corrège

17:00-17:30 – Discussion

19:00 – Diner / Dinner

Samedi (3 septembre) / Saturday (3 September)

9:00-9:45 – Conférence plénière (en anglais) / plenary meeting (in English) – Katharina N. Piechocki (University of British Columbia, Vancouver), Cartography, Colonialism, Construction: The Female Architect from Dido to Deborah Moody

10:00-10:20 – Gina L. Greco (Portland State University, USA), Dismantling the Ladies of the City Antoine de la Sale’s Humiliation of the Creative Autrice

9:45-10:00 – Discussion

10:20-10:40 – Joanna Godlewicz-Adamiec (UW), The Symbolic Cities in Hildegard’s of Bingen Scivias

10:40-11:00 – Anna Nowicka-Struska (UMCS), Nuns and Early Modern Townswomen – Narratives, Testimonies, Literature and Creative Activity in a 17th-18th Century Town Art as Exemplified by Lublin

11:00-11:30 – Discussion

11:30-11:50 – Pause-café / coffee break

11:50-12:10 – Loula Abd-Elrazak (University of Toronto, Canada), Espace urbain et transgression chez Hélisenne de Crenne

12:10-12:30 – Aleksandra Brzóskowska (Université Paris-Sorbonne (IReMus) / Université de Lorraine (CRULH Nancy-Metz), Les couvents féminins comme centres culturels et musicaux urbains dans l’Italie du Nord du XVIIe siècle

12:30-12:50 – Nicole Dufournaud (Université Gustave Eiffel – LISAA), De la pauvre enfermée à l’intendante de l’hôpital général : Le rôle des femmes du Sanitat dans la construction de la fabrique du travail industriel dans la ville de Nantes

12:50-13:20 – Discussion

13:20-14:30 – Déjeuner/lunch (rue Dobra 55)

14:30-14:50 – Maja Pawłowska (UWr), La ville aux yeux d’une salonnière : Artamène ou le Grand Cyrus de Madeleine de Scudéry

14:50-15:10 – Ewa Kulak (UWr), Les femmes et l’espace urbain dans la littérature espagnole (XIIIe-XVIIe siècles)

15:10-15:30 – Agnieszka Kocik (UJ), Le drôle de métier de la « revendeuse à la toilette »

15:30-16:00 – Discussion

16:00-16:20 – Pause-café / coffee break

16:20-16:40 – Małgorzata Sokołowicz (UW), Les femmes dans la cité des hommes : Constantinople d’après Lady Montagu et Salomea Regina Pilsztyn

16:40-17:00 – Tomasz Wysłobocki (UWr), Comédiennes de profession, femmes de théâtre et actrices de la Révolution

17:00-17:30 – Discussion et clôture du colloque / Closing of the conference

17:30 – Cocktail

Programme du colloque « Les Femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615) »

Le colloque Les femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615) se tiendra du 29 juin au 1er juillet 2022 dans l’auditorium de la médiathèque Mériadeck de Bordeaux

Mercredi 29 juin 2022

  • 13h30 – Accueil du public
  • 13h45 – Introduction par Violaine Giacomotto-Charra et Caroline Trotot
  • Villes, textes, réseaux : lieux de savoirs, lieux de pouvoir (présidence : Éliane Viennot)
    • 14h15 – Damien Plantey : « “En de beaux promenoirs” : les princesses de Navarre entre villégiatures humanistes & manières citadines (1492-1615) »
    • 14h45 – Philippe Chareyre : « Les princesses de Navarre législatrices »
    • 15h15 – Discussion et pause
    • 16h00 – Nadine Kuperty-Tsur : « Madame de Mornay entre Montauban et Saumur »
    • 16h30 – Julien Goeury : « Perte d’auréole ? nouvelles perspectives sur la vie de Louise de Coligny »
    • 17h00 – Discussion
  • Soirée – Dîner du colloque

Jeudi 30 juin 2022 

  • Poésie et réseaux de sociabilité (présidence : Sandra Provini)
    • 9h00 – Jean Vignes : Jean-Antoine de Baïf et ses lectrices. Contribution à l’étude du lectorat féminin à la cour de France sous Charles IX »
    • 9h30 – François Rouget : « Les poètes et la reconstitution des réseaux de sociabilité féminine : l’exemple des œuvres poétiques de Siméon-Guillaume de La Roque »
    • 10h00 – Discussion et pause
  • Réseaux aquitains (présidence : Alice Vintenon)
    • 11h00 – Anne Bouscharain : « Diane de Foix et le milieu lettré bordelais des années 1570-1580 »
    • 11h30 – Concetta Cavallini : « “La moitié de moy” : Anne de Perrot / Aimée, femme et muse de Pierre de Brach »
    • 12h00 – Discussion et déjeuner
  • Femmes, villes et réseaux européens (présidence : Nadine Kuperty-Tsur)
    • 14h00 – Caroline Trotot, Philippe Gambette, Nicole Dufournaud : « Identifier, représenter, penser les réseaux urbains de l’humanisme autour de Marguerite de Valois : l’exemple du voyage des Flandres (1577) »
    • 14h30 – Cécile Berger : « Les villes d’Isabella Andreini (1562-1604) : les traces urbaines multiples d’une comédienne “oubliée” »
    • 15h00 – Alessandra Preda : « Isabella Sforza (1503-1561) : force et faiblesse d’une hétérodoxie au féminin »
    • 15h30 – Discussion et pause
  • Lyon au prisme des réseaux et du genre (présidence : Marie-Lise Paoli)
    • 16h30 – Michèle Clément  « Femmes lettrées et sociabilités masculines à Lyon au XVIe siècle »
    • 17h00 – Isabelle Garnier : « Les éditions lyonnaises de Marguerite de Navarre : l’œuvre d’un réseau humaniste ? »
    • 17h30 – Discussion
  • Soirée – Dîner du colloque

Vendredi 1er juillet 2022 

  • Constructions parisiennes (présidence : François Rouget)
    • 9h00 – Valérie Auclair : « Femmes et culture dans les œuvres de Nicolas Houel »
    • 9h30 – Julie Ozcan : « L’Hôtel de la Reine : entre volonté de préservation et oubli (1570-2022) »
    • 10h00 – Discussion et pause
  • Villes et réseaux de savoir (présidence : Isabelle Garnier)
    • 11h00 – Valérie Worth : « Les réseaux féminins autour de la maternité dans la ville de Paris au début du XVIIe siècle »
    • 11h30 – Romain Menini : « La duchesse, le professeur et la faculté : Marguerite de France, Barthélemy Aneau et l’université de Bourges »
  • 12h00 – Discussion
  • 12h30 – Éliane Viennot : Conclusions du colloque
  • 13h00 – Déjeuner
  • 14h00 – 15h30 – Présentation des livres des fonds patrimoniaux par Clotilde Angleys (Fonds patrimoniaux, déléguée à la coopération patrimoniale, Bibliothèque Mériadeck)

Le programme en PDF…

Deux publications de poésie américaine

Le dernier événement poétique organisé par l’association double change et l’atelier Michael Woolworth et animé par Olivier Brossard le 7 juin dernier a permis d’entendre des lectures de quelques extraits des recueils L’Horloge au corps d’Eleni Sikelianos, traduit par Béatrice Trotignon, et de The Happy End / Bienvenue à tous  de Mónica de la Torre, traduit par le collectif Connexion Limitée (Shira Abramovich, Camille Blanc, Lénaïg Cariou, Nadia Wolff) dans la collection nord-américaine des éditions joca seria.

Ces deux ouvrages ont été publiés avec le soutien de la Poetry Foundation et de l’Université Gustave Eiffel, dans le cadre du projet Cité des Dames, créatrices dans la cité.

Vient aussi de paraître L’Insuivant de Lyn Hejinian, traduit et postfacé par Chloé Tomas (mai 2022), dans la même collection des éditions joca seria.

Plus d’informations sur l’événement

Premier Datathon des Autrices

Le projet de recherche Cité des dames, créatrices dans la cité, s’est associé aux associations Le deuxième texte et Missives pour l’organisation d’un premier Datathon Autrices, le samedi 2 avril 2022, dédié à la préparation et à la valorisation de jeux de données sur les autrices.

Des données pour mesurer et visualiser la place des autrices et leurs liens avec des villes

L’association Le deuxième texte avait, dès sa création, publié plusieurs jeux de données sur data.gouv.fr pour sensibiliser au manque d’autrices dans les programmes scolaires, les grandes collections littéraires, les sujets d’examens, les bibliothèques en ligne, etc., à travers la collecte et l’analyse de divers jeux de données sur les écrivaines. Partenaire d’un précédent projet de recherche, VisiAutrices, dédié à la visibilité des femmes de lettres dans l’enseignement secondaire et supérieur en France, cette association avait contribué au développement d’un site web, Histoires d’autrices par Thi Van An Truong lors de son stage, et à la conception de quelques pages d’une brochure Où sont les autrices relative aux femmes de lettres étudiées, jouées, lues, primées ou publiées en France.

Ce partenariat s’est prolongé au sein du projet Cité des dames, créatrices dans la cité, par le développement d’une nouvelle version du site Histoires d’autrices, lors du stage de Léonard Kim en 2021 : https://dongjounkim.github.io/histoires-autrices/. Ce site web permet d’explorer divers jeux de données sur des gens de lettres et d’y mesurer la présence des femmes. Il fournit aussi une représentation des villes de naissance et de décès de ces femmes, en s’appuyant sur les données de Wikidata.

Un datathon pour poursuivre le travail de mise à jour, collecte et valorisation des données

C’est en partenariat avec Missives, association montreuilloise qui a pour objectif de promouvoir la littérature féministe à travers la publication de chroniques littéraires en ligne, par le biais de participation à des festivals et de rencontres en librairie, qu’un datathon a été organisé de 10h à 17h, le 2 avril 2022, à la bibliothèque Robert Desnos de Montreuil.

Ce datathon avait pour objectif de poursuivre ce travail sur les données pour alimenter le site Histoires d’autrices et la brochure Où sont les autrices ?, tout en mettant publiquement à disposition les jeux de données préparés. Malgré le temps radieux en ce samedi, il a réuni une douzaine de personnes sur place à Montreuil et deux en ligne (une au Liban, une à Toulouse).

Le parc de la bibliothèque Desnos pour prendre une pause ensoleillée entre deux créations de pages Wikidata ou mises à jour de jeux de données

Lors du datathon, les actions suivantes ont été réalisées :

Ces jeux de données seront très prochainement mis à jour sur data.gouv.fr et sur le site Histoires d’autrices.

Un fil de tweets a été publié par l’association Le deuxième texte à propos de cet événement : https://twitter.com/Georgele2etexte/status/1510853723479855107

Photos : Le deuxième texte

Colloque « Cité des dames (Moyen Âge-XVIIIe siècle) » à Varsovie

L’Institut d’études romanes et l’Institut de littérature polonaise de l’Université de Varsovie sont heureux de vous inviter à participer au colloque « Cité des dames (Moyen Âge-XVIIIe siècle) » qui se tiendra les 2 et 3 septembre 2022 à Varsovie (Institut d’études romanes, rue
Dobra 55). Le colloque est associé au projet « Cité des dames, créatrices dans la cité » mené par l’Université Gustave Eiffel sous la direction de Caroline Trotot et de Philippe Gambette.

Nous invitons les participants à une réflexion sur le rôle des femmes dans l’histoire, la culture et l’identité urbaine, et sur la place de la ville dans les œuvres des femmes du Moyen Âge jusqu’à l’époque préromantique. Notre objectif est de mettre en relief le rôle actif et créatif des femmes dans les villes anciennes et leur contribution à la richesse de cette vie urbaine. Comme les centres urbains n’étaient pas tous pareils et qu’au fil des siècles ils ont évolué différemment selon les pays ou les régions, la confrontation des représentations de l’espace urbain et des rôles que les femmes y ont joués permettra d’apporter des éclaircissements nouveaux sur l’histoire urbaine largement comprise. Il s’agit ainsi de penser l’histoire des villes dans leur diversité historique, géographique, culturelle en s’intéressant aux femmes qui y ont activement participé et qui, paradoxalement, ont souvent été marginalisées. Le colloque sera l’occasion d’interroger le rôle des femmes en tant que co-autrices de la vie urbaine et de ses représentations.

C’est un détail, mais très significatif : bien que les femmes aient contribué à la richesse et au dynamisme des villes anciennes, il n’est pas facile de trouver du matériel iconographique qui pourrait l’illustrer, c’est ce qui nous a poussé à nous tourner vers la célèbre œuvre allégorique : La Cité des Dames de Christine de Pizan datant de 1405. On chercherait également en vain des femmes parmi les auteurs des mythes urbains littéraires les plus célèbres (le Paris de Mercier et de Balzac, le Saint-Pétersbourg de Dostoïevski, le Dublin de Joyce), alors qu’il suffit de lire l’histoire de n’importe quelle ville pour trouver des noms des femmes, celles qui ont marqué l’histoire de la ville en question, son identité, sa mémoire et qui parfois même sont entrées dans sa légende. Il est vrai que parfois les villes elles-mêmes préservent la mémoire de celles qui ont marqué leur histoire en donnant leur nom à des rues et des places, mais cela concerne surtout les femmes qui ont vécu au cours des cent cinquante dernières années. C’est pourquoi nous encourageons les chercheurs et les chercheuses à se tourner vers des époques plus anciennes afin de découvrir ou redécouvrir les figures et les œuvres de ces femmes qui ont laissé une empreinte. On pourra également réfléchir sur les raisons qui ont rendu ces femmes invisibles et aux moyens de les faire réapparaître, du manuscrit enrichi d’images de Christine de Pisan aux moyens multimédias actuels.

Il serait également intéressant d’examiner du point de vue urbain le travail des autrices, diaristes, éducatrices et épistolières parce que cette perspective urbaine pourrait enrichir nos connaissances de leurs œuvres. Les lieux de production, d’édition le cas échéant, ou encore de diffusion méritent d’être considérés pour mieux comprendre la genèse et l’influence des œuvres. On pourra aussi se demander dans quelle mesure les sujets et les formes choisies sont inspirés par les villes et la vie qui s’y développe. L’étude des lieux urbains mentionnés dans les œuvres et le cas échéant leur représentation ou encore leur signification est également un vaste champ des recherches.

Nous vous invitons donc à réfléchir sur la relation multidimensionnelle entre les femmes et les villes, notamment en présentant la ville sous l’angle de l’activité et de la créativité féminines. La ville étant comprise comme un espace physique, mais aussi comme une collectivité et une
communauté. Cet aspect est crucial pour tenter de comprendre les dynamiques inhérentes à la culture et l’environnement urbains et la manière dont ces dynamiques influencent le processus de la création. Une approche transdisciplinaire sera donc privilégiée. Le recours aux outils anciens et récents des études historiques, culturelles et littéraires permettra de situer notre réflexion dans un contexte social, institutionnel, politique, idéologique, économique et culturel.

Quelques axes sont proposés, mais toute autre piste peut s’avérer prometteuse :

  • la ville comme objet de description et de réflexion des autrices ;
  • le rôle de l’environnement urbain dans l’activité créative des femmes ;
  • les valeurs inhérentes au monde urbain et leurs échos dans l’activité créatrice des femmes également en relation avec les valeurs du monde rural ;
  • les difficultés rencontrées par les chercheurs et chercheuses qui traitent du rôle de la ville dans les œuvres des femmes des siècles passés ou du rôle des femmes dans l’espace urbain ;
  • les similitudes et les différences selon la ville étudiée, ainsi que les évolutions morales, idéologiques et sociales qui se sont répercutées de manière significative sur la place et le rôle des femmes en tant que co-autrices de la vie urbaine ;
  • la ville comme espace d’expression de la créativité des femmes.

Informations pratiques

Notez que le colloque se tiendra en présentiel, le comité d’organisation ne garantit pas la possibilité d’une participation par visioconférence. La première langue de la conférence sera le français, mais les communications en anglais seront également acceptées. La participation aux frais de l’organisation du colloque s’élèvera à 70 euros, les frais de voyage et de logement ne sont pas couverts par les organisateurs. Les détails concernant le paiement seront envoyés uniquement après l’acceptation de la proposition.

Nous vous invitons à envoyer vos propositions de communications (votre affiliation, titre ainsi qu’un bref résumé en français ou en anglais, 500 caractères maximum) assorties de quelques lignes de bio-bibliographie, à l’adresse citedesdames@wn.uw.edu.pl avant le 30 avril 2022.

Le comité d’organisation enverra une réponse au cours du mois de mai 2022.

Une publication est prévue qui couronnera notre effort collectif. Les détails seront communiqués aux participants en juin-juillet 2022. Les consignes aux auteurs concernant la typographie, la mise en page, la bibliographie et les notes seront également envoyées à ce moment-là. Les articles doivent être soumis dans leur intégralité, accompagnés de tous les documents complémentaires requis fin novembre 2022 au plus tard.

Calendrier récapitulatif

  • Fin avril 2022 : Date limite de l’envoi de la proposition
  • Mai 2022 : Réponse du comité d’organisation
  • Juin-juillet 2022 : Information sur la publication et diffusion des consignes typographiques et bibliographiques
  • 2-3 septembre 2022 : Colloque à Varsovie, rue Dobra 55
  • Fin novembre : Date limite de la remise des articles par les auteurs

Équipe d’organisation

  • Monika Kulesza, mmkulesz@uw.edu.pl
  • Marta Wojtkowska-Maksymik, m.wojtkowska-maksymik@uw.edu.pl
  • Dariusz Krawczyk, dariusz.krawczyk@uw.edu.pl

Cet appel en PDF…