Séminaire « Yourcenar recréatrice de la cité : des villes aux jardins »

Le mardi 30 novembre 2021 de 15h à 17h30, dans le bâtiment Copernic de l’université Gustave Eiffel (salle 3B072), Marie Raulier et Palmyre de La Touanne animeront un séance intitulée « Yourcenar recréatrice de la cité : des villes aux jardins » dans le cadre du projet de recherche Cité des dames, créatrices dans la cité.

Cette séance pourra aussi être suivie sur Zoom à l’adresse https://univ-eiffel.zoom.us/j/88434965853 (mot de passe : B45ghLnt).

« Marguerite Yourcenar, une femme dans la cité », Béatrice Mousli (professeure, Université de Californie du Sud)

L’espace de la ville dans l’œuvre et la vie de Marguerite Yourcenar est aussi le lieu du politique. Dans l’œuvre romanesque, c’est la Rome d’Hadrien, celle du Denier du rêve, où fascistes et révolutionnaires se côtoient, c’est aussi l’anonymat de Vienne où Alexis explore son identité. Mais la ville, qui permet dans le roman l’expression d’un soi politique et social, est, dans la vie, dans la biographie de l’écrivain le locus d’un enfermement. Au quotidien, c’est aux marges qu’elle crée, qu’elle s’engage, citoyenne d’une polis hors les murs.

Pause

« Des villes sans mémoire : Yourcenar, écrivaine et historienne critique de l’espace urbain », Palmyre de La Touanne (doctorante, Sorbonne Université)

L’œuvre de Yourcenar est traversée par une écriture de la ville qui, au fil des textes, s’élabore peu à peu comme un véritable discours critique de l’espace urbain, depuis les Mémoires d’Hadrien jusqu’au dernier tome de la trilogie Le Labyrinthe du monde. En arpentant les villes d’Europe, d’Amérique et d’Asie, Yourcenar recrée avec érudition la mémoire des constructions urbaines où elle place ses personnages. Tout en se faisant l’interprète des traces laissées par l’Histoire dans ces lieux, elle se fait aussi la mémorialiste de villes oublieuses, dont elle dénonce souvent la violence qui les fonde et la disparition des liens entre les hommes et les femmes qui les habitent. Écrire les mémoires des villes consiste alors à mettre au jour les traces qui, de Rome à Bruxelles en passant par Paris et Lille, sont les marques tangibles d’une destruction de l’environnement.

« “Protégé du temps” : le jardin clos de Marguerite Yourcenar », Marie Raulier (doctorante, Université McGill)

Pas de ville sans jardin : lieu de ressourcement au sein de la ville moderne corrompue et corruptrice, le jardin nourrit l’œuvre yourcenarienne. C’est plus précisément le motif du jardin clos, enclave dans la ville, qui traverse ses écrits de fiction et ses essais, qu’il soit zen comme dans Le tour de la prison, monastique dans L’œuvre au noir ou qu’il se manifeste sous une forme insulaire comme dans Un homme obscur. Dans ces jardins, la clôture permet paradoxalement l’ouverture au monde naturel et l’ouverture à soi. Chez Yourcenar, la maxime voltairienne du « cultiver son jardin » s’interprète comme une métaphore de l’écriture, et se pratique comme une solution universelle, proposée afin de contrebalancer les effets du temps.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.