Mise en ligne des registres des finances de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre, de Jehan Frotté

Le projet de mise en ligne des registres des finances de Jehan Frotté sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes (BVH) date de 2008. Il a resurgi en 2018 au moment du colloque sur Marguerite d’Angoulême organisé par Stéphan Geonget, Anne Boutet, Louise Daubigny et Marie-Bénédicte Le Hir. En 2022, il s’est concrétisé grâce à la collaboration entre l’université de Tours et l’université Gustave Eiffel et a fait l’objet d’une convention entre les deux établissements. Au préalable, Nicole Dufournaud avait établi le prototype pour les BVH entre 2008 et 2010 en transcrivant quelques feuillets ; elle avait présenté ses premières analyses lors du colloque de 2018 ; elle a continué ce travail dans le cadre du projet « Cité des Dames : créatrices dans la cité » de l’université Gustave Eiffel.

Le fonds Frotté du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) à l’université de Tours se compose de trois registres des finances, de trois lettres et d’un acte notarié, le contrat de mariage de Jehan Frotté avec Jehanne Le Coustelier ; il a été numérisé par le CESR en 2008 après accord avec la famille de Frotté. Seuls les trois registres des finances sont en ligne sur le site des BVH depuis juillet 2023. Le premier concerne les comptes de septembre 1540 à mars 1544 et de mars 1549 à août 1549 et comprend 76 feuillets ; le deuxième compense la lacune du premier, d’avril 1544 à février 1549 et comprend 112 feuillets. Le troisième est une version préparatoire pour les comptes de septembre 1540 à janvier 1544 et comprend 93 feuillets dont beaucoup sont vierges ; il contient également le registre des ordonnances et des lettres missives, par exemple : Le xxiiiime jour de febvrier l’an mil cinq cens quarente en la ville de Tours depesche les partyes faictes par maistre Jehan gauchery pour ung lict quil a faict faire a Paris pour la royne de Navarre adressantes au tresorier et recepveur de Berry pour payer des deniers de sa recepte qu’il tient en ses mains et que desia il a payez par commandement dudict Gauchery (folio 78). Les deux premiers registres font l’objet d’une mise en ligne des textes encodés en XML/TEI en janvier 2024.

Transcription et encodage des deux premiers registres

Mathieu Duboc (CodeX) et Nicole Dufournaud (Université Gustave Eiffel) se sont partagé le travail de transcription et d’encodage. Mathieu Duboc a encodé la transcription du premier registre établie par Nicole Dufournaud et inversement pour le second, en se contrôlant mutuellement. La transcription respecte les normes éditoriales pour les textes du XVIe siècle :

  • sont ajoutés :
    • les numéros de page manquants entre crochets ;
    • les apostrophes ;
  • ne sont pas ajoutés :
    • hormis sur le premier mot, les majuscules ;
    • la ponctuation ;
    • les accents à l’exception de l’accent aigu en fin de mot ;
  • les abréviations graphiques ou « brévigraphes » sont développées selon les normes habituelles et seules « sr » et « me » ont été laissées abrégées ;
  • la césure des mots en fin de ligne respecte l’original en gardant les lignes du texte original.

À partir des transcriptions, Mathieu Duboc et Nicole Dufournaud ont encodé les textes en se recommandant du consortium TEI et du Manuel d’encodage XML-TEI Renaissance et temps modernes (imprimés et manuscrits). Un premier encodage sémantique a été effectué sur les entités nommées les plus connues :

  • les lieux sont alignés avec le référentiel GeoNames ; la typologie des BVH est reprise : ville, pays et région ;
  • les noms de personnes utilisent les référentiels IdRef, Wikidata ou VIAF ; la typologie est choisie : noblesse, marchandise-artisanat, office et religion.

Enfin, les dates sont régularisées.

[Mise à jour du 11/04/2024 :] Ces annotations sémantiques permettent de générer automatiquement, avec l’application web XML-TEI Wikidata Geocoder, une carte interactive des lieux mentionnés ainsi qu’une galerie de portraits des personnes mentionnées dans le texte.

Analyse succincte des textes transcrits et encodés

Anonyme, Portrait de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre (musée Condé, château de Chantilly)

L’étude du registre de Jehan Frotté montre un effort certain de structuration. À gauche, en marge, apparaît souvent le type de la dépêche : par exemple mandement, bail de garde ; également est cité le lieu : Alençon, Perche, Berry, Vernueil , Baugé, Belesme, Armagnac, Creil, Argentan, etc. Les terres d’où proviennent les revenus de la reine Marguerite et où elle exerce ses droits, sont ici nommées. Le registre ne semble pas être tenu à jour quotidiennement : la preuve en est que des blancs sont laissés sur les noms et les lieux.

Des noms célèbres sont couchés dans le registre, Bonaventure Des Périers, Claude Gouffier, le duc de Saxe (Maurice ?), Guillaume duc de Clèves, ainsi que des évêques. D’autres noms moins célèbres sont à deviner en raison de la graphie : par exemple, la reine participe aux frais d’études de médecine d’un certain René Bertet. Tels des cercles concentriques, se dessine peu à peu l’entourage de la reine : au plus proche, ses serviteurs domestiques, l’entourage noble, puis ses vassales et vassaux, enfin ses gens composés d’artisans comme les tapissiers. Une liste des gens de métier peut être dressée : l’architecte du roi de Navarre se nomme Sebastiano Serrelio et vient de Bologne en Italie ; son tapissier, décédé, Marin Morel, est nommé avec sa veuve Françoise d’Averton.

À partir des registres, une typologie des dépenses peut être dressée :

  • remboursements à ses vassaux pour les travaux effectués dans des « places »
  • travaux et aménagements :
    • entretien des « prisons et conciergeries » relevant de la justice de Marguerite,
      • construction des moulins, entretien des granges à foin à Argentan,
      • pavement au château de Fontainebleau,
      • entretien du château d’Exmes et du château de Creil avec des aménagements (tapisseries, meubles…),
      • aménagements à Nérac ;
  • commandes à des tapissiers et autres artisans, et à des religieuses pour des tissus en soie ;
  • dons :
    • pour la représentation de ses serviteurs,
    • pour les gens du roi de Navarre,
    • pour l’Hostel dieu de Paris.

Portrait de Jehan Frotté, secrétaire de la reine de Navarre, Marguerite d’Angoulême, sœur du roi de France François Ier

Portrait supposé de Jean de Frotté d’après un émail du XVIe siècle conservé au château de Couterne, reproduit dans le tome XX du Bulletin de la Société historique et archéologique de l’Orne (BnF, Gallica)

Jehan Frotté succède à Victor Brodeau mort en septembre 1540. Déjà serviteur domestique de la reine et intermédiaire avec François Ier depuis plusieurs années, il est nommé en novembre de la même année. Fils de Jacques sieur de Neuvy, maître d’hôtel du connétable Charles de Bourbon, et de Jacquette Seguier, Jehan Frotté devient donc secrétaire des finances de la reine, office anoblissant. Il est chargé des affaires de la reine tant financière que politique ; il reçoit et écrit les dépêches. Sur la base Mérimée du ministère de la Culture, il est qualifié de « poète de cour de Marguerite » : c’était également le cas de Victor Brodeau son prédécesseur. Grand voyageur, il se rend du Béarn à Paris, suivant la cour de château en château. En janvier 1537, à Paris, devant la reine de Navarre, il avait épousé Jehanne Le Coustelier, fille de Guillaume Le Coustelier, maître de requêtes de la reine, et de Guyonne Loret ; le 15 septembre 1542, Guy d’Aligné vend le château de Couterne dans le duché d’Alençon à Jehan Frotté et son épouse, qui le rénoveront peu à peu.

Château de Couterne (Pierre Yves Beaudouin, Wikimedia Commons)

Stéphan Geonget nous a signalé que la nouvelle 28 de l’Heptaméron de Marguerite d’Angoulême, intitulée « Vn ſecrettaire penſoit affiner quelqu’vn qui l’affina, & ce qui en advint », et qui fait un portrait peu flatteur d’un secrétaire de la reine de Navarre, concerne certainement Jehan de Frotté.

Le projet Cité des Dames est heureux de redonner de la visibilité à cette pièce d’archive qui permet de compléter la connaissance qu’on a de cette grande figure féminine du XVIe siècle.

 Nicole Dufournaud


Ce texte est partiellement issu d’un volume d’actes de colloque : Nicole Dufournaud, « Les réseaux de parenté et de service de Marguerite d’Angoulême. Une bonne mestresse à la cour de France » dans Stéphan Geonget et al. (dir.), Le réseau de Marguerite de Navarre, Genève, Librairie Droz, 2022, p. 39‑72.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
citedesdames (14 février 2024). Mise en ligne des registres des finances de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre, de Jehan Frotté. Cité des Dames. Créatrices dans la cité. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vtxv


2 réflexions sur « Mise en ligne des registres des finances de Marguerite d’Angoulême, reine de Navarre, de Jehan Frotté »

  1. Magnifique travail !
    Cependant un bémol: le titre que vous lui donnez:
    “MISE EN LIGNE DES REGISTRES DES FINANCES DE MARGUERITE D’ANGOULEME …” me pose problème…
    Vous laissez croire que le chateau de Couterne appartenait à Marguerite d’Angoulème, et je n’en trouve pas confirmation; il semble au contraire avoir été acheté ou (re)construit par Jehan Frotté… par ailleurs secrétaire de Marguerite d’A. et de François Ier. A moins que vous n’ayez trace de la propriété de Marguerite d’A. sur Couterne, il serait plus fidèle à la réalité historique de compléter le titre … exemples:
    “MISE EN LIGNE DES REGISTRES DES FINANCES du secretaire / au temps DE MARGUERITE D’ANGOULEME”.
    Cordialement

    1. Bonjour, suite à votre commentaire, j’ai relu attentivement le texte qui ne mentionne pas l’appartenance du château de Couterne à Marguerite d’Angoulême. Cependant, votre remarque m’incite à modifier la fin du billet en apportant la précision de la date d’achat du château par Jehan Frotté. Ce sera fait ce jour. Cordialement. Nicole Dufournaud

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.