À propos

Le projet Cité des Dames, créatrices dans la cité 

Développé dans le cadre de l’I-Site FUTURE consacré aux villes de demain, ce projet Impulsion vise à faire mieux apparaître la contribution des femmes à la construction de la culture commune en montrant la présence des lieux urbains dans les œuvres et la présence des créatrices dans les lieux urbains. La réflexion sur la place des femmes dans l’espace urbain est aujourd’hui une préoccupation partagée par les scientifiques, par les personnes en charge des politiques publiques et par les acteurs et actrices de la cité. Elle s’inscrit dans un mouvement de recherche de solutions pour une construction paritaire des sociétés. Dans ce mouvement, la question de la place des femmes dans la culture et dans les savoirs n’est pas secondaire. Le projet s’inscrit dans un mouvement de valorisation du matrimoine dans les villes d’aujourd’hui, porté par la société civile représentée par des associations. Il s’agit de faire reconnaître les lieux de création et de diffusion de la création en les rendant lisibles. Il s’appuie sur les lieux de mémoire constitués par les textes pour faire vivre une réalité augmentée par la culture passée et présente, grâce aux réseaux développés grâce aux outils numériques. Il met en oeuvre une recherche académique pluridisciplinaire sur des couples villes/créatrices autour des questions suivantes :

  • les villes, lieux de création artistique et leur effet transformant
  • les villes, lieux d’action politique des créatrices et des pionnières
  • les villes, lieux de conservation et de mémoire
  • les villes, lieux de diffusion des créations et d’édition des textes
  • les représentations des lieux urbains dans les oeuvres de femmes, ce qu’elles disent des rapports des femmes avec les villes à travers l’espace et le temps

Il fait suite à trois projets menés par les porteurs Caroline Trotot et Philippe Gambette, travaillant sur la visibilité des créatrices :

Le projet Cité des Dames, créatrices dans la cité centre la question de la visibilité des créatrices sur la dimension urbaine.

Il réunit des chercheurs et chercheuses appartenant à différentes disciplines : informatique (fouille textuelle et visualisation), littérature française, francophone et anglophone, histoire, civilisation des aires anglophone, anthropologie et architecture. Ces chercheurs et chercheuses appartiennent aux établissements partenaires de l’ISITE-FUTURE (principalement Université Paris-Est Marne-la-Vallée, école d’architecture ville et territoire, Institut Géographique National ), à d’autres établissement d’enseignement supérieur français et à des Universités étrangères partenaires (principalement Université de Californie du Sud à Los Angeles, Université de Pennsylvanie, Université du Québec à Rimouski). La dimension internationale permet de confronter des regards différents sur ces objets et de bénéficier notamment des recherches anglo-saxonnes pionnières dans le domaine.

Il est soutenu par des structures partenaires : Le deuxième texte, éditions des femmes-Antoinette Fouque,  la Société Internationale d’Études des Femmes d’Ancien Régime, l’association Double Change.

Afin de répondre à un défi qui concerne la recherche et la société différentes actions sont prévues  : 

  • Constituer une bibliothèque numérique en open source et en XML-TEI de textes de femmes aujourd’hui peu accessibles,  la valoriser et en créer des traces physiques et numériques en explorant les lieux urbains qu’ils évoquent, dans lesquels ils ont été produits ou dans lesquels ils sont conservés aujourd’hui ou encore qu’ils inspirent. 
  • Travailler au développement des outils de fouille textuelle et de visualisation grâce à une réflexion pluridisciplinaire, et à l’interopérabilité avec données ouvertes et systèmes d’information géographiques.
  • Des actions de recherche académique sur les créatrices et les lieux urbains donnant lieu à manifestations scientifiques et publications académiques.
  • Des invitations de créatrices
  • De réaliser des promenades réelles et virtuelles du matrimoine des lieux urbains, associant les étudiants et étudiantes.

Plusieurs terrains sont identifiés au départ en fonction de spécialités présentes dans le collectif :

  • Villes et réseaux urbains des Marguerite de Navarre du XVIe siècle
  • Les créatrices dans la ville de Belfast pendant et après le conflit  
  • Washington et les suffragistes hier et aujourd’hui
  • Les poètes américaines contemporaines et les villes

Des manuscrits de Christine de Pizan à la réalité augmentée

La Cité des Dames est le titre d’une œuvre majeure de la littérature française écrite par Christine de Pisan au XVe siècle. Philosophe et polygraphe, élevée dans les cercles du pouvoir, en butte à l’exclusion en raison de son sexe, Christine de Pisan a construit à travers son livre la cité des femmes remarquables pourtant invisibilisées dans les cités réelles. Significativement, son œuvre est peu éditée et méconnue. Elle témoigne de la nécessité de faire réapparaître les créations féminines et leurs autrices dans l’édifice du savoir. Les femmes qui y apparaissent sont aussi bien des artistes, des héroïnes que des femmes politiques, marquant ainsi l’unité de l’attitude créative, inventive, réformatrice, révolutionnaire ou résistante. En ce sens, l’accès des femmes à la création artistique est un acte politique, d’existence dans la cité et non un domaine secondaire concernant la production esthétique. Leur exclusion passée des institutions, reposant autrefois sur un arsenal juridique, n’a pas fini de se prolonger de fait dans les institutions actuelles, comme le montrent divers indicateurs, par exemple celui de la sous-représentation des femmes dramaturges jouées dans les spectacles vivants ou celui de la répartition femmes/hommes des directions de lieux culturels. La dissociation de la question de la place symbolique et culturelle de celle de la place des femmes dans les espaces concrets de la culture serait une erreur. La place réelle ne peut se penser et se conquérir sans des lieux pour projeter ses créations et les livrer à la reconnaissance partagée. À l’aube des temps modernes, Christine de Pizan nous montre la voie en construisant, à travers le livre manuscrit illustré, une ville symbolique. Et les magnifiques enluminures qui accompagnent les manuscrits de la Cité des dames, nous montrent l’autrice, truelle à la main, édifiant les véritables murailles d’une ville.

Les révolutions successives de l’imprimerie et des humanités numériques nous offrent de nouvelles possibilités de valorisation. Nous disposons aujourd’hui de moyens numériques permettant de donner accès aux créations littéraires ou artistiques, ainsi qu’à l’information qui permet de les apprécier. L’encodage des textes en en XML-TEI permet d’y effectuer des recherches automatisées grâce aux outils de traitement des langues comme Unitex/GramLab, ou de les explorer avec des outils de textométrie ou de visualisation de données textuelles comme TXM et TreeCloud, en ciblant finement les parties du texte choisies (corps du texte, titres, notes, etc.). Ainsi le repérage des noms de villes dans les textes, éventuellement facilité par le recours au web des données (data.bnf, Wikidata) ou aux données ouvertes (base adressse nationale), et suivi d’une géolocalisation pour obtenir leurs coordonnées GPS permet de relier les textes à des informations géographiques pour faire apparaître les villes réelles dans lesquelles les femmes ont créé ou qu’elles ont utilisées pour fabriquer leurs créations. Il s’agit donc de créer une bibliothèque d’archives numériques comprenant des textes de femmes pour faciliter l’accès à ces textes et de les relier à des informations sur les espaces urbains qu’ils mobilisent. On utilise la cartographie et l’association avec les documents iconographiques ou textuels qui permettent de représenter les espaces urbains et leurs transformations. Ce travail permettra de créer des promenades virtuelles et réelles pour faire revivre les créations dans les villes d’aujourd’hui augmentées d’un matrimoine culturel. Une cité des femmes numérique permettra de lire la place des femmes dans les espaces urbains, de faire apparaître des réseaux d’hier à aujourd’hui. Le travail effectué nourrit une réflexion scientifique sur les humanités numériques (perfectionnement des outils, effet des interactions entre l’informatique, l’histoire culturelle et l’herméneutique.) L’association des spécialistes d’informatique et de shs permet un questionnement transdisciplinaire sur les enjeux de la construction des données et de leur visualisation. Elle interroge la construction des savoirs disciplinaires qui constituent les champs de domination desquels les femmes ont été exclues. L’association permet des avancées concrètes dans une démarche méta-cognitive. 

Représentation et reconnaissance

La question de la visibilité, des savoirs et des créations a été plusieurs fois investie. Le genre féminin connaît des assignations spécifiques dans l’ordre du visible, avec des injonctions contradictoires d’hyper-visibilité d’une beauté hyperbolisée et de dissimulation pudique des corps comme des pensées. Le rapport des femmes aux savoirs est profondément lié à cette histoire qui les invite à cultiver une excellence dont leur accession aux diplômes fait preuve aujourd’hui et à censurer l’effet de ces savoirs sur le monde extérieur. Cette question trouve une nouvelle acuité avec la révolution numérique. Le numérique rend visible, au prix de transformations et d’adaptations, sur lesquelles il est important de s’interroger, à l’heure où l’on souhaite que tout espace réel soit doublé d’un espace numérique, notamment dans le domaine de la « nouvelle économie de la connaissance ». Co-construite, augmentée, la connaissance à travers les outils numériques ouvre le champ d’un renouvellement des savoirs et d’une transformation de la représentation de la réalité qui apparaît comme une chance pour diffuser une culture de l’égalité. On sait qu’elle peut tout aussi bien nourrir des stéréotypes et que le monde numérique apparaît comme un nouveau champ de pouvoir dans lequel se joue aussi la bataille de la présence et de la visibilité des femmes dans la ville connectée. Développer le matrimoine numérique contribue à changer les représentations, en construisant de nouvelles pratiques de la ville qui révèlent la part des créatrices dans l’histoire de la cité. 

Les travaux menés dans les précédents programmes nous ont appris l’importance de la visualisation dans la pérennisation du processus de reconnaissance. Mais ils nous ont aussi permis d’analyser la complexité des images et la nécessité de les accompagner de discours qui, au sens propre, les expliquent, en déplient les ambiguïtés, en explicitent les questions sous-jacentes. Le travail de Caroline Trotot et de Philippe Gambette s’enracine ainsi dans un dialogue autour des effets de visualisation numérique qui s’est développé dans un Programme Exploratoire financé par Paris-Est et le CNRS autour de l’extraction, la classification et la visualisation des données textuelles (https://eclavit.hypotheses.org/ ) réunissant d’autres informaticiennes et informaticiens de Paris-Est. Loin d’être univoques, ces effets produisent aussi des illusions et il importe de lire la transcription numérique dans un rapport d’interaction avec le document initial. La question de la représentation et de ses effets sur la connaissance fonde à la fois nos pratiques et notre réflexion épistémologique. Le projet proposé ajoute à l’interaction texte/visualisation, l’interaction avec les lieux urbains réels et la culture matérielle. 

Des femmes et des villes 

Le projet actuel propose d’explorer les apports potentiels d’une étude des lieux urbains réels et de leur représentation en postulant que l’espace réel est modelé par les fabriques intellectuelles et imaginatives inscrites dans le temps de la mémoire et de la projection vers l’avenir. Il propose de travailler l’interaction de représentations culturelles et des pratiques de l’espace urbain, en se centrant sur les productions des créatrices elles-mêmes. Cet angle spécifique qui restitue et resitue le point de vue des créatrices et des pionnières dans la ville est original. Si les femmes ont largement contribué à l’urbanisme, à l’évolution des modes de vie désignée par l’urbanité et à la politique, leur rôle est souvent minoré. La ville apparaît aujourd’hui comme “faite par et pour les hommes” selon Y. Raibaud [2015]. En France, le manque de représentation des femmes est particulièrement peu questionné en littérature française et Y. Raibaud rappelle l’importance d’un imaginaire littéraire misogyne de la ville perçue comme une femme.  Les créations littéraires féminines sont ainsi souvent réduites au rang de document et appellent des analyses neuves comme le demandait Christine Planté dans son ouvrage fondateur La petite soeur de Balzac [Planté 2015].  Sur les différents terrains privilégiés, des recherches restent à construire et la variété des situations permet de faire réapparaître des figures singulières de créatrices en refondant la valeur de chaque œuvre, dans ce qu’elle a d’irremplaçable. En littérature française par exemple, l’identification du rôle des villes dans les créations des Marguerite de Navarre et du rôle des reines dans les villes est un vaste champ qui s’inscrit dans le champ du renouvellement des études consacrées à la première Marguerite, dont rend compte la création récente de la société Marguerite de Navarre et le travail sur les réseaux de la reine. Un travail comparable est initié depuis longtemps par Éliane Viennot à propos de la seconde des Marguerite de Navarre dont le rôle de bâtisseuse et de figure intellectuelle à Paris au début du XVIIe siècle reste encore méconnu. Depuis la Renaissance, de nombreuses écrivaines ont œuvré à Paris  et à Lyon  et méritent d’être mieux étudiées et resituées. L’exposition du château de Chantilly « Le cabinet des Livres au féminin » organisée du 1er juin au 6 octobre 2019  montre la fécondité d’un inventaire des lieux de conservation des livres écrits par des femmes ou possédés par elles.

Dans les études américaines, l’historiographie sur les mouvements pour le droit de vote des femmes aux États-Unis a souligné l’appropriation par les suffragistes des espaces publics de plein air où leur présence ne va pas de soi, afin de rendre visible leur combat politique, et leurs stratégies pour s’inscrire dans l’espace urbain transformé par le développement de la société de consommation. Plusieurs historiens et historiennes ont étudié les spectacles historiques ou « pageants », les défilés suffragistes [Borda 2002], ainsi que les relations entre le théâtre et le mouvement suffragiste, en se focalisant sur les stratégies rhétoriques et politiques, ou sur les représentations de la femme. Cependant, il n’y a pas encore eu de véritable analyse des cérémonies suffragistes ni de la politique de mémorialisation après l’obtention du droit de vote alors qu’elle transforme par exemple la ville de Washington. Par ailleurs, des poétesses américaines contemporaines, comme Susan Howe, Marcella Durand, Jennifer Scappetone, Rachel Levitsky, Tonia Foster, Stacy Szymaszek, Ann Lauterbach or Cole Swensen, proposent de nouvelles places pour les femmes dans les villes et invitent à une relecture de l’espace urbain à travers des villes privilégiées comme New York et Paris. L’étude de la poésie permet non seulement d’accéder à des perceptions singulières de l’espace urbain mais encore de reconnaître “the interwoven aspects of language and place that form the contemporary city”.  Plus généralement, le projet permet d’écrire une nouvelle histoire de la littérature américaine, innovante et radicale, pour faire une place aux femmes dans la cité, à travers l’eploration de ce qu’on peut appeler un urbanisme féministe inspiré du féminisme urbain.

Dans le domaine des études irlandaises, la reconnaissance du rôle des créatrices dans la ville de Belfast pendant et après le conflit, à travers leur pratique théâtrale [Foley 2003] et les inscriptions artistiques dans l’architecture urbaines [Alfaro-Hamayon, 2011] est un champ en évolution récente. Cette initiative fait écho à la récente valorisation du matrimoine à Belfast soutenue par la municipalité, illustrée par la pose à l’intérieur de la mairie  d’un vitrail célébrant la lutte des ouvrières du textile lors de la grève de 1911.

La promenade est la forme concrète qui permet de parcourir les villes en faisant exister dans les espaces actuels, leurs formes disparues, les idées et les créations auxquelles ils ont donné lieu. Elle permet d’associer les étudiants et les étudiantes à la conception de parcours réels et numériques qui s’adressent au public. Une meilleure connaissance du passé est pour cela nécessaire et elle repose sur des recherches académiques spécialisées sur les terrains de littérature et de civilisation des chercheurs et des chercheuses impliqués. Elles serviront aussi à nourrir la recherche iconographique et cartographique qui implémentera de visualisations aidant à la connaissance et à la mémorisation le site du carnet de recherches étant conçu comme un lieu pour les femmes dans l’histoire. 

Nous pourrons au fil du projet mieux cerner, dans le prisme du genre, ce que les textes rendent visibles des villes dans leur rapport à la création, ce que les lieux réels rendent compréhensibles des textes, ce que les moyens informatiques rendent visible et lisible des textes et des villes. Ces recherches ont pour ambition de mettre au jour une partie du palimpseste des villes et de restituer les réseaux synchroniques et diachroniques dans lesquels elles prennent sens. Elles explorent ainsi le rapport métaphorique des villes et des textes, conçu comme une interaction productive de sens. Le croisement des cultures pluridisciplinaires invite à considérer la ville comme texte grâce à la présence des textes sur la ville et dans la ville, et à faire émerger une représentation nouvelle d’une ville conçue avec les femmes. 

Références

[Alfaro-Hamayon, 2011] Alfaro-Hamayon Hélène, « Transforming the City: the Stakes of ‘Cultural and Artistic landscaping’ in Post-Conflict Belfast”, in Marie Mianowski, Irish Contemporary Landscapes in Literature and the Arts, Palgrave MacMillan, December 2011, 271-288.

[Borda 2002] Jennifer L. Borda , « The woman suffrage parades of 1910–1913: Possibilities and limitations of an early feminist rhetorical strategy“, Western Journal of Communication, 66:1 (2002), p. 25-52.

[Foley 2003] Imelda Foley, The Girls in the Big Picture, Belfast: The Blackstaff Press, 2003

[Planté 2015] Christine Planté, La petite soeur de Balzac, essai sur la femme auteur, nouvelle édition révisée, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2015 [1989].

[Raibaud 2015} Yves Raibaud,  La ville faite par et pour les hommes, Belin, éd. égale à égal, 2015.

À propos de ce carnet

  • Directrice de rédaction : Caroline Trotot
  • Contributions : Carmen Husti, Philippe Gambette