Colloque « Cité des dames (Moyen Âge-XVIIIe siècle) » à Varsovie

L’Institut d’études romanes et l’Institut de littérature polonaise de l’Université de Varsovie sont heureux de vous inviter à participer au colloque « Cité des dames (Moyen Âge-XVIIIe siècle) » qui se tiendra les 2 et 3 septembre 2022 à Varsovie (Institut d’études romanes, rue
Dobra 55). Le colloque est associé au projet « Cité des dames, créatrices dans la cité » mené par l’Université Gustave Eiffel sous la direction de Caroline Trotot et de Philippe Gambette.

Nous invitons les participants à une réflexion sur le rôle des femmes dans l’histoire, la culture et l’identité urbaine, et sur la place de la ville dans les œuvres des femmes du Moyen Âge jusqu’à l’époque préromantique. Notre objectif est de mettre en relief le rôle actif et créatif des femmes dans les villes anciennes et leur contribution à la richesse de cette vie urbaine. Comme les centres urbains n’étaient pas tous pareils et qu’au fil des siècles ils ont évolué différemment selon les pays ou les régions, la confrontation des représentations de l’espace urbain et des rôles que les femmes y ont joués permettra d’apporter des éclaircissements nouveaux sur l’histoire urbaine largement comprise. Il s’agit ainsi de penser l’histoire des villes dans leur diversité historique, géographique, culturelle en s’intéressant aux femmes qui y ont activement participé et qui, paradoxalement, ont souvent été marginalisées. Le colloque sera l’occasion d’interroger le rôle des femmes en tant que co-autrices de la vie urbaine et de ses représentations.

C’est un détail, mais très significatif : bien que les femmes aient contribué à la richesse et au dynamisme des villes anciennes, il n’est pas facile de trouver du matériel iconographique qui pourrait l’illustrer, c’est ce qui nous a poussé à nous tourner vers la célèbre œuvre allégorique : La Cité des Dames de Christine de Pizan datant de 1405. On chercherait également en vain des femmes parmi les auteurs des mythes urbains littéraires les plus célèbres (le Paris de Mercier et de Balzac, le Saint-Pétersbourg de Dostoïevski, le Dublin de Joyce), alors qu’il suffit de lire l’histoire de n’importe quelle ville pour trouver des noms des femmes, celles qui ont marqué l’histoire de la ville en question, son identité, sa mémoire et qui parfois même sont entrées dans sa légende. Il est vrai que parfois les villes elles-mêmes préservent la mémoire de celles qui ont marqué leur histoire en donnant leur nom à des rues et des places, mais cela concerne surtout les femmes qui ont vécu au cours des cent cinquante dernières années. C’est pourquoi nous encourageons les chercheurs et les chercheuses à se tourner vers des époques plus anciennes afin de découvrir ou redécouvrir les figures et les œuvres de ces femmes qui ont laissé une empreinte. On pourra également réfléchir sur les raisons qui ont rendu ces femmes invisibles et aux moyens de les faire réapparaître, du manuscrit enrichi d’images de Christine de Pisan aux moyens multimédias actuels.

Il serait également intéressant d’examiner du point de vue urbain le travail des autrices, diaristes, éducatrices et épistolières parce que cette perspective urbaine pourrait enrichir nos connaissances de leurs œuvres. Les lieux de production, d’édition le cas échéant, ou encore de diffusion méritent d’être considérés pour mieux comprendre la genèse et l’influence des œuvres. On pourra aussi se demander dans quelle mesure les sujets et les formes choisies sont inspirés par les villes et la vie qui s’y développe. L’étude des lieux urbains mentionnés dans les œuvres et le cas échéant leur représentation ou encore leur signification est également un vaste champ des recherches.

Nous vous invitons donc à réfléchir sur la relation multidimensionnelle entre les femmes et les villes, notamment en présentant la ville sous l’angle de l’activité et de la créativité féminines. La ville étant comprise comme un espace physique, mais aussi comme une collectivité et une
communauté. Cet aspect est crucial pour tenter de comprendre les dynamiques inhérentes à la culture et l’environnement urbains et la manière dont ces dynamiques influencent le processus de la création. Une approche transdisciplinaire sera donc privilégiée. Le recours aux outils anciens et récents des études historiques, culturelles et littéraires permettra de situer notre réflexion dans un contexte social, institutionnel, politique, idéologique, économique et culturel.

Quelques axes sont proposés, mais toute autre piste peut s’avérer prometteuse :

  • la ville comme objet de description et de réflexion des autrices ;
  • le rôle de l’environnement urbain dans l’activité créative des femmes ;
  • les valeurs inhérentes au monde urbain et leurs échos dans l’activité créatrice des femmes également en relation avec les valeurs du monde rural ;
  • les difficultés rencontrées par les chercheurs et chercheuses qui traitent du rôle de la ville dans les œuvres des femmes des siècles passés ou du rôle des femmes dans l’espace urbain ;
  • les similitudes et les différences selon la ville étudiée, ainsi que les évolutions morales, idéologiques et sociales qui se sont répercutées de manière significative sur la place et le rôle des femmes en tant que co-autrices de la vie urbaine ;
  • la ville comme espace d’expression de la créativité des femmes.

Informations pratiques

Notez que le colloque se tiendra en présentiel, le comité d’organisation ne garantit pas la possibilité d’une participation par visioconférence. La première langue de la conférence sera le français, mais les communications en anglais seront également acceptées. La participation aux frais de l’organisation du colloque s’élèvera à 70 euros, les frais de voyage et de logement ne sont pas couverts par les organisateurs. Les détails concernant le paiement seront envoyés uniquement après l’acceptation de la proposition.

Nous vous invitons à envoyer vos propositions de communications (votre affiliation, titre ainsi qu’un bref résumé en français ou en anglais, 500 caractères maximum) assorties de quelques lignes de bio-bibliographie, à l’adresse citedesdames@wn.uw.edu.pl avant le 30 avril 2022.

Le comité d’organisation enverra une réponse au cours du mois de mai 2022.

Une publication est prévue qui couronnera notre effort collectif. Les détails seront communiqués aux participants en juin-juillet 2022. Les consignes aux auteurs concernant la typographie, la mise en page, la bibliographie et les notes seront également envoyées à ce moment-là. Les articles doivent être soumis dans leur intégralité, accompagnés de tous les documents complémentaires requis fin novembre 2022 au plus tard.

Calendrier récapitulatif

  • Fin avril 2022 : Date limite de l’envoi de la proposition
  • Mai 2022 : Réponse du comité d’organisation
  • Juin-juillet 2022 : Information sur la publication et diffusion des consignes typographiques et bibliographiques
  • 2-3 septembre 2022 : Colloque à Varsovie, rue Dobra 55
  • Fin novembre : Date limite de la remise des articles par les auteurs

Équipe d’organisation

  • Monika Kulesza, mmkulesz@uw.edu.pl
  • Marta Wojtkowska-Maksymik, m.wojtkowska-maksymik@uw.edu.pl
  • Dariusz Krawczyk, dariusz.krawczyk@uw.edu.pl

Cet appel en PDF…


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
citedesdames (9 mars 2022). Colloque « Cité des dames (Moyen Âge-XVIIIe siècle) » à Varsovie. Cité des Dames. Créatrices dans la cité. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mudn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.