L'Encyclopédie. [38], Arts de l'habillement - Marchande de mode

« Merci patronne ! Femme et entrepreneure sous l’Ancien Régime » dans Entendez-vous l’éco ? sur France Culture

Mardi 4 avril 2023, Nicole Dufournaud, ingénieure de recherche dans le cadre du projet « Cité des dames, créatrices dans la cité » intervenait dans l’émission sur l’économie de France Culture, Entendez-vous l’éco ?, avec Camille Dejardin, historienne de formation. La première est spécialiste des XVIe et XVIIe siècles et la seconde du XVIIIe siècle. L’émission, animée par Tiphaine de Rocquigny et préparée avec Emma Taillefer, peut être écoutée sur le site de France Culture.

Parmi les nombreuses questions, une partie d’entre elles concernaient les aspects méthodologiques et principalement les sources.

Aspects méthodologiques

Si les sources peuvent paraître parcellaires, « faire un pas de côté » permet pourtant de trouver les bonnes sources. Par exemple, les femmes sont de bonnes clientes des notaires. Les actes notariés sont donc à privilégier. Parmi ceux-ci, citons les actes de société et les procurations. Pourtant, les actes de société sont souvent oraux jusqu’à la deuxième moitié du XVIIe siècle. Ces sociétés sont cependant connues grâce à d’autres actes qui les mentionnent comme les testaments ou d’autres actes de sociétés qui en font références.

À partir de la seconde moitié du XVIIe siècle, les archives maritimes sont à retenir.

Le terme « entreprise » n’est pas cité aux XVIe et XVIIe siècles mais les sources mentionnent plutôt des conventions ou des associations (écouter à 24’28).

Questions juridiques

La question juridique est importante. Selon la Coutume du lieu où l’on habite, les pratiques sont différentes. Par exemple, la Coutume de Bretagne est très avantageuse pour les femmes surtout avant la réforme de 1580 (écouter à 7’17). Et le statut des femmes mariées diffère selon les époques et les lieux (écouter à 11’20 et à 21’08). Par exemple en Bretagne, avant la réforme, l’autorisation maritale était donnée le jour du mariage par oral. Plus tard, le nouveau régime de la communauté des biens oblige à une autorisation écrite provisoire qui doit être renouvelée à chaque absence du mari par exemple. La question du mariage est essentielle : les couples ont parfois intérêt à demander une séparation de biens pour préserver leurs activités et leurs biens.

La différence entre le droit écrit et les pratiques est à noter. De plus, devant le vide juridique des Coutumes, les femmes privilégient le droit contractuel qui les protège.

Place des femmes dans la vie économique

Les hommes laissent leur place aux femmes car ils sont pragmatiques : chacun son rôle mais en cas de renversement de rôle en raison d’une absence provisoire (un voyage) ou définitive (la mort), la substitution s’opère. Il s’agit de remettre ses affaires entre les mains d’une personne de confiance, une épouse de préférence.

Par ailleurs, au début du XVIIe siècle, la mutation sociale est également un facteur favorisant l’accès au commerce des femmes : le commerce est indigne pour les hommes qui l’abandonne aux femmes pour accéder à la noblesse de robe (écouter à 34’27, notamment l’exemple de Guy Patin).

La place des femmes dans la vie économique est difficilement chiffrable. Les sociétés sont donc souvent orales et les données fiscales ne rendent pas visibles toutes les femmes, seulement les veuves et les « filles seules ».

Donnons un exemple chiffré : Bernard Michon (Université de Nantes) estime à 18 % le nombre de bateaux des Sables d’Olonne armés par des armatrices pour la pêche vers Terre Neuve qui déchargent leur cargaison à Nantes, au début du XVIIIe siècle.

Dans le commerce, les activités principales dans les ports concernent une variété de produits (écouter à 30’09) : le poisson, le vin, le pastel, l’acier, le fer, le textile, le sel, etc.

Si les femmes ont la même activité que leur mari, elles sont invisibles jusqu’à un éventuel veuvage qui les rend visibles.

Enfin, la séparation des lieux privés et publics a été abordée (à 18’10). Pendant les trois siècles, les deux intervenantes ont précisé que les lieux étaient confondus : boutique, atelier, chambre font partie du même lieu. 

Quelques portraits

Quelques noms de femmes ont été cités et certaines d’entre elles ont fait l’objet d’une description : Marie Darcel dite Madame de Maraise (à 3’22 et à 18’53), Marie Boucher (à 41’35), Rose Bertin (à 36’40), Marguerite Poullain, Marie Agouet et particulièrement Mme Blakey (à 43’40).

Conclusion

Les deux intervenantes ont insisté sur les entreprises familiales transmises par les veuves, sans oublier le rôle des filles célibataires ou celles mariées (à 40’20). Quelques aspects restent obscurs comme l’éducation : domestique pour les femmes au sein de leur famille, elles ne bénéficient pas de formation, à Amsterdam par exemple, comme leurs frères (écouter à 42’02) ; les techniques de la comptabilité seraient encore à explorer pour déterminer si la complexification pendant ces trois siècles a été défavorable ou pas aux femmes.

Les villes-ports maritimes ou fluviales sont un bon terrain de recherche pour y trouver ces femmes d’affaires et devraient connaître un nouvel attrait de la part de la recherche en y apportant un point de vue genré.

Références bibliographiques

Camille Dejardin, Madame Blakey, une femme entrepreneure au XVIIIe siècle, Rennes, PU Rennes, 2019 ; Patronnes au XVIIIe siècle, Paris, Nouveau monde éditions, 2023.

Nicole Dufournaud, « Between parental power and marital authority: How merchant women stood the test of customary laws in Brittany in the sixteenth to seventeenth centuries » dans Anna Bellavitis et Béatrice Zucca Micheletto (eds.), Gender, Law and Economic Well-Being in Europe from the Fifteenth to the Nineteenth Century North versus South?, traduit par Annick Sansoni, London, Routledge, 2018, p. 47-61 ; Rôles et pouvoirs des femmes au XVIe siècle dans la France de l’Ouest, sous la direction d’André Burguière, thèse de doctorat en histoire, EHESS, Paris, 2007 ; « Les femmes au travail dans les villes de Bretagne – XVIe et XVIIe siècles », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2007, vol. 114, no 3, p. 43-66.

Bernard Michon et Nicole Dufournaud, Femmes et négoce dans les ports européens (fin du Moyen Age – XIXe siècle), Berne, Suisse, Peter Lang, 2018 ; « Les femmes et leurs activités liées à la mer : réflexions à partir du littoral atlantique français  à l’époque moderne  », dans Emmanuelle Charpentier et Philippe Hrodej, dans Les femmes et la mer à l’époque moderne, Rennes, PU Rennes, 2018, p. 111-123 ; « Les femmes et l’armement morutier : l’exemple des Sables-d’Olonne pendant la première moitié du XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2003, vol. 110, no 1, p. 93-113 ; « Les femmes et le commerce maritime à Nantes (1660 – 1740) : un rôle largement méconnu », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, mai 2006, Le genre du Sport, no 23, p. 311-330.

Bonnie Smith, Les bourgeoises du Nord 1850-1914, Paris, Perrin, 1989.

Illustration : « Marchande de mode », L’Encyclopédie [38], Arts de l’habillement (source du fichier numérique).



Citer ce billet
citedesdames (2023, 25 mai). « Merci patronne ! Femme et entrepreneure sous l’Ancien Régime » dans Entendez-vous l’éco ? sur France Culture. Cité des Dames. Créatrices dans la cité. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mudv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.