Membres du cortège de Marguerite de Valois, reine de Navarre, lors de son voyage des Flandres (1577)

La communication « Identifier, représenter, penser les réseaux urbains de l’humanisme autour de Marguerite de Valois : l’exemple du voyage des Flandres (1577) » de Nicole Dufournaud, Philippe Gambette et Caroline Trotot lors du colloque Les femmes dans les réseaux urbains de l’humanisme (1492-1615), à la Bibliothèque Mériadeck à Bordeaux, en juin 2022, a conduit Nicole Dufournaud à s’intéresser à la composition du cortège de Marguerite de Valois pendant son voyage des Flandres en 1577.

Pour citer ce document, aussi téléchargeable au format PDF :

Nicole Dufournaud, « Membres du cortège de Marguerite de Valois, reine de Navarre, lors de son voyage des Flandres (1577) », Cité des dames, créatrices dans la cité [carnet de recherche], 28 septembre 2023. [En ligne] URL : https://citedesdames.hypotheses.org/1741 (consulté le…)

Illustration du billet : Giuseppe Aureli, Margarete von Valois auf der Reise nach Navarra, 1887 (source)


Préambule

Les recherches sur ces personnes ont été menées, pour ceux et celles qui nous étaient peu connues voire inconnues, à partir de Wikipédia, Wikidata et Geneanet, sites qui nous ont fourni leurs sources. À ces premiers résultats, nous avons ajouté les travaux d’Éliane Viennot et ceux de Janine Garrisson puis les nôtres.

Le lectorat trouvera ci-après la liste des abréviations des sources utilisées.

Liste des abréviations :

  • AD 37 : Archives départementales Indre-et-Loire
  • AN : Archives nationales
  • Boucher 1981 : Jacqueline Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Thèse d’histoire, Université Lyon III, Lyon, 1577, 4 vol.
  • Boucher 1986 : Jacqueline Boucher, La cour de Henri III, Rennes, Ouest France, 1986
  • Cour de France : Les membres de la cour de France en ligne sur https://cour-de-france.fr/bases-de-donnees/les-membres-de-la-cour-de-france/?lang=fr 
  • Garrisson : Janine Garrisson, Marguerite de Valois, Paris, Fayard, 1994.
  • Lauzun : Philippe Lauzun, Itinéraire raisonné de Marguerite de Valois en Gascogne : d’après ses livres de comptes (1578-1586), Paris, A. Picard, 1902.
  • Mémoires : Mémoires de Marguerite de Valois en ligne sur https://www.elianeviennot.fr/Marguerite/MgV-Memoires-1575-77.html
  • Renumar : Ressources numériques pour l’édition des Archives de la Renaissance en ligne sur https://renumar.univ-tours.fr 
  • Siefar : Dictionnaire des femmes de l’ancienne France en ligne sur http://siefar.org/dictionnaire/fr/Accueil
  • Viennot 1999 : Marguerite de Valois, Mémoires et autres écrits 1574-1614, édition d’Éliane Viennot, Paris, Honoré Champion, 1999.
  • Viennot 2005  : Éliane Viennot, Marguerite de Valois « La reine Margot », 3e édition., Paris, Perrin, 2005.

Personnes du cortège

Nicolas Allard

Occupation : Tapissier

Maison de la Reine : 1577, 1578, 1579

Nicolas Allard entre dans la maison de la reine en 1577 comme tapissier : il succède à Pierre Buccan décédé. 

« La royne veult ordonne que la somme de xvi ecus tournois soit paiee a la vefve et enfans dudict feu Buccan dessuz nommé jusques a ce qu’ilz soient en aage de pouvoir servir audict estat duquel elle leur a faict don ayant neantmoingt ordonné que ledict Allard fera le service et s’y obligera sans pour ce avoir ny demander lesdicts xvi ecus tournois ni aulcune augmentacion de gaiges. »

Poseur de tapisserie, il fabrique également des malles doublées de toile.

À l’été 1577, il met 26 jours pour faire Paris-Liège-La Fère. En 1584, dans un acte notarié, il est dit contrôleur de la maison de la reine et l’époux de Marie Chausson certainement de la famille Chausson comme Barbe Chausson*. Lors de son mariage, il reçoit un don de la reine.

Sources : AN KK//161 ; AN/KK//162 ; AN KK//164 ; AN/MC/ET/LIV/208 ; Lauzun ; Garrisson, p. 84 et 184 ; M. Raymond, Inventaire Basse-Pyrénées, tome 1, 1863, p. 221.

Anne d’Aquaviva

Titre : Damoiselle d’Atri

Autre nom : Damoiselle d’Astrye, Anne d’Acouavive

Occupation : Dame

Maison de la reine : 1575, 1577, 1578, 1579

Anne d’Aquaviva est la fille de Gian Francesco d’Aquaviva, duc d’Atri du royaume de Naples, et de Camilla Carracioli. Elle est connue pour avoir été maîtresse du roi Charles IX. En 1580, elle épouse le banquier Ludovic Dadiaceto (francisé François-Louis d’Adjacet) (? – 1593) comte de Châteauvillain, mariage célébré en présence du roi à l’hôtel de Guise au cours duquel furent remarquées de magnifiques mascarades organisées en leur honneur. Son époux fut tué en duel le 26 avril 1593.

En 1573, elle fait donation à Hilaire de Gastineau veuve d’Antoine Nepveu, gentilhomme ordinaire de la chambre du duc d’Anjou et de Bourbonnais, des terres et seigneuries de Maillé et de la Grissinière en la paroisse de Guerré.

Anne d’Aquaviva est une habituée du « salon vert », appelé encore le « salon de Dictynne » dans l’hôtel de Dampierre situé au faubourg Saint-Honoré de Claude-Catherine de Clermont, duchesse de Retz qui accueille entre autres la reine.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; AN Châtelet de Paris Y//115, 15 décembre 1573 ; Mémoires, Lauzun ; Viennot 1999 note 246 ; Viennot 2005 p. 126 ; Siefar notice Claude-Catherine de Clermont ; Boucher 1981 p. 391, 392 586, 587 ; Boucher, 1986, p. 103 ; Wikidata

René Aubert

Occupation : Sommier des broches de la cuisine puis sommelier de paneterie.

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579

René Aubert, sommier des broches, est remplacé par Loys Derlu* par lettre signée à Liège le 22 août 1577. Il devient alors sommelier de paneterie.

Il est dédommagé avec Jehan Bonayeude* de la perte de leurs chevaux pendant le voyage dans les Flandres.

« A René Aubert sommier d’office de panneterie et Jehan Bonaieude potaiger de ladicte dame royne de Navarre la somme de trente escuz sol que sa magesté leur a ordonnee Assavoir audict Bonayeude huict escuz sol et audict Aubert vingt deux pour les recompenser de la perte qu’ilz ont eue au voaige faict par ladicte dame aux bains de Spas et pour leur donner moyen de leur remonter de chevaulx actendu que les leur estoient mortz pendant ledict voiage et de laquelle somme entant que besoing seroict ladicte dame leur a faict don par son mandement signé de sa main et contresigné Viard donné au Liege le vingt septiesme jour d’aoust mil cinq cens soixante dix sept… »

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

François Bailleau

Occupation : Joueur de musette et valet de chambre.

Maison de la reine : 1575, 1576, 1577, 1578, 1579

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Jehan Baudrez

Occupation : Chapelain des maîtres d’hôtels

Maison de la reine : 1577, 1579, 1583

Jehan Baudrez est prêtre.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162, AN KK//164 ; Lauzun

Jehan Bazoches

Autre nom : Jehan Bazoches dit de Paris

Occupation : Clerc de la chapelle pour l’entretien des sommiers de la chapelle

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579, 1584

Source : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Remond Bedel

Occupation : Laquais pour les filles damoiselles puis laquais du corps de la reine.

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579

A Compiègne, le 7 juillet 1577, Remond Bedel avec Jacques Geuffroy*, Pierre Mizere*, et Michel Frangeul*, reçoit un don en argent en vue de payer certains frais pendant le voyage des Flandres actandu le peu de gaiges qu’ilz ont.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

François de Bellicourt

Titre : Sr du Bosq

Occupation : maître d’hôtel ordinaire.

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579

En 1569, François de Bellicourt est déjà au service de Marguerite de Valois sœur du roi Charles IX : il est alors écuyer d’écurie avant de devenir son maître d’hôtel ordinaire.

Avec Claude de La Tour dame de Tournon*, François Salviati*, Honoré Le Chantre sr de Saint-Pons, Nicolas Avrillot sr de Champlastreux*, Loys Lecocq, Michel Du Lys, sr du Lys*, Jehan Chouayne* et Loys Hubault*, il est chargé de financer le voyage de la reine dans les Flandres.

Sources : AN KK//161 ; AN //162 ; AN KK//164 ; AN K 1722 ; Lauzun

Charles Bessac

Occupation : Valet de chambre

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579

Sources : AN KK//161 ; AN KK//164 ; Lauzun

Adam Binard

Occupation : Joueur de violon

Adam Binard rejoint le cortège de la reine à partir de Compiègne. Il est accompagné de Bertrand et Loys Binard, certainement de sa parenté. Seul Adam Binard n’intègre pas la maison de la reine.

Sources : AN KK//162 

Bertrand Binard

Joueur de violon

Maison de la reine : 1579

Bertrand Binard rejoint le cortège de la reine à partir de Compiègne. Il est accompagné de Adam et Loys Binard, certainement de sa parenté. Il intègre la maison de la reine en 1579.

Sources : AN KK//162 ; AN KK//164

Loys Binard

Autre nom : Loys Binard dit La Porte

Occupation : Joueur de violon. 

Maison de la reine : 1579

Loys Binard rejoint le cortège de la reine à partir de Compiègne. Il est accompagné de Adam et Bertrand Binard, certainement de sa parenté. Il intègre la maison de la reine en 1579.

Sources : AN KK//162 ; AN KK//164

Jehan Bonayeude

Occupation : Potager

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579

Jehan Bonayeude est dédommagé avec René Aubert* de la perte de leurs chevaux pendant le voyage dans les Flandres.

« A René Aubert sommier d’office de panneterie et Jehan Bonaieude potaiger de ladicte dame royne de Navarre la somme de trente escuz sol que sa magesté leur a ordonnee Assavoir audict Bonayeude huict escuz sol et audict Aubert vingt deux pour les recompenser de la perte qu’ilz ont eue au voaige faict par ladicte dame aux bains de Spas et pour leur donner moyen de leur remonter de chevaulx actendu que les leur estoient mortz pendant ledict voiage et de laquelle somme entant que besoing seroict ladicte dame leur a faict don par son mandement signé de sa main et contresigné Viard donné au Liege le vingt septiesme jour d’aoust mil cinq cens soixante dix sept… »

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Jehan de Boullenoys

Occupation : Trompette

Jehan de Boullenoys rejoint le cortège avec Jehan Jendeau*, Robert Debray* et Loys Conart*, tous trompettes, à partir de Compiègne jusqu’à La Fère, au moins.

Sources : AN KK//162

Robert Bourguignon

Autre nom : Robert de Vignolles

Occupation : Fourrier

Maison de la reine : 1575, 1577, 1578, 1579

Avec Pierre Duchesne*, Robert Bourguignon se porte au-devant du train de la reine pour préparer les logis de la reine à chaque étape du voyage.

« … A Pierre Duchesne mareschal des logis et Robert de Vignolles fourrier de ladicte dame… pour eulx acheminer affin d’aprester les logis du voaige que sa magesté alloict faire aux bains de Spa… »

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Barbe Chausson

Occupation : Femme de chambre

Maison de la reine : 1576, 1577, 1578, 1579, 1583

Sœur de Jehanne, épouse de René Berthe sr de Vaulx (ou du Vau), elle est également parente de Louise, Marie la femme de Nicolas Allard* et de François Chausson, valet de chambre de la reine, mais Barbe est la seule à partir pour les Flandres. Pourtant, elle est enceinte. 

« A Barbe Chausson l’une des femmes de chambre de ladicte dame royne de Navarre la somme de huict cens livres tournois de laquelle sa magesté luy a faict don tant en consideration des services qu’elle faict continuellement a sadicte magesté que pour luy donner moyen de s’aider et survenir en ses couches qu’elle alloict faire en la ville de Paris avec le congé et licence dicelle dame. »

Le 12 août, elle reçoit un don de la reine avant son départ de Liège pour rentrer à Paris accoucher : elle ne sera pas du voyage de retour.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun ; Garrisson p. 21, 69, 279, 282

Gilles Choisnyn

Gilles Choisnyn semble apparenté à François Choisnyn, médecin de la reine. Au retour à La Fère, il est payé pour ses bons et loyaux services sans qu’il soit indiqué à quel titre il participe au voyage des Flandres.

« A Gilles Choisnyn la somme de deux cens quarente livres tournois que ladicte dame luy a ordonnee par son mandement signé de sa main et contresingné Viard donné a La Fere le unziesme jour de septembre mil cinq cens soixante dix sept pour son remboursement de pareille somme qu’il auroict advencee en certains voiages pour le service dicelle dame ainsi qu’il est declarré par ledict mandement suivant lequel ledict present tresorier a payé comptant audict Choisnyn ladicte somme de deux cens quarente livres tournois comme appert par sa quictance signee Desourris notaire et secretaire du roy le quatorziesme jour dudict moys de septembre audict an… »

Source : AN KK//162

Jehan Chouayne (? – 1590)

Titre : Sr des Grands-Champs

Occupation : Contrôleur de l’écurie, conseiller et clerc d’office, contrôleur général de la maison

Maison de la reine : 1575, 1577, 1578, 1579, 1588

Jehan Chouayne est le fils de Hector Chouayne, ancien secrétaire des finances et trésorier général de la maison de la reine, et le frère de Florent Chouayne, secrétaire des finances de 1576 à 1579 au moins. De son mariage avec Catherine Aché dite la Grecque est issue une fille Jehanne décédée à l’âge de neuf ans, trois jours avant son père le 9 décembre 1590.

Avec Claude de La Tour dame de Tournon*, François Salviati*, Honoré Le Chantre sr de Saint-Pons, Nicolas Avrillot sr de Champlastreux, Loys Lecocq, Michel Du Lys, sr du Lys*, François de Bellicourt sr du Bosq* et Loys Hubault*, il est chargé de trouver le financement du voyage de la reine dans les Flandres.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; MC/ET/CXVII 29, 30 juin 1588 ; Lauzun ; Garrisson p. 81 ; Wikidata

Helena Comnena

Autre nom : Madame la Castellane de Milan

Titre : Comtesse de la Lune

Helena Comnema est d’origine grecque. Veuve du castelan de Milan, Joannis de Luna, elle est la fille de Constantin Comnène Araniti et de Francesca Paléologue de Montferrat dite princesse de Macédoine qui fut dame de Christine de Danemark duchesse de Milan par son premier mariage avec François II Sforza, puis duchesse de Lorraine par son second mariage avec François Ier de Lorraine : Christine de Danemark est la belle-mère de Claude de France.

« Christine de Danemark [soutient financièrement]… ceste pauvre madame Castellane de Milan, que nous avons veue à la cour miserablement traisner ses jours, sans les secours de la reyne mere, qui luy faisoit tousjours quelque petit bien. Elle estoit fille de la princesse de Macedoine, et sortie de ceste grande maison. Je l’ay veue une fort honnorable femme, et fort aagée ; elle avoit esté gouvernante de son altesse ; laquelle, sçachant la misere où vivoit ceste pauvre Castellane, l’envoya querir, et la fit venir auprès d’elle, et la traicta si bien qu’elle ne sentit plus la disette qu’elle sentoit en France. » Pierre de Bourdeille, p. 354

Helena Comnema est dame de Catherine de Médicis puis de Louise de Lorraine.

Sources : Mémoires ; Garrisson p.126 ; Viennot 1999 note 245 ; Émile Duvernoy, « La princesse de Macédoine », Annales de l’Est, 1933, p. 281-287 ; Charles Du Fresne Du Cange, Historia Byzantina duplici commentario illustrata: Prior familias … Imperatorum Constantinopol. … complectitur alter descriptionem urbis Constantinopolis, Paris, 1680, p. 198 ; Pierre de Bourdeille, Oeuvres complètes de Pierre de Bourdeille abbé séculier de Brantôme et d’André, vicomte de Bourdeille, par J. A. C. Buchon, Paris, R. Sabe, 1842, tome. 2, quatrième discours, Christine de Danemarc, p. 350-354 ; Wikidata

Loys Conart

Occupation : Trompette

Loys Conart rejoint le cortège avec Jehan Jendeau*, Jehan de Boullenoys* et Robert Debray*, tous trompettes, à partir de Compiègne jusqu’à La Fère, au moins.

Sources : AN KK//162

Nicolas Coquelet

Occupation : Clerc de chapelle

Maison de la reine : 1575, 1577, 1578, 1579 au moins

Entre 1575 et 1579, plusieurs membres de la famille Coquelet appartiennent à la maison de la reine : Nicolas et Jehan sont clercs de chapelle ; Claude et Richard sont aumôniers. Nicolas est le neveu de Henri Le Meignan évêque de Digne*, peut-être par Catherine Le Meignan, la sœur de Henri. Claude et Jehan le sont vraisemblablement.

De la famille Coquelet, seul Nicolas Coquelet participe au voyage des Flandres avec son oncle.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun ; Garrisson p. 81

Jehan Dagan

Autre nom : dit Pacollet

Occupation : Valet de chambre

Maison de la reine : 1575, 1577, 1578, 1579

Jehan Dagan charge et décharge le lit de la reine dans tous les lieux où elle loge entre Paris et Liège puis à son retour jusqu’à La Fère.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Loys Darlu

Occupation : Sommier des broches

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579

Loys Darlu remplace René Aubert* par lettre signée à Liège le 22 août 1577.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//164 ; Lauzun

Robert Debray

Occupation : Trompette

Robert Debray rejoint le cortège avec Jehan Jendeau*, Jehan de Boullenoys* et Loys Conart*, tous trompettes, à partir de Compiègne jusqu’à La Fère, au moins.

Sources : AN KK//162

Jehan Decallon

Occupation : muletier de Claude de La Tour, dame de Tournon*

Sources : AN KK//161

Nicolas Delacroix (? – vers 1588)

Titre : baron de Rupereux

Occupation : maître d’hôtel

Maison de la reine : 1575, 1577, 1578, 1579 au moins

Nicolas Delacroix est le fils de Claude Delacroix et peut-être de Louise de Harlay. Il épouse en premières noces Charlotte de Courtenay et, devenu veuf, en secondes noces Marie de Balham qui intègre la maison de la reine, au moins en 1586. De son premier mariage, est né un fils prénommé Claude qui devient également maître d’hôtel de la reine en 1586 au moins, après la mort de son père et restera au service de la reine comme conseiller et écuyer au moins jusqu’en 1607. De son second mariage, est né au moins un fils, Alexandre. En 1614, sa mère lui fait don des créances qu’elle a sur la reine Marguerite.

En 1572, Nicolas Delacroix est conseiller et maître ordinaire à la Chambre des comptes ; il rend hommage des terres et seigneurie de La Salle de Ponthieu et Falvy mouvant de Roye. Seigneur de Rupereux, sa terre est élevée en baronnie puis en comté. Il est également comte de Plancy et sieur de de Longueville (en 1588).

Gentilhomme, Nicolas Delacroix est chargé des finances de la maison de la reine. Il demeure dans la paroisse de St Germain l’Auxerrois. 

Pendant le voyage des Flandres, il exécute plusieurs missions. 

« Au sr de Rouperreulx l’ung des maistre d’hostel ordinaires de ladicte dame la somme de trente six livres tournois pour la valleur de douze escuz sol que sa magesté luy a ordonnee par son mandement signé de sa main et contresigné dudict Viard donné audict lieu du Liege le treiziesme jour dudict moys d’aoust audict an mil cinq cens soixante dix sept pour ung voiage que ledict sr Ruperreulx alloict lors faire par expres commandement de ladicte dame vers le sr domp Jehan d’Austrice la part qu’il seroict et pour son retour vers icelle dame ainsi qu’il est contenu par ledict mandement cy rendu avec la quictance dudict sr de Ruperreulx signee de sa main le dixme jour de septembre audict an mil cinq cens soixante dix sept. »

À Liège, il part le 13 août pour se rendre auprès de don Juan d’Autriche à Namur.

Puis, la reine l’envoie à Bruxelles pour préparer son retour dans le royaume de France. 

« Au sr de Ruperreulx maistre d’hostel de ladicte dame royne de Navarre la somme de sept vingtz livres tournois que sa magesté luy ordonnee par son mandement signé de sa main et contresigné dudict Viard au chasteau dudict lieu de La Fere le sixiesme jour dudict moys d’octobre audict an mil cinq cens soixante dix sept pour estre allé de la ville de Liege ou pour lors estoict sa magesté en la ville de Bruxelles par son expres commandement pardevant les estatz du Pais Bas pour retirer les passeportz et saufconduictz qui estoient necessaires pour son retour du voyage des bains et pour estre revenu trouver ladicte dame en la ville de Thuyn ainsi qu’il est declairé par ledict mandement cy rendu suivant lequel ledict present tresorier a payé comptant audict sr de Ruperreux ladicte somme… »

Il ne rejoint le cortège qu’à Thuin (3 au 4 septembre 1577).

Il est également le messager de la reine vers son époux Henri de Navarre comme le 16 novembre 1577 dès leur retour à Paris. Plus tard, à Usson, il est agent de liaison avec le conseil parisien de gestion. Il profite de ses voyages à Paris pour effectuer des achats pour la reine. Son épouse y participe.

Sources : AN KK//162 ; AN MC/ET/XXIV/53 16 août 1581 ; AN MC/ET/LXVIII/598 25 septembre 1588 ; AN MC/ET/XXIII/115 1er septembre 1607 ; AN MC/ET/LXVIII/59 25 septembre 1588 ; AN Chambre des comptes de Paris P//15 numéro 405 ; AN Châtelet de Paris Insinuations Y//155 fol 421 verso, 423 et 422 verso septembre 1614 ; Lauzun ; Garrisson p. 126, 263, 279, 281, 283 ; Scevole et Louis de Sainte-Marthe, Histoire genealogique de la maison de France…, Paris, chez Sebastien et Gabriel Cramoisy, 1647, p. 828 ; François Blanchard, Les presidens au mortier du parlement de Paris, Paris, Cardin Besongne, 1647, p. 236 ; Wikidata

Eustache Denamur

Occupation : Joueur de violon.

Maison de la reine : 1579

Eustache Denamur rejoint le cortège à Compiègne. Il est accompagné de Jacques Denamur* certainement de sa parenté. Il Intègre la maison de la reine en 1579.

Sources : AN KK//162 ; AN KK//164

Jacques Denamur

Occupation : Joueur de violon.

Maison de la reine : 1579

Jacques Denamur rejoint le cortège à Compiègne. Il est accompagné de Eustache Denamur* certainement de sa parenté. Il Intègre la maison de la reine en 1579.

Sources : AN KK//162 ; AN KK//164

Michel du Lys 

Autre nom : Michel Delys, Michel de Lys

Titre : Sr du Lys, seigneur de Choulot, Sichamps et Plancy-en-Puisaye

Occupation : maître d’hôtel ordinaire, puis premier maître d’hôtel, écuyer, conseiller

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579

Michel du Lys est fils de Guillaume du Lys et de Blanche David sa seconde épouse, elle-même veuve de Jean d’Ourouer, seigneur de Sichamps. De nouveau veuve, elle se remarie avec Pierre de Cornillat, seigneur de Sommant.  

Écuyer d’écurie de la princesse Marguerite en 1568, il est maître d’hôtel ordinaire quand elle devient reine de Navarre puis, en 1580, son premier maître d’hôtel.

En 1546, il épouse en premières noces Claude de Cornillat, fille de Nicolas Cornillat et de Jeanne de Houppes, certainement apparentée avec le troisième mari de sa mère, dont il aura une fille Gabrielle ; puis en secondes noces avec Françoise de Quinquet, elle-même veuve de Edmé de Montigny, gentilhomme de Marguerite d’Angoulême reine de Navarre, qui devient dame de la reine de Navarre en 1582 au moins. Sa fille Gabrielle épouse Edmé de Montigny, seigneur de Montigny, fils du premier lit de sa seconde épouse, lui-même gentilhomme de Marguerite de Valois, reine de Navarre.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; AD37 3E5/232 ; Lauzun ; Adolphe de Mullot de Villenaut, Nobiliaire de Nivernois…, Nevers, 1900, p. 609.

Jehan du Tillet

Titre : Seigneur de la Bussière

Occupation : Échanson

Maison de la reine : 1575, 1576, 1577, 1578.

Jehan du Tillet est le fils de Jehan du Tillet, seigneur de la Bussière et Ville-plate, protonotaire et secrétaire du Roi, greffier civil de la cour du Parlement à Paris, et de Jeanne Brynon. Il est un ancien greffier en chef du parlement de Paris devenu gentilhomme de la reine de Navarre, puis son échanson jusqu’en 1578 ; il quitte sa maison en 1579.

Époux de Jeanne de Nicolay, morte en 1576, fille de Aymar de Nicolay et de Anne Baillet*, il est également le beau-frère du président Pierre II Seguier. 

Jehan du Tillet, est l’amoureux transi de Hélène de Tournon* qui meurt à Liège pendant le voyage des Flandres.

« Ses funérailles étant commandées, les plus honorables qu’il se pouvait faire – pour être de grande maison comme elle était, même appartenant à la reine ma mère –, le jour venu de son enterrement, l’on ordonne quatre gentilshommes des miens pour porter le corps, l’un desquels était La Bussière, qui l’avait durant sa vie passionnément adorée sans le lui avoir osé découvrir, pour la vertu qu’il connaissait en elle et pour l’inégalité, qui lors allait portant ce mortel faix et mourant autant de fois de sa mort qu’il était mort de son amour. Mémoires »

Il fait partie des Ligueurs exilés et pensionnaires de l’Espagne.

Sources : AN KK//162 ; Mémoires ; Robert Descimon et José Javier Ruiz Ibanez, Les ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon (coll. « Époques »), 2005 ; É. Campardon, Ch. Samaran, M.-A. Fleury et G. Vilar, Châtelet de Paris Y//104-Y//111 Insinuations (3 mars 1563-23 août 1571) Inventaire analytique, Pierrefitte-sur-Seine, Archives Nationales, XIXe siècle, acte du 13 septembre 1567

Jehan Dubois

Occupation : Menuisier

Maison de la reine : 1573, 1574, 1575, 1577, 1578, 1579

Jehan Dubois est au plus près de la reine pendant son voyage : il se charge de sa chambre, de son lit pliable et de sa sécurité.

« Pour la despence dudict Duboys durant vingt six jours dudict quartier qu’il a esté a la conduicte de la chambre de ladicte dame que l’on a esté par pays a aller de la ville de Paris en celle de Liege et pour le retour dudict Liege jusques a La Fere… Pour la despense dudict Duboys durant sept jours dudict quartier qu’il a esté devant a venir de La Fere a Paris avec la chambre de ladicte dame… »

Il reste auprès de la reine plusieurs années. Il est l’homme à tout faire, lui fabriquant entre autres ses meubles de voyage : table, lit, tabouret, etc.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun ; Garrisson p. 184, 189

Pierre Duchesne

Autre nom : Pierre Le Chesne

Occupation : Maréchal des logis

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579

Avec Robert Bourguignon*, Pierre Duchesne se porte au-devant du train de la reine pour préparer les logis de la reine à chaque étape du voyage.

« A Pierre Duchesne mareschal des logis et Robert de Vignolles fourrier de ladicte dame… pour eulx acheminer affin d’aprester les logis du voaige que sa magesté alloict faire aux bains de Spa… »

Sources : AN KK//161; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Michel Frangeul

Occupation : Laquais du corps

Maison de la reine : 1577, 1578

A Compiègne, le 7 juillet 1577, Michel Frangeul avec Pierre Mizere*, Jacques Geuffroy* et Remond Bedel*, reçoit un don en argent en vue de payer certains frais pendant le voyage des Flandres actandu le peu de gaiges qu’ilz ont.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; Lauzun

François Garroche

Occupation : Commis du garde-manger puis garde vaisselle.

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Jacques Geuffroy

Occupation : Laquais du corps

Maison de la reine : 1577, 1578

A Compiègne, le 7 juillet 1577, Jacques Geuffroy, avec Pierre Mizere*, Michel Frangeul* et Remond Bedel*, reçoit un don en argent en vue de payer certains frais pendant le voyage des Flandres actandu le peu de gaiges qu’ilz ont.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; Lauzun

Eustache Grivoise

Occupation : Tailleur d’habits

Maison de la reine : 1575, 1577, 1578, 1579

Eustache Grivoise est certainement apparenté à Baltazard Grivoise, valet des filles damoiselles de la reine.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Jehan Hesbert

Autre nom : Jehan Hebert

Titre : Sr de Boullons

Occupation : Pannetier puis gentilhomme servant de la reine

Maison de la reine : 1574, 1575, 1577, 1578, 1579 au moins

Lors du départ de Liège, Jehan Hesbert a donné à la reine une chaîne en or dont il est remboursé le 12 septembre 1577 à La Fère.

« Au sr de Boullons l’ung des gentilzhommes de ladicte dame la somme de neuf cens vingt quatre livres six solz tournois a luy ordonnee par sadicte majesté et son mandement signé de sa main et contresigné dudict Viard donné audict lieu de La Fere ledict douziesme jour de septembre mil cinq cens soixante dix sept pour son paiement et recompense d’une chaisne d’or du poix de vingt trois onces tant pour or que pour facon laquelle il auroict prestee a ladicte dame pour subvenir a ses affaires et son retour du voiage des baings ainsi qu’il est contenu audict mandement suivant lequel ledict present tresorier a payé comptant audict sr de Boullons ladicte somme de neuf cens vingt quatre livres six solz tz comme appert par sa quictance signee de sa main le xxvime jour de novembre audict an cy rendue avec ledict mandement pour ce cy en despence icelle somme de… »

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Loys Hubault (? – 1613)

Autre nom : Louis Hubaut de Villemilan

Occupation : Conseiller trésorier et receveur général des maisons et finances, comptable, etc.

Maison de la reine : 1576, 1577, 1578, 1579, 1580 au moins

Loys Hubault cumule les charges de trésorier, comptable et receveur général de la maison et des finances tant ordinaires que extraordinaires de la reine, receveur de l’écurie, maître de la chambre aux deniers. En 1577, avec Jehan Chouayne*, François Salviati*, Honoré Le Chantre sr de Saint-Pons, Nicolas Avrillot sr de Champlastreux*, Loys Lecocq, Michel Du Lys sr du Lys*, François de Bellicourt sr du Bosq* et Claude de La Tour dame de Tournon*, il est chargé de trouver les financements du voyage de la reine dans les Flandres. A Liège, la reine le soupçonne avec François Salviati* et Philippe de Lenoncourt* de l’empêcher de quitter la ville. En 1581, il est renvoyé de la maison de la reine mais trouve un autre protecteur, le cardinal Charles Ier de Bourbon dont il devient le trésorier.

Veuf de Catherine de Castille, Loys Hubault épouse Charlotte Le Liepvre fille de Philippe Le Lièvre, écuyer, conseiller de la ville de Paris puis conseiller au Châtelet et de Marie Gayant fille de Louis Gayant, conseiller au parlement et prévôt des marchands de Paris en 1540.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; AN MC/ET/LXXVIII/156 1594 ; AN MC/ET/XXIII/228 1596 ; AN MC/ET/LXXXVIII/126 1614 ; AD 37 3E5/166A ; Lauzun ; Mémoires, Garrisson p. 133 ; Louis Lainé, Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, Paris, 1836, tome 5, famille Le Lièvre, p. 12 ; Wikidata

Claude Jannot

Occupation : Porte-table et chaise, puis aide valet de fourrière

Maison de la Reine : 1577, 1578,1579 au moins.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun.

Jehan Jendeau

Occupation : Trompette

Jehan Jendeau rejoint le cortège avec Jehan de Boullenoys*, Robert Debray* et Loys Conart*, tous trompettes, à partir de Compiègne jusqu’à La Fère, au moins.

Sources : AN KK//162

Claude de La Tour (vers 1520 – 1591)

Autre nom : Claude de Turenne

Titre : Comtesse du Roussillon et de Tournon

Occupation : Dame d’honneur, gouvernante des filles d’honneur

Maison de la reine : 1575, 1577 au moins.

Fille aînée de François de la Tour, vicomte de Turenne, et d’Anne de la Tour dite de Boulogne sa cousine, Claude de La Tour épouse en 1535 Just, baron de Tournon et comte de Roussillon, sénéchal d’Auvergne et lieutenant du roi en Languedoc. Issue de la branche cadette, elle est une cousine éloignée de Catherine de Médicis elle-même issue de la branche aînée. Dame d’honneur de la reine, elle se retire de sa maison en 1578.

Claude de La Tour est connue pour ses activités politiques et militaires comme comtesse du Roussillon et baronne de Tournon. En 1570, face aux armées protestantes, veuve et âgée d’une cinquantaine d’année, elle défend ses gens et ses biens : elle mène les opérations de fortification des places fortes de Tournon et de Tain-L’Hermitage, et prend le commandement des soldats. Enfin, elle joue le rôle d’informatrice et envoie des espions à sa solde.

En 1577, avec Jehan Chouayne*, François Salviati*, Honoré Le Chantre sr de Saint-Pons, Nicolas Avrillot sr de Champlastreux, Loys Lecocq, Michel Du Lys, sr du Lys*, François de Bellicourt sr du Bosq* et Loys Hubault*, Claude de La Tour est chargée de trouver les financements du voyage de la reine dans les Flandres. Elle l’accompagne tout au long de son voyage et conseillera la reine avec Philippe de Montespedon* de quitter Liège sans attendre pour rentrer au plus vite dans le royaume de France.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; Mémoires ; Garrisson p. 28, 69 ; Siefar notice Claude de la Tour d’Auvergne d’Hilarion de Coste ; Gautier Mingous, « Combattre par la plume. Epistolarité et actions militaires chez Claude de Tournon au début des guerres de Religion (1567-1575) » dans par Nicolas  Handfield, Julie Le Gac, Chloé Poitras-Raymond Femmes en guerre, De l’époque médiévale à nos jours, Villeneuve d’Ascq, Editions du Septentrion, 2022, p. 183-200 ; Jean Villemin, Historia belli quod cum haereticis rebellibus gessit anno 1567. Claudia de Turaine, domina Turnoniae, Paris, J. Hulpeau, 1569 ;  Wikidata

Jehan Lajoue

Occupation : Laquais des filles et damoiselles, puis laquais du corps de la reine

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579

En 1578, il devient laquais du corps de la reine ; il est remplacé par Jacques Dumesmes auprès des filles et damoiselles.

Sources : AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Henri Le Meignen

Occupation : maître particulier jusqu’en 1558, puis conseiller, aumônier ordinaire de la reine

Maison de la reine : 1573, 1574, 1575, 1576, 1577, 1578, 1579, 1583 au moins.

Henri Le Meignen fut précepteur des trois plus jeunes filles de Catherine de Médicis. Devenu évêque de Digne, Henri Le Meignen a trois neveux au service de la reine : Claude, Jehan et Nicolas tous clercs de chapelle. Claude devient aumônier de la reine en 1579. Nicolas Coquelet* est le seul à faire partie du cortège de la reine vers les Flandres avec son oncle. Sa présence est attestée à La Fère auprès de la reine le 3 octobre 1577.

Henri Le Meignen ne suivra pas la reine dans son exil à Usson.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; AN KK//165 ; Garrisson p. 265 ; Lauzun ; Viennot 2005 p. 28

Gilles Lefebvre

Occupation : Joueur de violon

Maison de la reine : 1579 au moins

Il rejoint le cortège à Compiègne et intègre la maison en 1579.

Sources : AN KK//162 ; AN KK//164

Philippe de Lenoncourt (1527 – 1592)

Philippe de Lenoncourt est évêque d’Auxerre et conseiller du roi en son conseil privé. Il devient cardinal en 1586. Dans ses Mémoires, la reine le qualifie d’esprit curieux et délicat. Elle met le doute sur la sincérité de sa foi : Monsieur le cardinal de Lenoncourt ayant autrefois été soupçonné de favoriser le parti des huguenots… Avec François Salviati* et Loys Hubault*, il conseille la reine de ne pas quitter la ville de Liège . Finalement, il participe à la fuite de la reine.

Philippe de Lenoncourt fait partie des créanciers de la reine. Dès le mois de novembre 1577, elle lui rembourse certaines sommes qu’il lui avait prêtées pour subvenir aux frais du voyage et pour faciliter son départ de Liège.

« A monsr de Lenoncourt cy devant evesque d’Auxerre conseiller du roy en son conseil privé la somme de cinq mil huict cens quatre vingtz sept livres huict solz tournois a luy ordonnee par ladicte dame royne de Navarre et son mandement signé de sa main et Seguier l’un de ses secretaires signant en finances donné a Paris le vingt quatriesme jour de novembre mil cinq cens soixante dix sept pour son remboursement de semblable somme qu’il auroict prestee et faict prester a sa magesté pour subvenir a ses affaires et retour de son voiage des bains assavoir en la ville de Liege par maistre Lambert Dheure chanoyne de ladicte ville de Liege la somme de quatre mil trois cens soixante six livres huict solz tournois… et en la ville de La Fere a l’arrivee de ladicte dame la somme de quinze cens vingt livres tournois de ses propres deniers. »

Sources : AN KK//162 ; Mémoires ; Garrisson p. 93, 133 ; Wikidata

Hector de Maniquet (vers 1540 – avant 1585)

Titre : Seigneur du Fayet et de Fontaine-Chastel

Occupation : Conseiller, maître d’hôtel ordinaire et gentilhomme servant en 1582

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579, 1582, 1583 au moins

Tout d’abord, Hector de Maniquet fut reçu maître d’hôtel du roi Charles IX puis en 1567 de Marguerite de France. En 1570, il est maître des cérémonies à Mézières lors du mariage de Charles IX avec Elisabeth d’Autriche ; en 1574, devenue veuve, il la reconduit en Allemagne. Il devient conseiller du roi, grand maître des eaux et forêts de France aux provinces de Languedoc, Provence et Dauphiné. En janvier 1581, il est chargé par Henri III de remettre 15 000 écus à la reine de Navarre qui se trouve alors en Gascogne.

Avant le 23 octobre 1551, il se marie avec Marie Roussin issue de familles bourgeoises des villes de Meaux et de Paris.

A Liège, Hector de Maniquet participe aux frais du retour en remettant une chaîne en or à la reine. Au retour du voyage des Flandres, il précède le cortège en fuite entre Florennes et le Cateau-Cambresis.

« Au sr Demanicquet la somme de seize livres tournois pour son rembousement de pareille somme qu’il auroit desbourser par le commandement de ladicte dame au voiage qu’il feit de Florines au chasteau Cambresis… »

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Viennot 1999 note 433, Lauzun ; Introduction (La condition méprisable du courtisan), dans Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, n°1/1996. Trois poèmes en patois grenoblois du XVIe siècle, sous la direction de Gaston Tuaillon, p. 147-151 ; Olivier de Pompery, Généalogie de la famille de Maniquet…, Lyon, A. Rey et Cie, 1906, p. 14 ; Wikidata

René Manier

Autre nom : dit Burgensis

Occupation : Valet de chambre

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579 au moins

Pendant le voyage des Flandres, René Manier est chargé d’amener les mulets chargés de coffres et du lit de la reine. 

« … A René Manier dict Burgensis aussi vallet de chambre de ladicte dame… pour sa despense durant neuf jours qu’il a esté a la conduicte des mulletz de la chambre dicelle dame que l’on a esté par pays a aller de La Fere jusques en celle de Liege a raison de… »

Il met seulement neuf jours pour atteindre Liège de La Fère et sept jours entre La Fère et Paris.

« A [blanc] Burgensis vallet de chambre de ladicte dame…tant pour sa despense de bouche durant sept jours qu’il a esté a la conduicte des mulletz de la chambre de ladicte dame a venir de La Fere a Paris a raison de quinze solz par jour que pour avoir faict descharger les coffres et besongnes que portent lesdicts mulletz tant a Chantilly que Sainct Brisse au retour audict Paris… »

Sources : AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

François Marchant

Occupation : Sommier de fruiterie et aide pour l’entretenement de sommier en 1578 et 1579

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579 au moins

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Jehanne Martin

Occupation : Femme de chambre

Maison de la reine : 1575, 1576, 1577, 1578, 1579 au moins

Jehanne Martin est peut-être la sœur d’une autre femme de chambre de la reine Guillemette Martin.

À Namur, Jehanne Martin donne à la reine une paire de bracelets en or dont elle reçoit un remboursement de 66 livres tournois.

« A Jehanne Martin femme de chambre de ladicte dame la somme de soixante six livres tournois pour son payement d’une paire de braceletz d’or qu’elle a baillez a ladicte dame estant a Namur… »

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Gabriel de Masparault

Titre : Sieur de Masparault

Occupation : maître d’hôtel ordinaire

Maison de la reine : 1578, 1579 au moins

Gabriel de Masparault apparaît dans l’entourage de la reine lors du voyage en Flandres comme gentilhomme servant de la reine puis il entre dans sa maison en 1578 comme maître d’hôtel ordinaire. En Flandres, il semble tenir un rôle important : gentilhomme au service de la reine, il se rend à Philippeville avec un guide pour une mission.

« … A ung guide qui auroict accompaigné monsieur de Masparault a Philippeville durant quatre jours la somme de quinze livres tournois…  »

Gabriel de Masparault fait partie des gens de la reine qui lui ont prêté de l’argent afin qu’elle puisse retourner dans le royaume de France.

« Une aultre chaisne d’or de monsieur Manicquet maistre d’hostel de ladicte dame du poix de quinze onces a ladicte raison de neuf escuz pistolletz l’once Et vingt escuz pistolletz pour la facon dicelle montant a ladicte raison de lxxviii s l’escu pistollet a la somme de six cens trente neuf livres douze solz tz… De monsieur de Masparaulte aussi gentilhomme servant de ladicte dame une aultre chaisne d’or… Plus ledict sr de Masparraulte a presté a ladicte dame une monstre d’orloge garnie de cristal de pris faict a six vingtz escuz pistolletz de laquelle ladicte dame a faict don a son partement de ladicte ville de Liege luy ayant ordonné pour son payement recompense de ladicte monstre la somme de quatre cens soixante huict livres tz… »

À Liège, il remet une chaîne en or et une montre en or garnie de cristal afin qu’elles soient vendues au bénéfice de la reine.

Sources : AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Jehan Mercier

Jehan Mercier est le gouverneur de damoiselle Sevyn*.

Sources : AN KK//162

Pierre Mizere

Occupation : Laquais du corps de la reine, puis échanson en chef

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579 au moins

À Compiègne, le 7 juillet, 1577 Pierre Mizere avec Michel Frangeuil*, Jacques Geuffroy* et Remond Bedel*, reçoit un don en argent en vue de payer certains frais pendant le voyage des Flandres actandu le peu de gaiges qu’ilz ont.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Claude de Montdoucet (vers 1534 – vers 1614)

Titre : sire de Montdoucet, seigneur de Noisy, seigneur de la Cheminée, sire de Monteaux, l’Esbat et Maulde

Occupation : Envoyé du roi de France à Bruxelles

Fils de Jean de Montdoucet et d’Anne Miron, chambellan du roi (15 juillet 1579), du duc d’Alençon (15 juillet 1579 – 28 novembre 1582), maître d’hôtel du roi (8 janvier 1597 – 27 juin 1614), envoyé du roi de France aux Pays-Bas espagnols (fin mars 1571 – août 1578), Claude de Montdoucet fut trésorier de Henri II (10 janvier 1560 – 28 mars 1560), et trésorier du duc d’Anjou (31 décembre 1562 – 25 avril 1568). Le 25 février 1582, il épouse Hélène Gaudart-la-Fontaine, fille certainement de François Gaudart, sieur de la Fontaine, lui-même fils de Jean Gaudart, maître des comptes (29 septembre 1564), directeur des finances en Champagne (1568), ambassadeur en Suisse, et de Denise Gobelin.

Claude de Montdoucet est à l’origine du voyage des Flandres à Spa en proposant que la reine de Navarre accompagne Philippe de Montespedon*, la princesse de la Roche-sur-Yon, pour s’y faire soigner. De fait, il est au service de François d’Alençon depuis 1576 et doit retourner dans les Flandres pour son compte. Il accompagne la reine pendant son voyage, la quitte à Liège pour se rendre à Bruxelles via Namur puis en Hollande pour retirer les passeports et sauf-conduits en vue du voyage retour vers la France de la reine ; il est présent à La Fère lors des retrouvailles de la reine avec son frère François d’Alençon. 

Claude de Montdoucet est créancier de la reine pour la somme de 975 livres pour la perte d’une chaîne en or qui a servi au départ précipité de la reine de Liège.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; Mémoires ; Garrisson p. 104, 125 ; Viennot 2005 p. 125 et 132 ; L. Didier, Travaux de l’Académie nationale de Reims, Reims, Chez F. Michaud, 1890, vol. 90, tome II, p. I-XVII, disponible en ligne https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57251449 ; Fleury Vindry, Les ambassadeurs français permanents au XVIe siècle, Paris, H. Champion, 1903, p. 44, disponible en ligne https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k92325g ; Wikidata

Philippe de Montespedon (vers 1515 ? ou 1505 ? – 1578)

Titre : Princesse de la Roche-sur-Yon, duchesse de Beaupreau, comtesse de Chemillé

Philippe de Montespedon est la fille de Joachim de Montespedon, seigneur de Beaupréau, et de Renée de La Haye, dame de Passavan. Elle épouse René de Montejean (? – 1538), maréchal de France puis, devenue veuve, Charles de Bourbon, prince de la Roche-sur-Yon. Ce second mariage la lie à Marguerite de Valois par son alliance avec Henri de Navarre dont le père est un Bourbon de la branche des Vendôme comme la mère de Charles de Bourbon. Elle est dame de la maison de la reine Elisabeth d’Autriche de 1571 à 1574, de Louise de Lorraine de 1575 à 1576 et dame d’honneur de Catherine de Médicis en 1564.

La santé de Philippe de Montespedon est le prétexte que trouve Claude de Montdoucet* pour que la reine se rende dans les Flandres : la princesse doit prendre les eaux à Spa près de Liège. 

Partie de Paris dans le cortège de la reine de Navarre, et bien que malade, elle reste tout au long du voyage auprès de la reine ; à Liège, elle prête l’argent nécessaire pour leur retour en royaume de France.

Philippe de Montespedon apparaît dans les comptes de la reine dès le mois de juin 1577 pour des frais de tissus :

« Ledict jour pour une aulne deux tiers satin noir de Gennes pour faire ung cul pour madame la princesse de la Rochesuryon dont ladicte dame luy a faict don a huict livres dix solz tz l’aulne… »

Elle meurt l’année suivante à Paris.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; Mémoires ; Cour de France ; Garrisson p. 126, 133 ; Archives départementales du Finistère – Chartier de Kerezellec, 32J2, transcrit par Amaury de la Pinsonnais, 2011, en ligne sur Tudchentil.org, consulté le 3 mai 2023, https://www.tudchentil.org/spip.php?article171 ; Wikidata

Pasquier Morin

Occupation : Sommier de la vaisselle

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579 au moins

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Charles de Mouy (1540 – 1604)

Autre nom : Charles de Moy

Titre : Marquis de Mouy

Occupation : Gouverneur de Saint-Quentin

Charles de Mouy est le fils d’Antoine de Mouy et de Charlotte de Chabannes. Il épouse Catherine de Suzanne*. Par son père, il est lié aux familles des Pays-Bas comme les Egmond, Arschot, Ligne, Croy, etc. Leur fille, Claude (1572 – 1627), se marie avec Henri de Lorraine, frère de la reine Louise. Jean Bodin est son conseiller.

Charles de Mouy avec son épouse participent au voyage des Flandres. Pour l’aider à le financer, il lui prête 1200 livres.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; Mémoires ; François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l’histoire et la chronologie des familles nobles de France, Paris, chez Antoine Boudet, 1775, vol. 10, p. 558 ; Wikidata

Claude Oudart

Occupation : Sommier des bouteilles

Maison de la reine : 1577, 1578, 1579 au moins

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Guillaume Pallu

Occupation : Chapelain

Sources : AN KK//162

Jehan Petitfrere

Occupation : Valet de chambre

Maison : 1577, 1578

Jehan Petitfrere est un des valets de chambre de la reine. Il participe au moins partiellement au voyage des Flandres

« A Jehan Petitfrere aussi vallet de chambre de ladicte dame… Pour sa despense de bouche durant lesdicts sept jours qu’il a esté a la conduicte du lict de poste de ladicte dame a venir de La Fere a Paris… Pour avoir faict charger et decharger ledict lict par tous les lieux ou ladicte dame a logé a venir dudict lieu de La Fere a Paris… »

Il met sept jours entre La Fère et Paris et s’occupe du confort de la reine.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Charles de Peyrusse des Cars (1522 – 1614)

Autre nom : Charles de Pérusse ; Charles des Cars

Occupation : Évêque de Langres

Charles de Peyrusse des Cars est le deuxième fils de Jacques de Peyrusse (? – 1546), seigneur des Cars, et de Anne Jourdain de L’Isle. Son frère aîné est François des Cars, comte des Cars. Les Pérusse des Cars est une très ancienne famille du Limousin, issue de l’entourage des vicomtes de Limoges.

Avec son frère Jacques*, Charles de Peyrusse des Cars prend part au voyage des Flandres. À Liège, il favorise le départ de la reine en lui prêtant la somme de 4638 livres que la reine commence à lui rembourser dès son retour à La Fère par un premier versement.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; Mémoires ; Anne Gérardot et Robert Chanaud, « Les fonds anciens à l’épreuve de l’archivistique contemporaine », In Situ. Revue des patrimoines, 5 décembre 2014, no 25 ; Wikidata

Jacques de Peyrusse des Cars (? – 1579)

Autre nom : Jacques des Cars

Titre : Seigneur de Merville

Jacques de Peyrusse des Cars est le troisième fils de Jacques de Peyrusse (? – 1546), seigneur des Cars, et de Anne Jourdain de L’Isle. Ses frères aînés sont François des Cars, comte des Cars, et Charles Peyrusse des Cars*. En 1565, il épouse Catherine Berault puis, devenu veuf, Jeanne d’Aubusson.

Sources : Mémoires, Anne Gérardot et Robert Chanaud, « Les fonds anciens à l’épreuve de l’archivistique contemporaine », In Situ. Revue des patrimoines, 5 décembre 2014, no 25 ; Wikidata

François Salviati (? – 1586)

Titre : Chevalier de Malte

Occupation : Premier écuyer d’écurie et chef du conseil

Maison : 1574, 1575, 1577, 1578, 1579 au moins

François Salviati semble être le fils du banquier Bernard Salviati et l’oncle de Diane dont tombe amoureux Agrippa d’Aubigné.

Vicaire général depuis 1571, en 1578, il devient grand maître de l’ordre des hospitaliers de Saint-Lazare de Jérusalem. Il serait un parent de la reine Catherine de Médicis.

Avec Claude de La Tour* dame de Tournon, Jehan Chouayne*, Honoré Le Chantre sr de Saint-Pons, Nicolas Avrillot sr de Champlastreux, Loys Lecocq, Michel Du Lys, sr du Lys*, François de Bellicourt* sr du Bosq et Loys Hubault*, il est chargé de financer le voyage de la reine dans les Flandres. À Liège, la reine le soupçonne avec Loys Hubault* et Philippe de Lenoncourt* de l’empêcher de quitter la ville pour rentrer au plus vite dans le royaume de France. Il serait également tenu d’être du côté des protestants.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Garrisson p. 133, 288 ; Lauzun ; Mémoires ; Revue nobiliaire, héraldique et biographique, tome 3, 1878, p. 297 ; Revue des études historiques – 1913 (78), p. 319 ; « Ordre militaire et hospitalier de Saint-Lazare de Jérusalem » disponible en ligne sur http://www.orderofsaintlazarus.com/pdf/3_1/grands-maitres.pdf ; Wikidata

Jérôme Séguier (? – 1627)

Occupation : Officier d’écurie, conseiller et secrétaire des finances

Maison :1576, 1577, 1578, 1579 au moins.

En 1584, Jérôme Séguier épouse Anne Violle (? – 1653) fille de Claude Violle, conseiller au Parlement et de damoiselle Jeanne de Piédefer. Sur le contrat de mariage, il est alors « avocat en la cour de Parlement de Paris, fils de feu noble homme Me Nicolas Seguier et damoiselle Michelle de Fontaines sa veuve ». En 1597, il devient conseiller du roi en son grand conseil.

Parti avec la reine vers les Flandres, Jérôme Séguier la quitte à Liège pour revenir à Paris.

« A maistre Herosme Seguier l’un des secretaires des finances de ladicte dame royne de Navare la somme de neuf vingtz livres tournois que sa magesté luy a ordonné par son mandement signé de sa main et contresingné Viard donné au Liege le huictiesme jour d’aoust audict an mil cinq cens soixante dix sept pour ung voiage que ledict Seguier alloict faire en dilligence et sur chevaulx de poste de ladicte ville de Liege a celle de Paris pour les expres affaires de ladicte dame sans comprendre sur ladicte somme ce qu’il failluct pour le retour dudict Seguier que icelle dame luy ordonneroict au lieu ou il la viendroict trouver ainsi que plus au long est contenu et declairé audict mandement… signé de sa main le neufiesme jour dudict moys d’aoust audict an mil cinq cens soixante dix sept… »

Dans la maison de la reine, Antoine Séguier, certainement son parent, y est conseiller. Leur descendant Pierre Séguier deviendra chancelier du roi.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun ; Garrisson p. 81, 92 ; Fonds d’érudit, note de Denis Richet disponible en ligne sur https://www.geneanet.org/registres/view/13251 

Damoiselle Sevyn

Cette damoiselle Sevyn n’est pas identifiée. Il est possible de la rapprocher de la famille Sevyn dont plusieurs membres intègrent le parlement de Paris.

Elle fait l’objet de plusieurs dons de la part de la reine : des souliers et du tissu pour l’habiller, des meubles (un lit, une malle pour le ranger, un coffre), des médicaments pour la soigner.

Un gouverneur l’accompagne : Jehan Mercier*.

Sources : AN KK//162

Catherine de Suzanne (vers 1549 – 1623)

Titre : Comtesse de Cerny, marquise de Mouy

Catherine de Suzanne est la fille unique de Jean-Jacques de Suzanne, comte de Cerny, et de Françoise de La Chambre, maison alliée à celle de la Tour d’Auvergne donc parente de Catherine de Médicis.

Elle épouse Charles de Mouy*, le gouverneur de Saint-Quentin. Leur fille, Claude (1572 – 1627), se mariera avec Henri de Lorraine, frère de la reine Louise.

Catherine de Suzanne avec son époux participent au voyage des Flandres. Elle reçoit plusieurs dons de la part de la reine dont des tissus :

« Ledict jour pour une aulne trois quartz de satin biollet pour faire ung aultre cul dont ladicte dame a faict don a madame de Mouy… Pour trois quartiers de velloux vert de Gennes pour couvrir les cordes dudict cul… Pour trois quartiers de taffetas vert pour faire bourrellet pour servir avec ledict cul… »

Sources : AN KK//162 ; Mémoires ; François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l’histoire et la chronologie des familles nobles de France, Paris, chez Antoine Boudet, 1775, vol. 10, p. 559 ; Wikidata

Hélène de Tournon (vers 1559 – 1577)

Occupation : Fille damoiselle

Maison : 1577

Fille de Claude de La Tour* et de Just de Tournon, Hélène de Tournon, demoiselle d’honneur de la reine, est présente dans le cortège de la reine en route vers les Flandres jusqu’à Liège où elle décède brutalement succombant à un chagrin d’amour. Son histoire est longuement relatée dans les Mémoires de la reine. Shakespeare s’en serait inspiré pour son personnage d’Ophélie dans Hamlet. 

Hélène de Tournon est enterrée aux Frères Mineurs de Liège avec l’épitaphe suivante :

« Cy gist damoiselle Hélène de Tournon, fille de très haut et très puissant seigneur Messire Just de Tournon, en son vivant comte de Tournon et de Roussillon, et de très haute et puissante dame de La Tour et de Touraine, dame d’honneur de la reine de Navarre, fille de Henri II, roi de France, laquelle estant des filles dames de ladite Reine, accompagnant sa Majesté en voyage qu’elle fit en cette cité pour l’usage des eaux de Spa, saisie d’une griefve maladie, rendit l’ame à Dieu le 10 d’aoust 1577. » Villenfagne, p. 245.

Sources : AN KK//162 ; Mémoires ; Viennot 2005 p. 379 et 380 ; Aimé Nicolas Leroy, Arthur Dinaux, André Joseph Ghislain Le Glay, « Voyage de Marguerite de Valois, reine de Navarre, dans les Pays-Bas », Archives historiques et littéraire du Nord de la France, et de Midi de la Belgique, Bureau des Archives, 1840, p. 438 ; M. H. de Villenfagne, « Suite des recherches historiques sur Spa », L’esprit des journaux françois et étrangers, Paris, chez la veuve Valade, 1787, vol. 96, p. 245 ; Wikidata

Jacques Vyard

Occupation : Secrétaire des finances

Maison : 1577, 1578, 1579 au moins

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun

Autres personnes

Préambule : 30594 livres est la somme reçue de plusieurs personnes pour faire son voyage des bains à Spa. Claude de La Tour dame de Tournon*, François Salviati*, Honoré Le Chantre sr de Saint-Pons, Nicolas Avrillot sr de Champlastreux, Loys Lecocq, Michel Du Lys sr du Lys*, François de Bellicourt sr du Bosq*, Jehan Chouayne* et Loys Hubault* sont chargés de trouver le financement du voyage de la reine dans les Flandres. Ont répondu à leur demande : maître Gratian de La Couaigne, marchand demeurant à Saint-Germain-des-Prés, Anne Baillet*, Félix Boucher avocat en la cour de Parlement de Paris, maître René Hennequin* conseiller du roi et maître des requêtes ordinaire, Guillaume Poard conseiller du roi et auditeur en la chambre des comptes, Louise de Billon* sous la forme de constitution de rentes. Gilles Dehere* et Loys Falcon*, tous deux marchands et bourgeois de Paris, sont deux autres créanciers de la reine.

Nicolas Avrillot

Autre nom : Nicolas d’Avrillot

Titre : sr de Champlastreux

Occupation : Conseiller et intendant des finances

Maison : 1577, 1578, 1579 au moins

Nicolas Avrillot épouse Marie Lhuillier tous deux issus du milieu de la finance. Leur fille Barbe devient en religion Marie de l’incarnation. Très hostile aux réformés, il adhère à la Ligue dès sa création en 1576.

En 1577, Nicolas Avrillot succède à Hector Chouayne comme trésorier des finances de la reine Marguerite de Valois. Il est commissaire député pour l’audition des comptes des officiers comptables.

Nicolas Avrillot est en charge de réunir l’argent nécessaire pour le voyage des Flandres avec Jehan Chouayne*, Claude de La Tour* dame de Tournon, François Salviati*, Honoré Le Chantre sr de Saint-Pons, Loys Lecocq, Michel Du Lys*, sr du Lys, François de Bellicourt*, sr du Bosq et Loys Hubault*. Resté à Paris pendant le voyage des Flandre, il reprend le travail de Jacques Vyard* parti avec la reine. En 1579, il clôt les comptes de la reine avec Claude Mangot, Hector de Manicquet, Michel Tellier, Anthoine Arnault, Achilles de Chelles et Loys Hubault*. Il est également conseiller et comptable du roi Henri III et maître de ses comptes à Paris.

En 1583, la reine endettée continue par l’entremise de son conseiller à chercher de l’argent par le système des rentes. La même année, Nicolas Avrillot participe au recouvrement partiel de la dot de la reine jamais versée depuis son mariage.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN KK//164 ; Lauzun ; AN MC/ET/CXVII/21 10 juillet 1583 ; Renumar Tours, AD 37, 3E5/236 ; Marie-Joëlle Guillaume, « 1. Barbe Acarie. La “Belle Acarie”, ou les prémices de l’âme » dans Le Grand Siècle au féminin, Paris, Perrin, 2022, p. 21-38

Anne Baillet (1500 ? – 1583)

Titre : Dame de Louvres, de Goussainville, Orville et Boursières

Anne Baillet est la fille de Thibault Baillet, seigneur de Sceaux, conseiller du roi, président au Parlement de Paris, et de damoiselle Jeanne d’Aulnoy, elle-même fille de Philippes d’Aulnoy, conseiller chambellan du roi, et de Catherine de Montmorency fille de Charles de Montmorency, seigneur de Goussainville. En septembre 1519, elle épouse Aymard Nicolay (? – 1553 ou 1554), seigneur de Saint-Victor, premier président en la chambre des Comptes et conseiller du roi, veuf  de Renée Morault. L’inventaire après décès de son époux liste les objets précieux : tableaux, tapisseries, sculptures, vaisselle d’argent, bijoux, bibliothèque, peintures, etc. Elle est apparentée et alliée à la famille des Luillier et, en conséquence, certainement liée à Nicolas Avrillot*. Sa fille Jeanne Nicolay épouse Jehan du Tillet*, seigneur de la Bussière, qui participe au voyage des Flandres. 

Enfin, par son autre fille Renée mariée à Dreux Hennequin, elle est la grand-mère de René Hennequin, un autre créancier de la reine. Elle-même est créancière de la reine pour un montant de 2160 écus.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN MC/ET/LXXXVI/96 du 23 juillet 1544 ; É. Campardon, Ch. Samaran, M.-A. Fleury et G. Vilar, Châtelet de Paris Y//104-Y//111 Insinuations (3 mars 1563-23 août  1571) Inventaire analytique, Pierrefitte-sur-Seine, Archives Nationales, XIXe siècle, actes des 2 janvier 1552 et 6 septembre 1559, 4 février 1563, 17 janvier 1559, 30 octobre 1565 et 13 septembre 1567 ; Inventaire des archives anciennes du château de Chantilly, 2010, pp. 1016 et 1033 ; Armorial général, ou registres de la noblesse de France. Registre cinquième. Seconde partie, Paris, Imprimerie de Pierre Prault, 1764, p. 880 et suiv. ; Wikidata

Loyse de Billon

Loyse de Billon est veuve de maître Anthoine Barillon, conseiller du roi et maître ordinaire en sa chambre des comptes à Paris. Le 3 juillet 1577, par un contrat de constitution de rente, elle devient une créancière de la reine de Navarre afin de subvenir aux besoins financiers de son voyage dans les Flandres.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN MC/ET/LXXIII/125 10 avril 1588

Gilles Dehere

Occupation : Marchand bourgeois de Paris

Gilles Dehere est un marchand de draps de soie, bourgeois de Paris. Le 24 août 1577, par l’entremise de Loys Lecoq, conseiller de la reine de Navarre resté à Paris, il prête la somme de 6000 livres pour financer le retour de la reine de Liège à La Fère.

« A Gilles de Here marchand de draps de soye bourgeois de Paris la somme de six mil deux cens cinquante livres tournois qui luy estoict deue pour les causes et ainsi que s’ensuict assavoir six mil livres tournois qu’il auroict prestez et baillez comptant le vingt quatriesme jour d’aoust mil cinq cens soixante dix sept a feu maistre Loys Lecoq conseiller du roy et audicteur en sa chambre des comptes a Paris et conseiller de ladicte dame royne de Navarre tant en son nom que comme procureur de maistre Nicolas Apvrillot seigneur de Champlaitreux conseiller dudict sr et maistre ordinaire en ladicte chambre des comptes aussi conseiller de ladicte dame fondé de lettres de procuration du dixneufiesme jour dudidct moys d’aoust audict an inserees es lectres d’obligation cy apres mentionnees et a maistre Loys Hubault present comptable pour secourir et ayder ladicte dame en ses affaires et retour de son voiage des baings de Spa ou elle estoict lors et laquelle somme de six mil livres tournoiz auroict esté ledict jour bailler par ledict de Here comptant et mise es mains de cedict comptable pour employer au faict de sa charge. Pour seureté et paiement de laquelle somme de vi m L tz auroict esté ledict vingt quatriesme jour d’aoust baillé et dellivré audict de Here ung blanc signé de cedict comptable pour servir de quictance de la somme de six mil deux cens cinquante livres tournois a maistre Francys Bault conseiller du roy et recepveur general de ses finances estably a Bourges pour estre faict paiement a icelluy de Here dicelle somme de six mil deux cens cinquante livres tz sur ce que ledict recepveur general estoict tenu payer a ladicte dame pour sa pention du quartier de juillet aoust et septembre audict an mil cinq cens soixante dix sept et pour faire le recouvrement port et [voicture] de ladicte somme et vi m L tz par ledict de Heres voiages et aultres fraiz qu’il pourroict faire a cause dicelluy recouvrement ladicte somme de iic L tz luy a esté promise et accordee par les dessusdicts esdicts noms ainsi que plus au long est contenu et declairé par lectres de contract et obligation faictes passees entre lesdicts Lecoq et Hubault esdicts noms et ledict de Here par devant Jehan Depoche et Martin Jamart notaires royaulx au Chastellet de Paris ledict vingt quatriesme jour d’aoust mil cinq cens soixante dix sept ratiffiees et approuvees par ladicte dame royne de Navarre ses lettres du cinquiesme jour de septembre audict an ensemble cy rendu et suivant lesdictes lectres d’obligation ledict present comptable auroict baillé audict de Here son blanc signé pour servir audict recepveur general de quictance de ladicte somme de vi m iic L tzainsi que dict est lequel de Here a en vertu dudict blanc signé receu dudict recepveur general de Bourges ladicte somme de ii m iic L tz pour les causes dessus declairees et contenues esdictes lectres d’obligation ainsi qu’il appert par sa quictance signee desdicts Depoche et Jamard le dernier jour de novembre audict an mil cinq cens soixante dix sept escripte au pied de ladicte obligation de laquelle somme de six mil livres tz cedict comptable faict recepte cy dessus fo… »

Ce prêt doit lui être remboursé sur la recette de Bourges et doit servir aux frais de retour de la reine vers le royaume de France.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162

Loys Falcon

Occupation : Marchand bourgeois de Paris

Loys Falcon semble être ce marchand bourgeois de Paris dont l’inventaire après décès demandé par sa veuve Marie Ferret est conservé aux Archives nationales à Paris daté du 22 juin 1601.

Créancier de la reine, il prête à la reine 12125 livres le 27 juin 1577 pour son voyage des Flandres.

« Du sr Loys Falcon marchant bourgeois de Paris la somme de douze mil cent vingt cinq livres tournois qu’il auroit presté à ladite dame au moys de juing mil cinq cens soixante dix sept pour subvenir à son deslogement de ceste ville de Paris pour aller en son voyaige des bains… »

Le remboursement de ce prêt est prévu dès 1578 sur la recette de Rouen, recette où est assignée la dot de la reine.

« … A Loys Falcon marchant et bourgeois de Paris la somme de douze mil cens vingt cinq livres tournois qui luy estait deue de pur et loyal prest par luy faict a ladicte dame royne de Navarre le vingt septiesme jour de juing mil cinq cens soixante dix sept pour subvenir a ses grandz et urgens affaires mesmes pour acquicter et payer partie des gaiges que sa magesté debvoict a ses officiers et pour s’acheminer au voiage que lors elle alloict faire aux bains de Spa en Allemagne laquelle somme auroict esté du commandement de sadicte magesté mise es mains de maistre Loys Hubault present comptable ainsy qu’il est porté par les lettres de contract faict entre ladicte dame et ledict Falcon dont mention est faicte cy apres promectant par ladicte dame payer vendre et restituer audict Falcon ladicte somme de douze mil cent vingt cinq livres tz en la ville de Rouen dedans le dernier jour d’aoust ensuivant audict an mil cinq cens soixante dix sept et pour facilliter et asseurer ledict payement audict terme icelle dame par l’advis des gens de son conseil auroict ceddé et transporté audict Falcon pareille somme de xii m L xxv S qu’elle avoict a prendre sur la recepte generalle de Rouen a cause de l’assignation de son dot pour ung quartier [escheant] le dernier jour de juing audict an et qui estoit payable le quinziesme jour d’aoust ensuivant par maistre Pierre Pagalde conseiller du Roy et recepveur general de ses finances estably audict Rouen et a esté [sur] ledict present tresorier auroict par commandement de ladicte dame baillé et dellivré audict Falcon son blanc signé pour servir de quictance de ladicte somme audict recepveur general ainsi que plus au long est contenu et declairé par lectres de contract faictes et passees entre ladicte dame assistee des gens de sondict conseil et ledict Falcon pardevant Marchant et Dutot notaires au Chastellet de Paris ledict vingt septiesme jour de juing mil cinq cens soixante dix sept suivant lesquelles lettres Guillaume Jourdain marchant et bourgeois de Paris au nom et comme procureur dudict Falcon receu comptant dudict recepveur general ladicte somme de douze mil cent vingt cinq livres tournois le vingt ungiesme jour dudict moys d’aoust mil cinq cens soixante dix sept en dix sept cens trente quatre escuz soleil a soixante six sol tournois piece deux mil escuz pistolletz a soixante quatre solz tournois piece et cinquante six sol tournois monnoye comme appert par recepissé dudict Jourdan signé de sa main [escript] sur ledict contract cy rendu comme solu et acquicté au pied duquel est escript ung acte signé Meigret et Laudin notaires audict Chastellet du dixneufiesme jour de novembre audict an par lequel ledict Falcon a ratiffié le paiement faict pour luy de ladicte somme de … audict Jourdain parquoy et actendu que cedict comptable faict recepte cy dessus de ladicte somme… » 

Cet argent doit non seulement payer les frais du voyage des Flandres mais également permettre de payer les arriérés de gages des officiers de la reine ce qui est fait avant son départ.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN MC/ET/XXIV 40 27 juin 1577 ; Garrisson p. 93

René Hennequin (? – 1595)

Titre : Seigneur de Sermoise et de Vincy

Occupation : Conseiller du roi et maître des requêtes ordinaire de son hôtel

René Hennequin est le fils de Dreux Hennequin, chevalier, seigneur d’Assy, premier Président au Parlement de Paris, et de Renée de Nicolay, fille d’Aimar de Nicolay, chevalier, seigneur de saint-Victor, premier Président de la Chambre des comptes de Paris, et d’Anne Baillet*, dame de Goussainville. Renée de Nicolay devenue veuve se remarie avec Jehan Lhuillier également président de la Chambre des comptes de Paris. Henri III se rendait souvent chez Renée de Nicolay, dame de Boullencourt.

Pourvu d’un office de maître des requêtes le 6 novembre 1569, René Hennequin épouse, en 1572, Marie de Marillac (? – 1594), fille de Guillaume de Marillac, surintendant des Finances, et sœur de Michel de Marillac, garde des sceaux de France, et de Louis de Marillac, comte de Beaumon-le-Roger, maréchal de France. Le couple aura deux filles.

La famille Hennequin fait partie de l’entourage de la reine de Navarre : Marie Hennequin sœur de René, son frère Oudart sr de Chantereine et sa cousine Jeanne Hennequin dame de Roissy. Quant à René, il est conseiller du duc d’Alençon avant de devenir membre du conseil de la Sainte Union.

Le 3 juillet 1577, René Hennequin devient un créancier de la reine en lui prêtant une somme d’argent sous forme de rentes lui permettant de payer des arriérés de rentes.

Sources : AN KK//161 ; AN KK//162 ; AN MC/ET/III/536 17 février 1595 ; Boucher 1981 p. 184-185 ; Armorial général, ou registres de la noblesse de France. Registre cinquième. Seconde partie, Paris, Imprimerie de Pierre Prault, 1764, p. 884 ; M. de La Chenaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse contenant les Généalogies, l’Histoire et la Chronologie des familles nobles de France…, seconde édition, Tome VIII, Paris, chez Antoine Boudet, 1774 en ligne sur http://www.corpusetampois.com/che-18-lachesnayedesbois2ed08.pdf



Citer ce billet
citedesdames (2023, 28 septembre). Membres du cortège de Marguerite de Valois, reine de Navarre, lors de son voyage des Flandres (1577). Cité des Dames. Créatrices dans la cité. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mudx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.