La tragédie Tomyris de Marie-Anne Barbier en livre numérique

Dans le cadre de son module sur le théâtre classique à l’université Gustave-Eiffel, Suzanne Duval a proposé à ses deuxièmes années de licence de lettres modernes de contribuer à la mise en ligne sur Wikisource de la tragédie Tomyris de Marie-Anne Barbier. Cette pièce était absente d’anthologies précédemment publiées d’une part par Perry Gethner en 1993, d’autre part sous la direction d’Aurore Évain, Perry Gethner et Henriette Goldwyn en 2011, qui contenaient d’autres œuvres de Marie-Anne Barbier : Arrie et Pétus et Le Faucon.

Nous n’avons pas travaillé sur la première édition, de 1707, de cette pièce créée à la Comédie-Française le 23 novembre 1706. Nous avons opté pour l’édition de 1745 chez Briasson du Théâtre de Mademoiselle Barbier, tout comme Volker Schröder dans son édition de 2005 avec Alicia Montoya de la pièce Cornélie, mère des Gracques, de la même autrice. La version scannée tirée de Gallica avait déjà été chargée sur Wikisource en 2018 par l’association Le deuxième texte pour mettre en ligne La Mort de César, à l’occasion de la septième édition du Festival International des Écrits de Femmes, dédiée aux femmes dramaturges.

Précisons que l’exemplaire numérisé sur Gallica présente des annotations corrigeant quelques vers fautifs, contrairement aux deux exemplaires scannés de la même édition sur Google Books, qui nous ont toutefois aidé à lever le doute sur certains caractères peu lisibles dans la version Gallica.

Il était proposé à chaque étudiant ou étudiante de travailler sur deux pages de la pièce pour obtenir un bonus sur la note finale du module. Un diaporama et une vidéo de présentation de Wikisource et du travail nécessaire pour la correction des coquilles et la mise en forme des pages scannées ont été mis à leur disposition pour les guider, deux semaines environ avant une séance de travaux pratiques en vidéoconférence destinée à répondre aux éventuelles questions sur les difficultés rencontrées. En complément, un tutoriel a également été rédigé par Suzanne Duval et Philippe Gambette. Ces supports sont diffusés sous une licence libre qui permet leur réutilisation si vous voulez aussi lancer un projet pédagogique utilisant Wikisource. D’autres projets pédagogiques utilisant Wikisource avaient déjà été lancés à l’université Gustave Eiffel, ainsi qu’à l’université Paris-Diderot par Olivier Ritz à l’automne 2017.

Le matin de la séance de travaux pratiques, plus de 40% des pages de la pièce avaient été relues une première fois et une vidéo complémentaire a permis de répondre aux questions posées lors de cette étape. Seules quatre étudiantes ont participé à cette session mais moins d’une semaine plus tard, grâce à l’implication de douze étudiantes au total, l’intégralité de la pièce était relue.

Nombre de premières relectures de pages de Tomyris par contributrice

Merci donc à MOcéane, Arieilie, Juliewikip, Linckin, Weeklyne, Marine.cld.pgt, Ma36b, A.V.Rubis, Ddchloe, Jeanne missiaen, MiaBaggins et Issa Baumgertner d’avoir œuvré pour cette création d’une version électronique de Tomyris, désormais téléchargeable aux formats ePub, MOBI et PDF.

Pour le moment, la version en orthographe modernisée disponible depuis cette page n’a pas encore été entièrement relue, cette étape étant plus compliquée à réaliser de manière collaborative, mais cette vérification sera faite pendant l’été. Un grand merci tout particulièrement à MOcéane, qui non seulement a fait la première relecture de 13 pages de Tomyris, mais qui en plus a assuré la seconde relecture d’une quinzaine de pages supplémentaires de l’œuvre et qui a poursuivi ses relectures avec la pièce Les Amazones d’Anne-Marie du Bocage, en fournissant un travail de grande qualité !

Marie-Anne Barbier et ses villes

Marie-Anne Barbier est née à Orléans. Comme nous l’explique Alicia Montoya, spécialiste de la dramaturge, dans sa présentation de la pièce Cornélie, mère des Gracques disponible en ligne, « nous ne connaîtrons sans doute jamais, suite à la dispariton de l’état civil d’Orléans, la date exacte de naissance de Marie-Anne Barbier ». Toutefois les registres de la paroisse de Sainte-Catherine numérisés par la ville d’Orléans ont gardé la trace du baptême de Marie-Anne Barbier le 21 janvier 1664.

Archives municipales et métropolitaines d’Orléans, registres paroissiaux de la paroisse Ste-Catherine, GG92, page 4.

On connaît peu de choses sur les liens entre Marie-Anne Barbier et sa ville natale après son départ pour Paris. Comme signalé par Alicia Montoya dans Marie-Anne Barbier et la tragédie post-classique, elle y assistera à une représentation de sa tragédie Cornélie, mère des Gracques. Nous n’avons pas trouvé trace d’hommages rendus à la dramaturge dans cette ville, notamment dans les noms de lieux : son baptême n’avait pas été signalé dans l’interface collaborative d’annotation des registres paroissiaux alors que ceux de trois de ses frères y sont indiqués… C’est désormais chose faite. Le fonds ancien des médiathèques d’Orléans contient quant à lui sept exemplaires d’ouvrages de Marie-Anne Barbier, mais on trouve peu de détails à leur sujet dans le catalogue en ligne.

Les traces de l’activité de dramaturge de Marie-Anne Barbier à Paris, où l’on suppose qu’elle est décédée, probablement en 1745, sont tout aussi discrètes. Pourtant, elle est considérée, avec Catherine Bernard, comme « une des premières dramaturges professionnelles en France », par Agathe Sanjuan, conservatrice-archiviste de la bibliothèque-musée de la Comédie-Française. C’est dans ce lieu de mémoire de la Comédie-Française que l’on peut trouver, dans le dossier dédié à la dramaturge, la quittance pour « la somme de cent vingt livres pour reste et entier payement de ce qui m’appartient comme autheur de la tragedie de Cornelie que la troupe a Representée l’hyver dernier », signée par l’autrice, reproduite dans l’édition de 2005 de la pièce.

Signature de Marie-Anne Barbier sur un billet rédigé par Le Comte, sociétaire et trésorier de la Comédie-Française, le 20 novembre 1703, conservé à la Bibliothèque-Musée de la Comédie-Française


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.